Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Mar 2017 | Trafic
 

Alors que les buralistes levaient leur barrage filtrant sur la route d’Andorre contre la concurrence déloyale du marché parallèle « sous toutes ses formes » (voir Lmdt du 19 mars), France Culture s’est approché de l’eurodéputé Philippe Juvin (voir Lmdt du 5 mars 2017 ainsi que des 18 et 15 novembre 2016) pour l’interroger sur les négociations en cours à Bruxelles concernant la mise en place de la traçabilité du tabac.

•• « Les ventes illicites de tabac, celles qui échappent à la fiscalité nationale et celles que dénoncent les buralistes sont nourries par les cigarettiers eux-mêmes (…) Il faut mettre en place un Protocole qui est celui de l’Organisation mondiale de la Santé qui a pour effet d’organiser la traçabilité des cigarettes. C’est-à-dire que quand un paquet sort de l’usine d’un fabricant, le paquet est tracé même si on le retrouve sur le marché noir.

•• « Au Parlement européen, nous avons exigé de la Commission européenne qu’elle pousse les États à mettre en œuvre ce système de traçabilité. Or, nous observons un an plus tard que ce n’est pas fait. Deuxièmement, la Commission envisagerait de mettre en œuvre un système de traçabilité en collaboration avec les cigarettiers eux-mêmes. C’est un peu comme si on se mettait d’accord avec le renard pour garder le poulailler. Et ça non ! ».