Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Juil 2018 | Profession
 

Question pragmatique déposée par le sénateur Jean-Pierre Moga (UC, Lot-et-Garonne) sur le système de traçabilité tabac (voir Lmdt du 22 décembre 2017) qui devrait être mis en place à compter de mai 2019 : quel coût pour les petites entreprises du secteur tabacole, nombreuses dans son département ? 

« Les professionnels du secteur sont inquiets en raison du coût d’investissement et de fonctionnement de ce dispositif qui a été largement sous-estimé par les études d’impact. Les investissements à réaliser dans un temps restreint, sans visibilité sur les solutions retenues par notre pays pour la mise en place de ce système de traçabilité, sont une importante charge financière pour de petites entreprises. Lire la suite »

1 Juin 2018 | Profession
 

La députée Florence Lasserre-David (Mouvement Démocrate et apparentés / Pyrénées-Atlantiques) a récemment déposé une question écrite auprès du ministre de l’Agriculture. 

Histoire de rappeler à un ministère – ayant propension à les oublier en ce moment – que les planteurs de tabac sont aussi des agriculteurs.

•• « Cette activité agricole, recensée dans quatre départements du Sud-Ouest, représente 470 hectares de cultures pour un chiffre d’affaires annuel de 6 millions d’euros. En termes d’effectifs, la filière compte 120 emplois permanents et 2 500 emplois saisonniers.

« Alors que la production française de tabac représente 12 000 tonnes pour 60 000 tonnes consommées (sur le marché officiel français / ndlr), la députée souhaiterait connaitre la position du Gouvernement sur la possibilité souvent évoquée, d’une nouvelle hausse des taxes sur le tabac (…)

•• « Elle souhaiterait également obtenir des informations relatives aux aides pour la filière tabacole qui, depuis 2009, sont interrompues afin d’avoir une meilleure visibilité sur les évolutions de chiffres d’affaires auxquelles doivent se préparer les producteurs de tabac.

•• « Enfin, la députée souhaiterait obtenir des précisions sur la place que le Gouvernement entend donner à la filière tabacole dans le Sud-Ouest, et plus largement en France, dans le cadre de la mise en œuvre de la diversification agricole portée par son ministère. »

 Commentaires fermés sur Tabaculture : une question écrite sur les planteurs aquitains  ,
3 Avr 2018 | International, Trafic
 

Il est interdit de planter et de cultiver du tabac en Australie. Néanmoins, des plantations clandestines y sont apparues de ci, de là (voir Lmdt des 7 mai et 30 avril 2017 ainsi que du 15 mai 2015). Et le phénomène est en voie de développement, apparemment.

Fin mars, pas moins de 28 tonnes de tabac récolté et 45 000 pieds de tabac arrachés ont été détruits à Bundaberg dans la province du Queensland. Soit une valeur marchande estimée à 30 millions de dollars australiens : 18,7 millions d’euros.

« C’est la plus grosse opération coordonnée avec d’autres forces de l’ordre que nous n’ayons jamais menée dans l’histoire de notre administration fiscale » a déclaré aux médias l’un de ses responsables de l’enquête.

 Commentaires fermés sur Australie : grosse opération contre une culture clandestine de tabac  ,
13 Fév 2018 | Profession
 

À l’échelle mondiale, la production de tabac a doublé … depuis 1960, même si elle tend à stagner depuis quelques années.

Le tabac constitue toujours, en effet, la seule source de revenus pour des millions de petits agriculteurs dont la reconversion n’est pas toujours simple à mettre en œuvre, malgré les vœux et la pression de l’Organisation mondiale de la Santé. 

Seulement, la cigarette est loin d’être le seul débouché possible : de la confection de vaccins au biocarburant en passant par la recherche sur le sida. Tour d’horizon – par le média Usbek & Rica – des secteurs qui pourraient assurer l’avenir de cette plante si controversée et si noble pourtant à cultiver.

DES VACCINS

Plusieurs sociétés, travaillant dans les biotechnologies, misent sur le tabac pour produire des molécules pharmaceutiques (« moléculture »). Lire la suite »

20 Nov 2017 | Profession
 

Solidaires avec leur filière, les producteurs de tabac ont déploré la fermeture du site Seita de Riom (voir Lmdt du 12 juillet).

Mais pour l’heure, cette décision n’a pas perturbé une filière qui se porte plutôt bien dans son contexte particulier, selon un article de La Montagne de ce dimanche 19 novembre.

•• La production des planteurs puydômois – rattachés à la coopérative Périgord tabac – prend actuellement la direction de l’usine de l’union des coopératives France Tabac à Sarlat (Dordogne / voir Lmdt du 1er juillet 2016) pour une première transformation, avant d’être vendue à des industriels.

Et après ? « On ne sait pas où ça part », explique Jean-Louis Duron, président du Syndicat des producteurs de tabac Auvergne-Bourbonnais, « la fermeture de la Seita n’a pas eu d’effets directs pour nous, les producteurs. France Tabac continue de nous acheter le tabac. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Planteurs auvergnats : regard plutôt serein sur la tabaculture  
5 Nov 2017 | Profession
 

L’actualité de la filière et de l’environnement tabac – si chargée dans son rythme quotidien – ne nous a pas encore permis de saluer, comme il se doit, le numéro d’octobre de la Revue des Tabacs qui a lancé une nouvelle formule en même temps que de nouveaux outils (en application mobile et tablette).

