Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Fév 2019 | Profession
 

Philip Morris, le plus grand fabricant de cigarettes au monde, veut utiliser la technologie contenue dans ses nouveaux produits de vapotage pour offrir des services de dépistage de santé à ses utilisateurs.

Il y a trois ans, Philip Morris International (PMI) a annoncé son intention de réduire sa production de cigarettes classiques pour les remplacer par une ligne de produits « sans fumée », comme les cigarettes électroniques et les articles qui chauffent le tabac sans le brûler.

•• Il affirme que ces produits sont beaucoup moins nocifs, même si le fabricant des célèbres Malboro n’a pas encore réussi à convaincre l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la communauté médicale.

En attendant, PMI compte utiliser la technologie contenue dans ses nouveaux produits pour proposer des services allant du suivi de santé à l’assurance vie. Lire la suite »

27 Jan 2019 | L'essentiel, Profession
 

Le patron de Philip Morris International (PMI) a entrepris, comme on le sait, de négocier un très grand virage dans la stratégie du groupe (voir Lmdt des 29 octobre et du 4 juin 2018).  

À l’occasion de sa première grande interview pour un titre de la presse française, André Calantzopoulos explique sa vision à Marie-Josée Cougard et David Barroux dans « Le Grand entretien » des Échos (édition 25-26 janvier), sur une pleine page. Extraits :

•• Fin de la cigarette ?

« Chaque année, on brûle plus de 5 000 milliards de cigarettes et plus d’un tiers de celles-ci sont allumées en Chine. Le point positif, d’un point de vue de santé publique, c’est que la consommation mondiale de cigarettes a tendance à ne plus progresser.

« Selon l’Organisation mondiale de la Santé, on compte quand même encore aujourd’hui environ un milliard de fumeurs et ce nombre devrait rester stable au moins jusqu’en 2025. Cela veut dire qu’environ 18 % des adultes de la planète sont encore des fumeurs, sachant que sur un plan géographique, il y a des marchés qui progressent, souvent pour des raisons de base géographique, et que d’autres déclinent.  Lire la suite »

24 Jan 2019 | International, Profession
 

Comme tous les ans, le mois de janvier ne saurait s’achever sans l’évocation par les médias du Forum économique mondial de Davos où l’on retrouve un certain nombre de leaders du moment : patrons d’entreprises et responsables de gouvernements. Le temps de déclarations remarquées ou d’échanges feutrés sur le futur immédiat. Les Alpes suisses se montrant propices à une certaine hauteur de vue sur les sujets les plus délicats.

Pour cette année, cela se passe jusqu’à vendredi 25 janvier.

•• Et hier, une intervention n’est pas passée inaperçue. Celle de Marian Salzman (senior vice-president global communications de Philip Morris International, une avocate spécialisée dans les évolutions sociétales qui a eu notamment des responsabilités chez Apple). Lire la suite »

17 Déc 2018 | International, Profession
 

Après le succès d’une boutique éphémère pendant quatre mois à Zurich l’an dernier et du service « shop in shop » dans certains kiosques Valora à travers le pays, Iqos dispose d’une boutique entièrement dédiée à sa commercialisation en Suisse.

La boutique de 120 mètres carrés propose un large choix d’accessoires, les tout nouveaux produits Iqos 3 et Iqos Multi ainsi que plus de 500 combinaisons pour personnaliser leurs appareils. Elle est interdite aux mineurs.

« Philip Morris S.A. n’avait pas encore de magasin de détail en Suisse, donc l’ouverture de notre première boutique marque un jalon, pour nous et dans notre ambition d’offrir de meilleures alternatives à la cigarette, à l’instar d’Iqos » explique Dominique Leroux, Directeur général de Philip Morris en Suisse (voir Lmdt des 19 janvier 2018 et 17 février 2017). Lire la suite »

16 Déc 2018 | E-cigarette
 

Ce vendredi 14 décembre, British American Tobacco a convié plusieurs journalistes français à son laboratoire de Southampton.

À cette occasion, plusieurs messages précis ont été dispensés :

•• « Transforming Tobacco » : la stratégie actuelle du groupe British American Tobacco est axée sur ce leitmotiv. Avec la volonté affichée d’offrir aux fumeurs adultes des « alternatives potentiellement moins nocives que la cigarette », tout en permettant toujours des « moments qualitatifs de consommation de nicotine ».

