Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Nov 2017 | Trafic
 

Non seulement, le rythme des saisies douanières de tabac de contrebande sur le trafic transmanche, à destination du Royaume-Uni, est hallucinant, comme nous l’indiquions hier (voir Lmdt du 3 novembre), mais il est tout aussi époustouflant de constater que les chauffeurs de camions racontent toujours la même histoire.

•• Que cela soit un chauffeur polonais (voir Lmdt du 27 octobre). Un chauffeur roumain (voir Lmdt du 14 octobre). Ou un chauffeur bulgare (voir Lmdt du 29 septembre).

Le pitch : « Je ne suis pas vraiment coupable … je me suis retrouvé embarqué dans cette histoire à l’insu de mon plein gré et on m’a menacé … j’ai rendu service. » Évidemment, on n’apprend strictement rien sur les commanditaires du trafic.

Et les juges, bon public, d’écouter ce scénario idéal, commode à réciter pour les prévenus et débouchant sur des condamnations avec sursis, où seul le montant de l’amende douanière varie en fonction des saisies.

•• Hier, le chauffeur qui est passé en comparution immédiate – après avoir été intercepté au terminal ferry de Loon-Plage avec 1,5 tonne de tabac, mardi – s’avère être un ressortissant tchèque de 33 ans.

Il a assuré avoir accepté de transporter ce lot contre une rétribution de 1 000 euros. Le marché lui ayant été proposé dans une station-service belge. Une voiture l’a guidé vers un hangar. Où s’activaient des individus aux mines patibulaires mais presque … selon la formule consacrée. « Je voulais renoncer mais là, j’avais trop peur. J’étais pressé qu’ils chargent la marchandise pour repartir. » Un véhicule l’a de nouveau acheminé sur l’autoroute. On devait reprendre contact avec lui de l’autre côté du Channel.

•• Verdict : six mois avec sursis. Et une amende douanière de 513 000 euros. La valeur estimée de la marchandise.