Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Oct 2018 | Trafic
 

Au terminal du tunnel sous la Manche de Coquelles, les douaniers ont vite soupçonné ce routier slovaque après qu’il ait présenté ses lettres de transport, le 27 septembre dernier.

Officiellement, ces dernières annonçaient 25 palettes de pièces de voitures. De fait, dans la remorque, il y avait aussi des cartons sans aucune étiquette. 

Interrogé sur le contenu de ces cartons, le chauffeur a reconnu qu’il s’agissait de tabac. En désignant lui-même deux palettes recouvertes d’un film noir. Les douaniers ont alors découvert plusieurs cartons de tabac à rouler. Au total, 1 086 kilos.

•• Toujours la même histoire. Le chauffeur a expliqué avoir été contacté par un Anglais, alors qu’il était au Luxembourg. L’homme lui aurait proposé de transporter cette marchandise contre la somme globale de 3 000 livres (3 410 euros). « J’ai accepté pour des raisons financières. Je suis dans une situation difficile actuellement. Je m’occupe de mes parents, mon épouse ne travaille pas et je suis le seul à ramener de l’argent à la maison. Je me suis rendu dans un hangar et à l’abri des regards, des hommes ont chargé la marchandise. J’ai commis une faute grave mais je n’avais pas d’autre solution », a-t-il détaillé devant le tribunal de Boulogne-sur-Mer en fin de semaine dernière.

•• Il a été condamné à douze mois de prison dont huit avec sursis et à une amende douanière de 307 685 euros, soit le montant de la marchandise. Avec interdiction de circuler sur le territoire français pendant deux ans.

•• Deux jours avant, c’est un chauffeur allemand qui s’était fait intercepter, au même endroit,  en direction de l’Angleterre avec 238 kilos de tabac de contrebande dans un poids lourd (voir Lmdt du 3 octobre).