Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Mai 2018 | Trafic
 

Nouvelle analyse, plutôt polémique, de Christophe G. (contributeur aux blogs de Mediapart) mise en ligne cette semaine et dont nous reprenons des extraits significatifs (voir Lmdt du 21 mai).

« La contrebande, notamment de cigarettes contrefaites, a été avancée par plusieurs associations ou événements comme une source d’approvisionnement des réseaux terroristes. Mais à y regarder de plus près, ces événements organisés par les cigarettiers eux-mêmes dénoncent un trafic qui ne semble pas avoir lieu d’être (voir Lmdt des 24 avril 2018, 29 août 2017 et 17 janvier 2016).

« Depuis plusieurs mois, des événements se succèdent sur le financement du terrorisme par la « contrebande de tabac et/ou la contrefaçon de tabac ». À supposer que les terroristes aient ajouté ce trafic à leur arsenal, gageons que les services compétents prennent les mesures nécessaires pour tarir cette source – trop facile – de financements. Mais à y regarder de plus près, il est étonnant que ces événements soient portés par les cigarettiers, ou par des associations qu’ils financent (…) Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Questions sur le financement du terrorisme par la contrebande de tabac » (blog de Mediapart)  , ,
24 Avr 2018 | Trafic
 

Ce jeudi 26 avril se tient, à Paris, la Conférence de Lutte contre le Financement de Daesh et d’Al-Qaïda.

Le Président de la République en avait lancé l’idée lors de son discours à la Conférence des Ambassadeurs d’août 2017. Emmanuel Macron, de retour de Washington, y interviendra pour un discours de conclusion, en présence de représentants de 70 pays et 20 organisations internationales.

Le sujet est d’importance.

•• À propos, le site en ligne EU Reporter fait état d’une récente conférence – organisée le 23 mars par l’OLAF / Office européen de Lutte Anti-Fraude (voir Lmdt des 20 janvier 2018 et 30 septembre 2016) et hébergée dans les locaux bruxellois de L’EESC (European Economic and Social Committee) – où le Commissaire européen au Budget, lui-même, l’allemand Günther Oettinger (photo), a indiqué qu’il ne fallait pas seulement limiter la contrebande du tabac aux problématiques de santé publique et de fiscalité.

Mais qu’il fallait considérer que la contrebande est devenue une source majeure de revenus pour le crime organisé. Et même, parfois … une source de financement du terrorisme. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Où l’on reparle de contrebande de tabac et de terrorisme …  ,
19 Oct 2017 | International, Trafic
 

Une nouvelle pièce à mettre au dossier du financement du terrorisme par le trafic du tabac (voir Lmdt des 29 et 18 août). 

Accusé de terrorisme et de production illégale de tabac à chicha, un commandant du groupe État Islamique (EI) a été arrêté en Bulgarie, le 29 septembre. Ainsi, Ahmed Rafi Musto (d’origine syrienne et de nationalité bulgare depuis 2008), a été placé en détention provisoire avec deux complices dont une femme. 

•• Selon le parquet qui a mis deux semaines pour annoncer l’arrestation, le tabac était destiné à la vente en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Bulgarie. Les bénéfices devaient financer l’activité terroriste du chef du groupe, Ahmed Rafi Musto. Lire la suite »

29 Août 2017 | International, Trafic
 

Ce n’est pas la première fois que nous rappelons le rapport entre trafic de terrorisme. Le premier permettant de financer, directement ou indirectement, le second (voir Lmdt du 18 août 2016 et 14 avril 2015).

Nous ne sommes pas étonnés de la teneur d’un communiqué du ministère de La Défense nationale algérien qui établit un bilan de diverses opérations ayant eu lieu le 21 août.

Ainsi à Batna (dans les Aurès, à 440 kilomètres au sud-est d’Alger), un détachement de l’Armée nationale populaire a découvert et détruit deux casemates supposées être utilisées par des terroristes.

Mais en même temps, ils ont saisi 65 kilos de kif traité, 32 400 paquets de tabac et 11 040 bouteilles de différentes boissons.

18 Août 2017 | Trafic
 

Suite aux attaques tragiques qui ont frappé l’Espagne, hier après-midi et cette nuit, il est utile de renvoyer à nos récents articles évoquant et établissant un rapport entre le terrorisme et le trafic de tabac (voir Lmdt des 25 mai, 13 mars, 17 février et 17 janvier 2016).

Ce n’est pas la seule. Mais le trafic de tabac compte parmi les sources de financement de ces réseaux qui travaillent dans l’obscurité, de part et d’autre de la Méditerranée, avant de frapper aveuglément sur notre continent.

Facile à trouver, commode à transporter, rapide à écouler : le tabac illégal est l’une des façons les plus sûres de fournir ce « cash » indispensable à l’organisation souterraine de ceux qui projettent leur ombre de terreur sur notre vie quotidienne.

Il faut le dire. Et c’est une raison supplémentaire pour laquelle il est impératif de lutter sérieusement contre la contrebande et le marché parallèle du tabac.

Le négliger ajouterait au sentiment d’impuissance qui est pire que tout.

24 Fév 2017 | International
 

À Bachiqa près de Mossoul, au milieu des maisons couleur pastel en ruine et des inscriptions à la gloire du « califat », Wissam Ghanem vend des bières, de la vodka et du whisky dans son échoppe rouverte après le départ des jihadistes, raconte l’AFP dans une dépêche récente (18 février).

