Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Juil 2018 | Observatoire
 

Après les « paniers » commandés en ligne, le distributeur automatique de produits frais a le vent en poupe. C’est la version moderne de la vente directe pour les producteurs, avec des casiers bien alignés, bien transparents pour valoriser la marchandise, des prix affichés. Et ça marche bien, très bien comme pour cet agriculteur des Bouches-du-Rhône …

Le projet de Lilian Estienne, agriculteur à Saint-Andiol, avait pourtant eu du mal à séduire les banquiers, un brin frileux à l’idée de lui accorder un prêt il y a deux ans … Finalement, l’agriculteur avait pu trouver les fonds et implanter son chalet en bois à la sortie d’Orgon, sur le parking d’un petit centre commercial. Les 45 casiers climatisés sont approvisionnés quotidiennement en produits cueillis le matin même dans les champs.

•• Au départ, les bénéfices quotidiens avoisinaient les 90 euros, soit l’équivalent du coût de fonctionnement de la structure. Et aujourd’hui, c’est désormais 130 euros par jour, ce qui a permis l’embauche d’un employé à mi-temps, pour alimenter les casiers. Lire la suite »

24 Juin 2018 | Observatoire
 

Le « drugstore » : un terme courant de la vie américaine qui sert à designer de populaires magasins de proximité où l’on retrouve produits pharmaceutiques, journaux, tabac (de moins en moins) et toute une offre de proximité (voir Lmdt des 1er novembre et 9 février 2014). 

Le « drugstore » : ces magasins de proximité haut de gamme, où l’on peut même se restaurer, mis en place par Publicis en certains lieux prestigieux de la capitale dans les années 60 et 70. Il subsiste le drugstore Publicis du haut des Champs-Élysées et sa remarquable cave à cigares (et autres : boulangerie, traiteur, presse-librairie, cadeaux, etc.).

•• Le « drugstore du quotidien des Français » : c’est ainsi que Philippe Coy préfigure le buraliste de demain, à l’issue du processus de transformation du réseau qu’il lance actuellement (voir Lmdt des 7 juin et 4 mars 2018).

•• De leur côté, L’Oréal et Casino se sont associés pour lancer un nouveau concept de  magasins – dédiés à la beauté ainsi qu’au bien-être des « urbains » – et  baptisés « le drugstore parisien ». Les deux premiers ont été ouverts au public, ce samedi, à Paris. Lire la suite »

18 Juin 2018 | Observatoire
 

Le commerce « commandé par la voix », en plein essor, est estimé à 34 milliards d’euros pour 2022.

Rien d’étonnant donc à ce que Carrefour s’associe en France avec Google pour vendre, à partir de début 2019, ses produits via trois canaux numériques du géant américain : l’enceinte connectée Google Home, l’assistant Google (présent sur smartphones, montres ou téléviseurs connectés) et la plate-forme de commerce en ligne Google Shopping. Laquelle sera dotée d’une nouvelle interface pour gérer les listes de courses, notamment de produits frais.

•• Concrètement, un internaute pourra commander chez Carrefour à voix haute, en parlant à son enceinte connectée Google ou à son assistant, sur téléphone portable. Ceux-ci reconnaîtront les références des produits du supermarché, alimentaires ou autres. La commande sera ensuite préparée par Carrefour. Et sera, au choix, livrée à domicile ou à retirer dans un magasin.

L’achat chez Carrefour sera aussi possible sur le site Google Shopping, sur une page spécifique. Et dans un second temps, sur YouTube, la plate-forme de vidéo de Google qui, si des produits Carrefour sont montrés, proposera des liens pour les acheter. Lire la suite »

21 Mai 2018 | Observatoire
 

L’enseigne Carrefour a annoncé, en plein week-end de Pentecôte, un nouveau grand plan de restructuration de son réseau de distribution.

Aujourd’hui, sur ses 273 magasins de proximité (Carrefour « City » ou « Contact »), 227 n’auraient toujours pas trouvé de repreneurs et sont menacés de fermeture d’ici l’été. Principales régions concernées : le Nord avec 59 points de vente, l’Est avec 46 … et le Sud avec 36. 

