Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Déc 2017 | Profession
 

Il fallait bien trouver une solution à l’impasse dans laquelle se trouvait l’équipe cycliste de la FDJ : du fait de résultats inégaux l’année dernière ainsi que d’un manque de crédibilité par rapport aux grandes équipes. Sans compter des limites budgétaires, l’opérateur devant investir également sur les Jeux.

Thibaut Pinot et le champion de France Arnaud Démare porteront en 2018 les couleurs d’une équipe qui s’appellera Groupama-FDJ après l’arrivée de l’assureur dans l’équipe historique de la Française des Jeux. Le budget de la formation de Marc Madiot, créée par la FDJ en 1997, augmentera de 30 % afin de donner une dimension supplémentaire et rejoindre le niveau financier de la plupart des grandes équipes étrangères.

•• Les deux sociétés, qui ont présenté conjointement leur accord mercredi à Paris, se partageront équitablement le budget, approchant les 20 millions d’euros, soit le montant le plus important pour une formation française. L’accord porte sur les trois prochaines années.

« Dans l’environnement concurrentiel du cyclisme, si nous voulons développer l’équipe, il nous fallait franchir un nouveau cap », a estimé Stéphane Pallez, PDG de la FDJ, en ajoutant « on est là pour gagner, dans le respect des règles. » Lire la suite »

5 Déc 2017 | Profession
 

L’écurie Ferrari est en train de finaliser un changement de sponsor, suite au départ de la Banque Santander qui abandonne la F1 pour la Ligue des Champions. Et le candidat en lice serait l’Iqos, assure le quotidien espagnol ABC de ce 3 décembre.

Un retour aux sources en quelque sorte. Car Ferrari et Philip Morris, c’est trente ans de relations. En 1984, Ferrari fut le premier à mettre sur ses voitures le nom de ses sponsors, puis en 1997, l’équipe de F1 s’est baptisée Scuderia Ferrari Marlboro.

Avec l’interdiction de la publicité du tabac en 2005, les voitures se sont revêtues seulement de rouge et de blanc. Enfin, il a huit ans, avec l’arrivée de l’espagnol Fernando Alonso, est apparu le logo de la banque espagnole.

À partir de 2018, si l’accord se finalise – et si les éventuels obstacles réglementaires sont dépassés – Iqos pourrait apparaître sur l’aileron arrière des bolides préparés à Maranello.

23 Sep 2017 | Profession
 

Yvan Bourgnon a bouclé, ce vendredi 22 septembre, le premier passage à la voile entre l’Alaska et le Groenland par le nord-ouest. Le navigateur suisse est arrivé dans le chenal de Nuuk à 1 h 12 du matin (4 h 12, heure française). Il lui aura fallu deux mois et six jours pour effectuer cette traversée entreprise dans le cadre du défi  » Bimedia  » (voir Lmdt des 16 septembre et 2 juillet). 

« Je suis très heureux de revenir, revoir mes proches et partager ce moment avec eux, a confié Yvan Bourgnon aux médias. « J’en ai bavé plus que je ne le pensais. Les difficultés se sont accumulées tout au long du parcours. Ce défi a été à coup sûr le plus difficile de tous les défis réalisés depuis sept ans sur « Ma Louloutte », mon fidèle catamaran de sport. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Défi Bimedia : exploit réussi … jusqu’au bout de la peur  ,
16 Sep 2017 | Profession
 

« Je suis à moins de 1000 kilomètres de Nuuk, je commence à y croire. J’espère arriver le 18 ou le 19 septembre, ou le 20 septembre dans le pire des cas » a déclaré vendredi Yvan Bourgnon à l’AFP.

Rappelons que dans le cadre du « Défi Bimedia », le navigateur suisse est parti le 13 juillet de Nome (Akaska) pour rallier – via le mythique et glacé passage du Nord-Ouest – Nuuk (Groenland) en barrant son modeste catamaran. Route, entre les blocs de glace, encore jamais empruntée sur un voilier en solitaire (voir Lmdt du 2 juillet).