Située à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Mossoul, cette ville du nord de l’Irak a connu un exode massif après sa prise en août 2014 par le groupe ultraradical État islamique (EI). Déplacés pendant près d’un an et demi, Wissam et sa famille n’ont pas hésité à revenir s’installer à Bachiqa, aujourd’hui aux allures de ville fantôme, après sa reconquête en novembre par les combattants kurdes, également engagés dans la lutte anti-jihadistes.

Il a aussitôt rouvert son échoppe de spiritueux dont les vitres ont été entièrement soufflées par l’EI qui interdit la consommation de l’alcool et de tabac dans son « califat », les zones sous son contrôle en Irak et en Syrie voisine. « Mais quand on est revenu, on a trouvé dans les maisons des canettes de bières, des bouteilles d’alcool récemment entamées, des paquets de cigarettes ouverts … Les jihadistes buvaient et fumaient ! », intervient rageusement Wissam.

À quelques centaines de mètres, Bassam Abdel Mahmoud tient lui aussi une petite épicerie avec des produits de première nécessité, « mais l’alcool représente plus de 50 % des ventes », confie-t-il. Malgré des températures glaciales et très peu de clients, les deux magasins restent ouverts de huit à 20 heures tous les jours. Les habitants tentent de s’adapter, mais le retour est difficile à Bachiqa.

 Commentaires fermés sur « Les jihadistes buvaient et fumaient »  ,
15 Nov 2016 | Profession
 

Reims synagogue_militairesUn bar-tabac, situé juste à côté de la synagogue de Reims, n’a pas survécu au plan Vigipirate mis en place après l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo en janvier 2015. Gênée par le dispositif policier, la clientèle a fini par déserter les lieux.

Aujourd’hui, le buraliste assigne l’État en justice, d’après une information de RTL.

Selon le rapport d’expertise commandé par le patron de l’établissement, le bar-tabac aurait perdu entre 28 000 et 30 000 euros de chiffre d’affaires par mois. Présence de blindés, de camionnettes et de soldats, interdictions de stationner autour de la synagogue voisine, autant de facteurs qui auraient dissuadé la clientèle dans les premiers mois de 2015. A la clé, une trésorerie en chute libre qui a conduit récemment Philippe Da Fonte à déposer le bilan.

Le patron du Clovis s’apprêtait d’ailleurs à vendre son bar-tabac quand Vigipirate a bouleversé ses plans. Son avocat, Maître Ludot, a écrit au premier ministre et a assigné l’État en réparations devant le tribunal de Châlons-en-Champagne. Le préjudice étant estimé, d’après lui, à 400 000 euros.

 Commentaires fermés sur Un buraliste de Reims assigne l’État en réparations, à cause du plan Vigipirate  , ,
12 Nov 2016 | Observatoire
 

11103171

Auteur d’une quinzaine de romans, l’écrivain algérien Yasmina Khadra (« Ce que le jour doit à la nuit » ; « L’attentat » ; « Dieu n’habite pas à La Havane ») est l’un des auteurs francophones actuellement les plus lus dans le monde.

Dans L’Amateur de Cigare, il donne libre cours à sa libre parole : « Bien sûr, le cigare est compatible avec l’Islam ! Tout est compatible avec l’islam, sauf la connerie ! Ce qui est interdit, c’est l’abus. Ainsi, l’alcool est déconseillé par le Prophète parce que, de son temps, des gens se rendaient ivres à la mosquée pour prier ! On n’en a rien à foutre des imams, des mollahs, qui prétendent diriger la vie des gens, réprimer, interdire … Dans les maquis, les islamistes interdisaient de fumer pour que leurs hommes restent sportifs et ne se fassent pas repérer par l’armée. Les terroristes, ce ne sont pas des religieux, mais des sectes meurtrières ».

 Commentaires fermés sur « Le cigare est compatible avec l’Islam » (Yasmina Khadra)  ,
14 Sep 2016 | Pression normative
 

Lycee fumeurDe nombreuses voix se font toujours entendre pour obtenir une dérogation à la loi Évin dans les lycées tant que court l’état d’urgence (voir Lmdt des 12, 11 et 9 septembre).

Ce que la ministre de l’Éducation refuse toujours (voir Lmdt du 26 août).

•• « On préfère que les chefs d’établissement mettent en sécurité leurs élèves au sein des établissements scolaires, c’est à dire qu’ils permettent aux fumeurs de fumer à l’intérieur, protégé par les bâtiments », a soutenu Valérie Marty, présidente de la PEEP (Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public), ce lundi 12 septembre, au micro d’Europe 1. Lire la suite »

6 Sep 2016 | Pression normative
 

Lycees fumeursLoi Évin contre sécurité des élèves (voir Lmdt du 26 août). Le dilemme continue de mettre bon nombre de chefs d’établissements dans l’embarras en cette rentrée (voir Lmdt des 23, 21, 14 et 4 avril, ainsi que des 31 et 30 mars). 

•• Comme à Vannes. Au lycée Notre Dame Le Menimur où « il y a derrière le lycée un parc qui ne nous appartient pas où les élèves vont fumer », témoigne un responsable dans Le Télégramme de Brest du 29 août. Au lycée Saint Joseph, les lycéens ont le droit de sortir sur le parking devant l’établissement. Au lycée Saint-Paul, il existait déjà un espace extérieur délimité, autorisé pour les fumeurs. Le proviseur du Lycée Lesage a géré, malgré la loi, les priorités : « entre la rafale de kalachnikov et le cancer du tabac, j’ai choisi d’accepter que les élèves fument à l’intérieur de la cour. Nous avons autre chose à faire que de surveiller ou pas s’ils fument ou pas aux intercours ». Lire la suite »