Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Mai 2015 | Pression normative
 

MatignonC’est une fin de non-recevoir qu’ont reçu Pascal Montredon et Jean-Luc Renaud (secrétaire général de la Confédération), lors d’une réunion avec le cabinet du premier ministre Manuel Valls, à Matignon, le mercredi 20 mai au soir.

En substance, il leur a été répondu à propos du paquet neutre, lequel pour le moment n’a été adopté en première lecture que par l’Assemblée nationale (voir Lmdt des 3, 6 et 7 avril) : « c’est fait. C’est un dossier qui est derrière nous. Le paquet neutre sera en place en mai 2016 ! ».

Pascal Montredon a immédiatement réagi : « les buralistes n’ont pas dit leur dernier mot. On se battra jusqu’au bout ». Un plan de « remise en tension syndicale » du réseau des buralistes est en voie de finalisation.

Rappelons que la loi de Santé de Marisol Touraine passe en Commission des Affaires sociales du Sénat le mercredi 22 juillet. Puis en séance publique, courant septembre (voir Lmdt du 22 mai)

19 Fév 2015 | Pression normative
 

Marisol TouraineLe « support » des amendements destinés à nous apporter le paquet neutre (générique) – le projet de loi Santé de Marisol Touraine – présente un vrai problème de méthode (voir Lmdt du 17 février).

A tel point que cela va peut-être finir par mettre en question l’avenir ministériel, si ce n’est politique de la ministre.

Un collectif de syndicats de professionnels de santé libéraux (« Mouvement pour la santé pour tous ») vient de demander le retrait pur et simple du projet au premier ministre. On retrouve dans ce mouvement plusieurs syndicats de médecins libéraux, de chirurgiens, de dentistes, de kinés. Mais pas les principaux syndicats de médecins (comme MG France) qui sont « invités » actuellement à négocier des amendements à la loi, à travers des groupes de travail thématiques. Or de ce côté-là, aussi, ça bloque sur plusieurs points.

Et tous – c’est-à-dire toutes les professions de santé – vont se retrouver à manifester contre Marisol Touraine et son projet de loi, le dimanche 15 mars. Pour une équipe gouvernementale qui vient de se prendre les pieds dans le tapis avec la loi Macron, ça commence à faire beaucoup … Même si Manuel Valls vient de confirmer, dans l’hémicycle, que le « projet de loi Santé » est inscrit dans « la suite ».

29 Oct 2014 | Institutions
 

Matignon Cécile TaglianaCécile Tagliana va rejoindre le cabinet du Premier ministre au poste de conseillère Santé et Autonomie, suite au départ de Cécile Courrèges (voir Lmdt du 1er octobre).

Diplômée de l’IEP de Paris et ancienne élève de l’ENA, Cécile Tagliana était, depuis cinq ans, directeur adjoint chargé de mission au Centre hospitalier universitaire de Nice, en pleine reconstruction. Auparavant, elle a suivi une carrière administrative : chef du bureau des « produits de santé d’origine humaine » à la Direction générale de la Santé (2005-2007) ;  chef du bureau des « relations avec les professions de santé » (2007-2009), puis conseiller pharmaceutique à la Sous-direction du Financement du système de soins à la Direction de la Sécurité sociale.

 Commentaires fermés sur Une nouvelle conseillère Santé à Matignon  
1 Oct 2014 | Institutions
 

Cécile CourrègesConseillère chargée de la Santé/Autonomie et cheffe du pôle social au cabinet de Manuel Valls, Cécile Courrèges va prendre la tête de l’ARS (Agence régionale de Santé) des Pays-de-la-Loire.

Cécile Courrèges était en poste à Matignon depuis mai 2012. Où elle a suivi, notamment, le processus d’élaboration de la Directive tabac européenne quand la France soutenait encore les paquets « quasi génériques » (65 % des faces avant et arrière des paquets consacrées aux avertissements sanitaires et paquets génériques).

