Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Le président Cyril Ramaphosa, a annoncé, ce 24 mai, une série de mesures effectives dès le 1er juin, dont la levée du couvre-feu, la réouverture de la plupart des commerces et l’autorisation de la vente d’alcool.

Alors que la vente de tabac reste toujours interdite (voir 16 mai, 26 avril et 29 mars). 

•• Les rassemblements publics resteront toutefois interdits et certaines « activités économiques à haut risque » tels les restaurants, les bars et les salons de coiffure demeureront fermés.

« L’alcool ne sera vendu que pour la consommation à domicile selon des conditions strictes, pendant des jours précis et à certaines heures » a-t-il déclaré, ajoutant que la vente de tabac resterait interdite « en raison des risques sanitaires liés au tabagisme ».

•• Le ministre de la police Bheki Cele a suscité la polémique en attribuant le recul de la délinquance pendant le confinement « à l’impossibilité de se procurer de l’alcool ». Il a également précisé que près d’un quart de million de personnes (230 000) ont été arrêtées suite à la violation des règles du confinement, pour l’essentiel des infractions liées à la vente d’alcool et de tabac.

•• Le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), a estimé que ces mesures de normalisation interviennent « six semaines trop tard » et s’est étonné du maintien de l’interdiction de la vente de tabac « alors que la plupart des fumeurs n’ont pas arrêté et achètent leurs cigarettes de manière illégale ».

26 Mai 2020 | Profession, Récents
 

Retour sur les chiffres atypiques du marché du tabac (livraisons Logista chez les buralistes) – en ce mois d’avril de confinement – pour examiner la situation non seulement sur les départements les plus significatifs (voir 25 mai) mais au niveau national (-1,1 % en volume par rapport à avril 2019, tous produits confondus, voir 12 mai).

On notera que la majorité du territoire national est quand même en négatif.

Certes, il y a eu des buralistes qui sont restés fermés. Mais cela ne saurait faire oublier que la tendance de fond reste baissière, notamment du fait des réajustements de prix de novembre et mars dernier. Lire la suite »

25 Mai 2020 | L'essentiel, Profession
 

On sait que le marché du tabac d’avril – ce mois complet de confinement – s’est soldé pour toute la France par un -1,1 % (en volume, tous produits confondus, France continentale). Sachant que sur la période, 2 000 buralistes n’ont pas été livrés pour cause de fermetures.

Mais derrière cette donnée nationale apparaissent des disparités jamais vues entre départements frontaliers et les autres. Que l’on en juge avec ces évolutions départementales (comparaisons en volume entre avril 2020 et avril 2019 / sources Logista).

Les 10 plus fortes hausses :

Ariège : + 77,4 %
• Pyrénées-Orientales : + 71 %
• Ardennes : + 65,5 %
• Bas-Rhin: + 59,9 %
• Haut-Rhin : + 48,4 %
• Nord : + 47,5 %
• Pyrénées-Atlantiques : + 47,1 %
• Moselle : + 43,2 %
• Landes : + 40,2 %
• Gers : + 35 %

Les 10 plus fortes baisses :

• Paris : -32,8 %
• Corse-du-Sud : -31,8 %
• Haute-Corse : -28,6 %
• Saône-et-Loire : -14,5 %
• Haute-Vienne : -13,5 %
• Loire-Atlantique : -13,2 %
• Nièvre : -12,9 %
• Sarthe : -12,7 %
• Ille-et-Vilaine : -12,4 %
• Rhône : -12 %

 

Les partis de la coalition gouvernementale allemande se sont mis d’accord après de longues négociations sur une interdiction de la publicité pour le tabac dans la rue, l’Allemagne étant le seul pays de l’UE où cela reste autorisé.

Les publicités dans l’espace public pour des produits de tabac seront interdites à partir du 1er janvier 2022, selon le projet de loi consulté jeudi par l’AFP.Dès 2021, la distribution gratuite de cigarettes au cours d’évènements ne sera plus autorisée et la publicité au cinéma limitée aux films destinés à un public majeur.

Les cigarettes électroniques seront concernées par ces interdictions à partir de 2024, d’après ce texte, qui doit être débattu au parlement pour la première fois le vendredi 29 mai. Lire la suite »

19 Mai 2020 | L'essentiel, Observatoire
 

La consommation de l’alcool, de tabac et de cannabis baisse chez les jeunes adolescents français âgées de 11 à 15 ans mais reste supérieure à la moyenne européenne, selon une note de l’Observatoire français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) diffusée mardi.

•• En 2018, 70 % des adolescents français de 15 ans déclarent avoir déjà bu de l’alcool, contre 79,2 % en 2014, souligne l’OFDT, dont l’analyse s’appuie sur les résultats d’une enquête de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) menée tous les quatre ans auprès de 227 000 élèves de 44 pays ou régions d’Europe et au Canada.

Un tiers des collégiens disent y avoir goûté avant l’entrée en 6e (contre 49,8 % en 2014), soit le niveau d’expérimentation le plus élevé d’Europe à cet âge, tous sexes confondus.

Si les garçons sont des consommateurs plus précoces que les filles jusqu’à 13 ans, l’écart s’estompe ensuite dans la quasi-totalité de l’Europe, à l’exception de l’Arménie, la Moldavie et l’Albanie.

L’expérimentation de l’ivresse – au moins deux au cours de la vie -, davantage présente en général chez les garçons que les filles, chute également de 17,1 à 12,9 % chez les jeunes Français de 15 ans, les plaçant dans le dernier quart du classement, dominé par le Danemark.