En six ans, BAT a déjà investi 2,5 milliards de dollars dans la Recherche & Développement de produits de nouvelle génération. Lire la suite »

28 Nov 2018 | Observatoire
 

• 65 % des Français pensent que c’est le rôle des entreprises d’innover pour développer des produits visant à améliorer la santé publique.

• 92 % des Français estiment que les fumeurs adultes doivent être informés sur des produits potentiellement moins risqués que la cigarette.

• 86% des Français estiment qu’encourager les fumeurs à adopter des produits moins risqués que la cigarette peut être un complément aux politiques de prévention et de cessation.

C’est ce qu’annonce Philip Morris France dans un communiqué que nous reproduisons ci-dessous. 

« Une enquête IPSOS menée dans 31 pays dont la France révèle que 83 % des Français pensent que l’innovation et la technologie ont un rôle à jouer en matière de santé publique et que le gouvernement devrait mieux informer les citoyens et davantage les orienter vers des alternatives à risques réduits. C’est particulièrement vrai en matière de tabagisme, 92 % des Français estimant que les fumeurs adultes doivent être informés sur des produits potentiellement moins risqués que la cigarette. Lire la suite »

27 Nov 2018 | Profession
 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il s’est agi de la première radio en direct de toute sa carrière pour Jeanne Pollès, Présidente de Philips Morris France (voir Lmdt du 28 juin). C’était ce lundi 26 novembre, sur Radio Classique, dans le cadre de « L’invité de l’économie ».

Le journaliste Dimitri Pavlenko démarrant les sept minutes d’interview sur « l’industrie du tabac, la grande muette de l’économie … ». 

« … C’est moins le cas aujourd’hui, parce que nous portons une vision qui est un monde sans fumée, parce que des solutions existent à la problématique de la cigarette. Chacun s’accorde à dire que les méfaits du tabac viennent principalement du fait qu’il y a combustion. Les innovations d’aujourd’hui, ce sont des produits avec du tabac qu’on chauffe et aussi des produits avec de la nicotine, les cigarettes électroniques … ».

•• Sur l’IQOS

« C’est un virage stratégique et c’est parce que depuis des décennies, et surtout les dix dernières années, on a investi pour plus de 4,5 milliards de dollars pour le développement de produits basés sur la science et l’innovation. La technologie d’aujourd’hui nous permet d’arriver à mettre ces produits à disposition des fumeurs adultes qui continuent et continueront à fumer.

« L’Iqos, c’est un appareil électronique qui permet d’insérer des recharges de tabac et qui le chauffe. Ça peut paraître simple, mais toute innovation simple est un peu compliquée. Le tabac est chauffé de manière constante sans jamais dépasser les 350 degrés. Ce qui permet de dégager de la vapeur de tabac qui porte la nicotine.

« Et aujourd’hui, les études montrent que les niveaux des émissions toxiques sont réduits à hauteur de 95 %. Je tiens à préciser que ça ne veut pas dire que ces produits soient sans risques » (voir Lmdt des 29 et 22 octobre).

•• Sur le prix du tabac

« La France est le pays où la prévalence tabagique reste la plus élevée, malgré la réglementation qui est une des plus extrêmes au monde, malgré les niveaux de prix, et bientôt la trajectoire vers le paquet à 10 euros. Cela aide certaines personnes à arrêter de fumer la cigarette traditionnelle, c’est très bien, c’est ce qu’il y a de mieux. Mais, il reste 12 millions de fumeurs. »

•• Sur la transparence 

« C’est bien qu’il y ait des controverses sur l’Iqos. Mais je trouve tout de même qu’on manque de confiance de la part du monde extérieur. Il est normal qu’existe un certain scepticisme et voilà pourquoi on se doit d’être encore plus transparent. Et aujourd’hui, nous mettons à disposition toutes nos études scientifiques. Car il s’agit d’innovations technologiques et de science. Qu’il y ait controverse c’est logique, mais ce qui est intéressant c’est qu’il y ait débat.

« Il y a une vingtaine d’études indépendantes qui vont dans la même direction (ndlr : en faveur de lqos) ».