Avec une « prise de risques monstrueuse », l’intrépide marin a pu se dégager des glaces qui dernièrement l’ont coincé 18 jours durant (voir Lmdt du 3 septembre).

Et il a pu repartir pour essuyer deux fortes tempêtes. « Je suis passé plusieurs fois près de la correctionnelle. Aujourd’hui, je dois reconnaître que j’ai pris trop de risques. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de difficultés, j’en ai bavé. » Paroles d’un loup de mer que les ours n’ont pas gêné.

 Commentaires fermés sur Défi Bimedia : vers la fin de galère pour Yvan Bourgnon  ,
1 Mai 2017 | Profession
 

Parlons simple et clair. 

Il va falloir du culot au navigateur Yvan Bourgnon pour affronter, en solitaire à partir de fin juin, le froid et les icebergs dans le passage long et étroit du Nord-Ouest entre l’Alaska et le Groenland : à bord d’un simple catamaran, sportif mais toujours instable, sans habitacle et avec un minimum de confort.

Cette nouvelle route maritime – fonte des glaces et réchauffement climatique obligent – n’a déjà été explorée, sur ses 7 500 kilomètres, que par des brise-glaces et un voilier en équipage.

Et il faut du courage à Bimedia pour s’écarter des voies faciles du sponsoring formaté et s’engager ainsi, avec son personnel et ses clients, aux côtés du sympathique navigateur franco-suisse. Lequel a déjà signé un épique tour du monde en 2005 à la barre de « Louloute » : le même catamaran que celui de ce « défi Bimedia », quoique renforcé sur le plan technologique. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Défi Bimedia » : il faut du culot !  ,
15 Mar 2017 | Profession
 

YVAN BOURGNON À L’ASSAUT DES MERS POLAIRES EN SOLITAIRE

Top départ à la mi-juin 2017. Le navigateur franco-suisse se lance à l’assaut d’une première mondiale : le « Défi Bimedia » qui consistera à franchir le passage du Nord-Ouest – entre l’Alaska et le Groenland – en solitaire et sans assistance sur un simple catamaran de sport sans habitacle.

Un défi sportif hors norme rendu possible grâce au soutien de Bimedia (voir Lmdt des 15 janvier 2017 et 3 novembre 2016) et qui résonne avec les valeurs affichées par une entreprise que connaissent bien les buralistes : innovation, exigence, authenticité.

•• Le défi de tous les dangers

Yvan Bourgnon s’élancera du détroit de Béring pour une navigation périlleuse de 7 500 kilomètres en solitaire. Une aventure qui devrait durer deux mois en passant par le nord Canadien au milieu des glaces, sur un voilier de six mètres de long. De Nome (Alaska) à Ingsugtusok (Groenland), il traversera la mer de Beaufort, l’Océan Arctique et la mer de Baffin.

En naviguant le long du Cercle Polaire Arctique, Yvan va devoir affronter le 
froid, les icebergs et tous les risques générés par de brusques changements climatiques … Mais le principal danger viendra de l’omniprésence des ours polaires attirés par l’odeur humaine et de plus en plus agressifs avec le réchauffement climatique, sachant que l’animal nage à plus de 10 kilomètres/heure. Précisons que sur son simple catamaran Yvan Bourgnon ne disposera d’aucun habitacle, ni d’une propulsion motorisée lui permettant de fuir à une vitesse suffisante.

•• Un seul homme à bord, toute une entreprise à ses côtés

« En soutenant l’un des plus talentueux skipper de sa génération, l’entreprise témoigne de sa volonté d’excellence et de sa forte identité vendéenne » explique Guillaume Dewaël (Président et CEO de Bimedia / voir Lmdt du 29 septembre 2016) à l’origine de ce partenariat avec Yvan Bourgnon. L’entreprise, qui a démarré avec le soutien initial de la profession de buraliste, est installée à La Roche-Sur-Yon, à quelques kilomètres seulement de l’une des capitales mondiales de la voile, les Sables d’Olonne.

