Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Déc 2017 | Trafic
 

Ce mardi 5 décembre, la ministre de la Santé a évoqué sa vision de la lutte contre le tabac illégal au détour d’un entretien avec Jean-Jacques Bourdin sur BFM-RMC

Voici l’essentiel du court dialogue sur le sujet.

Jean-Jacques Bourdin : « Parlons du tabac. Les débitants du tabac ont eu une idée, c’est de mettre à l’amende les acheteurs de cigarettes de contrebandes. Pénaliser le client. C’est une bonne idée ? »

Agnès Buzyn : « Je ne l’avais pas vu, mais aujourd’hui on va lutter de façon très efficace contre la contrebande, avec notamment 200 postes supplémentaires aux douanes. Il va y avoir des actions sur la cyber contrebande, car il y a de plus en plus d’achats sur Internet et qu’on est capable de traquer.

« Il y a eu aussi une grande victoire au niveau européen sur la directive sur la traçabilité des produits du tabac, ce qui va permettre de mieux suivre la production de tabac et d’où vient le produit qui est importé en France. Et cette traçabilité nous la voulions indépendante de l’industrie du tabac, nous la voulions très exigeante et nous avons obtenu de l’Europe une directive très ferme sur la traçabilité ce qui va nous permettre d’identifier les produits de contrebande. »

1 Déc 2017 | Institutions, L'essentiel
 

Plus de 157 000 personnes se sont inscrites à la deuxième édition du « Moi(s) sans tabac », qui s’achevait ce jeudi 30 novembre, et 706 000 kits d’aide à l’arrêt ont été distribués, a indiqué l’agence sanitaire Santé publique France, selon laquelle l’opération a suscité « un bel engouement collectif ».

Pour la première édition l’an passé, 637 000 kits gratuits d’aide à l’arrêt du tabac avaient été distribués en pharmacie et 180 000 personnes s’étaient inscrites à l’opération.

Cette année, le site www.tabac-info-service.fr, sur lequel on pouvait s’inscrire, a reçu 1,2 million de visiteurs uniques et la ligne téléphonique dédiée, le 3989, a reçu près de 12 000 appels. L’appli de coaching mise en place pour l’opération a été téléchargée près de 95 000 fois.

Les régions qui ont compté le plus de participants au « Moi(s) sans tabac » sont l’Île-de-France (24 700, pour 2,1 millions de fumeurs quotidiens), Auvergne Rhône-Alpes (18 100, pour 1,5 million de fumeurs quotidiens) et Occitanie (15 000, pour 1,3 million de fumeurs quotidiens).

29 Nov 2017 | Institutions
 

Agnès Buzyn a pêché par optimisme en évoquant une édition prometteuse 2017 de l’opération « Moi(s) sans tabac » lors de la présentation de son plan de plan anti-tabac au Conseil des ministres (voir Lmdt du 28 novembre).

Car, à en croire le compteur du site Tabac Info Service la communauté atteint 157 851 inscrits à J + 29. Soit moins que les 180 000 de 2016 (voir Lmdt du 1er décembre 2016).

•• Les pré-inscrits étaient 100 000, le 1er novembre a démarré avec 125 000 pour passer à 145 000 à J + 10. Puis, le rythme de croisière « tranquille » s’est installé malgré la hausse du prix du tabac du 13 novembre. Lire la suite »

28 Nov 2017 | Observatoire
 

Invitée le vendredi 24 novembre sur LCI, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a sèchement répliqué à Valérie Trierweiler qui s’était moquée gentiment d’elle sur Twitter le 22 novembre.

En se mettant en scène en train de fumer une cigarette (« je ne fume pas, je fais mon cinéma ») puis, avec des lunettes Chanel et cigarette à la main (« mes nouvelles lunettes, Chanel, ma clope, mon cinéma »). Une allusion aux récentes polémiques impliquant Agnès Buzyn sur la place de la cigarette au cinéma (voir Lmdt des 20 et 21 novembre) ou sur le remboursement des lunettes.

•• « Je préfère dire que je suis, moi, dans l’action pour les Français. Je ne pense pas qu’elle ait été très utile à la France … Il se trouve que je l’ai rencontrée plusieurs fois. Elle connait mon engagement dans la santé publique, pour la santé des Français. Je ne comprends pas bien. » a répondu Agnès Buzyn.

