Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Mai 2020 | Observatoire
 

Dans les spiritueux, le passage au bio se fait plutôt timide : c’est encore l’apanage d’acteurs de niche ou artisanaux, aux tarifs plutôt élevés. Avec le lancement de deux produits, Ricard est la première marque grand public à s’y mettre.

La griffe lance des versions de pastis – à la fois bio et fruités – avec, pour l’un, des notes de citron et, pour l’autre, d’amande.

•• « Il faut valoriser la catégorie des anisés, qui a des atouts comme l’origine naturelle de ses ingrédients, et casser les codes pour éliminer les clichés » estime, dans Les Échos, Isabelle Pernet, manager innovation de Ricard.

Au bio répond aussi l’association de l’anis vert à deux goûts différents. « Ces pastis apportent de la modernité. Ils s’adressent en particulier à des gens de 25-30 ans à l’affût de nouveaux produits. Ils ont besoin d’être rassurés sur l’environnement et recherchent d’autres saveurs » poursuit-elle. En outre, ces références se boivent avec 7 à 10 volumes d’eau, ce qui diminue leur teneur en alcool.

•• Toutefois, ces produits sont réservés, pour le moment, aux cavistes avec une commercialisation dans le réseau de Nicolas à partir du 6 mai. Un choix tenant à la recherche de proximité en centre-ville et au besoin de recommandation des consommateurs que la griffe espère toucher. À 25 euros les 70 cl, son positionnement prix est plus élevé que la recette d’origine.

•• La marque du groupe Pernod Ricard accélère, ainsi, le rythme des innovations pour élargir ses publics (voir 3 octobre 2019).

En 2018, elle avait déjà mis sur le marché, notamment dans les cafés-restaurants, Ricard Plantes Fraîches, qui repose sur la mise en place d’une filière de production d’anis en Provence. Et qui vise plutôt les 30-40 ans. « L’époque est à la diversité et à la segmentation. Les marchés sont fragmentés, les besoins différents » remarque Isabelle Pernet.

•• Pour la nouvelle gamme « Pastis bio », le contexte du coronavirus n’a rien changé à la date de lancement. Nicolas a rouvert son réseau quinze jours après le début du confinement, avec un protocole assurant le zéro contact, et a vu ses ventes en ligne bien progresser.