« Accompagner Yvan dans le passage du Nord-Ouest est un privilège pour Bimedia. Au-delà d’une incroyable aventure sportive et humaine, le Défi Bimedia est un engagement de sensibilisation aux enjeux environnementaux et à la protection des océans », précise Guillaume Dewaël.

Pour partager l’incroyable « Défi Bimedia » rendez-vous sur un site internet dédié, les réseaux sociaux et avec les médias. Sachant qu’Yvan Bourgnon et son bateau devraient être à l’honneur du prochain Losangexpo.

À suivre …

 

TOUS LES DÉTAILS D’UNE PREMIÈRE MONDIALE

Mi-juin, le navigateur franco-suisse Yvan Bourgnon s’élancera du détroit de Béring pour affronter sur un voilier non habitable en solitaire le parcours du Nord-Ouest, le long du Cercle Polaire Arctique. Une aventure hors norme rendue possible grâce au soutien de Bimedia, lui-même partenaire des buralistes.

Valeurs partagées

Guillaume Dewaël (président et CEO de Bimedia) est à l’origine de ce partenariat avec le défi sportif et humain d’Yvan Bourgnon : « L’innovation, pour ouvrir une route maritime comme pour inventer des solutions qui aident à vendre plus et mieux. L’authenticité, dans la façon de naviguer à la voile, au plus près des éléments, comme dans les relations humaines. L’exigence, pour progresser à travers l’océan Arctique comme sur le chemin qui permet d’accompagner ses clients ».

Une course d’obstacles

« L’expérience de mon tour du Monde me permet de monter d’un cran en termes de difficultés » précise Yvan Bourgnon, « le timing pour faire l’ensemble du Passage en une seule saison est serré, je vais devoir redoubler d’efforts pour essayer de naviguer 2 mois sans quasiment m’arrêter. De plus, la zone est relativement mal cartographiée, notamment pour les hauts fonds, ce qui implique une navigation à vue permanente. J’ai renforcé les étraves du bateau en kevlar afin de pouvoir toucher les glaçons ».

Un catamaran de plage pour traverser les glaces

6,30m de long, 4m de large : les dimensions réduites du catamaran de sport d’Yvan Bourgnon sont inversement proportionnelles à la taille du défi qui l’attend. Et pourtant, Yvan a fait de ce catamaran de sport son bateau de prédilection, en repoussant chaque fois plus ses limites. En septembre 2013, c’est sur ce même bateau (« Ma Louloutte ») qu’il réalisa un tour du monde en solitaire par l’équateur en deux ans et 230 jours.

Le parcours

Le passage du Nord-Ouest est le passage maritime nord qui relie l’océan Atlantique à l’océan Pacifique en passant entre les îles arctiques du grand Nord Canadien. Non navigable il y a encore quelques années, le Passage du Nord-Ouest est désormais une route océanique possible, le réchauffement des eaux ayant entrainé une fonte partielle de la banquise entre le pôle et le continent.

Un défi sportif et environnemental

À travers le « Défi Bimedia », le navigateur souhaite porter un double message. Le premier qu’il porte depuis 2010 : revenir aux fondamentaux de son sport en naviguant sur un engin non habitable, en avançant à la seule force du vent et avec son sens marin. Le second : sensibiliser à nouveau le public sur les effets du réchauffement climatique et alerter sur la présence de multiples déchets océaniques, au niveau planétaire.

11 Mar 2017 | Profession
 

Top départ à la mi-juin 2017. Le navigateur franco-suisse se lance à l’assaut d’une première mondiale : le « Défi Bimedia » qui consistera à franchir le passage du Nord-Ouest – entre l’Alaska et le Groenland – en solitaire et sans assistance sur un simple catamaran de sport sans habitacle.

