Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Fév 2017 | Profession
 

Entre 750 personnes selon la police et 1 400 selon la CGT ont manifesté, ce jeudi 16 février, contre la fermeture de l’usine Seita à Riom (Puy-de-Dôme), dernière fabrique de cigarettes en France continentale, promise à la fermeture, annonce une dépêche AFP que nous reproduisons à la suite.

Fin novembre, le numéro 2 du marché du tabac en France avait annoncé qu’il allait « se désengager des sites de Riom et de Fleury-les-Aubrais » (Loiret), à partir du « second semestre 2017 » (voir Lmdt des 29 novembre 2016, 11 janvier et 11 février 2017).

Les 239 emplois que compte l’usine de Riom devraient être délocalisés en Allemagne et en Pologne, selon la CGT. Lire la suite »

11 Fév 2017 | Profession
 

Une cinquantaine d’employés de Seita Riom, avec l’intersyndicale CGT/Unsa, se sont rendus, ce jeudi 9 février, à l’Hôtel de Région à Lyon pour rencontrer Laurent Wauquiez.

Ils réclamaient une « table-ronde » pour présenter leur projet alternatif, concernant toute la filière tabac, aux différents ministres concernés avant le démarrage du plan social qui doit se mettre en place le 7 mars (voir Lmdt du 12 janvier).

• Ils n’ont finalement pas rencontré le président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, mais Martial Saddier, vice-président délégué aux entreprises, à l’emploi, au développement économique. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Seita : rendez-vous raté avec Laurent Wauquiez  ,
20 Jan 2017 | Profession
 

Le comité de soutien des 239 salariés de l’usine Seita de Riom a mobilisé, ce mercredi 18 janvier, plusieurs débitants et planteurs du département contre la fermeture annoncée du site (voir Lmdt du 12 janvier).

Les buralistes présents annonçant craindre de perdre leur monopole si la France ne fabrique plus de cigarettes sur le territoire, alors que 70 planteurs risquent de ne plus trouver de débouchés.

Pour Jean-Louis Duron, président du syndicat des planteurs de tabac du Puy-de-Dôme, interviewé sur France Bleu Pays d’Auvergne, « nos gouvernants sont bien heureux de ramasser des taxes énormes sur le tabac et de s’en servir pour boucher le trou de la Sécurité sociale et d’autres. Et, à côté de ça, ils imposent un certain nombre de choses, comme le paquet neutre et des taxes supplémentaires qui incitent les fabricants à quitter la France.

Aujourd’hui, les solutions, c’est de garder une production française et une distribution avec les buralistes ce qui permet, dans de toutes petites communes rurales, de maintenir un commerce et une activité ».

12 Jan 2017 | Profession
 

Quelque 200 personnes ont manifesté, ce jeudi matin 12 janvier, contre la fermeture de l’usine Seita à Riom (Puy-de-Dôme), dernière fabrique de cigarettes en France continentale dont la fermeture est prévue courant 2017, selon des chiffres de la police et des syndicats (voir Lmdt des 11 janvier 2017 et 29 novembre 2016).

« On veut mettre la pression sur l’État pour qu’il accepte d’imposer au groupe Imperial Tobacco la suspension du projet de fermeture », a expliqué à l’AFP Stéphane Allègre, secrétaire CGT du CE et secrétaire du comité central de la Seita. Le cortège composé de salariés, dont certains brandissaient des cigarettes géantes entre leurs mains, a traversé le centre-ville de Riom et distribué des tracts. Lire la suite »

26 Déc 2016 | Profession
 

C’est dans son édition du 23 décembre que le quotidien régional La Montagne relate la réunion des syndicats qui s’est tenue le mercredi 21 décembre, à l’initiative des syndicats de Riom (voir Lmdt du 15 décembre).

Ceci, dans le contexte suscité par l’annonce de la fermeture des sites Seita de Riom et de Fleury-les-Aubrais (voir Lmdt des 29 novembre ainsi que des 8 et 19 décembre).

•• « On a pris un coup de massue le 29 novembre avec l’annonce de la fermeture de l’usine Seita de Riom et du centre d’analyse des Aubrais. La contrepartie c’est la création de 100 emplois en Pologne et en Allemagne ! Et la disparition de 1 000 emplois directs et indirects chez nous. Aujourd’hui, on va lancer un comité de soutien pour se battre et fédérer les énergies ! ».

Devant une salle comble, les représentants syndicaux ont très vite annoncé la tonalité, confirme le quotidien dans son article.

