Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Jan 2020 | Profession
 

En contrepoint de l’analyse du Figaro (voir 21 janvier) sur les vicissitudes des cigarettiers, le CEO de Philip Morris International, André Calantzopoulos (voir 25 août 2019) – qui défend depuis 2015 « un monde sans fumée » – estime que les gouvernements ne jouent pas assez leur rôle pour favoriser le passage des fumeurs aux produits alternatifs à la cigarette.

Extraits de l’interview d’Ivan Letessier.

•• Sur la fin des cigarettes traditionnelles : « Entre les fumeurs qui s’arrêtent et ceux qui décident de privilégier des alternatives à la cigarette, dans certains pays, nous pourrions parvenir, en dix ou quinze ans, à faire tomber le nombre de fumeurs à 3 % de la population et alors arrêter la cigarette. En Équateur, où nous avons une position dominante, en Nouvelle-Zélande, au Canada, au Royaume-Uni et au Japon, c’est parfaitement faisable.

« Ailleurs que dans des îles, cela prendra plus de temps : vouloir aller trop vite sans s’harmoniser avec les pays voisins, comme en France, crée de la contrebande de cigarettes. Pour en finir avec la cigarette, encore faut-il un alignement entre les industriels, les gouvernements et les acteurs de la santé publique Lire la suite »

17 Jan 2020 | Profession
 

Dans le numéro de janvier de Management, Jeanne Pollès (présidente de Philip Morris France depuis un an et demi / voir 28 juin 2018) explique comment la stratégie de son groupe pour « un monde sans fumée » implique aussi un changement dans la gestion et l’organisation de l’entreprise où elle est entrée voilà une trentaine d’années. Extraits 

•• « Passer de la cigarette à de nouveaux produits intégrant une nouvelle technologie implique une organisation et des méthodes de travail différentes. Philip Morris France, qui détient 45 % de parts de marché et deux des marques les plus vendues dans notre pays, compte actuellement près de 400 salariés. Les deux tiers d’entre eux sont sur le terrain pour visiter les buralistes (…) Lire la suite »

8 Jan 2020 | International, Profession
 

Selon la presse locale, Philip Morris va s’engager dans une grande campagne pour aider les 56 000 fumeurs de la ville de Bristol à arrêter complètement la cigarette, sinon à opter pour une alternative.

La campagne consistera, notamment, en :

un partenariat avec des entreprises : pour présenter à leurs collaborateurs-fumeurs toutes les alternatives à la cigarette traditionnelle ;

un accompagnement des points de vente tabac pour les impliquer dans l’opération ; Lire la suite »

1 Déc 2019 | International, Profession
 

Le tribunal de commerce de Madrid vient de condamner Philip Morris Espagne pour « faits de concurrence déloyale à travers des publicités illicites pour l’Iqos et les Heets » et oblige ainsi le fabricant à suspendre sa communication sur le sujet.

Altadis (Imperial Brands) avait porté plainte contre Philip Morris, l’année dernière, en s’appuyant sur la loi espagnole qui interdit toute publicité (extérieure au point de vente) sur le tabac, depuis 2005.

Et en arguant que la promotion de l’Iqos et de ses Heets, telle qu’elle se présentait dans les médias, correspondait à de la concurrence déloyale vis-à-vis des autres acteurs du marché du tabac (voir 27 février 2019). Lire la suite »

15 Nov 2019 | Profession
 

Le magazine Forbes a rencontré Jeanne Pollès (voir 26 septembre et 20 avril) en plein « Mois sans tabac ». 

Drôle d’idée ? Non, ce qui anime la patronne de Philip Morris France (au-delà du paquet à 10 euros et de la contrebande), c’est la transformation de son groupe, engagé dans une stratégie « vers un monde sans fumée », ce qui ne veut pas dire sans tabac.

Extraits.