Et si l’on dit que Manuel Valls n’est pas favorable aux paquets neutres de Marisol Touraine (voir Lmdt du 28 septembre), Cécile Courrèges s’intéressait de très près, cet été, à l’évolution du dossier en Irlande et en Grande-Bretagne (voir Lmdt du 3 juillet).

14 Avr 2014 | Institutions
 

F. Philbert• Florence Philbert est nommée conseillère (fiscalité et comptes publics) du Premier ministre. Cette énarque quitte Bercy où elle était, depuis juillet 2013, directrice adjointe de cabinet de Bernard Cazeneuve, après un poste de conseillère chargée du budget et des services auprès de Michel Sapin (Ministre du Travail).
 Enarque, elle a débuté sa carrière à la ville de Paris avec des fonctions finances et budget, avant d’être nommée rapporteure à la Cour des comptes (janvier 2011-juin 2012).

Cécile Courrèges• Cécile Courrèges a été reconduite au poste de conseillère technique (santé et autonomie) au sein du cabinet du Premier ministre. Diplômée de Science Po Paris, l’Ecole nationale de Santé publique) et l’ENA, Cécile Courrèges (IGAS) a été directrice générale de l’Institut national du Cancer (Inca) et de l’agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne. Elle a particulièrement suivi le dossier de la Directive Tabac européenne ces derniers mois.

 Commentaires fermés sur Le cabinet de Manuel Valls : fiscalité et santé  ,
1 Avr 2014 | Institutions
 

Valls Buralistes 2A l’écoute et réactif. Comme sur d’autres sujets, le ministre de l’Intérieur s’est toujours montré empressé à l’égard des buralistes. Ne serait-ce que parce que cette profession a été celle, l’année dernière, qui s’est avérée la plus victime de vols à main armée. Et cela a permis à Manuel Valls d’aborder, indirectement, le thème du tabac.

La sécurité, c’est à ce propos que le Ministre de l’Intérieur s’est déclaré « préoccupé par la situation des buralistes », dès l’automne 2012 (voir Lemondedutabac du 15 novembre 2012). Ceci, avant de recevoir, une première fois, Pascal Montredon, place Beauvau (voir Lemondetabac du 30 novembre 2012). Entretien prolongé, quelque temps après, par une visite commune chez un buraliste du quartier de la Défense à Paris (photo et voir Lemondedutabac du 12 décembre 2012).

Un mois après, Pascal Montredon interpelle en direct, sur le plateau du Grand Journal de Canal +, le ministre pour lui présenter la pétition des buralistes, mise en place dans les points de vente à l’époque. Réponse de Manuel Valls, surpris, qui convient que le marché parallèle se développe parce que « le tabac représente une richesse » (voir Lemondedutababac du 8 janvier 2013).

En octobre suivant : deuxième rencontre avec Pascal Montredon portant notamment sur la vidéo-surveillance, dans et à l’extérieur des points de vente (voir Lemondedutabac du 11 octobre 2013). Et c’est d’ailleurs par l’intermédiaire d’une autre vidéo que Manuel Valls s’adresse aux Congrès des buralistes, une semaine après (voir Lemondedutabac du 18 octobre).

En déplacement à Marseille, ce début d’année lors d’un bilan sécurité, le ministre évoque « le lourd tribut payé par les buralistes » (voir Lemondedutabac du 28 janvier). Message repris, ensuite, lors de l’émission « Des paroles et des actes » sur France 2 (voir Lemondedutabac du 7 février).

Et ce 12 février, Manuel Valls prend tout son temps pour échanger avec les présidents des chambres syndicales départementales de buralistes, réunis en séminaire à Paris : pour montrer, notamment, l’intérêt qu’il porte à la création d’un observatoire du marché parallèle (voir Lemondedutabac du 12 février).

1 Avr 2014 | Institutions
 

Gouvernement AyraultDifficile d’associer les près de deux ans du gouvernement Ayrault à une décision marquante concernant le tabac et sa filière. Entre pression normative continue et nettes  contradictions entre ministres. Y a-t-il eu vraiment un pilote dans l’avion ?