•• La cigarette fait également beaucoup moins d’adeptes avec seulement un tiers des adolescents français à l’avoir déjà essayée à la fin du collège en 2018, contre plus de la moitié en 2014. Le niveau d’expérimentation des jeunes de 11 et 13 ans, nettement plus faible, est aussi en baisse avec respectivement 4,1 et 14 % de premiers fumeurs.

Si elle reste au-dessus de la moyenne européenne, la proportion de jeunes fumeurs « au cours du mois » en France quitte les premières places du classement, occupées par l’Italie, la Bulgarie et la Lituanie. Lire la suite »

 

Fallait-il prohiber la vente de tabac pendant le confinement contre le coronavirus (voir 26 avril et 29 mars) ?

Le débat sanitaire a viré à la controverse politique et à l’imbroglio judiciaire en Afrique du Sud, où le gouvernement est la cible de toutes les critiques, décrypte une dépêche AFP.

•• Le 23 avril dernier, le président Cyril Ramaphosa annonce, dans le cadre d’un assouplissement des mesures de confinement, la levée à partir du 1er mai de l’interdiction de la vente des cigarettes, en vigueur depuis fin mars. Les fumeurs soufflent. Leur soulagement sera de courte durée. Six jours plus tard, la ministre de la Gouvernance, Nkosazana Dlamini-Zuma, membre-clé du cabinet resserré en charge de la crise sanitaire, fait marche arrière. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Coronavirus / Afrique du Sud : l’interdiction de vendre du tabac vire à la crise politique   , ,
12 Mai 2020 | L'essentiel, Profession
 

Suite à la publication des statistiques douanières sur le marché officiel du tabac en avril, mois de confinement total (en volume au niveau de la France continentale, voir 8 mai), voici quelques éléments d’évaluation complémentaires (source Logista).

Sachant que le nombre de jours de livraison en avril 2020 a été de 21, comme en 2019.

•• Les chiffres de ce mois d’avril sont aussi extraordinaires que l’aura été la période :

ils traduisent le double impact du phénomène « achat de stockage » d’un certain nombre de fumeurs (les tickets moyens ont fortement augmenté) et le boom du retour en masse de consommateurs chez les buralistes des zones frontalières, faute de pouvoir se rendre dans les pays voisins (voir 7 mai) ;

ce regain des achats de tabac dans les zones plus ou moins frontalières est particulièrement visible avec la ruée sur les pots de tabac à rouler (un segment de prédilection pour les fumeurs s’approvisionnant à l’étranger) ;

les chiffres en valeur correspondent aussi au caractère significatif des augmentations de prix de novembre et mars derniers ;

on remarquera enfin que les chiffres que nous vous présentons n’ont pas été réalisés par l’ensemble des buralistes : en avril, le taux de fermetures d’établissements (pour des raisons sanitaires ou économiques) dans le réseau a oscillé entre 20 % et 10 %.

•• En volume (par rapport à avril 2019)

marché global : +1,1 % (-7,9 % en mars ; -7,8 % en février)
• cigarettes : -5,1 %
• tabac à rouler : +31 %
• cigares / cigarillos : -8,5 %

•• En valeur (par rapport à avril 2019)

marché global : +14,1 % (+4,5 % en mars ; +5,2 % en février)
• cigarettes : +7,4 %
• tabac à rouler : +52,4 %
• cigares / cigarillos : +5,8 %

8 Mai 2020 | Profession
 

La Douane a publié, hier soir, les ventes officielles de tabac en France continentale de ce mois d’avril 2020 (en volume par rapport à avril 2019 / voir 10 avril).

cigarettes : -5,18 %

tabac à rouler : + 31,01 %

cigares / cigarillos : -8,52 %

Le nombre de jours de livraison est le même qu’il y a un an (21 jours).

Précisons que ces chiffres concernent l’ensemble du territoire national et établissent une comparaison par rapport au mois d’avril de l’année dernière (et non une comparaison avec le mois de mars 2020 comme les premiers chiffres publiés hier par Seita / voir 7 mai).

Il n’en reste pas moins que le chiffre du tabac à rouler témoigne de la mutation du marché du tabac dès lors qu’il y a de vraies frontières.

 

La décision du gouvernement sud-africain de prolonger l’interdiction de la vente de tabac (voir 29 mars et 26 avril), au-delà du délai initialement évoqué, relance la polémique dans l’opinion publique, révèle une dépêche AFP.

La vente des cigarettes, comme celle de l’alcool, est strictement prohibée dans le pays depuis que le président Cyril Ramaphosa a ordonné il y a cinq semaines à ses compatriotes de rester chez eux pour ralentir la progression de la pandémie de Covid-19. À ce jour, plus de 5 300 cas d’infection, dont une centaine mortels, y ont été rapportés officiellement. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Coronavirus / Afrique du Sud : revirement sur la levée de l’interdiction de vendre du tabac  , ,
24 Avr 2020 | International, Profession
 

Premier trimestre atypique car déjà affecté par la montée en puissance de la pandémie du Coronavirus. Mais en chiffres consolidés, pour Philip Morris International, l’année n’avait pas mal commencé.

•• Un total de 173,7 milliards de sticks (cigarettes et Heets de Iqos), vendus à travers le monde (contre 175,8 milliards pour le premier trimestre 2019, soit -1,2 %) :

157 milliards de cigarettes (contre 164,3 milliards de cigarettes) ;
• et 16,7 milliards de Heets (contre 11,5 milliards de Heets en 2019, soit + 45,5 %). Lire la suite »