•• « Pour lutter contre les effets néfastes du tabac que plus personne ne conteste, le Gouvernement utilise l’arme du prix dans un pays qui compte 12 millions de fumeurs réguliers. C’est regarder les choses par le petit bout de la lorgnette ! C’est surtout encourager la contrebande » attaque d’emblée Jeanne Pollès. Lire la suite »

4 Nov 2019 | Profession
 

« Paquet à 10 euros dissuasif ? Tout cela contribue-t-il à la baisse du tabagisme ? » …

BFM Story de ce vendredi 1er novembre a réuni, pour en débattre, Éric Sensi-Minautier (Directeur des affaires publiques, juridiques et de la communication de British American Tobacco / Europe de l’Ouest) et Gérard Audureau (président de l’association Droits des non-fumeurs /DNF). 

« Quand on est fabricant, une politique de santé fait partie du paysage.Nous sommes des entreprises en transformation. Plus personne ne conteste que le tabac est un produit qui comporte des risques pour le consommateur et des risques très graves » a démarré Éric Sensi-Minautier.

•• Et de poursuivre : « indépendamment des politiques de santé publique, le consommateur est en attente d’autre chose. Et l’objectif de BAT est d’offrir des alternatives à la cigarette.

Nous avons investi massivement depuis plusieurs années et nous en avons plusieurs : le liquide chauffé (vapotage), le tabac chauffé et puis, dans les pays nordiques ou aux États-Unis, le tabac oral. Notre mission, dans le cadre d’une opération comme le « Mois sans Tabac », est de complémenter ce que font les autorités publiques et d’apporter, modestement, notre contribution en proposant des alternatives à la cigarette ».

•• « Au même titre que le patch ou d’autres substituts nicotiniques, on a avec la cigarette électronique de quoi se passer du tabac. C’est quelque chose qui permet le sevrage » a souligné Gérard Audureau. « Mais ça ne doit pas être utilisé que pour ça. Il ne faut pas le considérer comme une alternative d’une addiction à une autre addiction … ».

•• « Nous n’avons pas de boule de cristal pour savoir si le monde deviendra sans fumeur … Là où il y a consensus c’est qu’il y aura certainement moins de fumeurs » reprend Éric Sensi-Minautier.

« Une précision. Ce qui baisse drastiquement ce sont les ventes chez les buralistes. Cela ne reflète pas exactement l’évolution de la consommation. Confrontés à des hausses de taxes massives, le fumeur s’adapte : arrêter, réduire, passer à d’autres produits ou encore se procurer du tabac d’autres façons …

« Un pays comme la France mène une politique un peu solitaire en matière fiscale, dans un environnement économique européen totalement ouvert, alors qu’elle a déjà les prix les plus élevés du continent : 2 à 3 euros plus cher qu’en Belgique, 4 euros par rapport l’Espagne. La deuxième limite, c’est celle du pouvoir d’achat. On sait qu’on est dans un pays où beaucoup de gens ont des tensions sur le pouvoir d’achat.

 « Une politique continue d’augmentation des taxes va atteindre une certaine limite … Et c’est là que des alternatives à la cigarette peuvent aider à atteindre les objectifs de santé publique, tout en aidant les consommateurs » conclut le responsable de BAT

20 Oct 2019 | International, Profession
 

Lors de ce troisième trimestre, Philip Morris International a livré, dans le monde,199 milliards de sticks : cigarettes et heets de Iqos confondus. À comparer avec le même trimestre de l’année dernière : 203 milliards de sticks.

En fait, le nombre de cigarettes livrées est descendu de 195 milliards (au 3ème trimestre 2018) à 183 milliards (ce 3ème trimestre). Alors que les livraisons des recharges heets de Iqos ont quasiment doublé de 8,6 milliards à 16 milliards, sur la même période.

•• « Iqos est lancé sur le marché américain, où c’est actuellement le seul produit de tabac non-chauffé à être autorisé par la FDA » a commenté, lors de la sortie de ces résultats trimestriels, André Calantzopoulos, CEO de Philip Morris International (voir Lmdt du 1er mai).

