Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Mar 2019 | Profession
 

Vice Media est un groupe américain de médias digitaux « tendances », s’adressant originellement aux jeunes et urbains à partir du magazine papier Vice Magazine, et dont 21st Century Fox est actionnaire de référence.

Vice Media a décidé de lancer, en avril, un nouveau site web. Sa mission : inciter les lecteurs à adopter des comportements meilleurs pour l’environnement et la santé.

•• Pour inaugurer cette nouvelle plateforme, Vice Media a choisi le sujet du tabac et déclinera toute une campagne visant à promouvoir l’arrêt de la cigarette.

Derrière ce projet médiatique figure un contributeur : Philip Morris International. Selon le Financial Times, le fabricant aurait déboursé 5 millions de livres sterling pour soutenir l’initiative.

•• Le cigarretier se contentera d’être un simple sponsor.

Vice sera le seul en charge du contenu avec une équipe composée majoritairement de journalistes recrutés spécialement pour l’occasion. Le site tout comme la campagne seront « indépendants éditorialement », assure-t-on chez Vice, comme chez Philip Morris, contacté par les Échos.

•• « Et puisque ce n’est pas une campagne de publicité », il n’y aura aucune promotion d’alternatives à la cigarette classique, comme les e-cigarettes ou produits de nouvelle génération, ajoute Vice Media.

La campagne anti-tabac publiée par Vice devrait débuter début avril. L’ambition, à terme, sera d’ouvrir des sites similaires à d’autres pays que le Royaume-Uni.

22 Mar 2019 | Observatoire
 

Près d’un million et demi (1,41 million) de décès par cancers devraient survenir en 2019 dans l’Union européenne (UE), selon les estimations de chercheurs, publiées le 18 mars et reprises par l’AFP.

Leurs études prévoient ainsi que les taux de mortalité par cancer du sein baisseront cette année de 9 % dans l’ensemble de l’Union par rapport à 2014, sauf en Pologne, peut-on ainsi lire dans l’article détaillé d’une revue spécialisée : Annals of Oncology.

•• Ce travail confirme la tendance à la baisse continue de la mortalité par cancers dans l’UE depuis 2014, en pourcentage de la population, écrivent les chercheurs. Lire la suite »

21 Mar 2019 | Observatoire
 

« Pour la première fois depuis que le sommeil est observé sur le plan épidémiologique en France, le temps de sommeil moyen nocturne est inférieur à 7 heures », écrivent des spécialistes dans l’une des études sur les liens entre produits psychoactifs et sommeil, publiée le 12 mars dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

En moyenne, les 18-75 ans dorment 6h45 chaque nuit, selon le BEH. Ce temps de sommeil n’atteint que 6h34 en semaine et lors des périodes de travail, alors qu’il est de 7h12 le week-end et lors des périodes de repos. Ces estimations sont basées sur le Baromètre de Santé publique France 2017, pour lequel 12 637 personnes de 18-75 ans ont été interrogées.

•• Une étude pointe un lien entre le tabagisme et la qualité du sommeil et suggère de l’utiliser comme un « argument nouveau » pour inciter à l’arrêt du tabac.

« Les fumeurs quotidiens, qu’ils soient peu ou fortement dépendants, sont fréquemment courts dormeurs (temps de sommeil total inférieur ou égal à 6h par 24h) », selon l’étude. En outre, les fumeurs quotidiens fortement dépendants sont également nettement plus sujets à l’insomnie. « Or, précisent les auteurs, dormir moins de 6 heures est associé à de nombreuses comorbidités de type obésité, diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, dépressions, accidents. »

Parmi les mécanismes par lesquels le tabagisme dégrade la qualité du sommeil, la nicotine, pour commencer. C’est un puissant stimulant même si elle est consommée sous forme de substitut. Des enregistrements par électroencéphalogramme de l’activité du cerveau de fumeurs et de non-fumeurs ont par ailleurs révélé des variations dans les ondes cérébrales pendant le sommeil chez les fumeurs. Lire la suite »

22 Fév 2019 | Observatoire
 

Pour la première fois de son histoire, l’Académie de Médecine accueillait, le 31 janvier, des enseignants de SVT (sciences de la vie et de la terre) ainsi que des élèves de troisième et de seconde, aux débats de la deuxième journée de prévention « La santé des enfants et des adolescents » ainsi qu’à la « première séance de la jeune Académie de médecine ».

Une initiative justifiée pour le Pr Pierre Bégué, ancien président de l’Académie et ardent défenseur de la médecine de prévention : « l’école est le lieu privilégié pour faire passer les messages de prévention. »

« On est passé d’une approche biomédicale à une approche psychosociale, une promotion de la santé vue comme un processus de construction tout au long de la vie », ajoute le Dr Brigitte Moltrecht, de la Degesco (direction générale de l’enseignement scolaire), « il faut responsabiliser les gens et leur donner les moyens d’agir sur leur santé. »

•• Premier constat : « l’état de santé des jeunes est globalement bon mais il y a urgence à agir en matière de prévention car il y a un écart entre les familles favorisées et celles qui le sont moins », explique le Dr Zinna Bessa, sous-directrice de la santé des populations et de la prévention des maladies chroniques à la Direction générale de la santé (DGS).

L’objectif du plan « priorité prévention » (voir Lmdt du 26 mars 2018) cible, logiquement, les enfants et adolescents, avec notamment l’organisation d’examens de santé jusqu’à 18 ans.