•• Et l’ambiance d’union sacrée a frappé les esprits. Élus de tous bords, intersyndicales, salariés ont serré les rangs dans une atmosphère solidaire. La lutte pour le maintien de la Seita est devenue le symbole du combat pour l’emploi dans le bassin industriel du Puy-de-Dôme, poursuit-il ensuite.

•• Et malgré les discours des élus venus en nombre apporter leur soutien, la fracture entre les ouvriers et l’État s’est révélée béante, assure la journaliste. « Attention, nous on a déjà vécu cela ! Lorsque notre usine a fermé à Carquefou, on a entendu les mêmes discours. Et ça n’a rien changé. Tout ce que l’on voit nous, c’est que dans deux mois le plan il commencera ! Et quand l’usine sera fermée ce sera trop tard pour agir ! » a averti un salarié.

 Commentaires fermés sur Fermetures Seita : « La Montagne » revient sur la réunion publique de Riom  ,
15 Déc 2016 | Profession
 

La CGT Seita et l’UNSA « Industrie & Construction » organisent à Riom, le mercredi 21 décembre, une réunion d’information et d’échange à l’attention des médias, des élus politiques, de la population et des commerçants. Objectif : défendre « l’économie » locale suite à l’annonce des fermetures de sites Seita de Riom et Fleury-les-Aubrais (voir Lmdt des 13 décembre 1 / 2 et 30 novembre).

Nous reproduisons intégralement le tract diffusé à cette occasion :

« Le groupe Imperial Brands vient d’annoncer la fermeture de l’usine de la Seita de Riom, celle du centre de contrôles et de mesures des Aubrais et des licenciements à la Direction Générale. Dans un premier temps, ce projet met en danger des centaines d’emplois sur Riom (239 en interne, sans compter les prestataires, fournisseurs, commerces …). Sur le long terme, ce sont autant d’emplois disparus pour les générations futures et l’économie locale en sera fortement impactée.

Tous les intérêts sont liés : lorsque les créations de richesses baissent sur un territoire, aucune activité commerciale ou sociale n’en sort indemne !

La filière du Tabac (agriculture, production, recherche, distribution et ventes) serait brisée. Le groupe veut délocaliser la production et les marques en Pologne et en Allemagne.

Au lieu de produire au plus près (COP21), les productions se feront donc en Europe de l’Est, puis reviendront en France pour la vente. La consommation se poursuivra sans contrôle et le pays perdra ses emplois ! Le pillage des atouts français se poursuit avec les privatisations et le désengagement de l’État. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Fermetures Seita : réunion publique des syndicats à Riom  ,
13 Déc 2016 | Profession
 

Dans un communiqué, la CGT-Seita réagit vivement à un message qu’a fait parvenir le directeur des ventes de Seita aux buralistes, à propos de l’annonce des fermetures des sites de Riom et de Fleury-les-Aubrais (voir Lmdt des 29 et 30 novembre).

Nous reproduisons ce communiqué qui présente, à sa conclusion, le message initial de Seita :

« Honteux !!

Le Groupe vient de communiqué un message aux buralistes via son site informatique pour les rassurer de l’absence d’impact du contexte interne sur leur activité et surtout leur expliquer qu’ils bénéficieront des économies générer par les fermetures envisagées.

Le réseau constate de lui-même le désengagement progressif de la Seita filiale d’Imperial Brand (absence au Losangexpo, réseau moins couvert, produits non livrés en raison de l’incapacité du Groupe de produire, etc.).

Le Groupe fait porter sur le dos de centaines de familles sa recherche continue d’accroissement de profits pourtant déjà conséquents. Ce sont les salariés de la Seita qui compenseront les couts de la taxe fournisseur afin de ne pas altérer les remontées de dividendes aux actionnaires. En quoi la suppression d’emplois est une opportunité pour le commerce de proximité ? Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Fermetures Seita : les buralistes pris à témoin  ,
29 Nov 2016 | Profession
 

Seita a annoncé, ce mardi, la fermeture de son site de production de Riom (Puy-de-Dôme), dernière usine de cigarettes en France continentale, et du centre de recherche de Fleury-les-Aubrais (Loiret), pour lesquels elle cherche des repreneurs (voir Lmdt de ce jour).

« Ça fait deux jours qu’on s’en doutait mais ils viennent de nous l’annoncer. Les gens sont un peu abasourdis. Il y a des réunions prévues dans la journée avec les cadres et les chefs d’atelier », a témoigné à l’AFP Ludovic Gotiaux, délégué syndical et délégué du personnel CGT.

