Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Oct 2017 | E-cigarette
 

Au lendemain du lancement du « Moi(s) sans tabac 2017 » (voir Lmdt des 9 et 10 octobre), l’association Sovape déclare, dans un communiqué, soutenir l’opération « pour aider les fumeursune priorité » et « en espérant vivement des résultats tangibles ».

Mais avant de signifier son soutien, l’association ne mâche pas ses mots tant sur le fond que la forme de la campagne.

« Le Mois Sans Tabac 2017 ressemble beaucoup à l’opération qui a été menée l’an dernier. Avec des tutelles uniquement institutionnelles – Santé Publique France, Ministère des Solidarités et de la Santé, Assurance Maladie – le ton reste ainsi dans la ligne traditionnelle de la lutte anti-tabac telle qu’elle est menée en France depuis des décennies. Lire la suite »

10 Oct 2017 | Institutions, L'essentiel
 

« Et vous, pour arrêter de fumer, vous êtes plutôt patch ou vapotage ? ». Pour le deuxième « Moi(s) sans tabac », en novembre, le gouvernement invite les fumeurs à choisir leur équipe, par thème ou par région, pour « susciter 1 million de tentatives d’arrêt du tabac » (voir Lmdt du 9 octobre).

•• À côté du paquet neutre et des fortes hausses de prix du tabac à venir, l’opération lancée lundi joue la carte du « ludique » et du « collectif », pour faire baisser la consommation « de manière positive, sans aucune stigmatisation », a déclaré la ministre de la Santé Agnès Buzyn, au cours d’une conférence de presse.

•• Cette année, les participants qui s’inscrivent sur le site www.tabac-info-service.fr seront invités à rejoindre une des 16 équipes thématiques mises en place, sous forme de groupes Facebook, selon leur mode de vie (fêtards ou pantouflards ? Burger-frites ou salade-quinoa ?) ou le type d’aide à l’arrêt choisi (patch de nicotine, cigarette électronique ou coach).

17 équipes régionales sont aussi proposées, et il sera possible de créer sa propre équipe, en famille, entre amis, ou au sein d’une même entreprise.

Le défi : inciter les près de 16 millions de Français qui en grillent une régulièrement à arrêter pendant un mois à partir du 1er novembre, en espérant créer ainsi le déclic pour un abandon définitif du tabac.

•• La cigarette « ne doit plus être une norme sociale », a souhaité Agnès Buzyn, déplorant un regard encore « trop souvent complaisant » sur ce fléau qui tue plus de 73 000 personnes et coûte 26 milliards d’euros chaque année, d’après l’AFP.

•• Douze grandes villes accueilleront par ailleurs un « dispositif itinérant, ludique et interactif », sur le modèle des « fan zones » de supporters, pour « aller à la rencontre des fumeurs et de leur entourage ».

•• On pourra aussi suivre via une web série les efforts pour arrêter de l’animateur de télévision Laurent Romejko, qui confie en avoir « marre du tabac » mais n’être jamais arrivé à s’en passer plus de six mois.

•• Des partenariats locaux avec les agences Pôle Emploi, les Caisses d’allocation familiales, Emmaüs ou encore les épiceries solidaires chercheront à lutter contre les inégalités sociales

•• « Les personnes sans diplôme fument deux fois plus que les personnes diplômées » et « le tabac touche moins d’un Français sur trois ayant un emploi alors qu’il atteint la moitié des personnes au chômage », a ainsi rappellé Agnès Buzyn.

•• Le mois de novembre verra par ailleurs se concrétiser la première des six hausses de prix prévues, qui amèneront le paquet de cigarettes à 10 euros d’ici fin 2020 (voir Lmdt du 29 septembre).

•• Toutes les mesures déjà prises, combinées à un nouveau plan national de réduction du tabagisme qui sera présenté au printemps 2018, devraient permettre d’avoir « 500 000 fumeurs en moins par an », pour « parvenir sous la barre des 23 % de fumeurs (quotidiens) d’ici la fin du quinquennat », a souhaité Mme Buzyn, toujours selon l’AFP.

En France, en 2016, 34,5 % des 15-75 ans fumaient du tabac, dont 28,7 % quotidiennement, des chiffres globalement stables depuis 2010, selon l’agence sanitaire Santé publique France.

9 Oct 2017 | Institutions
 

Avec la deuxième édition du « Moi(s) sans tabac », novembre sera une nouvelle fois l’occasion d’encourager les Français à arrêter de fumer, après le « large succès » rencontré par l’opération l’an dernier, a-t-on appris à l’occasion du lancement médiatique de l’opération (voir Lmdt de ce jour).