•• Selon l’analyste Bonnie Herzog (Wells Fargo Securities) : « les ventes de recharges de tabac chauffé sont supérieures à nos prévisions. Notamment sur des marchés comme l’Italie, la Russie, l’Ukraine et le Japon ».

Voir aussi Lmdt du 19 juillet.

10 Sep 2019 | Profession
 

Après l’annonce d’une éventuelle « re-fusion » PMI / Altria (voir Lmdt du 27 août), le magazine économique Challenges de cette semaine revient sur les investissements des cigarettiers dans le vapotage. Avec un zoom sur l’Hexagone. Extraits …

•• « En France, où Japan Tobacco International a également lancé une nouvelle cigarette électronique (voir Lmdt du 29 mars), Iqos et Juul s’installent peu à peu. Le premier y a fait son apparition en mai 2017, le second en décembre 2018. Lire la suite »

4 Sep 2019 | International, Profession
 

Philip Morris International a ouvert son premier flagship store Iqos en Afrique du Sud. À Johannesburg. L’Afrique du Sud est le premier marché africain accueillant l’Iqos. 

« Notre objectif est de déployer l’implantation de l’Iqos sur le reste du continent » a déclaré Marcelo Nico, managing director de Philip Morris pour l’Afrique du Sud, à Reuters. Un premier magasin-pilote avait été ouvert au Cap, fin 2017. Il avait fermé un an après.

Toujours selon PMI, 70 % des premiers Sud-Africains ayant testé l’Iqos se sont totalement convertis au produit. (Voir Lmdt des 19 janvier et 12 février 2018).

27 Août 2019 | International, Profession
 

L’idée d’un « remariage » entre Philip Morris International et Altria (voir Lmdt de ce jour) n’est pas nouvelle et se trouvait déjà évoquée par les analystes depuis pas mal de temps (voir Lmdt du 23 décembre 2016).

En fait, l’ancien groupe Philip Morris International s’était scindé en deux, en 2008, entre ses activités aux États Unis (sous le nom Altria) et dans le reste du monde (toujours sous le nom de Philip Morris International / PMI).

Mais à l’époque, de part et d’autre, on ne parlait que de cigarettes et singulièrement de la marque-phare, Marlboro. Aujourd’hui, l’heure est au regroupement. Mais dans un contexte, radicalement changé, de développement d’alternatives à la cigarette traditionnelle.

•• La récente décision de la FDA (Food and Drug Administration, autorité régulatrice américaine) d’autoriser la vente de l’Iqos de PMI sur le marché des États-Unis (voir Lmdt du 1er mai 2019) ayant été, fort probablement, un facteur déclenchant de l’annonce d’aujourd’hui.

•• Si la transaction devait se faire – uniquement par échanges d’actions entre actionnaires – le groupe reconstitué représenterait un chiffre d’affaires de 55 milliards de dollars et une valorisation boursière de 200 milliards de dollars.

Soit la perspective de moyens humains et financiers supplémentaires pour accélérer le développement de l’Iqos – et sa technologie du tabac chauffé – en alternative à la cigarette traditionnelle.

Philip Morris International ayant déjà investi 6,5 milliards de dollars dans la recherche et le développement de l’Iqos ou autres plateformes de produits alternatifs.

Soit des moyens supplémentaires pour capitaliser sur d’autres retours d’expérience.

Par exemple, Altria a investi dans 35 % des parts du leader américain du marché des cigarettes électroniques, Juul, il y a 8 mois (voir Lmdt du 20 décembre 2018). Autre exemple, Altria est devenu, il y a 8 mois aussi, le principal actionnaire de l’ un des producteurs canadiens de cannabis légal, Cronos (voir Lmdt du 9 mars 2019).

•• Il s’agit, bel et bien, de se donner les moyens d’une mutation accélérée.