Entre les ajustements fiscaux sur le tabac ainsi que la forte hausse des prix d’octobre 2012 de Jérôme Cahuzac … et le pragmatisme de Bernard Cazeneuve commençant à regarder de près les évolutions du marché.

Entre les déclarations fracassantes de Marisol Touraine (sur les prix et les paquets génériques) qui est allée jusqu’à demander l’arbitrage de Matignon à l’occasion de la hausse des prix de l’été 2013 … et une certaine  prudence du Président de la République lors de la présentation du 3ème Plan Cancer en février dernier (les prix, mais il y a aussi la réalité des achats frontaliers et sur internet …).

Entre la franche remise en cause du Contrat d’avenir des buralistes (rapport Queyranne commandé par le gouvernement au printemps 2013) … et la confirmation du maintien de ce même Contrat d’avenir par le ministre du Budget (au congrès des buralistes en octobre).

A cela on ajoutera de singuliers silences : par rapport au développement du marché parallèle du tabac (problème interministériel s’il en est …) ; lors du processus de la Directive tabac européenne (très discrète position de la France) ; et à l’égard du développement fulgurant d’un nouveau marché, sur lequel les Français ont posé la question d’une nécessaire réglementation que l’on attend encore : la cigarette électronique.

31 Mar 2014 | Institutions
 

M VallsSuite à la démission officielle du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls vient d’être nommé ce soir Premier ministre.

Rappelons que le ministre de l’Intérieur s’est toujours montré au fait des problèmes des buralistes et du marché du tabac. Il a notamment participé pendant une heure et quart au dernier séminaire des présidents des chambres syndicales départementales des buralistes (voir Lemondedutabac du 12 février).

20 Déc 2013 | Pression normative
 

E-cigaretteSi la France n’a pas eu gain de cause sur les ventes par internet, dans le cadre de la directive Tabac (voir Lemondedutabac du 19 décembre), il est un domaine où elle a mieux « performé » : c’est celui de la cigarette électronique.

SGAEEn effet, l’article 18 de la Directive est proche des positions  françaises telles qu’elles ont été exprimées depuis l’été dernier. Il faut y voir la diligence et l’efficacité du SGAE (Secrétariat général des Affaires européennes), dépendant de Matignon où il est installé, qui a su s’impliquer pour éviter l’assimilation de la cigarette électronique au domaine pharmaceutique.

On signalera aussi que le SGAE a veillé à se tenir à l’écoute des professionnels concernés, du CACE (Collectif des Acteurs de la Cigarette électronique) à la Confédération des buralistes en passant par divers acteurs de la filière.

14 Nov 2013 | Profession
 

Le Figaro PleinPlus 20 centimes ? Plus 30 centimes ? Plus 40 centimes ? C’est demain, à midi, que les fabricants doivent envoyer aux Douanes la liste de leur prix à compter de janvier. Ivan Letessier dévoile dans Le Figaro de ce jeudi 14 novembre « les coulisses du bras de fer Marlboro-Matignon ».

Les enjeux ? « Si le principe de la hausse est acquis, son ampleur (de 20 à 40 centimes) fait l’objet d’un intense bras de fer entre Philip Morris, leader du marché, et le gouvernement. Ce dernier est favorable à une augmentation de 35 centimes. Mais il n’est pas en mesure de l’imposer aux industriels, qui peuvent choisir de réduire leurs marges.
« Or, Philip Morris ne tient pas à ce que son paquet de Marlboro, vendu 6,80 euros, augmente au-delà de 7 euros ( …)
« Ses rivaux sont favorables à une augmentation arrondie à 40 centimes. Elle seule, leur permettrait de compenser la hausse de fiscalité au 1er janvier ».

Comme on le voit, nous n’en sommes qu’au stade des suppositions. Mais cette effervescence médiatique ne peut qu’attiser les inquiétudes des buralistes.