Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Lors de ce troisième trimestre, Philip Morris International a livré, dans le monde,199 milliards de sticks : cigarettes et heets de Iqos confondus. À comparer avec le même trimestre de l’année dernière : 203 milliards de sticks.

En fait, le nombre de cigarettes livrées est descendu de 195 milliards (au 3ème trimestre 2018) à 183 milliards (ce 3ème trimestre). Alors que les livraisons des recharges heets de Iqos ont quasiment doublé de 8,6 milliards à 16 milliards, sur la même période.

•• « Iqos est lancé sur le marché américain, où c’est actuellement le seul produit de tabac non-chauffé à être autorisé par la FDA » a commenté, lors de la sortie de ces résultats trimestriels, André Calantzopoulos, CEO de Philip Morris International (voir Lmdt du 1er mai). Lire la suite »

10 Sep 2019 | Profession
 

Après l’annonce d’une éventuelle « re-fusion » PMI / Altria (voir Lmdt du 27 août), le magazine économique Challenges de cette semaine revient sur les investissements des cigarettiers dans le vapotage. Avec un zoom sur l’Hexagone. Extraits …

•• « En France, où Japan Tobacco International a également lancé une nouvelle cigarette électronique (voir Lmdt du 29 mars), Iqos et Juul s’installent peu à peu. Le premier y a fait son apparition en mai 2017, le second en décembre 2018. Lire la suite »

4 Sep 2019 | International, Profession
 

Philip Morris International a ouvert son premier flagship store Iqos en Afrique du Sud. À Johannesburg. L’Afrique du Sud est le premier marché africain accueillant l’Iqos. 

« Notre objectif est de déployer l’implantation de l’Iqos sur le reste du continent » a déclaré Marcelo Nico, managing director de Philip Morris pour l’Afrique du Sud, à Reuters. Un premier magasin-pilote avait été ouvert au Cap, fin 2017. Il avait fermé un an après.

Toujours selon PMI, 70 % des premiers Sud-Africains ayant testé l’Iqos se sont totalement convertis au produit. (Voir Lmdt des 19 janvier et 12 février 2018).

27 Août 2019 | International, Profession
 

L’idée d’un « remariage » entre Philip Morris International et Altria (voir Lmdt de ce jour) n’est pas nouvelle et se trouvait déjà évoquée par les analystes depuis pas mal de temps (voir Lmdt du 23 décembre 2016).

En fait, l’ancien groupe Philip Morris International s’était scindé en deux, en 2008, entre ses activités aux États Unis (sous le nom Altria) et dans le reste du monde (toujours sous le nom de Philip Morris International / PMI).

Mais à l’époque, de part et d’autre, on ne parlait que de cigarettes et singulièrement de la marque-phare, Marlboro. Aujourd’hui, l’heure est au regroupement. Mais dans un contexte, radicalement changé, de développement d’alternatives à la cigarette traditionnelle.

•• La récente décision de la FDA (Food and Drug Administration, autorité régulatrice américaine) d’autoriser la vente de l’Iqos de PMI sur le marché des États-Unis (voir Lmdt du 1er mai 2019) ayant été, fort probablement, un facteur déclenchant de l’annonce d’aujourd’hui.

•• Si la transaction devait se faire – uniquement par échanges d’actions entre actionnaires – le groupe reconstitué représenterait un chiffre d’affaires de 55 milliards de dollars et une valorisation boursière de 200 milliards de dollars.

Soit la perspective de moyens humains et financiers supplémentaires pour accélérer le développement de l’Iqos – et sa technologie du tabac chauffé – en alternative à la cigarette traditionnelle.

Philip Morris International ayant déjà investi 6,5 milliards de dollars dans la recherche et le développement de l’Iqos ou autres plateformes de produits alternatifs.

Soit des moyens supplémentaires pour capitaliser sur d’autres retours d’expérience.

Par exemple, Altria a investi dans 35 % des parts du leader américain du marché des cigarettes électroniques, Juul, il y a 8 mois (voir Lmdt du 20 décembre 2018). Autre exemple, Altria est devenu, il y a 8 mois aussi, le principal actionnaire de l’ un des producteurs canadiens de cannabis légal, Cronos (voir Lmdt du 9 mars 2019).

•• Il s’agit, bel et bien, de se donner les moyens d’une mutation accélérée.

25 Août 2019 | Profession
 

Les grands médias ne sont pas toujours indifférents aux sujets de l’actualité du tabac. Ainsi, le 21 août, la BBC accueillait sur son plateau André Calantzopoulos, CEO de Philip Morris International.