•• Cette nouvelle restructuration (2 400 emplois ont déjà été supprimés en janvier dernier) est le fruit du « big bang » que connaît la grande distribution traditionnelle, sous la pression de nouveaux acteurs qui combinent distribution efficace, prix compétitifs et internet. Lire la suite »

19 Mai 2018 | Observatoire
 

Les supermarchés en périphérie ont moins la cote et désormais les enseignes de proximité, avec leurs kyrielles de services, prennent d’assaut le centre-ville. Pourquoi et comment ? Enquête de La Dépêche du Midi (édition du 16 mai) à Toulouse. 

•• Cette tendance, apparue il y a environ dix ans, ne fait que s’amplifier, répondant ainsi à une libre concurrence du commerce alimentaire. « Jusqu’à 1000 mètres carrés de superficie, ce secteur est non régulé. À l’inverse de celui des pharmacies », indique Ronan Maheo, responsable développement commerce à la CCI de Toulouse (il aurait pu parler aussi des buralistes / ndlr). Autrement dit, deux enseignes de proximité peuvent s’installer dans une même rue, sans problème.

Pour ce professionnel, cette tendance spécifique au centre-ville répond à une demande du consommateur, soucieux de faire désormais ses courses rapidement, près de chez lui : « Il y a trente ans, on dédiait une heure trente à cette tâche. C’est désormais 45 minutes » constate Ronan Maheo, « aujourd’hui, l’hyper en périphérie n’a plus la cote. D’où leur restructuration pour doper une attractivité en berne ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Nouvelle proximité : la course au centre-ville des « enseignes ».   
19 Mai 2018 | Observatoire
 

Engagée dans une diversification de ses activités depuis deux ans (charcuterie sèche, produits à tartiner, épices, algues), le groupe breton Hénaff – qui écoule chaque année 35 millions de boîtes – veut miser sur la vente directe. Le 2 mai, il est parti à l’assaut de la toute nouvelle gare de Rennes, avec sa première boutique : Hénaff &Co.

•• L’espace est trois fois plus petit (43 mètres carrés) que son Musée du pâté de Pouldreuzic, mais il est situé un lieu qui devrait accueillir 20 millions de passagers par an dans les prochaines années. « Ce sera l’endroit le plus fréquenté de Bretagne », détaille Loïc Hénaff, le patron de l’entreprise familiale. Au menu : des références de la marque que l’on ne déniche pas toujours en grande surface ou dans les épiceries fines : condiments, sardines en conserve, plats cuisinés …

« C’est un vrai choix de communication d’échanger en direct avec nos consommateurs. Mais c’est aussi un choix de saine gestion : il est toujours bon de diversifier ses canaux de distribution ! », précise Loïc Hénaff. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Nouvelle proximité : une première boutique maison pour le pâté Hénaff  
6 Mai 2018 | Observatoire
 

Un partenariat entre Haagen-Dazs et MYTF1VOD permet aux consommateurs parisiens de louer un film et de se faire livrer, en même temps, la crème glacée de leur choix.

Le service, Exträa HD, est disponible depuis le 26 avril, de 18h à 22h (puis à Lyon, fin mai 2018). Soit une opération de co-branding plutôt originale.

•• « L’ambition de MYTF1VOD est d’enrichir constamment l’expérience de visionnage de films et séries à la maison. Grâce à un parcours d’achat simplifié, en seulement trois clics sur la plateforme, ils profiteront d’un véritable moment de plaisir » explique Jérôme Loré, Directeur de la VOD chez TF1 Studio. Lire la suite »

24 Avr 2018 | Observatoire
 

En attendant les soldes d’été qui débuteront fin juin, six enseignes de commerce en ligne ont décidé d’organiser – du dimanche 27 avril au mardi 1er mai – une petite semaine de rabais sur des centaines de produits.

