Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Mar 2019 | Profession, Trafic
 

Suite à l’information que nous avons reprise de l’AFP, ce samedi, sur le choix de l’Imprimerie nationale comme fournisseur d’un identifiant unique et d’un code identifiant pour les produits du tabac dans le cadre de la mise en place de la traçabilité (voir Lmdt du 9 mars).

Voici quelques informations complémentaires.

À partir du lundi 20 mai, tous les cartons, toutes les cartouches, tous les paquets, tous les pots qui seront livrés aux buralistes seront « tracés ».

•• C’est-à-dire qu’une simple lecture de codes permettra de savoir, par exemple pour un paquet, où il a été produit et exactement par quelle étape logistique (de l’usine aux entrepôts) il est passé avant d’être livré à un buraliste bien défini (qui apparaîtra aussi). Soit une façon certaine d’identifier les produits du tabac et tout leur itinéraire de la sortie de production à l’entrée en linéaires. Et donc une aide concrète dans la lutte contre toutes les formes de trafic.

Seuls les cigarettes et le tabac à rouler sont concernés pour le moment. Les cigares et cigarillos entreront dans le même système de traçabilité dans 5 ans, le 20 mai 2024.

•• Dans ce processus, le buraliste n’a pas d’intervention proprement dite. Si ce n’est de procéder à la validation de ses réceptions tabac avec les outils déjà mis en place (scannette), ce qui permet toujours d’assurer un traitement optimal, avec Logista, en cas de problèmes ou de reprise.

•• Chez Logista, on met tout en œuvre afin que tout soit prêt, dans les DRD, pour le 20 mai : tant pour la gestion des codes que pour apposer un identifiant unique sur chaque type de conditionnement d’un produit du tabac.

Un groupe « Track & Trace » y a été mis en place, il y a plus d’un an : 500 collaborateurs ont été formés et 800 scanners ont été positionnés sur les chaînes et dans les ateliers, les tests sont faits avec les fabricants.

À suivre. On reviendra sur le sujet.