Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Nov 2018 | Profession
 

L’association de consommateurs dénonce les pratiques tarifaires « opaques » des deux leaders du marché du transfert d’argent.

Elle a déposé plainte, mardi 27 novembre, contre Western Union (voir Lmdt des 6 décembre 2017 et 25 mars 2016) et Moneygram (voir Lmdt du 15 janvier 2017) pour « pratiques commerciales trompeuses » auprès du Procureur de la République. 

•• Les consommateurs payent deux types de frais lorsqu’ils envoient de l’argent dans une autre devise : les frais forfaitaires liés au transfert et une commission prise sur le taux de change pour convertir la somme dans l’autre monnaie. Sur les premiers, les frais sont clairement affichés. En revanche, et c’est ce point qui agace l’UFC, la marge prise par ces sociétés sur le taux de change est jugée « opaque ».

•• Selon l’UFC-Que Choisir, pour un transfert de 200 euros en Algérie, Western Union affiche une facture de 9,90 euros de frais de transfert. Mais le client ne sait pas qu’il faut aussi payer pour changer l’argent en dinar algérien. Ce qui coûte 9,85 euros. Résultat : « Il paie ainsi 209,90 euros pour que le bénéficiaire reçoive l’équivalent de 190,15 euros en dinar algérien », dénonce l’association.

Et elle chiffre le total de ce coût caché sur le marché. « Les frais de change cachés représentent donc, d’après notre estimation, environ 110 millions d’euros », souligne-t-elle. Jackpot.

•• Plus généralement, ce sont toutes les juteuses commissions de ce marché (frais de transfert et de change) hors zone euro qui sont dans le collimateur de l’association de consommateur. Elles attendraient le faramineux montant de 680 millions d’euros, soit un coût total moyen de 6,7 % de frais pour les sommes envoyées sur un autre continent.

Là encore, ce sont les leaders du secteur, Western Union et MoneyGram qui sont dans le viseur. « Ces dernières facturent des tarifs bien supérieurs au prix moyen pratiqué par leurs principaux concurrents (banques, sociétés de transferts d’argent en ligne, etc.) », souligne l’association.

Et pour les destinations les plus prisées par les Français, ces sociétés spécialisées sont encore plus chères. « Les tarifs pratiqués vers le Maroc (+ 17 %), vers l’Algérie (+ 11 %), vers le Vietnam (+ 25 %) et vers l’Inde (+ 22 %) sont bien supérieurs à la moyenne de nos voisins européens » assure l’UFC-Que Choisir.