Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Juin 2017 | Profession
 

Alors que le produit à risques potentiellement réduits de Philip Morris – l’Iqos – se déploie partout en Europe, il est intéressant de savoir comment ont été adaptées ses capacités de production.

Frédéric de Wilde, président de la région Europe chez Philip Morris International, apporte des éléments de réponse dans Le Losange de juin (voir aussi Lmdt des 11 et 15 juin 2017).

•• « Si l’appareil électronique Iqos est fabriqué en Malaisie, les sticks Heets Marlboro sont fabriqués en Europe, avec un procédé très différent de celui des cigarettes qui a nécessité de nouvelles machines et d’avantage d’espace.

« De 15 milliards d’unités produites en décembre 2016, nous allons atteindre 50 milliards en décembre 2017 et 100 milliards avant la fin de 2018 (voir Lmdt du 12 avril 2017).

•• « Notre nouvelle usine de Bologne, en Italie, entièrement dédiée à la fabrication des Heets Marlboro, a nécessité un investissement d’un demi-milliard de dollars et a créé 600 emplois (voir Lmdt du 28 septembre 2016).

« Celle de Grèce basculera également à 100 % sur la fabrication de sticks (voir Lmdt du 14 avril 2017). Au total, cela représente un investissement global pour le groupe de plus d’1 milliard de dollars ».

18 Juin 2017 | Profession
 

Le produit à risques potentiellement réduits – Iqos (voir Lmdt des 11 et 15 juin) – commence à être testé dans les médias (voir Lmdt du 8 juin).

C’est le cas dans Elle de cette semaine, où « Aga Cobaye de Luxe » nous relate son expérience à sa manière. Style : je « descends » le produit gentiment, avec gros clins d’œil dans le coin et petites vannes convenues. Mais j’en parle quand même … Voici le billet :

•• « A priori, ce produit a tout pour séduire la future ex-non fumeuse repentie ou pas que je suis. L’Iqos – prononcer aïe-kos – et non pas ikos (Aliagas, pardon), c’est la réponse de Philip Morris au dévissage de ses ventes dans le monde.

•• Des sticks de tabac à chauffer, qui donneraient les mêmes sensations qu’une vraie clope, mais avec 95 % de toxicité en moins. Ces géants du tabac qui se préoccupent de la santé des gens, ça me touche aux larmes, en plus j’y crois – quel intérêt de voir leurs clients tomber comme des mouches ? – je commande donc mon Iqos sur Internet (88 euros). À l’œil, on dirait un grand Tampax creux, ou encore un étui pénien pour gars chichement outillé. Lire la suite »

15 Juin 2017 | Profession
 

Le produit à risques potentiellement réduits de Philip Morris International – l’Iqos (voir Lmdt des 11 juin et du 2 mai) – a fait l’objet d’une présentation complète et concrète lors du séminaire des présidents des chambres syndicales des buralistes qui s’est tenu ces 13 et 14 juin à Roissy (voir Lmdt des 12 et 14 juin).

•• Parmi les questions qui se posent : quid de la validité scientifique du « risques potentiellement réduits » ?

De premiers éléments nous sont apportés dans Le Losange du mois de juin. Frédéric de Wilde, président de la région Europe de Philip Morris International, répond à une question sur « les arguments scientifiques qui prouveraient que la consommation d’Iqos est moins nocive pour la santé qu’une cigarette traditionnelle ? »

•• Frédéric de Wilde : « PMI conduit des recherches approfondies sur Iqos pour en vérifier le potentiel de réduction du risque de maladies liées au tabagisme par comparaison avec la fumée de cigarette. Lire la suite »

11 Juin 2017 | L'essentiel, Profession
 

Frédéric de Wilde est le président de Philip Morris International Europe. Dans le numéro de mai de La Revue des Tabacs, il donne de nouvelles précisions sur l’Iqos que son groupe vient de lancer sur certains marchés-tests en France (voir Lmdt des 8 juin et 2 mai) :

Sur l’objectif du développement des produits à risques potentiellement réduits :

« En dehors de la Chine et des États-Unis, environ trois cigarettes sur dix vendues sont fabriquées par le groupe Philip Morris International. Il y a environ 1,1 milliard de fumeurs actuellement sur notre planète. L’Organisation mondiale de la Santé estime que ce nombre évoluera peu jusqu’en 2025. Notre groupe se devait donc d’offrir une alternative à nos consommateurs adultes, avec des produits potentiellement moins nocifs.

