Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Mar 2021 | Observatoire
 

On sait que la mission parlementaire sur le cannabis (voir 23 décembre 2019) a décidé de traiter le sujet en trois séquences, trois usages. Où en sommes-nous ?

• le cannabis récréatif, on attend un rapport spécifique suite à la consultation citoyenne (voir 2 mars 2021) ;

• le CBD, on attend la réaction des autorités par rapport aux conclusions de son rapport spécial (voir 12 février 2021) ;

• le cannabis thérapeutique (ou cannabis médical / voir 6 mars et 6 février 2021), lui, fait désormais l’objet d’un feu vert. Comme en témoigne ce communiqué du ministre de la Santé sur son expérimentation dans 215 structures de soin sur l’ensemble du territoire. Nous le reproduisons pour l’essentiel. Lire la suite »

6 Mar 2021 | Observatoire
 

Tout fini par bouger … Et acceptons que cela soit de bon augure pour l’évolution des autres dossiers liés au cannabis (CBD et cannabis récréatif).

Les premières consultations pour inclure des patients dans l’expérimentation du cannabis à usage médical (voir 6 février 2021, 21 et 10 octobre 2020) auront lieu « dans quelques jours » dans les 200 centres de référence sélectionnés, a indiqué jeudi l’Agence nationale du Médicament (ANSM). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Cannabis thérapeutique : c’est (enfin) parti   ,
5 Mar 2021 | Institutions
 

Selon ses propositions pour un futur projet présidentiel, présentées ce jeudi 4 mars, le Parti Socialiste vise à parvenir en dix ans à « la première génération sans tabac », en continuant d’augmenter les prix des cigarettes et en interdisant de fumer dans les lieux publics extérieurs.

Toutes les propositions socialistes en matière de santé ont été présentées lors d’une visioconférence de presse par le député Boris Vallaud, porte-parole du parti, et le psychiatre Antoine Pelissolo, secrétaire national PS à la Santé rapportent l’AFP et La Provence. 

Les socialistes veulent ainsi « construire un plan de lutte contre le tabagisme avec l’objectif de parvenir en dix ans à la première génération sans tabac, en poursuivant la politique d’augmentation des prix, seule méthode éprouvée pour réduire les premières consommations des jeunes, et en étendant les interdictions de fumer aux lieux publics extérieurs ».

 Commentaires fermés sur Présidentielles : le PS veut poursuivre la politique de hausse des prix du tabac  , ,
10 Fév 2021 | Associations
 

L’Alliance contre le Tabac devient l’ACT, modernise son logo et lance une nouvelle dynamique « pour une société plus durable affranchie de l’industrie du tabac ». 

Sous cette nouvelle bannière, l’association trentenaire a lancé un programme de dénormalisation dont la campagne#1 est consacrée au « vrai coût du tabac pour tous ».

Dès la présentation de la stratégie décennale contre le cancer (voir 4 et 8 fevrier),  l’ACT a salué les engagements annoncés par le Président Emmanuel Macron et a annoncé être particulièrement attentive et impliquée dans la transposition de ces annonces en mesures concrètes et en actions fortes.

•• Concernant les grands axes abordés par Emmanuel Macron, l’ACT a plusieurs recommandations :

augmentation de la taxation des produits du tabac, « l’arme la plus efficace contre le tabagisme » avec une hausse progressive du paquet à 15 euros d’ici à 2025 ;une hausse significative de la fiscalité du tabac à rouler, des cigares et cigarillos ; une vigilance sur la taxation des nouveaux produits du tabac (tabac chauffé) ; une harmonisation fiscale au niveau européen.

renforcement de la prévention pour une dénormalisation du tabac, à l’image de ses campagnes de sensibilisation autour de sujets méconnus des Français.

•• L’ACT pointe cependant l’absence de deux actions majeures dans le discours du Président :

renforcement des modalités de contrôle du tabac :
. au niveau national, en rendant systématique le contrôle de pièce d’identité de tout jeune qui se présente pour acheter du tabac ;
. au niveau européen, en assurant une indépendance totale des systèmes de traçabilité du tabac par rapport à l’industrie.

 Une meilleure sensibilisation des professionnels de santé.

 Commentaires fermés sur Plan cancer : « génération sans tabac 2030 : un engagement pris, des mesures fortes attendues » (ACT-Alliance)  , ,
8 Fév 2021 | Institutions
 

Jeudi 4 février dernier a été présenté un nouveau plan de lutte contre le cancer en France : soit « une stratégie décennale contre les cancers 2021-2030 » (voir 4 février). 

Laquelle se décline en un certain nombre de « fiches action » correspondant à autant de feuilles de route pour les 10 ans à venir. Ci-dessous, l’intégralité de la fiche action sur le tabac intitulée : « appeler à la mobilisation de tous pour en finir avec le tabac ».

