Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Fév 2020 | Trafic
 

On sait que le ministre de l’Intérieur a récemment pris la parole devant les médias, en banlieue nord de Paris, pour annoncer que les acheteurs de tabac à la sauvette sont désormais verbalisables (voir 4 février 2020 et 20 décembre 2019).

Au moment même où Gérald Darmanin présentait le bilan des saisies douanières tabac pour 2019 (voir 6 février 2020). Mais le contexte de cette déclaration s’est avéré quelque peu « chaud », à en croire Le Canard Enchaîné de cette semaine. Extraits. Lire la suite »

13 Fév 2020 | Trafic
 

Ce mercredi 12 février, en fin d’après-midi, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a conduit en personne une opération de « volonté de visibilité ».

Mission : « reprendre l’espace public » face aux vendeurs à la sauvette de cigarettes et autres produits. Pas moins de 122 policiers, en tenue et en civil, à Paris (Barbès et Gare du Nord), mais aussi en petite couronne, dans les Hauts-de-Seine, au métro Châtillon-Montrouge, en Seine-Saint-Denis, à Saint-Denis et dans le Val-de-Marne, à Choisy-le-Roi.

•• « Il y a des opérations tous les jours dans ce quartier » pour apporter du répit aux riverains et aux « vrais » commerçants en souffrance, a assuré un policier dans Le Parisien. « L’idée du préfet, c’est de remonter à l’économie souterraine parce que les vendeurs sont évidemment des petites mains ». Lire la suite »

9 Fév 2020 | Trafic
 

« L’objectif est de sanctionner l’acheteur de cigarettes vendues de manière illégale. L’amende est importante : 135 euros. Si elle est majorée, ce sera 375 euros parce qu’il faut que les acheteurs comprennent qu’ils deviennent complices d’un trafic illégal. »

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, le 4 février, au commissariat de Villepinte (Seine-Saint-Denis), quelques jours après la saisie de 10 350 cartouches de cigarettes par les policiers dans un box (voir 3 et 4 février 2020 ainsi que 20 décembre 2019).

20 Mar 2019 | Profession
 

Un rendez-vous notable : c’est la première fois qu’un président des buralistes franchit le porche du ministère de la Culture pour un rendez-vous officiel.

•• Ce mardi 19 mars, Philippe Coy a eu un entretien avec Franck Riester qu’il avait déjà eu l’occasion de rencontrer quand ce dernier était député de Seine-Marne et vice-président du groupe UDI.

Mais, cette fois-ci, deux sujets précis étaient à l’ordre du jour :

• la conjugaison entre le Plan de Transformation des points de vente des buralistes et la réforme, en cours, de la distribution de la Presse ;
• l’implication particulière du réseau des buralistes dans le Loto du Patrimoine. Lire la suite »

16 Août 2018 | Profession
 

Dans différentes zones frontalières, les Services départementaux du Renseignement territorial ont contacté les élus syndicaux des buralistes, ces derniers jours.

Rappelons que ces services correspondent à la nouvelle appellation (depuis 2014) – et à la réorganisation – de ce qu’on appelait les « RG » (Renseignements généraux).

•• Objet de ces contacts au plein cœur du mois d’août ? En savoir plus sur l’activité des buralistes alors que nous sommes dans une période particulièrement propice aux achats frontaliers. Répertoriez les demandes syndicales en matière de lutte contre ces achats frontaliers et le marché parallèle en général.

Des questions sont également posées sur le trafic de tabac via Internet. Lire la suite »

15 Mar 2018 | Profession
 

La Confédération des buralistes est reçue cet après-midi au ministère de l’Intérieur, annonce ce matin RMC qui rappelle la hausse de 7 % des agressions chez les buralistes entre janvier 2017 et janvier 2018.

« On n’est plus dans le petit cambriolage de quartier » commente Philippe Coy. « Aujourd’hui, on est face à des bandes organisées qui pillent nos commerces. La police a arrêté il y a quelques jours des protagonistes de ces agressions qui relèvent du grand banditisme (voir Lmdt du 11 mars).

« Allez dans une banque pour exiger de l’argent, vous ne l’aurez pas … Allez dans une bijouterie, vous avez plein de sas de sécurité …

« Le buraliste détient des produits de valeur. Et cette dernière augmentation de prix place le tabac assez haut dans le négoce du marché noir.

« Néanmoins, nous sommes des commerces, pas des bunkers ».

9 Mar 2018 | Trafic
 

Suite à l’annonce, hier soir, d’une très grosse saisie de tabac de contrebande, près de Lyon, et du démantèlement d’un réseau (voir Lmdt du 8 mars), le Gouvernement a réagi par le communiqué suivant.

Gérard Collomb, ministre d’État, ministre de l’Intérieur, et Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, se félicitent de l’excellente collaboration entre la compagnie de gendarmerie départementale de Lyon et le Service National de Douane Judiciaire (Unité de Lyon) ayant conduit au démantèlement d’un réseau de contrebande de tabac qui alimentait sur le marché parallèle des clients de toute la région lyonnaise dans le cadre d’une information judiciaire ouverte au Tribunal de Grande Instance de Lyon.