Depuis 10 ans, notre service de recherche et développement y travaille (voir Lmdt du 9 mars 2017). La première des innovations de ce type qui est commercialisée est Iqos, mais d’autres suivront. Notre objectif ultime est de convertir tous les fumeurs adultes à nos produits à risques potentiellement réduits ».

Sur les premiers résultats d’Iqos au Japon (voir Lmdt des 26 juillet et 23 novembre 2016) :

« Le Japon a été notre premier marché test à partir de fin 2014, dans des villes comme Nagoya, puis Tokyo ou Sendai.

« Depuis, le succès est fulgurant. Nous sommes passés, par exemple, de 0,4 % à Sendai et de 0,5 % à Tokyo du marché de la cigarette (en septembre 2015) à respectivement 15,3 % et 11,9 % (en avril 2017).

« Après son lancement national, Iqos est passé de 2,2 % du marché du tabac japonais (en avril 2016) à désormais 10 % (en avril 2017).

« Environ 10 000 détaillants commercialisent notre produit dans ce pays ».

Sur l’implantation européenne d’Iqos :

« Nous sommes présents dans 14 pays européens : Danemark, Allemagne, Grèce, Italie, Lituanie, Monaco, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Espagne, Suisse, Royaume-Uni et enfin la France depuis le 2 mai 2017.

« À titre d’exemple, en Italie (voir Lmdt du 28 septembre 2016), en ne commercialisant que sur cinq grandes villes, nous sommes passés de 0,1 % (au troisième trimestre 2016) à 0,5 % (au premier trimestre 2017) de part sur l’ensemble du marché du tabac de toute la péninsule.

« De même en Allemagne, sur seulement trois grandes villes, nous sommes passés de 0,1 % (au troisième trimestre 2016) à 0,6 % (au premier trimestre 2017) de part de marché du tabac de l’ensemble du pays. Des résultats similaires sont obtenus notamment en Suisse (voir Lmdt des 17 février 2017 et 10 octobre 2016) ou au Portugal ».

10 Juin 2017 | Profession
 

Curieuse information parue dans La Lettre de L’Expansion, datée du 9 juin :

« Philip Morris France est en train de tirer les leçons du lancement à Paris et à Nice de sa cigarette électronique, il y a un mois (voir Lmdt des 8 juin et du 2 mai).

« En volume, le bilan pourrait être satisfaisant, mais pas en recettes.

« Le cigarettier a en effet recours aux promotions pour s’inscrire sur le marché. L’Iqos est vendue actuellement 50 euros alors que le prix normal est de 70 euros ».

À suivre

8 Juin 2017 | Profession
 

On sait que Philip Morris France a lancé son produit à risques potentiellement réduits, l’IQOS, sur deux zones-pilotes depuis un peu plus d’un mois (voir Lmdt du 2 mai).

Depuis, on s’attendait à des rebonds médiatiques sur les premiers retours consommateurs. Et en fait, c’est Nice Matin qui a réagi le premier à travers l’expérience-utilisateur de l’un de ses propres journalistes, Philippe Dupuy (dans son édition du 2 juin). Extraits révélateurs :

•• « J’ai testé la cigarette sans fumée.

« Philip Morris a lancé au début du mois de mai Iqos, un appareil électronique présenté comme une alternative à la cigarette traditionnelle et aux cigarettes électroniques. Nous avons pu l’essayer. Lire la suite »

 

Les nouvelles se succèdent à bon rythme au Japon, devenu le terrain de prédilection des grands groupes pour le lancement de leurs nouveaux produits sans combustion.