•• Une fois de plus, la Ministre a nié avoir voulu interdire la cigarette à l’écran. Mais elle rappelle tout de même pourquoi la question pose problème, à son sens : « c’est le seul endroit où l’industrie du tabac peut encore pousser à la consommation. Je dis alors aux auteurs : ne normalisez pas [la cigarette] lorsque ça n’est pas nécessaire. »

21 Nov 2017 | Pression normative
 

Un premier recul de la ministre de la Santé ?

Toujours est-il que devant la polémique suscitée par la tentation de prendre des mesures contre la présence de tabac et de fumeurs dans la production cinématographique (voir Lmdt de ce jour 1 et 2 ainsi que des 20 et 17 novembre), Agnès Buzyn a commencé à réagir.

Via Twitter. On n’en attendait pas moins.

Par la déclaration suivante, selon l’AFP : « Je n’ai jamais envisagé ni évoqué l’interdiction de la cigarette au cinéma (…) la liberté de création doit être garantie »

Avant d’ajouter, façon de ne pas totalement se contredire : « la liberté de création ne réside-t-elle pas également dans l’indépendance des réalisateurs vis-à-vis des incitations à montrer la cigarette à l’écran ? »

À suivre …

9 Nov 2017 | Institutions
 

La ministre de la Santé a lancé, le 7 novembre, une consultation publique en ligne sur la stratégie nationale de santé qui servira de cadre à l’action gouvernementale pour les cinq prochaines années.

Jusqu’au 25 novembre inclus, les Français pourront s’exprimer à propos du projet de stratégie nationale de santé sur un espace dédié hébergé par le site du ministère : strategie.sante.gouv .fr

•• Selon le communiqué, « les internautes auront accès à ce document issu d’une phase de concertation menée depuis le mois de septembre avec les autres ministères et avec les représentants du secteur de la santé, des élus et des usagers. Lire la suite »

23 Oct 2017 | Institutions
 

Au détour d’un papier sur « Agnés Buzyn, atout social du président », le Journal du Dimanche (du 22 octobre) nous apprend, de la bouche d’un conseiller à l’Élysée, que « le Président n’ira pas fumer un cigare à une heure du mat’ avec elle comme avec Gérard Collomb ou Christophe Castaner » (voir Lmdt des 5 et 6 octobre). « Mais elle fait partie des ministres dont il se dit : the job is done. »

L’anecdote est une touche supplémentaire au portrait avenant d’une ministre des Solidarités et de la Santé appelée à être « l’atout social du président » : une femme de gauche modérée avec une histoire. La profondeur de champ nécessaire pour s’inscrire durablement dans le paysage médiatico-politique. À condition de réussir le passage du feu, à partir de demain, avec la présentation du budget de la Sécu (PLFSS 2018) devant l’Assemblée nationale.

En tout cas, la campagne d’opinion est bien lancée. Lire la suite »

11 Oct 2017 | E-cigarette
 

Au lendemain du lancement du « Moi(s) sans tabac 2017 » (voir Lmdt des 9 et 10 octobre), l’association Sovape déclare, dans un communiqué, soutenir l’opération « pour aider les fumeursune priorité » et « en espérant vivement des résultats tangibles ».

Mais avant de signifier son soutien, l’association ne mâche pas ses mots tant sur le fond que la forme de la campagne.

« Le Mois Sans Tabac 2017 ressemble beaucoup à l’opération qui a été menée l’an dernier. Avec des tutelles uniquement institutionnelles – Santé Publique France, Ministère des Solidarités et de la Santé, Assurance Maladie – le ton reste ainsi dans la ligne traditionnelle de la lutte anti-tabac telle qu’elle est menée en France depuis des décennies. Lire la suite »

10 Oct 2017 | Institutions
 

« Et vous, pour arrêter de fumer, vous êtes plutôt patch ou vapotage ? ». Pour le deuxième « Moi(s) sans tabac », en novembre, le gouvernement invite les fumeurs à choisir leur équipe, par thème ou par région, pour « susciter 1 million de tentatives d’arrêt du tabac » (voir Lmdt du 9 octobre).

