Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Mar 2019 | Profession
 

Un tout premier point d’étape du plan de Transformation a été dressé, dimanche 10 mars à La Rochelle, par Sophie Lejeune, secrétaire général de la Confédération, dans le cadre de l’assemblée générale de la Chambre syndicale des buralistes de Charente-Maritime (voir Lmdt du 11 mars). Sud-Ouest en parle.

Depuis novembre dernier plus de 600 buralistes de France se sont montrés intéressés par la démarche de transformation (voir Lmdt du 19 décembre 2018).

L’objectif de « conversion » souhaité par la Confédération est fixé à 2 000 par an, chiffre correspondant au nombre annuel des transactions de fonds de commerce.

•• La porte d’entrée dans le dispositif est une plateforme téléphonique (voir Lmdt du 12 février).

« 42% de nos clients ne sont pas fumeurs », a souligné Sophie Lejeune, « il ne s’agit pas simplement de changer les étagères. Il faut revoir tout le parcours du client et ses offres, se demander si j’ai recherché tous les potentiels de mon commerce, sachant que les attentes en zones urbaines sont différentes des zones rurales. »

•• Soit un chemin balisé pour faire sa mue et réfléchir à des alternatives au tabac : monter en compétence sur les produits du vapotage, explorer des pistes tels que le relais colis, le développement du snacking, etc. « Le tabac a toujours été notre produit d’appel. Mais nous allons perdre des clients. À nous de trouver de bonnes raisons pour les faire revenir dans nos commerces », conclut Jacky Revillé.