Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Mar 2020 | International
 

Effet indirect de cette crise sanitaire qui a son épicentre actuel en Europe …

Les autorités autrichiennes viennent de geler toute augmentation de fiscalité jusqu’au 30 septembre.

Effet direct de cette mesure : l’augmentation des prix du tabac, prévue le 1er avril, est suspendue. Alors qu’on s’attendait à une hausse moyenne de 20 centimes par paquet de cigarettes.

Rappelons que les buralistes autrichiens restent ouverts (voir 14 mars).

 Commentaires fermés sur Coronavirus / Autriche : report d’une hausse des prix du tabac  ,
20 Mar 2020 | International
 

Le nouveau Chancelier de l’Échiquier (ministre des Finances) de Boris Johnson, Rishi Sunak, vient de fixer la politique du gouvernement britannique en matière de fiscalité tabac.

Sa doctrine consiste à « recommander » que le prix du paquet de cigarettes connaisse une augmentation, chaque année, qui soit de 2 points supérieurs au taux de l’inflation. Sachant que ce taux a été de 1,8 %, l’année dernière, au Royaume-Uni.

Ainsi, selon les médias britanniques, le prix moyen du paquet « premium » comptant dans l’assortiment en cigarettes de la chaine de magasins Tesco passerait de 14,40 à 14,70 euros.

Selon l’Office of National Statistics, le Royaume-Uni connaît un taux de prévalence tabagique, parmi la population adulte, de 14,7 %. Soit 7,2 millions de fumeurs.

 Commentaires fermés sur Royaume-Uni : une trajectoire des prix du tabac à l’anglaise  ,
13 Mar 2020 | Profession
 

Avec la proximité de l’Andorre qui vend le paquet à 3,50 euros, les buralistes ariégeois tentent de garder le cap pour continuer à attirer les clients. La Dépêche du Midi explique comment certains « contre-attaquent ».

•• À Foix, Daniel Hébert (photo) met toutes les chances de son côté en proposant divers services. « Depuis deux ans, j’ai agrandi le magasin qui fait désormais 180 mètres carrés, et j’ai fait une librairie magnifique avec un large choix d’ouvrages ». Plus récemment, il a « rentré la borne photo « ANTS » pour les documents officiels  ».

Bref, il reste positif en multipliant les tâches : de la banque avec le Compte Nickel au … cash back depuis une dizaine de jours. Chez lui, ce sont les jeux qui rapportent le plus devant le tabac. Lire la suite »

13 Mar 2020 | Profession
 

Après la dernière augmentation des prix (voir 28 et 29 février), retours de terrain recueillis par La Nouvelle République

•• « Oui, la hausse du prix décide les gens à arrêter de fumer. Surtout les jeunes, qui n’ont plus les moyens » assure Fabienne Durand, infirmière tabacologue au sein du CSAPA 86 (Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie).

Mais … « j’ai des patients qui fument du tabac à rouler et pour qui la dépendance est plus forte. Il y a aussi le tabac de contrebande. On a des chiffres catastrophiques ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Paroles de buralistes : « les maires ne commencent à s’inquiéter que quand leur dernier commerce ferme … » (Jean Durand, Vienne)  ,
11 Mar 2020 | Profession
 

« Les gens sont blasés. Sur l’autoroute, ils n’hésitent pas à acheter leur paquet 13,95 euros » déclare sans ambages Matthieu Meunier (président des buralistes d’Indre-et-Loire) dans La Nouvelle République, plus d’une semaine après l’augmentation du 1er mars (voir 28 et 29 février).

D’où la conclusion que cette énième augmentation n’aura que peu d’incidence sur la consommation des clients.

•• « Au vu des 50 centimes d’augmentation, ils (Philip Morris, ndlr) auraient pu contenir le prix à 9,80 mais pour eux, les cigarettes, c’est déjà presque de l’histoire ancienne ou, à tout le moins, ils ne les considèrent plus comme leur principale source de revenus sur le long terme, dans la mesure où ils misent beaucoup sur le tabac à chauffer, neutre en goudron et en carbone » ajoute Matthieu Meunier. Lire la suite »

11 Mar 2020 | Profession
 

Bien qu’attendue, chaque hausse du prix du tabac a des conséquences sur le chiffre d’affaires des buralistes, en particulier dans les départements frontaliers (voir 28 et 29 février).

L’Ardennais a fait appel à un trio de présidents pour analyser les enjeux : Alain Sauvage (trésorier de la confédération et président de la Fédération Est), Christophe Biani (buralistes des Ardennes) et Jacques Héry (buralistes de l’Aisne). Extraits.

•• « En 2019, le chiffre d’affaires des buralistes a baissé de 6 % sur l’ensemble du territoire. Et de 6 à 15 % dans les départements frontaliers » précise d’emblée Alain Sauvage. « Quand un consommateur de tabac venait acheter un paquet de cigarettes auparavant, il prenait des chewing-gums et une revue » complète Christophe Biani, illustrant l’effet doublement délétère des hausses successives du prix du tabac. Lire la suite »

9 Mar 2020 | Profession
 

Une semaine après la dernière augmentation des prix qui a vu passer certaines marques à 10 euros (voir 28 février), La Dépêche du Midi est allée à la rencontre des fumeurs toulousains pour savoir si cette nouvelle hausse allait influencer leur consommation.