Le look retravaillé du magazine est signé par un directeur artistique déjà reconnu mais encore prometteur : l’ensemble y gagne en clarté, élégance et rythme.

Un grand dossier occupe son cahier central.

Il est consacré à une énumération précise des postes de travail directs dans la filière tabac : « au total, plus de 63 000 emplois directs en France, liés au tabac, sont en danger. La filière est plus que jamais directement menacée par les mesures fiscales et réglementaires (…) Tous les acteurs subissent cette croisade absurde qui n’a qu’une conséquence : le développement de réseaux mafieux de fabrication et de vente. » Lire la suite »

18 Sep 2017 | Associations, International
 

« Foundation for a smoke-free world » : la fondation pour un monde sans fumée a été lancée officiellement, le 13 septembre, à New York, lors du Global Tobacco & Nicotine Forum 2017.

Elle est créée et dirigée par le docteur Derek Yach (photo), considéré comme le principal architecte de la convention-cadre de l’OMS pour la lutte anti-tabac, lorsqu’il était à l’Organisation mondiale pour la Santé. La fondation dispose d’un premier financement annuel d’environ 80 millions de dollars (67 millions d’euros), pour douze ans, de la part de Philip Morris International.

•• « Pendant des décennies, malgré les importantes initiatives de lutte anti-tabac, le tabagisme est resté la première cause de décès évitable au monde (…) La Fondation pour un monde sans fumée apportera des ressources bien nécessaires, une expertise, des idées neuves et un esprit collaboratif pour former des partenariats, engager le dialogue, mener des recherches et prendre des mesures » a déclaré le docteur Yach.

•• Autre précision des initiateurs de cette fondation : la fondation recherche et attend des financements d’autres sources (que PMI). Les modalités de subvention, le règlement et le statut de la fondation empêchent PMI ou d’autres représentants de l’industrie du tabac d’être impliqués dans sa gouvernance ; de même que d’avoir une quelconque influence sur les décisions de financement, la stratégie ou les activités de la fondation.

Celle-ci aura un programme de recherche indépendant, sera propriétaire de ses données, aura liberté de publication et des protections strictes par rapport aux conflits d’intérêts.

•• À noter, parmi ses premiers objectifs : « identifier des cultures alternatives et des moyens de subsistance pour les cultivateurs de tabac alors que la demande mondiale décline. »

À suivre.

16 Août 2017 | Profession
 

La fermeture de l’usine de la Seita à Riom est considérée telle un coup de massue par les planteurs de tabac installés à proximité. Avec le plan social de la dernière usine de cigarettes en France continentale (voir Lmdt du 12 juillet), ils rappellent leur crainte d’un affaiblissement de la filière tabacole dans un reportage de France Bleu Auvergne du 14 août.

•• Tabaculteur à Riom depuis 32 ans, Thierry Arnaud a vu passer les logos des différents propriétaires de l’usine jusqu’à la fin : la fermeture annoncée par Imperial Tobacco. Un coup dur comme il l’avait déjà expliqué dans un article du Monde (voir Lmdt du 15 juillet) : « après la fermeture de Nantes, on pensait qu’ils allaient garder le plus grand site et puis finalement, non. Ça nous a mis un peu un coup sur la tête, mais c’est surtout pour les employés. On a toujours été solidaires avec eux ».

L’inquiétude est là, « on avait un prix garanti, après si ça part autre part on ne sait pas. Pour le moment on a des commerciaux de Tabac France qui cherchent des marchés, bon, après, on a toujours réussi à en trouver. On sait qu’il y a Japan qui serait intéressé. S’ils l’achètent au même prix qu’Imperial Tobacco ça va, sinon il y a aura souci ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tabaculture : « une filière qui manque de soutien politique » (Jean-Louis Duron)  
14 Août 2017 | Profession
 

Nous avons déjà parlé du démarrage de la récolte dans le Bas-Rhin (voir Lmdt du 2 août). Mais on ramasse du tabac dans tous les lieux de plantation, désormais, un peu partout en France :

•• Vienne : l’alternance entre temps chaud et pluie de ces dernières semaines s’annonce de bon augure pour un tabac blond destiné, notamment, au Moyen-Orient. Où son apport dans le tabac à chicha est manifestement très apprécié. Si la météo le permet, la récolte pourrait continuer jusqu’ au mois d’octobre, d’après la coopérative Tabac Feuille de France.

•• Lot-et-Garonne : les premières feuilles de tabac Virginie ont été récoltées, début août, dans le Fumélois et l’Albret. D’ici la fin du mois, elle doit se généraliser sur tout le territoire. Sur son compte Facebook, Tabac Gascogne Adour diffuse une vidéo du travail des ramasseurs.

 Commentaires fermés sur Tabaculture : on récolte, partout en France  
10 Août 2017 | Profession
 

Les années de tabaculture se suivent et ne se ressemblent pas.

Moins 13 % de feuilles récoltées par rapport à 2016.

Suite à une mauvaise récolte, particulièrement en Afrique, les spécialistes estiment que la disponibilité de la variété de tabac Burley devait être sensiblement inférieure à la demande mondiale dans les mois à venir.

 Commentaires fermés sur Une récolte de Burley insuffisante  ,