Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Oct 2019 | E-cigarette
 

Ce sera l’un des points d’attraction du salon Losangexpo, le week-end prochain (à Paris / Porte de Versailles).

Après avoir innové, de façon particulièrement pertinente, sur le marché traditionnel du tabac en lançant la marque 1637 – siglée « tabac du Sud-Ouest » – il y a dix ans (voir Lmdt des 15 juin 2013 et 15 février 2016), Traditab fait le pari de la diversification en investissant le marché du vapotage.

Avec des e-liquides sous la marque Mostacha (« moustachu » en occitan / la réglementation interdisant la réutilisation de la marque 1637). Les premiers flacons devraient faire leur apparition dans les linéaires du réseau des buralistes en début de semaine prochaine.

•• « On sait que le marché global du tabac devrait baisser de 40 à 50 % entre 2016 et 2022. Aujourd’hui, avec le tabac à rouler et les cigarettes, nous tirons notre épingle du jeu. Mais nous devions penser au futur » déclare Jérôme Duffieux, directeur de Traditab, à Sud-Ouest (édition 3 octobre).

•• « Les buralistes nous avaient demandé d’en produire quand les e-liquides sont apparus sur le marché » poursuit le directeur, « mais ce n’était pas notre métier. Et puis nous avons trouvé une entreprise du Sud-Ouest qui savait extraire des arômes par macération. 

« Nous avons donc réussi à développer nos propres liquides avec nos propres goûts (blond, corsé et menthol) et nous serons d’ailleurs les seuls à le faire en France selon ce procédé. Nous faisons le pari que nos consommateurs vont retrouver le goût de nos tabacs ».

C’est à partir de la production de trois tabaculteurs locaux (Grateloup-Saint-Gayrand, Cuzorn et Galapian) que sont réalisés les trois liquides mis en vente. Ces producteurs sont d’ailleurs présents sur le packaging (photo et prénom à l’appui), pour renforcer le positionnement « proche du territoire » de la marque.

•• Les e-liquides ne seront disponibles à la vente que dans le réseau des buralistes. Pour le moment, ils seront un millier, principalement dans le Sud-Ouest. Mais ce chiffre devrait progresser à mesure du travail des commerciaux. « Notre métier, c’est de travailler avec des buralistes. Ils ont joué le jeu du local, et on va leur permettre de réaliser un bon niveau de marge avec ce produit » conclut Jérôme Duffieux.

Traditab a choisi un positionnement haut-de-gamme. Ainsi, le flacon sera vendu 6,50 euros. Voir aussi Lmdt du 26 septembre 2019.