Un défi sportif hors norme rendu possible grâce au soutien de Bimedia (voir Lmdt des 15 janvier 2017 et 3 novembre 2016) et qui résonne avec les valeurs affichées par une entreprise que connaissent bien les buralistes : innovation, exigence, authenticité.

•• Le défi de tous les dangers

Yvan Bourgnon s’élancera du détroit de Béring pour une navigation périlleuse de 7 500 kilomètres en solitaire. Une aventure qui devrait durer deux mois en passant par le nord Canadien au milieu des glaces, sur un voilier de six mètres de long. De Nome (Alaska) à Ingsugtusok (Groenland), il traversera la mer de Beaufort, l’Océan Arctique et la mer de Baffin.

En naviguant le long du Cercle Polaire Arctique, Yvan va devoir affronter le 
froid, les icebergs et tous les risques générés par de brusques changements climatiques … Mais le principal danger viendra de l’omniprésence des ours polaires attirés par l’odeur humaine et de plus en plus agressifs avec le réchauffement climatique, sachant que l’animal nage à plus de 10 kilomètres/heure. Précisons que sur son simple catamaran Yvan Bourgnon ne disposera d’aucun habitacle, ni d’une propulsion motorisée lui permettant de fuir à une vitesse suffisante. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Défi Bimedia » : Yvan Bourgnon à l’assaut des mers polaires en solitaire  ,
4 Mar 2017 | Observatoire
 

Il aura débuté dans la vie par le fier métier de mineur et aura marqué à jamais par son dribble les pelouses des stades. À Angers, Reims, Madrid … Partout dans le monde et à jamais dans les cœurs de plusieurs générations de footeux. 

Raymond Kopa était d’un fort caractère.

Surmontant les épreuves personnelles.

Imposant ses vues sur le terrain.

Insufflant un esprit syndical parmi ses co-équipiers.

Mais sachant aussi valoriser son nom de légende : une marque de jus de fruit a porté son nom. Il a aussi fait de la pub pour une marque de cigarettes. Pas des moindres.

Pas étonnant qu’il ait été propriétaire, au début des années 60, d’un tabac-presse dans le centre de Reims, l’Euro Tabac, rue de Vesle. Avant d’investir dans un hôtel, place Drouet-d’Erlon.

 Commentaires fermés sur Kopa et tabac : hors-normes  
4 Fév 2017 | Profession
 

Le 26 janvier, la Française des Jeux a fêté les 20 ans de son équipe cycliste avec Thibaut Pinot au premier rang, lequel va courir le Giro et le Tour de France (voir Lmdt du 25 juillet 2015).

Selon Stéphane Pallez (Présidente-Directrice générale de la FDJ), « ce sont 20 ans d’engagement, de persévérance et de succès. Il faut tout ça pour faire une bonne équipe cycliste et un bon sponsor. On a tenu bon, on n’a pas eu d’incident sur la question du dopage et, en même temps, on a investi dans le temps avec des succès qui se mesurent d’année en année : 400 victoires et une équipe 11ème au classement mondial avec des coureurs emblématiques et populaires » dans Le Parisien/Aujourd’hui en France du 26 janvier). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur FDJ : plus que jamais avec Thibaut Pinot  ,
21 Août 2016 | Profession
 

Buraliste JOProximité et universalisme. Comme prévu, les Jeux Olympiques auront animé de nombreux points de vente, ces quinze derniers jours.

Avec la presse du matin ou en re-visionnant les images sur les écrans, les conversations ont roulé bon train sur les exploits de la veille, les légendes en or, le suspens des finales, la tension des images, les larmes de déception, les médailles du bonheur, la simplicité des lauréats.

Tout le monde donne son avis, plus ou moins qualifié. L’important est de parler. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Buralistes en forme olympique  ,