CONTEXTE

Le tabac est le premier facteur de risque de cancer, responsable d’un cancer sur cinq et d’un décès sur trois par cancer. Consommer du tabac augmente le risque de 17 localisations différentes de cancer. La France connaît une des consommations les plus élevées parmi les pays occidentaux : un adulte sur 4 fume quotidiennement du tabac.

Le Programme national de réduction du tabagisme (2014-2019) puis le Programme national de lutte contre le tabac (2018-2022) ont marqué un engagement de l’État sans précédent avec une réduction enregistrée de 1 600 000 fumeurs entre 2016 et 2018 et une dé-normalisation du tabagisme auprès des jeunes.

Cependant, la prévalence du tabagisme est trop élevée face aux enjeux de santé publique qu’il représente, notamment parmi les personnes les moins diplômées et ayant les plus bas revenus.

La stratégie cancer doit s’employer à mettre fin à la principale cause de cancer en France pour que, à l’avenir, nous puissions améliorer considérablement l’état de santé de nos concitoyens et mobiliser d’importants efforts sur d’autres sujets de prévention pour lesquels les attentes sociétales sont fortes.

OBJECTIF

Supprimer l’exposition de la population au tabac, premier facteur de risque de cancer, et ainsi éviter environ 60 000 cas de cancers à horizon 2040.

EFFET ATTENDU POUR LES PERSONNES

Une société qui, collectivement, n’accepte plus de donner une place au tabac.

ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L’ACTION D’ICI 2030

Poursuivre la mobilisation du levier du prix pour limiter l’accès aux produits du tabac

• Étendre les espaces sans tabac et faire respecter les interdictions de fumer et de vente aux mineurs

• Garantir l’interdiction de vente aux mineurs par des dispositifs de contrôle

• Dénormaliser totalement l’image du tabac

• Renouveler le PNLT (Programme national de Lutte contre le Tabac) en mobilisant l’ensemble des leviers

• Impliquer l’ensemble des professionnels de santé, sociaux et médico-sociaux à l’accompagnement de l’arrêt du tabac

• Renforcer l’accompagnement des fumeurs en développant la communication et le marketing social

• Favoriser la prise en charge des personnes qui fument dans l’arrêt du tabac

 Commentaires fermés sur Tabac : ce que dit vraiment le nouveau Plan cancer  ,
7 Fév 2021 | Vapotage
 

L’Independent European Vape Alliance (IEVA) salue et soutient le « EU Beating Cancer Plan » présenté par la Commission européenne (voir 4 février). Ce plan est extrêmement important pour réduire de manière significative le nombre de décès liés au cancer.

Toutefois, selon cette association européenne réunissant acteurs et professionnels de la vape, la nouvelle stratégie de l’UE néglige un aspect important de la santé publique : la réduction des risques. Nous reprenons l’essentiel de son communiqué. Lire la suite »

5 Fév 2021 | Profession
 

Suite à la présentation de la stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021-2030 d’hier (voir 4 février), Seita (Imperial Tobacco) « prend acte et s’étonne que la vape, choix numéro 1 des fumeurs français pour quitter la cigarette, soit passée sous silence ».

Voici son communiqué dans son intégralité.

Propriétaire des marques Gauloises, Gitanes, News ou Fortuna, Seita Imperial Brands a été le premier industriel du tabac à distribuer un système de vape fermé en France, myblu. L’entreprise s’étonne de l’absence de position forte en faveur de la vape, pourtant choix n°1 des fumeurs français dans l’arrêt du tabac1, dans la Stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021-2030.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Plan cancer 2021-2030 : « pourquoi pas de position forte en faveur de la vape ? » (Seita)  ,
4 Fév 2021 | Vapotage
 

En réaction aux annonces dans le cadre du Plan européen de lutte contre le cancer (voir 4 février) et de la stratégie décennale de lutte contre les cancers en France 2021-2031 (voir 4 février), France Vapotage (voir 17 novembre et 30 octobre) vient d’émettre un communiqué que nous reprenons intégralement.

Avec une argumentation aussi rigoureuse que précise.

« Les entreprises et fabricants des produits du vapotage ont pris connaissance des annonces liées au futur Plan européen de lutte contre le cancer et à la Stratégie décennale de lutte contre les cancers en France 2021-2031. La Commission européenne comme le Gouvernement font à juste titre de la lutte contre le tabagisme une priorité dans la prévention du cancer. Mais là où l’incompréhension s’installe, c’est que dans les deux cas, les pouvoirs publics font le choix de ne pas saisir l’opportunité historique que représente le vapotage dans la lutte contre le tabagisme et n’innovent pas dans l’approche et les leviers utilisés.

