Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Août 2017 | L'essentiel, Profession
 

L’Indépendant du 14 août n’a pas manqué de mettre en exergue le nouveau vol de cet ULM des buralistes en colère qui a survolé les plages du Languedoc et du Roussillon avec une banderole revendicative (voir Lmdt du 13 août).

L’occasion pour Alain Lirola, président de la chambre syndicale des buralistes des Pyrénées-Orientales, de s’expliquer au nom de ses collègues : « On veut encore alerter les pouvoirs publics car augmenter le prix du tabac ne fonctionne pas, les gens fument toujours autant. Et nous, on a perdu 110 buralistes dans le département depuis 2000.

« Pendant ce temps, la contrebande se développe, elle est énorme sur les Pyrénées-Orientales. On détruit les buralistes et les mafias se frottent les mains ».

En conclusion de l’article, Alain Lirola demande un « rendez-vous urgent avec les députés des Pyrénées-Orientales » et une nouvelle action « fin août ».

13 Août 2017 | Profession
 

Cet après-midi, au-dessus des plages bien peuplées du Roussillon et du Languedoc, un ULM tirant une banderole de protestation contre le paquet neutre a sillonné le ciel bleu de ce grand week-end de vacances.

Une nouvelle fois (voir Lmdt des 23 et 25 juillet).

Il s’agit d’une action coordonnée entre les chambres syndicales de buralistes des Pyrénées-Orientales, de l’Aude, de l’Hérault (Béziers et Montpellier) ainsi que du Tarn-et-Garonne.

De quoi annoncer d’autres initiatives spectaculaires.

 Commentaires fermés sur Paquet à 10 euros : nouvelle action de protestation des buralistes d’Occitanie  , ,
6 Août 2017 | Profession
 

Suite aux mouvements d’humeur des buralistes d’il y a quinze jours (voir Lmdt des 21 et 22 juillet), des députés commencent, ici ou là, à prendre contact avec les chambres syndicales de buralistes pour en savoir plus. Même en ce début août. De toute façon, la session parlementaire continue jusqu’au mercredi 9 août.

Reste que pour se rappeler aux bons souvenirs de certains, des buralistes peuvent passer par des actions plus militantes : comme ces collages d’affiches sur des permanences, tel que cela a eu lieu tout dernièrement à Montpellier (photo).

29 Juil 2017 | Profession
 

Il n’y a pas que les « opérations radars » (voir Lmdt du 21 juillet) pour protester contre le projet gouvernemental de paquet à 10 euros et alerter l’opinion publique. Dimanche dernier, un ULM avec une grande banderole a survolé les plages du Roussillon et du Languedoc (voir Lmdt du 23 juillet).

Mais la chambre syndicale des buralistes de l’Hérault (Montpellier) – présidée par l’infatigable Marie-Thérèse Dechaume – a, d’une part, prolongé son « opération radars » (voir Lmdt du 28 juillet) mais a décidé, d’autre part, de louer 73 panneaux publicitaires « 4 x 3 » implantés sur les grands axes routiers de la métropole montpelliéraine et des environs. On y retrouve l’affiche – agrandie – qui a été conçue par la Confédération (voir Lmdt du 8 juillet).

Ainsi, les automobilistes nombreux dans la région, en ce cœur de saison, vont avoir le temps de se remémorer les « on leur fait les poches » … « clients spoliés » … « buraliste menacé » qui apparaissent comme slogans sur l’affiche en question.

Pendant une semaine.

28 Juil 2017 | Profession
 

Une semaine exactement après « l’opération radars » des buralistes – en protestation contre le projet gouvernemental de paquet à 10 euros – force est de constater que des radars ont été « décorés » à nouveau, ce jeudi soir.

Cela s’est passé sur plusieurs routes du département de l’Hérault, aux alentours de Montpellier, plus exactement.

Une quinzaine de radars, d’après nos informations. En prime, une vingtaine de grands panneaux publicitaires, situés sur des voies très empruntées en cette saison de migrations vacancières, ont été recouverts par l’affiche des buralistes.

Lesquels tiennent à rappeler aux Français comment on se propose de leur faire les poches, en haut lieu. Là où se profilent d’obscurs arbitrages.

25 Juil 2017 | Profession
 

Elle a été bien médiatisée cette apparition – ce dimanche, au-dessus des plages bondées du Roussillon et du Languedoc – d’un ULM tirant une banderole avec l’inscription « Non au paquet à 10 euros, l’État vous fait les poches » (voir Lmdt du 23 juillet).

•• Le Midi Libre a repris le communiqué publié à cette occasion par la chambre syndicale des buralistes de l’Aude, présidée par Frédéric Martin : « Non au paquet à 10 euros. On ne se laissera pas faire et les actions vont aller crescendo ».

•• Ce lundi, France Bleu Hérault et France Bleu Roussillon ont diffusé une interview d’Alain Lirola (président de la chambre syndicale des buralistes de Pyrénées-Orientales) : « cette opération ULM contre le paquet à 10 euros est une première en France. On espère que cela va faire boule de neige (…) On continue la pression. Lire la suite »

24 Juil 2017 | Profession
 

Suite de notre revue de presse.

