Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Nov 2019 | Profession
 

Les buralistes costarmoricains se sont retrouvés en assemblée générale, ce lundi 18 novembre, à Plérin. Au cœur des échanges – rapportés par Le Télégramme – le Fonds de Transformation et la nouvelle carotte témoignant de la nouvelle identité de « commerce d’utilité locale ».

« On savait tous que le paquet de tabac à 10 euros allait arriver. Maintenant, il faut faire de cette difficulté une opportunité » a lancé Philippe Coy en introduction : d’où le Fonds de Transformation au service des buralistes (voir 19 décembre 2018).

•• « Ce Fonds est là pour aider les buralistes à négocier le virage, face à la baisse de la consommation de tabac. Par exemple, en offrant plus de service de proximité à leurs clients comme les relais colis, les relais Poste, etc. Cette aide est donc une chance à saisir » a renchéri Odile Le Ny, présidente de la chambre syndicale des buralistes des Côtes-d’Armor et administratrice de la Confédération.

Pour accéder à cette aide financière, les buralistes doivent obligatoirement faire réaliser un audit. « Il permettra de dresser un état des lieux et de détecter les manques, puis de proposer une feuille de route afin d’améliorer la compétitivité » a rappelé Marie-Christine Favennec, conseillère entreprise à la CCI (voir 19 novembre et 4 octobre 2019).

Sur 401 buralistes recensés dans les Côtes d’Armor, 15 dossiers ont pour l’instant été déposés (1 500 au niveau national). 5 établissements ont déjà procédé à leur transformation. « Beaucoup ont développé la cigarette électronique, d’autres du snacking, du vin, de la carterie » a détaillé Odile Le Ny.

•• Cette Transformation sera également accompagnée par l’arrivée d’une nouvelle carotte en 2020, sans la mention « tabac » remplacée par « commerçant d’utilité locale ».

« Je voudrais que l’on soit le drugstore du quotidien des Français » souligne Philippe Coy, rappelant au passage que la Confédération a remporté le marché public de l’encaissement de toutes les fiscalités locales et nationales en numéraire ou en carte bancaire pour le compte de l’État. Les Côtes-d’Armor sont d’ailleurs en phase de test, ajoute le quotidien régional (voir 25 et 29 juillet 2019).

•• « Cela renforce notre rôle de préposé à l’administration » estime Philippe Coy, qui, dans son opération de renouveau, voudrait également « récupérer » les deux à trois millions de vapoteurs. « Ce ne sont ni plus ni moins que des fumeurs qui cherchent une alternative. ce sont des gens qu’il faut retrouver au sein de notre réseau » conclut-il.