Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Juil 2018 | Pression normative
 

« Le tabac, c’est has been », a lancé, ce mercredi 4 juillet, la ministre de la Santé Agnès Buzyn sur LCI, notant qu’elle ne prévoyait pas d’imposer au niveau national l’interdiction de fumer dans les parcs décidée par certaines villes, rapporte une dépêche AFP.

Strasbourg interdit depuis quelques jours la cigarette dans tous les parcs et les jardins publics, et Paris a annoncé mardi l’expérimentation d’une mesure semblable dans quatre de ses jardins cet été (voir Lmdt des 2 et 3 juillet).

•• La ministre de la Santé soutient « évidemment » ces décisions et « tout ce qui permet aux personnes de prendre conscience que le tabac, c’est has been », a-t-elle déclaré. « Fumer, ce n’est plus dans l’air du temps, l’avenir ce sera de ne plus fumer ». Lire la suite »

2 Juil 2018 | Profession
 

Suite à la publication de la liste des bénéficiaires et des montants alloués par le Fonds de Lutte contre le tabac au titre de 2018 (voir Lmdt du 30 juin), Éric Sensi-Minautier (directeur des Affaires publiques et juridiques pour l’Europe de l’Ouest de British American Tobacco) a diffusé la déclaration suivante :

•• « L’Administration vient de décider de l’utilisation du Fonds de Lutte contre le tabac, et c’est encore une occasion manquée !

•• « Nous nous étonnons de l’absence totale d’actions pour le vapotage, dispositif pourtant plébiscité par les fumeurs souhaitant une alternative au tabac.

« C’est surprenant, quand on sait que la ministre Agnès Buzyn a récemment affirmé sa volonté de promouvoir « tout ce qui peut aider à arrêter de fumer » et a déclaré que le vapotage est « clairement moins toxique que le tabac (voir Lmdt du 1er juin). Lire la suite »

30 Juin 2018 | Profession
 

Le Journal Officiel de ce 28 juin a publié l’arrêté du 18 juin 2018 fixant la liste « des bénéficiaires et les montants alloués par le Fonds de Lutte contre le tabac » au titre de 2018 (voir Lmdt des 4 juin et 20 mai). Précisons que ce fonds est financé par les fabricants.

Nous y trouvons les niveaux de prise en charge suivants :

•• 42 millions d’euros pour les actions de la Caisse nationale d’Assurance Maladie : prises en charge de traitements de substitution à la nicotine (31 millions) ; projets dans le cadre du « Moi(s) sans tabac » (4,5 millions) ; déploiement du projet « dispositifs de proximité d’aide à l’arrêt » ; application de e-coaching pour l’arrêt du tabac ; appel à projets « mobilisation de la société civile » (5 millions).

•• 1 million d’euros pour les actions de la Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole : traitements de substitution à la nicotine.

•• 9 millions d’euros pour les actions de l’Agence nationale de Santé publique : amplification de l’opération « Moi(s) sans tabac » (notamment par des campagnes de communication).

•• 10 millions d’euros pour les actions de l’Institut national du Cancer : programme d’aide au sevrage tabagique ; prises en charge de programmes de recherche.

•• 7 millions d’euros pour les actions de l’Institut national de la Santé et de la Recherche médicale : prises en charge de programmes de recherche.

•• 29 millions d’euros pour les actions des programmes régionaux de réduction du tabagisme.

29 Juin 2018 | Observatoire
 

Suite à la vague de contrôles sur des « coffee-shop » spécialisés dans la vente de produits dérivés du cannabis (voir Lmdt des 28 et 24 juin), la ministre de la Santé détaille, dans un interview au Parisien/ Aujourd’hui en France de ce jour, sa politique. 

•• Quelle est votre position à propos de ces commerces qui proposent en vente libre du cannabis light ?

Agnès Buzyn : « Mon objectif est d’être sûre que l’on y vend que des produits légaux. Attention aux risques de dérives. Je souhaite avant tout protéger la santé des Français et les alerter sur les dangers liés à la consommation de tels produits.