Après une première vague matinale (voir Lmdt du 23 juillet), les médias ont rebondi sur les témoignages de buralistes pendant toute la journée du vendredi 21 juillet.

« PAS LÀ POUR CASSER »

« Attention, vous risquez de passer devant des radars automatiques bâchés ce matin ! » À 8 heures, sur France Bleu Picardie, l’animateur du journal interroge Philippe Laveau (président des buralistes de la Somme) qui confirme l’action de ses collègues sur la moitié des radars du département : « on n’est pas là pour casser mais pour nous faire entendre. Il n’est plus possible d’augmenter le prix à 10 euros, comme cela … Tant que l’on retrouve des paquets moins chers de l’autre côté de la frontière. Comme à Andorre où je suis allé manifester il y a quelque mois (voir Lmdt du 20 mars) et où l’on vend des paquets à 2 euros ! »

Au même moment, son collègue Didier Reboulet (président de la fédération Centre, Sud-Est des buralistes) explique sur France Bleu Drôme Ardèche (mais aussi un peu plus tard sur France Inter) comment le paquet à 10 euros va servir d’accélérateur à la contrebande.

« TOUS FRONTALIERS »

Sur France Bleu Pays Basque, c’est au tour de Philippe Coy (président des buralistes de Pyrénées-Atlantiques / Béarn et Soule) d’expliquer les raisons de la mobilisation : « Pourquoi les radars ? Parce que c’est une opération pacifique. C’est aussi un appareil qui récolte de l’argent pour l’État comme nous, les buralistes. Lire la suite »

23 Juil 2017 | Profession
 

Originale, l’initiative conjointe des syndicats des buralistes de l’Aude, des Pyrénées-Orientales, de l’Hérault et de Haute-Garonne.

Cet après-midi, un ULM avec une banderole « Non au paquet à 10 euros, l’État vous fait les poches » a survolé les plages occitanes, de la Côte Vermeille à l’Étang de Thau.

L’aéronef des buralistes en colère a survolé successivement les plages d’Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), puis de Narbonne et de Valras-Plage, avant de terminer sa démonstration au-dessus de Sète.

Avec le temps d’aujourd’hui, il y avait beaucoup de monde sur les plages.

23 Juil 2017 | Profession
 

« L’opération radars » des buralistes contre le projet gouvernemental du paquet à 10 euros (voir Lmdt des 21 et 22 juillet) a été particulièrement suivie par les médias. Nous entamons une revue de presse reposant sur des extraits significatifs.

Après une première dépêche AFP, la veille au soir (voir Lmdt du 20 juillet), l’essentiel a commencé aux premières heures du jeudi 21.

« SE FAIRE ENTENDRE »

Avec, par exemple, un message de Gérard Vidal (président de la fédération Occitanie des buralistes ainsi que de la commission marché parallèle et ventes transfrontalières de la Confédération) sur RMC dès 6 heures du matin : « on veut, par cette action, se faire entendre du Gouvernement. Nous avons été reçus par la ministre de la Santé (voir Lmdt du 19 juillet) qui nous a confirmé le paquet à 10 euros, mais sans nous dire quand, ni comment.

« Et puis, la période pour cette annonce est mal choisie. Les consommateurs partent vers le soleil et vont revenir des vacances avec la malle pleine de cigarettes.

« Le paquet à 10 euros, pourquoi pas ? Mais à condition que ce soit le cas dans les pays voisins ». Lire la suite »

22 Juil 2017 | Profession
 

Le bilan de l’opération « radars » des buralistes – publié dans un communiqué de la Confédération hier : 430 radars, 500 buralistes mobilisés (voir Lmdt du 21 juillet) – est probablement en dessous de la réalité. Tant ont abondé, hier dans la journée, les nouvelles informations sur des initiatives qui n’avaient pas été comptabilisées en début de matinée.

•• Il y a eu, donc, une réelle mobilisation des buralistes. Préparée dans la discrétion, de surcroît. Et en pleine saison estivale, où les journées professionnelles sont longues et prenantes.

Cela est significatif. Le paquet à 10 euros est perçu avec une réelle inquiétude par le réseau

•• Silence radio au niveau des pouvoirs publics. On sait seulement qu’il y a eu un peu d’affolement dans quelques préfectures.

Mais dans les cabinets ministériels – où plus que jamais le moindre mouvement d’humeur est scruté à la loupe – cette mobilisation à l’ampleur inattendue a amené à réfléchir.

Et à se poser des questions : et si tous ceux, qui ont passé l’autre nuit à courir les radars, allaient prochainement demander des explications sur le paquet à 10 euros aux députés de « La République en Marche » ? Avec la même détermination.

Cela amène, effectivement, à réfléchir.

(Photo : lors de l’opération radars dans les Pyrénées-Orientales …)