Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Juil 2019 | Profession
 

Le samedi 22 juin, lors d’un rassemblement national des « Gilets jaunes » à Charleville-Mézières, certains des 400 manifestants n’ont pas uniquement brûlé des poubelles. 

Vers 15h30, le cortège a descendu une avenue principale où une partie des manifestants a été repoussée par les forces de l’ordre dans un quartier pour éviter un accident sur la rocade. Il s’en est suivi divers affrontements. 

Pour des raisons inconnues, un homme cagoulé, seul, a alors lancé des pierres en direction de la vitrine d’un bar-tabac. Celle-ci n’est pas tombée mais les fissures et les impacts ont fait craindre le pire. L’auteur des dégradations, lui, a pris la poudre d’escampette. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Gilets Jaunes : dégât collatéral pour un bar-tabac de Charleville-Mézières  ,
4 Mai 2019 | Profession
 

Après les images-choc, les témoignages … Une vidéo – d’abord publiée sur YouTube le 2 mai, puis relayée sur les réseaux sociaux – montrait un manifestant se faire violemment gifler par un membre des forces de l’ordre juste devant le bar-tabac « le Café Brazza » au démarrage des manifestations du 1er mai (voir Lmdt du 3 mai).

Contacté par franceinfo, l’homme frappé annonce qu’il va déposer une plainte et livre sa version des faits.

•• Membre des Gilets jaunes depuis le début de leur mobilisation, il se trouvait aux côtés des syndicats sur le boulevard du Montparnasse avec ses amis et ses parents. « Ça a commencé à tirer, j’ai vu les forces de l’ordre qui poussaient et matraquaient tout le monde. J’ai voulu protéger ma mère de 64 ans. J’ai vu sur le côté un magasin ouvert, j’ai poussé ma mère à l’intérieur et je suis resté devant Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Manifestation du 1er mai : un bar-tabac au cœur de la tourmente (suite des témoignages)  ,
3 Mai 2019 | Profession
 

Scène étonnante le 1er mai à Paris, à proximité du quartier Montparnasse, dont les images ont été relayées par différents médias et circulent sur les réseaux sociaux.

Mais voici dans quelle situation peuvent se retrouver des buralistes situés sur le parcours des actuelles manifestations. 

En fait, un moment précis de la manifestation a été filmé devant le 88 boulevard de Montparnasse, au moment où le cortège de la CGT passe devant l’église Notre-Dame-des-Champs.

Dans cette scène, on peut voir des manifestants se rassembler dans le bar-tabac, le Café Brazza. Ils sont visiblement une petite dizaine. Face à eux, des policiers équipés de casques, de matraques et vêtus d’une tenue de protection (lien). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Manifestation du 1er mai : un bar-tabac au cœur de la tourmente … faute de lien social  ,
24 Avr 2019 | Institutions
 

Depuis le 4 mars, une partie des personnels de la Douane exprime son mécontentement en matière de pouvoir d’achat et de conditions de travail par le biais d’actions revendicatives sur le terrain. La préparation du Brexit ayant mis en exergue des manques en effectifs et moyens.

À la douane de Porta, à 3 kilomètres d’Andorre (voir Lmdt du 8 novembre 2018), les personnels douaniers arrêtent systématiquement toute voiture qui se présente à leur hauteur. En pleine période de vacances pascales, l’affluence est soutenue et, automatiquement, un bouchon de plusieurs kilomètres se fait jour. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Pyrénées-Orientales : zèle des douaniers en colère sur la route d’Andorre  ,
14 Avr 2019 | International, Profession
 

« Sauvons nos buralistes » : c’est sur ce slogan que la FIT (Federazione Italiana Tabaccai / voir Lmdt du 16 avril 2018) appelle les buralistes italiens à manifester à Rome, le mercredi 8 mai.

« La survie des buralistes italiens est mise à rude épreuve non seulement par la crise économique, mais aussi par des choix politiques et des mesures régionales contradictoires (notamment en matière de réglementation des jeux) » est-t-il annoncé.

•• Trois axes de revendications sont annoncés. En substance, il s’agit de :

• préserver le système actuel de distribution des jeux par les « tabaccai » (buralistes), en les rémunérant mieux, notamment ; Lire la suite »

23 Fév 2019 | Profession
 

On vient de l’apprendre seulement maintenant mais, dimanche 17 février, Juliette Campayo, patronne d’un bar-tabac à Villemur-sur-Tarn (à 2 kilomètres de Montauban, Haute-Garonne), a organisé une manifestation spontanée après un deuxième cambriolage en un mois et demi. Le stock de tabac, comme à chaque fois, était la principale cible.

