Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Déc 2016 | Trafic
 

Sur notre photo, une intervention de la douane judiciaire à Toulouse en 2010.

Avec l’arrivée des paquets neutres et Andorre à 190 kilomètres de Toulouse, la Douane, son service de la Douane judiciaire et la sûreté départementale de Haute-Garonne sont à l’affût (voir Lmdt des 5 août et 26 mai). D’autant que les buralistes multiplient les messages de sensibilisation dans la presse.

C’est ainsi que plusieurs semaines d’investigations ont débouché – dans la nuit de jeudi 15 au vendredi 16 décembre – à l’interpellation de 11 personnes surprises en flagrant délit de revente de tabac qui venait d’arriver d’Andorre. Ceci, dans une Zone de Sécurité Prioritaire de la ville rose. Avec la saisie d’au moins 500 cartouches et de plus de 15 000 euros en menue monnaie.

D’une part, des petites mains, des vendeurs et des chauffeurs. Se présentant comme … mineurs et réfugiés syriens. Si leur situation irrégulière a bien été établie, il semble que leur origine soit plutôt située du côté du Maghreb. D’autre part, un trio – un homme, deux femmes – dont les mesures de garde à vue ont été prolongées hier soir.

Les enquêteurs estimeraient que le réseau traitait des lots de centaines de cartouches de cigarettes, plusieurs fois par semaine, sur la seule agglomération de Toulouse. On parle d’un bénéfice net de 20 000 euros par semaine.

Le GIR de Toulouse s’est joint à l’enquête. Et le parquet va ouvrir une information judiciaire.