•• Installé à une terrasse de la place Saint-Sernin, Mathieu, 37 ans, allume une mentholée. Il fume depuis 12 ans.

Les augmentations successives du prix du tabac n’ont eu aucune influence sur sa consommation « mais la Commission européenne a décidé d’interdire la vente de cigarette mentholée à partir du mois de mai, donc je verrais si j’en profite pour arrêter ou pas ».

« Ce n’est pas que je n’ai pas envie d’arrêter mais c’est difficile de combattre cette addiction. Il y a deux ans, j’avais vu une tabacologue, mais je n’étais pas assez motivé pour arrêter » poursuit le fumeur. Aujourd’hui, un paquet lui revient « à 10,40 euros et j’en fume plus d’un par jour ». Un véritable budget même s’il ne regarde pas trop ses comptes.

•• Alix, étudiante, a acheté un paquet ce matin : « je l’ai payé 9,45 euros et ça m’a saoulée. Mais je peux rester des mois sans fumer. C’est juste que j’aime bien ». Elle se fournit toujours chez son buraliste : « je sais qu’on en vend à Arnaud-Bernard à prix cassés, mais ça craint. Elles sont trafiquées. Je préfère payer le prix fort ».

•• Deux jeunes hommes de 20 ans prennent un café sous les arcades de la place du Capitole. Sur la table, traîne un paquet : « on me l’a ramené d’Espagne où il est à moitié prix » explique l’un.

« Ce ne sont pas des hausses de 50 centimes du prix qui vont inciter à arrêter » ajoute l’autre. Même discours pour une serveuse dans un café voisin : « même à 50 euros le paquet, je continuerais à acheter des cigarettes. Ce n’est pas le prix qui va me faire arrêter de fumer. Pour ça, il faut de la volonté ».

•• Une commerçante de 63 ans qui fait une pause tabac devant sa boutique : « un paquet par jour, c’est mon seul plaisir, je sais que ce n‘est pas bon pour la santé, mais c’est ma vie. Je respecte ceux qui ne fument pas, je veux qu’on me respecte aussi (…) Aujourd’hui, quand on allume une cigarette, on vous regarde de travers parce que ce n’est pas politiquement correct ».

À 10 euros le paquet, elle se fournit par « des réseaux parallèles où je les ai à moitié prix, car je n’ai pas envie de filer du pognon à l’État. Ces augmentations apportent de l’eau au moulin des trafiquants, qui en font un métier. Heureusement qu’ils sont là, sinon comment ferait-on ? ».

 Commentaires fermés sur Prix du tabac : « ces augmentations apportent de l’eau au moulin des trafiquants » (une fumeuse à Toulouse)  ,
8 Mar 2020 | Profession
 

« Ce qui me dérange, c’est pas tellement les hausses, c’est de savoir ce qu’on fait derrière. Il y a un vrai manque de transparence et de visibilité. »

Un fumeur interviewé par TF1 – dans le JT de 13 heures, le 2 mars – suite à l’augmentation des prix du 1er mars (voir 3 mars).

 Commentaires fermés sur La phrase de la semaine  ,
8 Mar 2020 | Profession
 

À propos de la dernière hausse des prix du tabac (voir 29 février), réaction de Jérôme Desbrières, implanté à Blanzy (à 4 kilomètres de Montceau-les-Mines, Saône-et-Loire), dans les colonnes du Journal de Saône-et-Loire.

•• « Nous subissons deux hausses par an. À ce rythme-là, il ne reste plus qu’à mettre la clé sous la porte. À chaque hausse, je perds 10 % de mon chiffre d’affaires. Le Gouvernement prétexte la santé des Français pour justifier ces hausses. En réalité, les fumeurs ne s’arrêtent pas pour tout ça. Ils vont simplement s’approvisionner ailleurs, sur internet ou au marché noir. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Paroles de buralistes : « nous souhaitons vraiment que ces hausses de prix du tabac s’arrêtent  » (Jérôme Desbrières, Saône-et-Loire)  ,
6 Mar 2020 | International, Profession
 

Hausse de la fiscalité tabac, paquet neutre, nouvelle limitation des lieux publics où il est encore possible de fumer : ce sont les axes du plan anti-tabac qu’échafaude actuellement le ministre de la santé espagnol … même si son collègue du budget se montre moins empressé (voir 3 mars).

En tout cas, les professionnels de la filière tabac n’ont pas tardé à exprimer leur opinion dans les médias.

•• Ils l’ont fait par le biais de la « Mesa del Tabaco » (que l’on pourrait traduire par « table ronde du tabac » ou « forum du tabac ») regroupant, depuis plusieurs années déjà, des représentants des tabaculteurs, des buralistes (estanqueros) et des fabricants (50 000 emplois). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Espagne : réaction de la filière tabac aux projets du ministère de la Santé  ,