•• Parallèlement aux hausses de prix, qui porteront le paquet de cigarettes à 10 euros fin 2020 (voir Lmdt du 29 septembre), les autorités sanitaires entendent également jouer sur l’« incitation positive » à l’arrêt du tabac.

•• Après une phase d’information en octobre, les près de 16 millions de Français qui fument régulièrement sont invités à relever le défi à partir du 1er novembre : arrêter pendant un mois, en espérant créer le déclic pour un abandon définitif.

•• La ministre de la Santé Agnès Buzyn a lancé lundi au cours d’une conférence de presse cette nouvelle édition, menée en collaboration avec l’agence sanitaire Santé publique France et l’Assurance maladie. Lire la suite »

9 Oct 2017 | Institutions
 

Le mois de novembre sera de nouveau l’occasion d’inciter les Français à arrêter de fumer avec la deuxième édition du « Moi(s) sans tabac », dont le coup d’envoi sera donné dès ce lundi par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, annonce l’AFP. Une conférence de presse est prévue en fin de matinée au ministère de la Santé (voir Lmdt du 8 août 2017).

•• L’an dernier, cette opération, menée en collaboration avec l’agence sanitaire Santé publique France et l’Assurance maladie, s’était concrétisée par un spot télévisé, la distribution de kits gratuits d’aide à l’arrêt du tabac ou encore le lancement d’une application de « coaching » pour soutenir les fumeurs dans leur tentative. Lire la suite »

22 Sep 2017 | International
 

Voilà six ans que « Stoptober » – soit une opération accompagnant sur un mois les volontaires pour arrêter de fumer – a été lancé au Royaume-Uni, avec un certain succès, inspirant Marisol Touraine pour le « Moi(s) sans tabac » (voir Lmdt du 3 octobre 2016).

En octobre, mois de la campagne choisie par les Anglais, une nouveauté pour 2017 : l’usage de la cigarette électronique est ouvertement recommandé.

•• Le site de la campagne évolue donc, avec un espace complet consacré aux vapoteurs. Par exemple, on y retrouve le témoignage de Mark, qui a eu recours à la vape afin de ne pas craquer. Le fonctionnement d’une e-cigarette est rapidement expliqué, sans évacuer la question des risques. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Royaume-Uni : le « Mois sans tabac » anglais recommande officiellement la cigarette électronique   , ,
7 Sep 2017 | E-cigarette
 

Pour être efficace dans l’arrêt du tabac, la cigarette électronique a besoin de régularité dans son utilisation. 

C’est ce que semble suggérer une étude menée par l’université de Georgetown (États-Unis). Parue dans Nicotine & Tobacco Research, elle montre que les chances de réussite sont plus élevées parmi les fumeurs qui se tournent vers la vape  » au moins cinq jours dans le mois « .

Cette estimation est issue d’un sondage réalisé auprès de 24 500 fumeurs, anciens ou actuels. Tous ont été interrogés sur leurs habitudes vis-à-vis du tabac, mais aussi de la cigarette électronique.

« Les tentatives d’arrêt du tabac, et leur réussite, sont directement associées au nombre de jours d’utilisation de l’e-cigarette » résume David Levy, principal auteur de l’étude, « les chances de réussite de l’arrêt sont accrues de 10 % pour chaque jour d’usage supplémentaire. »

Ainsi, les fumeurs qui ont fait un usage épisodique de la vapoteuse ont moins de chance de réussir dans leur sevrage. À l’inverse, ceux qui se tournent régulièrement vers ce dispositif connaissent plus de succès.

Un quart des fumeurs qui ont vapoté 5 à 9 mois au cours de cette période ont réussi à arrêter de fumeur. Chez les plus gros usagers, qui vapotent 25 à 30 fois dans le monde, les chercheurs ont enregistré un tiers de réussites.

 Commentaires fermés sur La cigarette électronique peut aider à l’arrêt du tabac … si elle est utilisée souvent  , ,
8 Août 2017 | Institutions
 

Des visuels sur Twitter, des professionnels de la santé mobilisés dès ce début août … L’opération « Moi(s) sans tabac » – initiée par Marisol Touraine en novembre dernier, avec un succès certain (voir Lmdt du 1er décembre 2016 ) – est sur les rails.