•• Concernant les « drogues licites ou illicites », le Pr Jean-Pierre Goullé est partagé. « La consommation de tabac à 17 ans est en net recul tant pour l’expérimentation que pour l’usage quotidien par rapport à 2014 et c’est la même chose pour la consommation d’alcool, mais le tabac et l’alcool restent à des niveaux très élevés chez les jeunes et l’usage problématique est en hausse. »  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « La consommation de tabac a 17 ans est en net recul » (Académie de Médecine)   , ,
5 Fév 2019 | Observatoire
 

À l’occasion de la Journée mondiale contre le Cancer qui a lieu ce 4 février, Catherine Hill, épidémiologiste (voir Lmdt du 15 octobre 2018), fait le point sur les récentes statistiques de la maladie dans Le Figaro. Extraits.

•• « En valeur absolue, il y a plus de cancers car la population augmente et qu’il y a une plus grande proportion de gens âgés. Mais si l’on compare la situation actuelle à celle d’il y a quelques années, à taille de population et répartition d’âges égales, l’incidence annuelle diminue nettement chez les hommes et est à peu près stable chez les femmes. La mortalité par cancer, elle, diminue pour les deux sexes.

 « Chez les hommes, on diagnostique moins de cancers de la prostate et ils boivent et fument moins qu’avant. Dans les années 1950-1960, les trois quarts fumaient, contre 30 % aujourd’hui.

« Chez les femmes, l’incidence et la mortalité par cancer du sein diminuent, mais l’incidence et la mortalité par cancer du poumon augmente énormément car les femmes se sont mises à fumer sérieusement seulement depuis les années 1970. Le risque va continuer à augmenter avec le vieillissement des générations nées vers 1960, qui sont celles qui ont le plus fumé. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Cancer : « l’environnement joue un rôle très faible comparé au tabac et à l’alcool » (Catherine Hill)  , ,
31 Jan 2019 | Observatoire
 

Ni les hausses successives des prix, ni le paquet neutre ne semblent avoir troublé la « cigarette d’entre deux cours » devant les lycées de Limoges. À en croire une enquête de terrain du Populaire du Centre, publiée ce 28 janvier.

•• Même s’ils se disent moins « addicts » que leurs aînés, ils défendent l’idée d’une « cigarette plaisir ». Celle que l’on s’allume et que l’on partage entre deux heures de cours. La dépendance ? « On verra ça plus tard », dit Théo, 17 ans, élève de seconde au lycée Auguste-Renoir, « mon paquet me fait trois semaines et je peux tout à fait m’en passer les week-ends. À aucun moment je ne me sens accro. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Hausses de prix, paquet neutre : « cela ne change pas grand-chose » (une lycéenne à Limoges)  , ,
30 Jan 2019 | Pression normative
 

Tout cela pour cela … Des études et statistiques pour rappeler ce qui relève de l’évidence. Et ce que nous avions annoncé ici même.

Hier, une cartographie de Santé Publique France fait ressortir des disparités dans le taux de prévalence tabagique entre régions. Et qu’apprend-t-on ? Ce sont dans les régions frontalières que l’on fume le plus … des régions « proches de pays où le tabac est moins cher » commente doctement un responsable de Santé Publique France (voir Lmdt du 29 janvier).

Autre exemple, le paquet neutre. Là encore, grosse étude de Santé Publique France. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Des études, des statistiques … pour se rendre à l’évidence  ,
29 Jan 2019 | Observatoire
 

Provence-Alpes-Côte d’Azur est la région de France où l’on fume le plus et l’Ile-de-France celle où l’on fume le moins, selon une cartographie régionale du tabagisme publiée, ce 29 janvier, par les autorités sanitaires.

En France, la proportion de fumeurs quotidiens chez les 18-75 ans est de 26,9%, selon ces chiffres tirés du Baromètre 2017 de l’agence sanitaire Santé publique France.

•• Cette moyenne nationale cache de fortes disparités. Les régions les plus vertueuses sont l’Île-de-France (21,3 %) et les Pays-de-la-Loire (23 %). À l’inverse, quatre régions dépassent la moyenne nationale : Paca (32,2 %), Hauts-de-France (30,5 %), Occitanie (30,3 %) et Grand-Est (30,1 %). Lire la suite »

7 Jan 2019 | Pression normative
 

« Tabac, clope, cigarette … » pourraient-ils disparaître, à terme, de notre vocabulaire ? L’émission « Les mots de l’Info » de France Info a voulu étudier la question, ce samedi 5 janvier, avec François Bourdillon (Directeur général de Santé Publique France) et le professeur Bertrand Dautzenberg.

•• Un million de fumeurs en moins entre 2016 et 2017 (voir Lmdt du 28 mai 2018) … mais il reste douze millions de fumeurs. Peut-on imaginer une génération sans tabac » ?

François Bourdillon : « Il y a eu 250 000 inscrits sur le site du « Mois sans Tabac », soit 100 000 de plus qu’en 2017. C’est un signe encourageant (voir Lmdt du 29 novembre 2018) ».

Bertrand Dautzenberg : « Et c’est une petite partie de la réalité. Beaucoup se sont mobilisés en s’inscrivant sur l’application « Tabac Info Service » ou en utilisant des substituts … On voit l’effondrement de 10 % du nombre de cigarettes vendues chaque mois en France depuis mars. » Lire la suite »

 

Le Conseil fédéral a transmis, ce 30 novembre au parlement helvétique, une nouvelle loi sur le tabac.

La vente de cigarettes devrait être interdite aux moins de 18 ans sur tout le territoire de la Suisse, alors que le snus et les cigarettes électroniques avec nicotine disposeront d’un cadre réglementaire leur permettant d’être commercialisés, toujours sur le même territoire.

•• Un premier projet de loi avait capoté au Parlement, en 2016, principalement en raison de l’interdiction de publicité pour le tabac, voulue par le Conseil fédéral (voir Lmdt du 8 décembre 2016). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Suisse : nouveau projet de loi sur le tabac et le vapotage à l’horizon 2022   , ,