•• L’enquête, qui a duré au total près de deux ans, a permis d’appréhender une organisation structurée qui utilisait notamment les réseaux sociaux sur internet pour écouler d’importantes quantités de cartouches de cigarettes. Lire la suite »

16 Oct 2017 | International, Trafic
 

« C’est véritablement une activité délictueuse » : le ministre de l’intérieur espagnol, Juan Ignacio Zoido, n’y est pas allé par quatre chemins pour confirmer l’engagement de son gouvernement dans la lutte portant sur la contrebande du tabac.

Ceci, à l’ouverture du « 3ème congrès face à la contrebande de tabac », organisé à Madrid le 5 octobre, par Altadis, filiale en Espagne du groupe Imperial Brands (voir Lmdt des 26 juin et 25 janvier).

Et le ministre d’expliquer noir sur blanc, devant un peu plus de 500 participants, que le tabac illégal provoque des pertes fiscales, finance le crime organisé et facilite l’accès au tabac des mineurs. Lire la suite »

23 Mar 2017 | Institutions
 

Matthias Fekl aura réussi à se frayer une place jusqu’à l’un des postes les plus prestigieux du Gouvernement à la faveur de difficultés de deux ministres éphémères : Thomas Thévenoud qu’il remplace au Commerce extérieur en 2014 (voir Lmdt des 15 et 4 septembre 2014), puis Bruno Le Roux qui vient de démissionner (voir Lmdt des 22 septembre 2016 et 13 novembre 2015).

Agé de 39 ans, Matthias Fekl, avait été élu député PS du Lot-et-Garonne en 2012. Après avoir été, notamment, conseiller du Président du Sénat, le socialiste Jean-Pierre Bel, de 2011 à 2012. Dans le Lot-et-Garonne, sollicité régulièrement par les acteurs de la filière tabac, c’est toujours mollement qu’il se sera manifesté. Lire la suite »

22 Juin 2016 | Observatoire
 

Drogue internetUn débat qui n’est pas sans rappeler celui que la Confédération a tenté de lancer – récemment au Sénat – à propos du commerce illégal de tabac sur Internet (voir Lmdt des 29 et 30 avril). 

Car l’achat de produits stupéfiants sur la toile a, aussi, explosé ces dernières années. À travers le monde, 10 % des consommateurs de drogue auraient déjà eu recours à une plateforme pour se fournir, d’après un rapport de l’Observatoire européen de la Toxicomanie. Lors des questions d’actualité de ce mardi 21 juin, le député (LR) de Paris, Bernard Debré, s’est inquiété auprès du ministre de l’Intérieur de cette facilité d’achat, en demandant la suppression des « bitcoins » et la fermeture des sites de vente de drogue.

• Bernard Debré

« Cocaïne, champignons hallucinogènes, marijuana, et cannabis de synthèse. Voici les drogues qu’on peut se procurer aussi facilement qu’on commande des chaussures. Comment est-ce possible ? C’est simple, directement sur Internet par des sites souvent hébergés aux Pays-Bas, avec paiement par carte bleue, et la marchandise qui arrive sous pli discret à l’adresse de votre choix.

« Autre option plus sure mais un peu plus compliquée  : passer par le «  » Dark net « , le plus grand supermarché de l’horreur du monde. Les trafiquants y côtoient terroristes et pédophiles. Pour payer , il suffit de disposer de bitcoins, monnaie virtuelle qui s’achète auprès des banques en ligne, la livraison là encore par voie postale, sous pli discret, venant cette fois de France …

« … Je demande à ce que soit mis en place un programme de lutte contre le trafic au sein de l’UE, en assurant un meilleur contrôle aux frontières et en traquant les acheteurs français. Je demande que soit mise en place une mission d’information sur la lutte contre le trafic et les nouveaux modes de distribution des drogues en France qui prennent la place des dealers physiques.

« Je demande l’interdiction des « bitcoins » qui servent surtout au trafic et blanchiment d’argent comme c’est déjà le cas dans de nombreux pays ».

• Bernard Cazeneuve

« La question que vous posez renvoie à des trafics préoccupants, réels. Je vais donner quelques chiffres : c’est 12 milliards d’euros au sein de l’UE, près de 2000 tonnes en ce qui concerne la consommation de cannabis et pour ce qui concerne la cocaïne c’est la deuxième drogue la plus consommée au sein de l’UE.

« Deux questions : faut-il une stratégie européenne ? La réponse est oui, la France y a contribué. Comme vous le savez sans doute, une nouvelle stratégie anti-drogue a été définie par l’UE pour la période 2013-2020. Cette stratégie a pour but de répondre aux nouvelles évolutions du trafic de drogue et de permettre la coopération entre les services des douanes au plan européen. 

« Ensuite, sur la question de la vente sur internet : aspect important, car c’est par internet que se font aujourd’hui beaucoup de cyber-trafics. À l’Office des Stupéfiants, les policiers ont été formés comme cyber-patrouilleurs et ont reçu l’habilitation du parquet de Paris pour pouvoir se rendre sur ces sites. Ces policiers sont à même d’identifier les sites, les techniques de vente et de faire ouvrir des enquêtes. Grâce à cette action, nous avons eu d’excellents résultats, l’an dernier, de saisie d’avoirs financiers et de drogue. C’est au sein d’Europol que les services de cyber-criminalité collaborent ».

Mais encore ? C’est comme pour le tabac, on constate, on forme, on se donne quelques moyens … et on attend des résultats concrets que l’on voudrait bien annoncer.