L’édition 2017 se veut plus ambitieuse et il est demandé aux professionnels de santé de prendre part à ce défi collectif, qui consiste à inciter et accompagner, via des actions de communication et de prévention de proximité, tous les fumeurs dans une démarche d’arrêt du tabac … dès la rentrée de septembre. Alors que le temps fort de l’opération est toujours concentré sur novembre.

•• Pour ce faire, trois challenges sont mis sur la table : Lire la suite »

3 Août 2017 | International, Observatoire
 

Comment motiver les fumeurs à l’arrêt du tabac ? Des chercheurs de l’université de Liverpool ont eu l’idée de comparer les réactions de deux groupes, l’un passant un scanner des poumons, l’autre sans examen radiologique. Dans tous les cas, il s’agissait de fumeurs à haut risque, âgés de 50 à 75 ans. Plus de 4 000 personnes ont participé.

•• Les résultats montrent que les participants qui ont vu leurs poumons à l’imagerie, et en ont discuté avec le radiologue, sont plus motivés :
• deux semaines après l’examen, 10 % des fumeurs avec scanner avaient arrêté la cigarette contre 5 % dans l’autre groupe
• deux ans après, 15 % des fumeurs avec scanner avaient arrêté contre 10 % dans l’autre groupe.

Les chercheurs en concluent que l’examen et le bilan, en soi, incitent, de façon relativement efficace, une personne à arrêter de fumer. Et cela, quel que soit le résultat du scanner. Lire la suite »

22 Juil 2017 | Observatoire
 

Selon le Tableau de bord tabac, publié dernièrement par l’Observatoire français des Drogues et Toxicomanies (OFDT), les ventes de substituts nicotiniques « restent sur les cinq premiers mois de l’année bien supérieures à leur niveau en 2016 ».

La hausse est de + 38 % pour l’ensemble des aides à l’arrêt du tabac ; + 58 % pour les patchs, plus particulièrement. Un record de ventes a même été enregistré en mars.

Pour l’OFDT, le fait que, depuis novembre 2016, la Sécurité sociale rembourse 150 euros par an au lieu de 50 euros, a été déterminant. Sur les trois premiers mois de l’année 2017, 127 000 remboursements ont été effectués par l’Assurance-maladie, soit le double du premier trimestre 2016 lorsque le forfait annuel était à 50 euros.

L’OFDT estime, par ailleurs, que l’opération « Moi(s) sans tabac » instaurée en novembre dernier a incité davantage de fumeurs à arrêter.

Ce qui laisse à penser, à contrario, que l’incidence du paquet neutre est quasi nulle.

 Commentaires fermés sur Sevrage tabagique : les ventes de substituts s’envolent au premier semestre  ,
19 Juin 2017 | E-cigarette
 

Enovap, en partenariat avec un laboratoire du CNRS, développe un système d’intelligence artificielle capable de tester différentes méthodes de sevrage tabagique.

Un engagement fort en R&D pour la startup (voir Lmdt du 20 mai 2016) témoignant de sa volonté de participer, à sa manière, à la lutte contre le tabagisme, comme l’indique un communiqué du 13 juin.

En renforçant ainsi l’efficacité de son dispositif – l’e-cigarette intelligente permettant la gestion de l’apport en nicotine (technologie brevetée) – Enovap enrichit son application mobile qui intègre déjà un mode de réduction automatique pour mieux accompagner les personnes souhaitant arrêter de fumer.

•• Ainsi, Enovap a initié un partenariat avec le Laboratoire d’Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l’Ingénieur (Limsi), du CNRS, pour développer un système d’intelligence artificielle et mettre au point une véritable plateforme de soutien au sevrage tabagique. Ceci, en s’appuyant sur l’expertise du CNRS dans les domaines du « machine-learning » et de l’intelligence artificielle

Ce programme de R&D lui permettra de proposer prochainement un « coach personnalisé » s’adaptant en fonction du profil de l’utilisateur.

À partir de l’analyse du profil de consommation (quantité de nicotine inhalée, lieux, horaires et circonstances de la consommation de tabac …), il proposera différentes méthodes de sevrage et évaluera leur efficacité.

•• Pour Alexandre Scheck, CEO de Enovap : « … à terme et grâce aux compétences du Limsi en machine learning, cette intelligence artificielle sera capable de développer, de manière autonome, de nouvelles méthodes de sevrage adaptées à chacun ».

 Commentaires fermés sur Enovap : de la cigarette électronique à l’intelligence artificielle … Pour un accompagnement très personnalisé du fumeur  ,