Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Oct 2017 | Trafic
 

Ils étaient six. Depuis quelques mois, ils ne sont plus que cinq alors qu’ils couvrent un vaste secteur, hautement stratégique : les routes reliant le Sud-Ouest à Andorre et à l’Espagne. Les agents du bureau des douanes d’Agen ont fort à faire et, pourtant, ils sont menacés de disparition pour septembre 2018 (voir Lmdt du 24 septembre). États d’âme dans Sud-Ouest de ce 17 octobre. 

•• Installée en 1969 à Agen, la brigade conjugue la surveillance de plusieurs vecteurs : axes routiers, bien sûr, mais aussi un itinéraire ferroviaire qui assure la liaison entre la Tour Carol (Pas-de-la-Case, porte de la Principauté) et Agen … sans parler des colis qui transitent par la Poste.

Ils sont amenés à intervenir jusqu’aux aéroports de Toulouse/Blagnac et de Bordeaux/Mérignac. Pas plus tard que la semaine dernière, les douaniers agenais ont contribué, grâce à un minutieux travail de renseignement, à la saisie, sur l’aéroport de Blagnac, de 12 kilos de tabac à narguilé et 4 kilos de cigarettes.

L’auteur de ce trafic ? Un Lot-et-Garonnais d’une quarantaine d’années, que les douaniers locaux avaient déjà épinglé à plusieurs reprises …à La Poste, pour des cigarettes de contrebande, dissimulées dans des cartons à pâtisserie :  sous deux étages de cornes de gazelles et de makrouts.

•• Les autocars de liaison internationale, qui font deux fois par semaine la liaison entre le Maroc et Agen – mais aussi ces bus au départ d’Agen, Aiguillon, Villeneuve-sur-Lot ou Marmande – qui, pour 30 euros, proposent l’aller-retour dans la journée au Pas-de-la-Case, sont autant de sources de trafic de cigarettes. Sans parler des « bus Macron » qui s’arrêtent tous les jours à Agen, avec notamment … des immigrés clandestins, des stupéfiants et du tabac de contrebande.

•• Au ratio, avec encore six agents (contre cinq depuis mars dernier) en 2016, les douaniers d’Agen ont saisi 65 kilos de tabac, tandis que leurs homologues de Pau, avec quatre fois plus de moyens, dont des motards, en ont intercepté 136 kilos. Pour faire simple, chaque douanier agenais peut se targuer de 11 kilos de tabac saisis, contre 5 kilos pour chaque collègue palois, rapporte Sud-Ouest.

•• Et plus localement, s’installe un marché sans limites pour les trafiquants qui font déjà ouvertement de la retape place du Pin, en centre-ville, et aux abords des lycées d’Agen.

Scolarisées au lycée Palissy, deux jeunes filles confient avoir été approchées par des adultes qui leur ont proposé des paquets de cigarettes à 5 euros, à la sortie de l’établissement, « sur la rampe », là où ils étaient autorisés à fumer. « Mais l’endroit où on se fait le plus aborder, c’est au jardin public Jayan ».

Ce que confirme un petit groupe de lycéens installé sur le gazon en train de fumer : ils ont été abordés plus souvent qu’à leur tour par des individus prêts à leur fournir des paquets de cigarettes ou du tabac à rouler à « pas cher ». Une troisième lycéenne avoue avoir gardé le numéro, dans son portable, d’une certaine A. mais jure ne l’avoir jamais appelée. En fait, pas un seul n’a reconnu, auprès de ses proches, avoir acheté à un revendeur à la sauvette qui, pourtant …n’hésite pas à les contacter aussi sur Facebook.