L’occasion pour ce dernier de revenir sur le nouveau message de Philip Morris (voir Lmdt des 19 juillet et 27 janvier). En voici quelques formules :

« Dans l’idéal, je voudrais présenter un produit qui remplace les cigarettes avec un risque zéro. Mais on arriverait ainsi à un produit sans rien, sans nicotine même. Ce ne serait que de l’air chaud et personne n’en voudrait. Le vrai sujet est donc de trouver le compromis idéal avec un produit qui réduit les risques et qui soit adopté. Lire la suite »

22 Août 2019 | Profession
 

De sorte à disposer d’une vitrine pour sa démarche d’innovation et de recherche scientifique en matière de produits à risques potentiellement réduits (potentially reduced-risk products / PRRPs), British American Tobacco vient de transformer son site web bat-science.com qui existait depuis 2008.

Sachant que BAT revendique avoir été le premier, dans l’industrie du tabac, à avoir ouvert un tel site reflétant sa volonté de communiquer ouvertement et en transparence sur ses recherches scientifiques.

•• Dans le cadre de la démarche de « transformation du tabac » de BAT, le nouveau site présente donc une information scientifique claire sur le vapotage, le tabac chauffé et les nouveaux produits oraux (nicotine en sachets oraux). Il comprend aussi une série de vidéos sur le fonctionnement des produits, les tests correspondants et leurs résultats. Lire la suite »

18 Août 2019 | Profession
 

Le numéro d’été de La Revue des Tabacs (voir Lmdt du 19 juillet) relate la teneur d’un échange de vue organisé lors du dernier congrès Jean Nicot, mi-mai, entre Jeanne Pollès, présidente de Philip Morris France, et Dior Decupper, présidente de Seita Imperial Tobacco.

L’enjeu : le déploiement de leurs offres de Produits de nouvelle Génération (NGP), produits de vapotage ou à tabac chauffé. Extraits significatifs : Lire la suite »

16 Août 2019 | International, Profession
 

Après le Japon, la Corée du Sud est le second marché asiatique le plus ouvert aux produits de nouvelle génération, « potentiellement à moindre risque » (voir Lmdt du 16 mai 2017).

•• C’est fort probablement pourquoi British American Tobacco a choisi ce marché pour lancer la « glo sens » qui se veut une évolution sensible par rapport à sa ligne de produits à tabac chauffé glo (voir Lmdt des 22 juin 2018 et 31 août 2017).

« La Corée est l’un des marchés les plus dynamiques et compétitifs du monde avec des consommateurs s’adaptant très vite aux nouvelles tendances » selon le CEO de BAT Korea Kim Eui-Soung.

•• « glo sens » se veut une combinaison entre produits de vapotage et à tabac chauffé. Le nouveau produit se présente comme un vaporisateur (un pod) mais dont la vapeur passe par une sorte de gousse de tabac avant d’être inhalée.

Ce produit serait surtout destiné aux marchés dont la réglementation du vapotage présente des restrictions sur la nicotine.

6 Août 2019 | Profession
 

Philip Morris International vient de créer une plate-forme en ligne pour le partage de données, études et protocoles scientifiques dans un esprit responsable.

Baptisée Intervals.science, cette plate-forme veut accueillir en un seul lieu toutes les données relatives aux produits à risques réduits (reduced-risk products).

Elle est ouverte aux scientifiques de toute provenance, dans le cadre d’une présentation des données rigoureuse, transparente et répondant aux critères reconnus du partage de données scientifiques.

•• « La mise à disposition des données pour qu’elles soient re-analysées et réutilisées n’est pas toujours faite de façon systématique, alors que l’on sait que cela bénéficierait à la communauté scientifique comme à la société en général » fait remarquer Stéphanie Boué (scientific data transparency / PMI). Lire la suite »

2 Août 2019 | International, Profession
 

Pour ce premier semestre, le groupe British American Tobacco aura livré dans le monde 336 milliards de cigarettes et 3,9 milliards de recharges de tabac à chauffer.

Soit un recul (tous produits confondus) de 3,5 % par rapport à la même période de l’année dernière.

•• L’ensemble des NGP (Next Generation Products : vapotage et tabac chauffé) représente un chiffre d’affaires de 531 millions de livres (584 millions d’euros), soit une augmentation de 27,3 %.

Plus précisément, dans le vapotage, BAT a livré 102 millions d’unités de 10 millilitres sur une vingtaine de marchés (+32 %). Le lancement de nouveaux produits pour ce second semestre a été annoncé par Jack Bowles, Chief Executive de British American Tobacco. Lire la suite »