Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Fév 2021 | L'essentiel, Profession
 

Avec la récente présentation de son nouveau plan stratégique sur cinq ans, Stefan Bomhard, le nouveau CEO d’Imperial Tobacco (voir 3 février 2020) a ciblé un certain nombre de marchés-clés en fonction des activités prioritaires d’un groupe qui a su faire preuve de résilience lors de son dernier exercice (voir 18 novembre 2020).

Ainsi, concernant le marché du combustible, 5 marchés représentent à eux seuls 72 % du bénéfice opérationnel du groupe : les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Australie et l’Espagne.

En même temps, Imperial continue à s’investir sur d’autres marchés du tabac, européens et africains, où il continue à jouer un rôle de premier plan.  D’après nos informations, la France en fait partie.

•• Plus nouveau : Imperial Brands annonce son intention de concentrer ses investissements pour saisir des opportunités dans le domaine du tabac chauffé sur le marché européen et pour consolider son implantation sur certains marchés du vapotage (comme les États-Unis et la France selon nos informations). De même pour le segment de la nicotine orale (voir 15 avril 2020).

•• L’idée étant de développer durablement une activité spécifique de produits de nouvelle génération en apportant une contribution significative à la réduction des risques.  

Pour le groupe, il s’agit d’une approche nouvelle qui résulte d’enquêtes auprès de consommateurs.  « Nous avons placé le consommateur au centre de tout ce que nous faisons » souligne Stefan Bomhard, « nous commençons à redéfinir notre culture d’entreprise pour soutenir cette nouvelle stratégie ».

19 Fév 2021 | Vapotage
 

Revenons sur la dernière enquête Eurobarometer concernant « l’attitude des Européens à l’égard du tabac et de la cigarette électronique » (voir 17 février).

Cette méga-enquête européenne permet d’appréhender le poids croissant (et certain) qu’occupent désormais ces nouveaux produits en termes de crédibilité. En tout cas, parmi les données à prendre en considération, nous avons particulièrement retenu celle-ci :

Sur 100 fumeurs de tabac combustible qui ont recouru (ou recourent) au vapotage ou au tabac chauffé,

30 % déclarent que cela les a aidés à complètement arrêter de fumer ; Lire la suite »

 

En présentant ses résultats financiers pour 2020 – une hausse de son bénéfice net à +6,4 milliards de Livres en 2020 (+7,4 milliards d’euros), avec un chiffre d’affaires stable – BAT a annoncé que le nombre de personnes, dans le monde, consommant ses produits non-combustibles (vapotage, tabac à chauffer, « modern oral »/ nicotine en sachets), a progressé de 3 millions à 13,5 millions en une année.

426 millions de Livres (494 millions d’euros) de plus, par rapport à l’année précédente, ont été investis dans ces nouveaux produits.

« Au titre de la plus grande et la plus globale entreprise de notre industrie, nous assumons pleinement le rôle de nous transformer » a notamment déclaré Jack Bowles (CEO de BAT). « Nous nous positionnons exclusivement afin d’encourager le switch vers les produits à risques réduits. » (Voir 25 août et 30 mars 2020)

17 Fév 2021 | L'essentiel, Vapotage
 

La Commission européenne vient de publier sa dernière grosse enquête Eurobarometer sur « l’attitude des Européens à l’égard du tabac et de la cigarette électronique ». La dernière enquête de ce type remonte à 2017 (voir 7 et 8 juin 2017).

Nous reviendrons sur cette enquête s’adressant à un vaste échantillonnage de la population européenne, mais en voici les premiers résultats les plus marquants concernant le vapotage et le tabac chauffé. L’enquête couvre l’ensemble de l’Union européenne (y compris le Royaume-Uni d’avant Brexit).

65 % des sondés pensent que les e-cigarettes sont nocives pour la santé de leurs utilisateurs (+10 % par rapport à la dernière enquête remontant à 2017). 64 % partagent le même avis pour la consommation de tabac chauffé.

20% de la population estiment que les produits du vapotage peuvent aider les fumeurs à arrêter la cigarettes (12 % pour le tabac chauffé).

Parmi les fumeurs qui ont essayé d’arrêter de fumer (avec succès ou pas), 11 % ont eu recours au vapotage. 15 % ont eu recours aux substituts nicotiniques et 2 % au tabac chauffé.

• 57 % des vapoteurs ont commencé dans le but de réduire leur consommation de tabac. 37% de ces mêmes vapoteurs ont aussi débuté en estimant que le vapotage est moins nocif que le tabac. 20% l’ont fait parce qu’ils appréciaient les arômes proposés. Et 8% parce que la vape, c’est « cool et attrayant ».

59 % des vapoteurs et 79 % des utilisateurs de tabac chauffé continuent à fumer du tabac traditionnel.

1% des vapoteurs a découvert la vape en n’ayant jamais fumé un produit du tabac auparavant.

À suivre.

15 Fév 2021 | International, Profession
 

Durant toute l’année 2020, Philip Morris International aura vendu, au total, 704,6 milliards d’unités ou équivalent (cigarettes, tabac à chauffer) dans le monde, soit un recul de ses volumes de -8,1 %.

Même si les résultats du dernier trimestre sont meilleurs que prévu, la crise sanitaire sans précédent que nous connaissons a eu ses effets estime le groupe dans sa communication.