« Il est important de veiller au respect de la loi. Il faut donc s’assurer que les produits vendus dans ces coffee-shops ne contiennent pas de THC. Sinon on pourra les faire saisir. Mais s’ils sont en règle, pas de problème. » Lire la suite »

17 Juin 2018 | Profession
 

Le meilleur pour la fin. Dernière question posée par les journalistes à Agnès Buzyn, invitée ce dimanche du Grand Jury Europe 1 / RTL / Le Figaro (voir Lmdt de ce jour). 

Et après le paquet à 10 euros en 2020 … peut-il y avoir une autre augmentation d’ici la fin du quinquennat ?

Agnès Buzyn : « Aujourd’hui, nous ne l’avons pas évoqué … peut-être que si nous en avons besoin, peut-être que nous le ferons …

« Je tiens à souligner la cohérence du Gouvernement, face à cette question de santé publique. C’est pour cela que Gérald Darmanin est là aujourd’hui aussi (ndlr : le ministre était présent dans le studio). Nous avons mené une réforme sans précédent sur le prix du tabac … D’habitude entre Bercy et le ministère de la Santé … »

Ça pourrait renflouer les caisses ?

A. B. : « Non, ça ne va pas renflouer les caisses. D’abord, le coût pour la santé est bien supérieur à ce que le tabac ramène en taxes. Tout le monde est d’accord. Deuxièmement, si les gens fument moins, il y aura moins de rentrée d’argent. Et donc, je remercie Bercy qui accepte pour des raisons de santé publique … » Lire la suite »

17 Juin 2018 | Pression normative
 

Le Gouvernement veut clarifier la loi, face au boom actuel de coffee shops qui « détournent le droit » pour vendre un dérivé du cannabis, a déclaré, ce dimanche, la ministre de la Santé Agnès Buzyn lors du Grand Jury LCI / RTL / Le Figaro.

À la question « auront-ils fermé dans quelques mois ? », la ministre a répondu : « je pense qu’ils auront fermé ».

•• Pour elle, « ces coffee shops se sont ouverts sur une zone grise du droit. Le droit dit que le chanvre peut être utilisé à des fins industrielles quand il contient moins de 0,2 % de THC (substance active du cannabis, ndlr). Il ne parle pas de produits en cigarette mais de la plante. Or ces magasins détournent le droit en disant que leurs cigarettes contiennent moins de 0,2 % de THC » (voir Lmdt des 15, 13 et 12 juin).

« Il va falloir qu’on revoie la législation et revoir comment on met de l’ordre dans tout cela », a-t-elle dit, évoquant un travail conjoint avec la DGCCRF (Bercy). Lire la suite »

1 Juin 2018 | E-cigarette
 

Invitée ce matin d’Europe 1, la ministre de la Santé a été appelée à se prononcer sur l’efficacité de l’e-cigarette dans le sevrage tabagique, au regard de l’étude de Santé publique France (voir Lmdt du 28 mai). Extraits.

•• « Nous n’y sommes pas opposés » a répondu Agnès Buzyn, « chacun doit trouver son bon outil de sevrage. Il n’y a pas une recette unique : certains ont besoin de patchs, d’autres de chewing-gum, d’autres s’arrêtent du jour au lendemain, d’autres ont besoin de la cigarette électronique car ils sont attachés au geste. « Nous promouvons tout ce qui peut aider à arrêter de fumer » a ajouté la ministre.

•• « Nous ne connaissons pas très bien la toxicité de la cigarette électronique à long terme, mais c’est clairement moins toxique que le tabac » a repris Agnès Buzyn. Toutefois, elle a mis en garde les fumeurs de e-cigarettes : « un des risques que nous remarquons avec la cigarette électronique, c’est que les gens fument moins, mais continuent de fumer un peu. Or, toutes les études montrent aujourd’hui que ce qui est le plus important dans les risques liés au tabac, c’est la durée du tabagisme, plus encore que le nombre de cigarettes fumées ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « La cigarette électronique … c’est clairement moins toxique que le tabac » (Agnès Buzyn / Europe 1)  ,
1 Juin 2018 | E-cigarette
 

« Encourager les fumeurs à arrêter c’est bien, leur donner tous les moyens de réussir, c’est mieux ». Telle est la conclusion du communiqué diffusé par un collectif de fédérations de la vape à l’attention de la ministre Agnès Buzyn et de Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé que nous avons publié hier (voir Lmdt du 31 mai).