•• À côté du paquet neutre et des fortes hausses de prix du tabac à venir, l’opération lancée lundi joue la carte du « ludique » et du « collectif », pour faire baisser la consommation « de manière positive, sans aucune stigmatisation », a déclaré la ministre de la Santé Agnès Buzyn, au cours d’une conférence de presse.

•• Cette année, les participants qui s’inscrivent sur le site www.tabac-info-service.fr seront invités à rejoindre une des 16 équipes thématiques mises en place, sous forme de groupes Facebook, selon leur mode de vie (fêtards ou pantouflards ? Burger-frites ou salade-quinoa ?) ou le type d’aide à l’arrêt choisi (patch de nicotine, cigarette électronique ou coach).

17 équipes régionales sont aussi proposées, et il sera possible de créer sa propre équipe, en famille, entre amis, ou au sein d’une même entreprise.

Le défi : inciter les près de 16 millions de Français qui en grillent une régulièrement à arrêter pendant un mois à partir du 1er novembre, en espérant créer ainsi le déclic pour un abandon définitif du tabac.

•• La cigarette « ne doit plus être une norme sociale », a souhaité Agnès Buzyn, déplorant un regard encore « trop souvent complaisant » sur ce fléau qui tue plus de 73 000 personnes et coûte 26 milliards d’euros chaque année, d’après l’AFP.

•• Douze grandes villes accueilleront par ailleurs un « dispositif itinérant, ludique et interactif », sur le modèle des « fan zones » de supporters, pour « aller à la rencontre des fumeurs et de leur entourage ».

•• On pourra aussi suivre via une web série les efforts pour arrêter de l’animateur de télévision Laurent Romejko, qui confie en avoir « marre du tabac » mais n’être jamais arrivé à s’en passer plus de six mois.

•• Des partenariats locaux avec les agences Pôle Emploi, les Caisses d’allocation familiales, Emmaüs ou encore les épiceries solidaires chercheront à lutter contre les inégalités sociales

•• « Les personnes sans diplôme fument deux fois plus que les personnes diplômées » et « le tabac touche moins d’un Français sur trois ayant un emploi alors qu’il atteint la moitié des personnes au chômage », a ainsi rappellé Agnès Buzyn.

•• Le mois de novembre verra par ailleurs se concrétiser la première des six hausses de prix prévues, qui amèneront le paquet de cigarettes à 10 euros d’ici fin 2020 (voir Lmdt du 29 septembre).

•• Toutes les mesures déjà prises, combinées à un nouveau plan national de réduction du tabagisme qui sera présenté au printemps 2018, devraient permettre d’avoir « 500 000 fumeurs en moins par an », pour « parvenir sous la barre des 23 % de fumeurs (quotidiens) d’ici la fin du quinquennat », a souhaité Mme Buzyn, toujours selon l’AFP.

En France, en 2016, 34,5 % des 15-75 ans fumaient du tabac, dont 28,7 % quotidiennement, des chiffres globalement stables depuis 2010, selon l’agence sanitaire Santé publique France.

9 Oct 2017 | Institutions
 

Avec la deuxième édition du « Moi(s) sans tabac », novembre sera une nouvelle fois l’occasion d’encourager les Français à arrêter de fumer, après le « large succès » rencontré par l’opération l’an dernier, a-t-on appris à l’occasion du lancement médiatique de l’opération (voir Lmdt de ce jour).

•• Parallèlement aux hausses de prix, qui porteront le paquet de cigarettes à 10 euros fin 2020 (voir Lmdt du 29 septembre), les autorités sanitaires entendent également jouer sur l’« incitation positive » à l’arrêt du tabac.

•• Après une phase d’information en octobre, les près de 16 millions de Français qui fument régulièrement sont invités à relever le défi à partir du 1er novembre : arrêter pendant un mois, en espérant créer le déclic pour un abandon définitif.

•• La ministre de la Santé Agnès Buzyn a lancé lundi au cours d’une conférence de presse cette nouvelle édition, menée en collaboration avec l’agence sanitaire Santé publique France et l’Assurance maladie. Lire la suite »