Nombre d’experts s’y attendent à des bouleversements qui ne seraient pas sans conséquences sur le reste du marché mondial du tabac.

•• Roberta Palazetti, président de BAT au Japon, vient d’annoncer le lancement de la « glo » à Tokyo et Osaka, dès ce mois de juillet (voir Lmdt des 22 mai et 13 avril 2017 ainsi que du 10 novembre 2016). L’objectif étant d’un déploiement national d’ici à la fin de l’année.

•• Mitsuomi Kolzumi (Chief Executive de Japan Tobacco) déclare, au même moment, à l’agence Reuters que leur capacité de production de la « Ploom Tech » devrait passer de 5 milliards d’unités cette année à 20 milliards en 2018 (voir Lmdt du 6 juin).

Et le même Mitsuomi Kolzumi d’affirmer que l’ajout du segment des produits à vapotage à celui du tabac à chauffer pourrait représenter un quart du marché du tabac japonais à la fin 2018. Japan Tobacco s’attendant à une diminution de 10 % de ses volumes de cigarettes conventionnelles.

•• Reuters annonce par ailleurs que, sur l’ensemble du marché japonais, les recharges du produit à risques potentiellement réduits de Philip Morris Internationall’IQOS – occupent depuis avril une part de 10 % du marché du tabac après avoir été de 7,6 % en janvier (voir Lmdt des 16 mai 2017 et 23 novembre 2016).

6 Juin 2017 | International
 

Après une période de test à Fukuoka (ville d’1,5 million d’habitants, à 1000 kilomètres de Tokyo, au sud du Japon), la nouvelle » Ploom Tech », de Japan Tobacco, est lancée, fin juin, dans plusieurs « Ploom shops » de la capitale japonaise (voir Lmdt des 27 janvier 2017 et 5 octobre 2016).

À partir du 10 juillet, elle y sera disponible aussi dans une centaine de points de vente tabac. Elle sera proposée avec trois versions de ses capsules de tabac à chauffer Mevius.

D’après un porte-parole de JT, l’objectif est bel et bien « de devenir leader sur le marché japonais de la vaporisation du tabac sans combustion ». Le développement de capacités de production étant « la première propriété ».

Un lancement sur tout le Japon est envisagé pour 2018. Sachant que ce marché fait déjà l’objet de toutes les attentions et expérimentations commerciales (voir Lmdt du 3 avril 2017 ainsi que des 10 et 23 novembre 2016).

22 Mai 2017 | International
 

La bataille concurrentielle sur le marché, que l’on nous annonce prometteur, du « tabac chauffé » ne fait que commencer …

•• Le système glo de BAT (composé d’un appareil électronique/ device et de recharges de tabac à chauffer Kent Neosticks / voir Lmdt du 13 avril 2017) est lancé à Vancouver, capitale de la Colombie Britannique, sur la côte pacifique canadienne.

Avec la perspective d’une diffusion dans les autres provinces canadiennes pour les mois à venir.

« Les fumeurs adultes canadiens sont dans l’attente d’un choix de produits alternatifs au tabac traditionnel. Nous sommes persuadés que glo va répondre à cette demande et leur offrir une authentique alternative » a déclaré, dans les médias, Kingsley Wheaton, « managing director for Next Generation Products » chez BAT. Lire la suite »

16 Mai 2017 | International
 

La presse coréenne en parle avant même la conférence de presse programmée, ce mercredi, par Philip Morris à Séoul. Son directeur local, Chong-Il-woo, devrait y annoncer le lancement du produit à risques potentiellement réduits IQOS.

Il est vrai que les Coréens ne sont pas insensibles au succès rencontré par ce produit au tabac chauffé dans les principales villes de l’archipel nippon. Les sticks de tabac à chauffer « Heets » y ont raflé, en un rien de temps, 5 % du marché du tabac domestique (voir Lmdt du 23 novembre 2016).

Rappelons que l’IQOS est en cours de lancement en France (voir Lmdt du 2 mai). Sur des villes-pilotes et leurs alentours : Paris et Nice.