De fait, le contact entre les représentants de la « vape » et le ministère de la Santé semble rompu, selon Paris Match .fr

•• Le départ du professeur Benoît Vallet, ancien Directeur général de la Santé, a entrainé l’arrêt des réunions du groupe de travail « vapotage », créé de sa propre initiative en 2016. « Le décret sur le vapotage dans les lieux publics est le fruit du travail de ce groupe. La création du groupe Facebook « vapoteurs » lors du dernier « Mois sans tabac » est aussi une résultante de ces réunions », explique Sébastien Béziau, vice-président de l’association Sovape (voir Lmdt du 23 février).

Depuis, silence radio du côté du ministère. « Nous n’avons plus de contact avec la Direction générale de la Santé. Nous n’avons jamais eu de réponse aux différents courriers adressés à la ministre Agnès Buzyn depuis sa prise de fonction. Ce qui nous énerve par-dessus tout, c’est que depuis son arrivée au Gouvernement, elle a reçu trois fois les buralistes. »

•• Ce sont les propos de la ministre de la Santé lors de la conférence de presse de lundi qui ont déclenché la rédaction du communiqué commun de ces associations (voir Lmdt du 28 mai). Lire la suite »

30 Mai 2018 | Profession
 

À la veille de la « Journée mondiale sans tabac » (voir Lmdt des 29 avril, 28 et 29 mai), British American Tobacco France vient de publier un communiqué que nous reproduisons. 

« À l’occasion de la Journée Mondiale sans Tabac, British American Tobacco (BAT) souhaite rappeler son engagement en faveur de modes de consommation de tabac et de nicotine potentiellement à moindre risque.

Depuis plusieurs années, BAT investit fortement dans la recherche et le développement (2,5 milliards de dollars investis au cours des 5 dernières années) pour développer des produits de nouvelle génération (NGP) et propose aujourd’hui des gammes complètes afin de répondre au plus près aux attentes des consommateurs.

•• Pour Éric Sensi-Minautier, Directeur des Affaires Publiques, Juridiques et de la Communication de BAT Europe de l’Ouest : « Ces produits nouvelle génération sont une révolution à deux égards. D’abord, ils permettent aux fumeurs souhaitant continuer à consommer de la nicotine de réduire leur exposition aux substances issues de la combustion de la cigarette traditionnelle. Ensuite, un certain nombre de consommateurs considère qu’ils offrent la possibilité d’engager une sortie « plaisir » progressive, et non médicamenteuse ». Lire la suite »

30 Mai 2018 | Institutions
 

Ce mardi après-midi, à l’Assemblée nationale, Agnès Buzyn est revenue sur les chiffres du tabagisme et sa politique, au détour d’une question orale de Frédéric Barbier, député du Doubs (LREM).

Lequel se rappelle ainsi à notre souvenir (voir Lmdt du 8 novembre 2016 et 2 octobre 2015).

FRÉDÉRIC BARBIER

« Le tabac tue chaque année 78 000 personnes en France. Nous sommes tous concernés, tous touchés, un membre de notre famille, un ami, un collègue de travail.  Vous avez fait de la lutte contre le tabagisme votre cheval de bataille, et notamment chez les jeunes. Un arsenal de mesure a concouru à cette baisse de consommation que nous constatons aujourd’hui : mise en place d’un fond de prévention, augmentation de la prise en charge de 50 à 150 euros pour les substituts nicotiniques, le « Mois sans tabac », le paquet neutre, la diversification des activités de commerce de proximité des buralistes et l’augmentation du prix du paquet de cigarette est sans nul doute celle qui a permis l’inversion de la courbe de la consommation de tabac. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Baisse du tabagisme : « cette politique n’est pas menée contre les buralistes, mais avec eux, pour la santé publique  » (Agnès Buzyn)  , ,