Objectif : créer un « événement annuel (aussi) récurrent et attendu » que le « Black Friday » de novembre (voir Lmdt du 23 novembre 2017), expliquent, dans un communiqué commun, Boulanger, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Rue du Commerce et Showroomprivé.

•• Outre les six organisateurs, Kiabi, Sarenza et Monoprix ont rejoint le mouvement. Mais le cercle pourrait s’élargir. « On serait ravi que de nombreux acteurs d’e-commerce se joignent à nous pour faire de cette belle opération commerciale un succès », assure ainsi Annabel Chaussat, directrice marketing et e-commerce de Fnac Darty, à une « période où il est nécessaire de dynamiser le commerce ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « French Days » : forte activité relais-colis attendue pour les buralistes ?   
21 Avr 2018 | Observatoire
 

La première marque française de peluches, Gipsy, lance les Squishimals : de petits animaux moelleux s’inspirant du phénomène du « malléable » en vogue au Japon et aux États-Unis Gipsy mise sur l’effet collection et veut conquérir … de nouveaux circuits de distribution.

Sa « licorne musicale » était en rupture de stocks à Noël. Gipsy espère avoir le même succès ce printemps avec les Squishimals. Une gamme composée de 12 petits animaux moelleux à collectionner. 

La société a choisi d’utiliser des fibres, et non de la mousse, pour garnir ces petites peluches à prix très accessibles (vendues au public entre 5,90 et 9,90 euros). Lire la suite »

17 Avr 2018 | Observatoire
 

La Poste a annoncé, la semaine dernière, un plan d’investissement de 450 millions d’euros pour adapter son outil industriel à la croissance continue des livraisons de colis et au déclin concomitant du courrier.

Stimulé par l’essor du commerce en ligne, le marché du colis a connu une nouvelle hausse de 8 % l’an dernier. 

Leader de la livraison aux particuliers avec une part de marché de 60 %, la Poste a acheminé 318 millions de Colissimo, saturant un appareil logistique dont la capacité théorique est limitée à 300 millions.

•• Pour la porter à 400 millions à l’horizon 2020, l’entreprise publique va investir dans de nouveaux équipements et logiciels. Trois nouvelles plates-formes spécialisées dans les colis vont ouvrir d’ici à l’an prochain. Les 14 qui existent déjà vont être agrandies et modernisées.

Dans le même temps, La Poste va développer les synergies avec le système de distribution de lettres. Quinze sites qui préparent la livraison de courrier vont devenir multi-flux et accueillir également des colis. Cette politique de mutualisation devrait être étendue à 100 sites « courrier » d’ici à 2020.

•• De quoi amortir la restructuration de l’outil industriel dédié au courrier, qui va se poursuivre. Au milieu des années 2000, La Poste avait dépensé pas moins de 3,4 milliards d’euros pour moderniser et automatiser son tri postal. À peine inauguré, ce réseau de grandes plates-formes industrielles (il y en avait une quarantaine) s’est vite révélé … surdimensionné face à la chute du nombre de plis, et l’entreprise publique a dû réduire la voilure dès 2012.

Ce mouvement va se poursuivre. Cela ramènera le nombre de plates-formes régionales à 28, un ajustement indispensable pour maintenir à 80 % leur taux d’utilisation, selon la direction.

•• Cette nouvelle organisation devrait, malgré cela, accroître la présence de La Poste dans les territoires.

Le métier de facteur, en effet, évolue : le tri du courrier, tôt le matin pour préparer la tournée, est désormais mécanisé à 55 %, une proportion qui doit passer à 70 % d’ici à 2020. La Poste va donc recréer de la proximité, avec des équipes de sept à huit facteurs qui recevront le contenu de leur tournée au plus près de leur zone de distribution.

Le temps gagné sera utilisé pour développer les « nouveaux services de proximité » proposés par La Poste (voir Lmdt du 12 avril).

Celle-ci annonce 118 équipes de facteurs de ce type cette année, et pas moins de 3 000 à terme.

 

 Commentaires fermés sur Nouvelle proximité : La Poste adapte son outil logistique à la forte croissance de l’activité colis