« Soit on regarde vers le passé et on reste focalisé sur l’industrie du tabac, soit on se dit : mais que fait-on face au 1,1 milliard de fumeurs annoncé en 2025 par l’OMS ? ».

•• Sur le droit à l’information

« Nous avons mené une étude dans 31 pays, dont la France. Un peu plus de 31 000 citoyens ont été questionnés. Ils disent que les entreprises ont toute légitimité pour développer des innovations, basées sur la science et la technologie, qui permettent de répondre à une problématique de santé publique.

« Ils disent aussi que le Gouvernement a un rôle important à jouer, notamment dans l’accès à l’information. Si je prends l’exemple du tabac, il faut que les fumeurs puissent comprendre qu’il existe de meilleures alternatives.

« Ils disent encore que dans une politique de santé publique, la « cessation / prévention » ne suffit pas. C’est peut-être là que les alternatives au tabac brûlé ont un rôle à jouer. »

•• Sur le lobbying 

« Vous parlez beaucoup de lobbying avec une connotation un peu négative. Moi, je crois que le lobbying est une manière d’échanger entre gens qui prennent des décisions : le Gouvernement et des industriels qui maîtrisent certains sujets et savent de quoi ils parlent. C’est de l’échange d’informations.

« Aujourd’hui, on est très transparent, très ouvert. On a des sites Internet, des publications qui sont revue par des pairs. Et donc, on ouvre le débat. Philip Morris se met à parler parce qu’on a des solutions à la problématique de la cigarette. Et on doit pouvoir créer un monde sans fumée ».

29 Oct 2018 | International, Profession
 

C’est la première fois que Philip Morris International opère un lancement mondial. Et cela s’est déroulé, la semaine dernière, à Tokyo. En présence de 600 invités et à l’occasion d’une soirée animée par les célèbres DJ locaux Kaori et Shinichi Osawa.

Précisons que le Japon est le marché qui a le plus réussi, jusqu’à maintenant, au système à tabac chauffé et à risques potentiellement réduits Iqos (voir Lmdt des 22 octobre, 19 juin et 20 avril).

Et que ce lancement global concerne deux nouvelles versions de l’Iqos : Iqos 3 et Iqos 3 Multi.

•• On pourra retrouver l’Iqos 3 et l’Iqos 3 Multi, à la vente, dès ce 15 novembre sur les marchés suivants : Japon, Royaume-Uni, Suisse, Russie et Colombie. Lire la suite »

22 Oct 2018 | Profession
 

Marlboro prêt à écraser définitivement la cigarette ? Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est ce qu’assure le propriétaire de la marque la plus célèbre du secteur. « Philip Morris a la volonté de quitter le monde de la cigarette pour créer un monde sans fumée », confirme Jeanne Pollès, qui a repris cet été la tête de la filiale française du géant mondial du tabac. (voir Lmdt du 28 juin), annonce Ivan Letessier dans un autre article du Figaro ce matin (voir Lmdt de ce jour).

« Cette stratégie mondiale passe par Iqos, le système électronique de tabac à chauffer mis au point par le groupe après plus de dix ans de recherche. En évitant de brûler à 900 degrés les sticks de tabac et en les chauffant à moins de 300 degrés, cette machine rechargeable de la forme d’un cigare permet de réduire de 90 % l’émission de composants toxiques, selon les études menées par le groupe (voir Lmdt du 19 juin). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Notre mission est de faire en sorte que tous les fumeurs qui continuent à fumer passent à des produits à risque réduit » (Jeanne Pollès, Philip Morris France)  ,
12 Oct 2018 | Profession
 

Inter-Tabac, qui s’est tenu du 21 au 23 septembre, à Dortmund (voir Lmdt du 11 avril), fêtait ses 40 ans. Le bel âge pour confirmer son positionnement de salon leader mondial du secteur.

Avec le plein d’exposants : 625 soit 12 % de plus que lors de la dernière édition. 54 pays ont présenté leurs produits et services. Le salon a retrouvé le nombre de visiteurs de l’année dernière : 12 500 (comme l’an passé). La part internationale n’a jamais été aussi élevée, en hausse de 4 %.

•• Un point fort du salon aura été une surface d’exposition record sur les produits de nouvelle génération (PNG) : vapotage, tabac chauffé. Lire la suite »