 Commentaires fermés sur Fermeture de Riom et de Fleury-les-Aubrais : première réaction syndicale  ,
17 Déc 2015 | Profession
 

CGT SEITALa CGT Seita a édité un communiqué assez virulent dont le titre reproche à Imperial Tobacco d’être « favorable au paquet neutre ». Nous en publions d’importants extraits tout en rapportant, au préalable, une première réaction non officielle de Seita : « cette position venant d’un partenaire social ne correspond guère à la réalité quand on sait la part active que Seita joue dans le débat autour du paquet neutre » (voir Lmdt des 9 et 10 décembre ainsi que du 24 novembre ou du 31 juillet, entre autres).

« Ne nous y trompons pas, malgré les larmoyants communiqués de l’industriel du tabac, ce dernier mise sur un retour important de cash si l’Assemblée valide le projet de loi Santé qui instaure entre autre le paquet neutre.

« Ce projet de loi dont les effets sur la santé publique ne sont pas avérés, va permettre à Imperial Tobacco de réduire ses couts de production en uniformisant ses paquets et en réduisant le nombre de références. Ainsi le groupe a déjà prévu dès janvier de supprimer de multiples produits en France pour au final faire disparaitre une référence sur deux.

« Ces mesures auront un double effet en supprimant à nouveau des milliers d’emplois en France dans l’indifférence totale des politiques et de voir le profit du géant du tabac continuer à croitre.

« Le gouvernement actuel soutient pleinement ce processus de destruction de l’emploi comme en 2014 en validant les fermetures des sites de Carquefou et de Bergerac (750 postes).

« Les députés, malgré leurs discours électoralistes de soutien à la profession vont ce jour certainement soutenir le projet de loi de Marisol Touraine et donc les industriels du Tabac dans leur recherche de profit (…)

« Pour la Cgt Seita seul le maintien de la production en France, l’investissement dans la recherche et dans la prévention auprès des jeunes peut répondre aux problématiques de santé publique ».

 

CFE CGC SeitaLe syndicat CFE- CGC de Seita a diffusé, hier 24 novembre, un communiqué que nous reproduisons intégralement.

« La CFE-CGC alerte les députés sur les dangers du paquet neutre »

« La CFE-CGC souhaite attirer l’attention sur les dangers du paquet neutre qui sera présenté, ce lundi, en 2ème lecture à l’Assemblée Nationale. 

Parmi les nombreuses mesures proposées dans le Programme National de Réduction du Tabagisme, le paquet neutre pour les cigarettes et le tabac à rouler constituerait une décision excessive.

Cette mesure qui n’a été votée que par 30 députés le 3 avril dernier, a été largement supprimée par le Sénat le 16 septembre. Pourtant, la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale a souhaité, lundi 9 novembre, réintégrer cette mesure dans le texte.

Avant que les députés votent à nouveau, la CFE-CGC souhaite rappeler que :

• L’exemple de l’Australie, qui reste le seul pays à avoir mis en place le paquet neutre est clair : il n’y a eu aucun impact sur le tabagisme et les trafics ont augmenté de façon significative, atteignant 14.5% en 2014 alors qu’ils ne représentaient que 11.5% en 2012.

• S’approvisionner auprès du marché illicite, et notamment en produits de contrefaçon, c’est se fournir en produits non contrôlés, tant au niveau industriel, fiscal que sanitaire.

• La France est le 1er pays européen à souffrir du marché parallèle : désormais 26,3% des achats sont effectués en dehors du réseau des buralistes. La mise en place du paquet neutre ne pourrait qu’aggraver encore les choses ; d’autant que nos pays voisins ont d’ores et déjà écarté la mise en place de cette mesure.

• La dette française est de 2 032 milliards d’euros et le tabac rapporte actuellement 14 milliards, taxes et TVA confondues.

• Mais, avant tout, que le tabac en France, ce sont également des emplois !
À ce jour, il existe encore des fabricants et des distributeurs en France : Seita compte 820 salariés et Logista plus de 620, répartis sur tout le territoire (Le Havre, Riom, Fleury-les-Aubrais, Paris, Vincennes, Le Mans, Lyon-Mions, Marseille-Vitrolles, Bastia et Toulouse-Colomiers).
En outre, ces deux entreprises ont de nombreux fournisseurs locaux. Chaque site fait appel à la sous-traitance dans les domaines telles que le nettoyage, le gardiennage, la restauration, la gestion des déchets, la maintenance, … Seita, à elle seule, a versé en 2014 plus de 7,2 millions d’euros à des entreprises extérieures.

Tous ces éléments expliquent pourquoi la CFE-CGC considère que le paquet neutre est une mesure qui ne pourra que nuire à la santé publique, aux recettes fiscales et à l’emploi. La CFE-CGC reste persuadée que le paquet européen sera plus adapté à l’atteindre les objectifs de santé publique du Gouvernement ».