Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Mai 2018 | Observatoire
 

Avec ses tablettes haut de gamme, aux packagings décalés et colorés confiés à de multiples dessinateurs et graphistes, la jeune marque « Le Chocolat des Français » se fait une place dans le paysage gourmand. 

La marque, dont les tablettes s’affichent à quelque 5,50 euros, avait été adoubée dès ses débuts – en 2014 – par le concept-store faiseur de tendances Colette. « Le Chocolat des Français » a investi jusqu’à fin avril les Galeries Lafayette du boulevard Haussmann à Paris, à un endroit très passant de l’espace « Gourmet ».

•• Les produits, fabriqués dans plusieurs ateliers de l’Hexagone, sont revendus dans 450 à 500 points de vente : de l’épicerie fine aux hôtels en passant par … des boutiques n’ayant rien d’autre en alimentaire.

•• En 2017, 450 000 tablettes ont été vendues. Et la palette de la maison s’étoffe, avec des formats plus petits, des barres fourrées. Elle vient de sortir une gamme de tablettes bio. La griffe se plie aussi aux codes du secteur en lançant cette année pour la première fois une vraie collection de Pâques. Le prochain chantier : développer la personnalisation pour le grand public via son site Internet.

•• La marque joue aussi la carte des partenariats. Pour la fête des mères, elle lance ainsi un coffret collector avec la Maison Castelbajac Paris, avec trois tablettes aux allures de déclaration.

Côté gourmandise, elle a noué pour cet été une alliance avec « La Tarte Tropézienne » autour d’une recette de « baby trop » au cacao et d’une boîte illustrée sur la French Riviera.

•• Pour pousser la logique du chocolat français jusqu’au bout, la marque aimerait proposer des produits à base de cacao tricolore. Elle travaille avec une association de planteurs de la Martinique et attend de premières fèves dans quelques mois.