Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Fév 2017 | Trafic
 

Le travail de sensibilisation – effectué auprès de toutes les institutions – par la fédération des buralistes de Midi-Pyrénées porte ses fruits. Y compris auprès des magistrats.

Ainsi, ce début de semaine, le tribunal correctionnel de Toulouse a condamné à deux mois ferme, avec maintien en détention, un vendeur à la sauvette du quartier Arnaud-Bernard, haut-lieu du marché illégal du tabac à Toulouse (voir Lmdt du 31 décembre).

Il faut dire que le prévenu a donné du sien, si l’on ose dire.

• « Le revoilà ! » s’est exclamé le procureur Chastenet en voyant entrer au tribunal, accompagné de son interprète, Abdallah, un demandeur d’asile algérien de 19 ans.

Lequel avait été repéré, ce vendredi 10 février, par les caméras de video-surveillance mises en place par la municipalité, au cœur d’un petit groupe de revendeurs de tabac place Arnaud-Bernard. Après avoir assisté sur écran à trois transactions, la police municipale était intervenue pour l’arrêter. Abdallah avait 19 paquets de cigarettes dans les poches.

• « Vous avez été condamné avec sursis, il n’y a même pas quinze jours, pour les mêmes faits ! » réagit, à son tour, Didier Suc, le président du tribunal, « alors, vous vendiez ou pas ? ».

« Oui » répond le jeune homme, « je fais ça pour vivre, je me fais 10 euros pour m’acheter à manger ». Et son avocat, maître Jocelyn Momasso-Momasso de poser une question fondamentale : « est-ce que quelqu’un qui se livre à de la vente de cigarettes pour vivre est un délinquant ? »

Le tribunal a répondu avec fermeté.