Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Août 2020 | Observatoire
 

Le 9 septembre prochain, à Paris, ouvrira un centre se présentant comme totalement pionnier, unique en France et même en Europe : le Centre européen d’Arrêt du Tabac par l’Hypnose (CEATH) qui fonctionnera 7 jours sur 7, et de 7 heures à 22 heures.

« … Afin que le plus grand nombre puisse se libérer du tabac, sans être freiné par des horaires ou des jours de rendez-vous contraignants, qui font souvent partie de toutes les fausses bonnes excuses que l’on se trouve pour ne pas arrêter », annoncent les deux fondateurs, Corinne Saillet et Franck Fournier, dans Le Parisien. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « L’accès de tous au sevrage » au Centre européen d’arrêt du tabac par l’hypnose   
18 Mai 2020 | E-cigarette
 

Selon un sondage exclusif réalisé par Odoxa pour France Vapotage (voir 31 mars et 8 janvier 2020) à l’approche de l’édition 2020 de la Journée mondiale sans tabac (31 mai), les Français retrouvent, après la crise sanitaire américaine de l’été 2019, confiance dans la pratique du vapotage comme alternative efficace au tabagisme.

En revanche les motivations des vapoteurs évoluent car pour la première fois, la volonté de faire des économies devance la préservation de leur santé, rappelle l’association des professionnels du vapotage dans un communiqué que nous reprenons intégralement.

•• Le vapotage reconnu comme une alternative pertinente à la consommation de tabac

6 Français sur 10 pensent que la cigarette électronique est un moyen efficace pour réduire la consommation de tabac (les fumeurs sont 69 % à le penser, les vapoteurs en sont convaincus à 92 %). Ainsi, la réputation de la cigarette électronique s’améliore après la plongée des indicateurs consécutive à la crise américaine de l’été 2019.

La prochaine « Journée mondiale sans tabac » du 31 mai 2020 devrait être l’occasion de rappeler que la cigarette électronique est l’outil d’aide au sevrage tabagique le plus efficace et le plus utilisé par les fumeurs pour réduire ou arrêter leur consommation de tabac. En décembre dernier l’Académie nationale de médecine a d’ailleurs « encouragé les fumeurs qui envisagent de passer à la cigarette électronique à ne pas hésiter ».

•• Le pouvoir d’achat, une motivation encore plus importante que la réduction des risques

Signe des temps, dans un contexte marqué par les fortes hausses du prix du tabac et des inquiétudes sur le pouvoir d’achat (crise des Gilets Jaunes, grèves, ralentissement de la croissance avant même les effets de la crise sanitaire liée au COVID-19), faire des économies est devenue la première motivation des vapoteurs (56 %), alors qu’elle n’était que la troisième motivation en mai 2019 (41 %). Cette préoccupation détrône la volonté de trouver une alternative à la consommation de tabac, d’éviter une reprise du tabac et même de prendre soin de sa santé (48 %) !

•• Information, encouragement, encadrement : des attentes fortes d’une majorité des Français

Plébiscité pour son rôle dans la lutte contre le tabagisme, le vapotage, son usage et sa pratique, suscitent toujours chez les Français les mêmes attentes d’informations et les mêmes interrogations.

Ces derniers se sentent toujours mal informés sur la cigarette électronique (57 %). Même si la tendance s’améliore depuis l’automne dernier, marqué par la crise sanitaire aux États-Unis (-8 points), ce sentiment retrouve le même niveau qu’en mai 2019. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Pour 56% des vapoteurs, la 1ère motivation est économique » (Baromètre Odoxa / France Vapotage)  ,
30 Déc 2019 | Associations
 

« Êtes-vous capable d’arrêter l’alcool, ou au moins de réduire votre consommation, pendant un mois ? C’est le « Défi de janvier » que propose à partir de mercredi une trentaine d’associations sur le modèle d’une opération anglaise, annonce l’AFP, dans une dépêche signée Paul Ricard.

« C’est une campagne mobilisatrice, ludique, pour s’essayer individuellement et collectivement à une pause pendant un mois, après la période des fêtes » explique Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération Addiction, l’une des associations organisatrices.

•• « Étape après étape, (il s’agit) d’arriver à l’interdiction de consommation, c’est ça qui est derrière » juge de son côté Bernard Farges, président de la CNAOC, confédération qui regroupe les 17 principales régions viticoles françaises à appellation, soit 70 % des viticulteurs du pays. Lire la suite »

4 Déc 2019 | Institutions
 

Plus de 200 000 personnes ont participé en novembre au « Mois sans tabac », un chiffre en baisse pour cette quatrième édition, ce qui incite les autorités sanitaires à préparer une version renouvelée l’an prochain, confirme l’AFP (voir 30 novembre).

Pour cette campagne nationale d’aide à l’arrêt du tabac, pilotée par Santé publique France, 203 892 personnes se sont inscrites sur le site internet dédié.

C’est moins que les 241 000 participants de novembre 2018, l’édition qui a connu le plus grand succès à ce jour, depuis le lancement de l’opération en 2016.

« Ce rendez-vous désormais incontournable dans l’agenda des Français reviendra en 2020 dans une version totalement nouvelle », pour continuer à susciter l’intérêt des fumeurs désireux de s’arrêter, a annoncé Santé publique France.