En fait, si le volume des cigarettes est passé de 706,7 milliards d’unités en 2019 à 628,5 milliards d’unités l’année dernière (-11,1 %), le nombre de sticks d’Iqos a connu un bond toujours aussi spectaculaire de +27,6 % : de 59,6 milliards de sticks en 2019 à 76,1 milliards l’année dernière. Lire la suite »

2 Fév 2021 | International, Profession
 

Les ventes de cigarettes en Corée du Sud ont augmenté de +4,1 % en volume l’année dernière, les achats des fumeurs sur le marché parallèle ayant été entravés du fait de la pandémie, selon les données du ministère de l’Économie coréen, reprises par l’agence de presse Yonhap

•• Néanmoins, ces ventes ont reculé de -17,7 % par rapport à 2014, avant que le pays n’augmente fortement la fiscalité des cigarettes.

La Corée du Sud a vu le prix des cigarettes augmenter de 80 % en janvier 2015 : de 2 500 wons en moyenne (1,85 euro), le paquet, à 4 500 wons (3,30 euros).

•• Les ventes de produits du tabac à chauffer ayant augmenté de +4,5 %, alors que les ventes de cigarettes électroniques ont plongé de 97,6 %,  le gouvernement ayant lancé une campagne anti-vapotage.

•• En 2019, le taux de prévalence tabagique chez les hommes coréens, âgés de 19 ans ou plus, a atteint un niveau record de 35,7 %, selon les autorités sanitaires.

29 Déc 2020 | Profession
 

La forme : celle de ces grandes enquêtes internationales qui mobilisent des journalistes de plusieurs pays enquêtant obstinément et (même courageusement dans certains cas) pour révéler l’une des faces cachées de l’information.

Le fond : une nouvelle enquête à charge contre l’industrie du tabac.

Le Monde publie, dans son édition du 29 janvier, une double page d’enquête (déjà mise en ligne, il y a quelques jours) réalisée conjointement avec « The Investigative Desk » (une plate-forme d’informations en ligne basée à Amsterdam, financée par Bloomberg selon certaines sources). Lire la suite »

25 Déc 2020 | Profession
 

On sait que, cet automne, des parlementaires ont porté leur intérêt sur le tabac à chauffer.

À l’occasion du Projet de Loi de Finances, certains députés et sénateurs ont plaidé, en effet, en faveur de la création d’une nouvelle catégorie fiscale pour le tabac à chauffer en y appliquant une fiscalité basée sur le poids du tabac (voir 5 et 8 octobre ainsi que les 24 novembre et 11 décembre).

•• Cela n’a pas abouti, le Gouvernement ayant botté en touche. Mais il n’en reste pas moins que le débat a commencé à s’ouvrir, au Parlement, même si les réponses à deux questions fondamentales ont seulement été esquissées : Lire la suite »

18 Déc 2020 | International, Profession
 

La Food and Drug Administration (FDA) américaine a confirmé, ce 7 décembre, l’autorisation à la vente de l’Iqos 3.

Sachant que l’Iqos est disponible sur le marché américain depuis le 30 avril 2019 (voir 1er et 3 mai 2019). Et c’est le 30 mars de cette année que Philip Morris International (PMI) avait entamé une démarche supplémentaire d’autorisation de mise sur le marché pour l’Iqos 3.

•• Rappelons aussi que l’Iqos a fait l’objet, depuis cet été, d’une reconnaissance de son caractère de « produit du tabac à risque modifié » (Modified Risk Tobacco Product / voir 10 et 19 juillet) par la FDA.

•• « Cette décision de l’agence d’autoriser la vente aux États Unis de l’Iqos 3 correspond à un pas en avant pour les dizaines de millions d’Américains, femmes et hommes, qui fument actuellement » a commenté André Calantzopoulos, CEO de PMI (voir 14 décembre).

« En 5 ans, près de 11,7 millions de personnes dans le monde ont arrêté de fumer pour passer à l’Iqos et nous pensons que l’arrivée de cette nouvelle version de l’Iqos aux États-Unis va accélérer ce changement chez les adultes qui fument. »

•• Le device de l’Iqos 3 présente un certain nombre d’avancées techniques par rapport au modèle antérieur, notamment une batterie avec une durée de vie plus longue et une recharge plus rapide.

11 Déc 2020 | Profession
 

Après son passage au Sénat, le Projet de Loi de Finances (PLF 2021) revient à l’Assemblée nationale aujourd’hui. En commission des Finances, plus exactement. Avec deux amendements significatifs sur le tabac chauffé.

Sachant que les sénateurs ont adopté une proposition visant explicitement à créer une nouvelle catégorie fiscale pour le tabac à chauffer en y appliquant une fiscalité basée sur le poids du tabac (voir 24 novembre, 5 et 8 octobre).

L’un de ces amendements émane de Charles de Courson (Territoires et Libertés / Marne) et va dans le même sens que le Sénat.

Alors que l’autre, déposé par le rapporteur général, Laurent Saint-Martin (LaREM / Val-de-Marne) y est défavorable : « une évolution de la tarification portant sur les tabacs à chauffer doit être réalisée, au préalable, par le droit européen ». Il devrait être suivi par la commission. Mais le débat continue.