Et cela traduit le sentiment d’injustice et d’exaspération des buralistes en milieu rural, rapportent les médias locaux. En tout cas, un amer constat pour les trois buralistes de la petite ville, car ces deux dernières années, ils ont tous été victimes de cambriolages à répétition.

Et dimanche, Juliette Campayo n’était pas seule à manifester. Elle était entourée de clients pour la soutenir. Les revendications s’adressaient principalement aux élus politiques : elles concernaient le manque de sécurité, mais surtout de moyens pour endiguer la délinquance dans les petites villes.

17 Fév 2019 | Observatoire
 

FigaroVox publie, en avant-première, une série d’analyses du mouvement des « Gilets jaunes », rédigées par Jérôme Fourquet et Jean-Laurent Cassely pour la Fondation Jean Jaurès.

La première de ces analyses démontre que la conjonction « 80 km/h, hausses du prix du diesel et des cigarettes » a son importance dans l’origine de la colère du mouvement. 

Extraits sur la partie « tabac ».

POUVOIR D’ACHAT

« Si les milieux populaires, et particulièrement ceux résidant dans les zones rurales et péri-urbaines, sont particulièrement dépendants de la hausse des prix des carburants, car ce poste pèse lourd dans leurs dépenses contraintes, ces catégories affichent par ailleurs une plus forte dépendance tabagique que le reste de la population. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « 80 km/h, hausses du prix diesel et … du tabac : le terreau des Gilets jaunes » (Jérôme Fourquet, Ifop)  , ,
9 Jan 2019 | Profession
 

Un mois après l’Acte IV du mouvement des Gilets jaunes, qui avait dégénéré à Toulouse, les commerces saccagés par les casseurs s’en relèvent très difficilement, selon La Dépêche du Midi.

Les stigmates de ce samedi 8 décembre sont encore visibles dans les rues et sur les devantures de l’avenue Étienne-Billières et de la place de la Patte d’Oie, à Toulouse.

Beaucoup n’ont pas enlevé les panneaux de contre-plaqué mis en place pour protéger les vitrines.

•• Le tabac-presse de la place de la Patte d’Oie avait été victime d’un pillage en règle (voir Lmdt du 9 décembre 2018). Son patron était à l’intérieur des locaux quand une horde de casseurs avait arraché sa grille métallique et était entrée dans le local. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Pillage d’un buraliste à Toulouse : « depuis, je vis chaque week-end dans la crainte que ça se reproduise »   , ,
13 Déc 2018 | Profession
 

Le pôle Clients de Logista est tout de suite intervenu auprès des buralistes affectés par les agressions et pillages, survenus au cours des manifestations de ces deux derniers week-ends (voir Lmdt des 9 et 4 décembre).

Soit une prise de contact systématique des buralistes concernés pour une rapide analyse avant de prendre les mesures les plus appropriées :

reprise des produits abîmés et restants après des actes de vandalisme (sans quoteparts)

liaisons avec les experts de la Mudetaf pour faciliter les procédures de remboursements Lire la suite »

11 Déc 2018 | Profession
 

Lors de ce dernier samedi de pillages dans les commerces parisiens, il n’y pas eu que les « civettes » des 8ème et 16ème arrondissements, parmi les cibles soigneusement choisies par les vandales (voir Lmdt du 9 décembre). 

Plusieurs établissements ont également été concernés dans le quartier de la République (extrait d’une dépêche AFP).

À proximité, les bureaux de tabac ont aussi été pris pour cible. Rue des Trois Bornes, l’établissement n’a pas ouvert ses portes. Les casseurs ont tout dérobé et le gérant, agressé, est à l’hôpital.

« Nous, on a eu plus de chance, on doit juste remplacer la vitrine, et espérer qu’ils ne reviendront pas samedi prochain », soupire auprès de l’AFP le patron du tabac Le Vizir qui avance le chiffre de 5 000 euros de réparations. Huu Tai, gérant de l’établissement voisin Le Rouergue, est consterné : « On va finir par ne plus ouvrir, on n’a plus le moral et notre activité est menacée ». Lire la suite »