30 Nov 2019 | Institutions
 

Manifestement, il va falloir imaginer autre chose et mieux utiliser l’argent public. Ne serait-ce qu’en s’appuyant plus sur les relais potentiels que constituent le monde du vapotage et les buralistes. 

Guère plus de 200 000 personnes ont participé à la quatrième édition du « Mois sans Tabac » … « mais l’opération comptabilise près de 800 000 inscriptions depuis sa création en 2016 », se dépêche d’annoncer Santé publique France dans un communiqué bilan.

•• Si le nombre d’inscrits sur le site de cette quatrième édition s’effondre (203 175 contre 241 000 en 2018), la participation aux autres outils d’aide à distance serait en progression (voir 29 novembre 2018) : Lire la suite »

29 Nov 2019 | E-cigarette
 

Le contrecoup de la crise sanitaire américaine, provoquée par de mauvais usages de l’e-cigarette, n’a pas freiné les projets de développement de celui qui se présente comme le leader de la fabrication de-liquides.

Après la finalisation du chantier d’agrandissement de l’usine de Rohrbach-lès-Bitche (Moselle), Gaïatrend a inauguré sur le site, ce vendredi 22 novembre, un concept store innovant : « Nouveau souffle ».

•• « Notre métier est de fabriquer des liquides pour cigarettes électroniques. Pas d’ouvrir des boutiques partout en France » précise cependant Olivier Martzel dans Le Républicain Lorrain. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Vapotage : Gaïatrend lance un concept-store dédié à l’arrêt du tabac  ,
19 Nov 2019 | Institutions
 

La Nouvelle République posait la question, la semaine dernière. Car, par exemple, de nombreuses initiatives menées pour cette quatrième édition peinent parfois à trouver leur public. Exemples. 

•• Dans les cantons d’Amboise et Bléré (Indre-et-Loire) ainsi que de Montrichard (Loir-et-Cher), la communauté professionnelle territoriale de santé Asclepios propose activement des rencontres entre fumeurs, espacées de trois semaines.

Si,à Bléré, la première rencontre a eu lieu, les deux séances prévues initialement pour Amboise ont été annulées, en raison du manque de participants.

•• Dans les pharmacies d’Amboise, on ne note pas de changement par rapport au reste de l’année. « Depuis que les substituts au tabac sont remboursés, il y a moins de demandes spontanées » explique un pharmacien. « Cela reste positif qu’il y ait de la communication, Mais le moment où nous avons le plus de demandes, ce sont les vœux » assure un collègue.

« Il faut aussi faire de la prévention sur d’autres points » précise-t-il, « il est possible de faire un dépistage en pharmacie pour la bronchite du fumeur, il faut le rappeler. »

•• À l’inverse, une pharmacienne du centre-ville estime qu’il y a eu une augmentation de demandes : « on a donné tous nos kits gratuits du Mois sans Tabac. On a eu plusieurs premières prescriptions en deux semaines … des personnes qui ont dit qu’elles allaient arrêter de fumer. »

14 Nov 2019 | Institutions
 

Aina Kuric, députée apparentée LREM de la Marne, a décidé de participer au « Mois sans tabac ». Si elle en bave, elle explique, dans L’Union, en quoi il est important que cette opération existe. 

« Cela fait une semaine et c’est très dur » confie-t-elle. « Hier, j’ai craqué, je suis allée acheter une cigarette électronique. Mais une cigarette électronique, est-ce tricher ? ».

« C’est un peu l’improvisation totale. Si j’avais réfléchi, je crois que je ne l’aurai pas fait. Chaque jour de plus sans cigarette est une victoire, cependant. » L’élue admet avoir commencé à fumer à l’âge de 15 ans et elle a arrêtée pendant quatre ans au moment de la naissance d’un enfant. Lire la suite »

13 Nov 2019 | Institutions
 

Conférences, stands dans les hôpitaux, villages de prévention, consultations gratuites, très nombreuses interviews de tabacologues dans les médias régionaux … le « Mois sans Tabac » bat son plein et le site de Tabac Info Service affichait 195 818 participants le 8 novembre, puis 198 481 ce 13 novembre.

Mais dans certains établissements hospitaliers – déjà confrontés à d’autres problèmes – c’est déjà la saturation, comme le rapportait Ouest-France la semaine dernière à La Roche-sur-Yon, par exemple.

•• « Il y a eu un temps où on prenait tout le monde sur liste d’attente. Mais depuis trois à quatre ans, on a dû hiérarchiser : femmes enceintes, mineurs, jeunes adultes sont prioritaires » justifie le docteur Brigitte Rocheteau – chef du service addictologie du centre hospitalier – qui dénonce un paradoxe : « le tabac est le produit qui tue le plus en France, et les moyens sont ridicules. » Lire la suite »

3 Nov 2019 | Profession
 

La hausse du prix des paquets de cigarettes, ce vendredi 1er novembre (voir Lmdt du 31 octobre), a plus d’impact en zones rurales : pour les petits buralistes, d’une part, mais aussi pour les fumeurs plus éloignés des centres d’addictologie …

C’est du moins l’exemple pris, dans le Jura, par Le Progrès.

« On espère qu’ils vont s’arrêter là … » soupire Jean-Noël Berthod, président de la chambre syndicale des buralistes du Jura. « On nous demande de faire du service public … mais on a du mal à se positionner ». Lire la suite »