Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Sep 2017 | Trafic
 

Il a déclaré être « tombé dans une embuscade » ce chauffeur routier d’origine bulgare, qui a été interpellé ce mardi 28 septembre, à la sortie Loon-Plage (commune située entre Gravelines et Dunkerque) de l’autoroute A16, avec 880 kilos de tabac dans son camion. Direction : le Royaume-Uni. 

Avec un mode opératoire désormais bien connu (voir Lmdt des 21 septembre, 22 août et 4 juin). Mais justement, on en apprend un peu plus sur l’attention portée à l’accompagnement logistique du produit.

•• Le prévenu – en comparution immédiate – a donc expliqué au tribunal comment, quelques heures plus tôt, dans une station-service luxembourgeoise, il avait accepté d’aider un confrère « entreprenant » qui lui demandait de transporter un colis pour lui.  Ayant acquiescé, une voiture lui ouvre la voie et l’emmène à 7 kilomètres de là, dans un entrepôt situé au fond d’un chemin étroit. « C’était évident que ça devenait suspect, mais ils portaient des armes et j’avais peur. »

Se retrouvant face à sept personnes : selon ses dires, quatre se saisissent de lui pour contenir toute velléité de fuite, pendant que les autres chargent son camion : « je ne savais pas ce que c’était, répète le routier. Ils m’ont simplement dit que je serais satisfait. »

•• Le chargement terminé, il reprend la route, escorté de quatre voitures. Pas moins. À l’arrivée à Loon-Plage, la présence de la Douane fait fuir les autres véhicules. Et les douaniers doivent s’y prendre à deux reprises avant de réussir à stopper le camion. Plusieurs cartons sont découverts à l’arrière de la cabine. Ils contiennent 880 kilos de tabac.

•• « Au moment de l’interpellation, il était seul et en possession d’un téléphone mobile », a complété le procureur « il ne faut pas être naïf. S’il avait été sous la contrainte, il avait aussi toute la latitude de prévenir la police ou de s’arrêter. Il était volontaire. »

Condamné à six mois de prison avec sursis, le routier est reparti libre, mais devra payer une amende à hauteur de la valeur du tabac transporté.