•• Le vapotage, un allié dans la lutte contre le tabac

Il y a aujourd’hui un consensus scientifique sur les faits suivants :

• La cigarette électronique est l’outil le plus utilisé par les fumeurs pour diminuer ou arrêter leur consommation de tabac ;

• La cigarette électronique est l’outil le plus efficace pour sortir du tabagisme, devant les substituts nicotiniques pourtant remboursés comme devant les autres aides disponibles ;

• Dans l’état des connaissances scientifiques actuelles, vapoter est incontestablement moins risqué que fumer : la vapeur émise par la cigarette électronique contient 95 % de substances nocives en moins que la fumée émise par la cigarette au tabac ;

• La vape est une pratique qui s’adresse aux fumeurs adultes : les consommateurs sont pour la quasi-totalité des anciens fumeurs ou des fumeurs engagés dans une démarche de sortie du tabac. La vente de produits du vapotage est par ailleurs strictement interdite aux mineurs.

 •• Le vapotage, grand absent des politiques de santé publique

Les annonces françaises de ce matin ciblent un coupable (le tabac), fixent un objectif (une première génération sans tabac en 2030) … mais ne disent pas un mot d’une solution éprouvée : le vapotage.

Pire, les annonces de la Commission européenne d’hier semblent traduire la volonté de traiter sur un pied d’égalité produits du tabac et produits du vapotage, faisant une confusion tout à fait insensée entre un problème et une solution. Un contre-sens total.

Les préconisations européennes sont ainsi de traiter de la même manière le tabac et les produits du vapotage d’ailleurs intitulés « produits assimilés » ou « nouveaux produits du tabac » (alors même qu’ils n’en contiennent pas !) :

• comme pour le tabac, il faudrait envisager de taxer et surfiscaliser le vapotage, au risque de décourager les fumeurs en quête d’une solution, de provoquer la faillite de nombreuses entreprises de fabrication ou de distribution, de mettre à terre une filière dynamique mais encore jeune ;

• comme pour le tabac, il faudrait envisager des restrictions encore plus drastiques sur la communication, alors que la règlementation actuelle limite déjà considérablement la possibilité d’informer les fumeurs sur la solution que représenterait le vapotage ;

• comme pour le tabac, il faudrait envisager de restreindre les arômes, alors que l’accès à une pluralité de saveurs pour la vape est un facteur de réussite de l’arrêt durable de la consommation de tabac.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Plans cancer : « incompréhension et inquiétude devant une occasion manquée » (France Vapotage)  , ,
4 Fév 2021 | Institutions
 

Emmanuel Macron a annoncé jeudi, en présentant la stratégie décennale contre le cancer, vouloir renforcer la prévention contre le tabac et l’excès d’alcool, visant même une future « génération sans tabac », afin de ramener le nombre de morts évitables (toutes causes réunies / ndlr) de 150 000 à 100 000 par an (voir 4 février). Ainsi débute un communiqué AFP dont nous reprenons les principaux passages.

En pleine pandémie du Covid, qui a déjà fait 77 000 morts, le chef de l’État a annoncé une hausse de 20 % des moyens déployés contre une maladie qui reste la première cause de mortalité chez les hommes et la deuxième chez les femmes (…) Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Plan cancer : « des campagnes d‘information sur la toxicité du tabac » (Emmanuel Macron)  ,
4 Fév 2021 | Institutions
 

Ce matin, le président Emmanuel Macron se rend à l‘Institut Gustave Roussy de Villejuif, à l‘occasion de la Journée mondiale contre le Cancer. Il devrait y présenter un certain nombre d‘objectifs dans le cadre d‘un nouveau plan cancer.

En fait : une stratégie nationale décennale 2011-2021, préparée par l’Institut national du Cancer (INCa/ voir 7 octobre, 23 septembre et 25 juin 2020). 1,7 milliard d‘euros d’investissements sur 5 ans sont prévus.

« L’ambition, c‘est d‘aller plus vite (…) sur la lancée des plans précédents » dit-on du côté de l‘Élysée, selon l’AFP. Après les « progrès notables » des plans précédents, il s‘agit de « donner de la visibilité » à tous les acteurs.

Le tabac (première cause de cancer évitable) mais aussi l’alcool seront toujours parmi les premières cibles. Concernant ce dernier, c‘est l’addiction des jeunes qui sera particulièrement visée. L‘objectif d‘une génération sans tabac en 2032 doit y être mis en avant.

Ce plan décennal fait suite aux trois plans précédents : Chirac (2003-2007), Sarkozy (2009-2013) et Hollande (2014-2019).

 Commentaires fermés sur Plan cancer : « génération sans tabac en 2030 »  ,