Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Avr 2019 | Associations
 

Les éditions Dargaud viennent de publier « Cigarettes, le dossier sans filtre », une enquête-pamphlet qui veut mettre en lumière le business du tabac sous tous ces aspects : historique, économique, marketing, médical, politique, environnemental, etc.

Signé Pierre Boisserie et dessiné par Stéphane Brangier, l’album de 160 pages a pour personnage principal M Nico, un individu acerbe et cynique, censé incarner l’attitude « hypocrite et décomplexée des industriels du tabac aujourd’hui comme hier. Manipulateur, il dépeint les « Big Tobacco », et leurs activités pour attirer le maximum de clients ».

La bande dessinée a été conçue avec le partenariat du CNCT (Comité national contre le Tabagisme).

18 Mar 2018 | Observatoire
 

D’après l’étude publiée jeudi dernier – à la veille de l’ouverture au public du « Salon Livre Paris » – par l’institut GfK, les Français ont acheté 356 millions de livres, soit une diminution de 1 %, quand le chiffre d’affaires du marché a baissé de 1,2 % pour s’établir à près de 4 milliards d’euros.

S’il a connu des pics durant les mois de juillet et décembre, les ventes ont même subi une chute record de 8 % au premier trimestre de l’année dernière (sur fond de campagne des présidentielles ?)

Si le livre numérique affiche une nette progression de 9 %, à 13,2 millions d’exemplaires vendus, la prédominance du papier demeure. Le physique représente toujours 95 % des ventes et génère à lui seul 3,88 milliards d’euros de chiffre d’affaires, contre 97,5 millions d’euros pour le numérique. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tendances tabac-presse : le livre reste le cadeau préféré des Français   ,
1 Fév 2017 | Associations
 

« Une méthode originale et révolutionnaire : en finir avec le tabac, oui, mais sans stress et en y prenant du plaisir ! À 2,99 euros ». La dernière publication du pneumologue Bertrand Dautzenberg (Hôpital de La Pitié-Salpêtrière et président de « Paris sans Tabac ») est sortie le 26 janvier aux éditions First. 160 pages qui ne stigmatisent pas le fumeur mais vendent « Le plaisir de s’arrêter de fumer » (titre de l’opuscule).

Le pitch de l’éditeur : « … En plus de retrouver votre liberté, le but de la démarche est de vous faire prendre du plaisir à arrêter de fumer. Comment ? Grâce à une approche psychologique et comportementale qui vous aidera à comprendre pourquoi vous fumez et à décortiquer les mécanismes de la dépendance. 

Vous serez ensuite invité à choisir un substitut nicotinique qui vous convient, afin de diminuer le nombre de cigarettes fumées chaque jour. En choisissant une autre forme de nicotine, l’arrêt se fait alors dans le calme, sans prise de poids, sans insomnie ni irritabilité. Êtes-vous prêt à essayer ? ».

Un discours plus acceptable que la stigmatisation.

 Commentaires fermés sur Bertrand Dautzenberg lance sa méthode « douce » pour arrêter de fumer  , ,
27 Juin 2015 | Profession
 

Marc LomazziSelon le bulletin d’informations confidentielles La Lettre A du 25 juin, le livre « Comment la mafia du tabac nous manipule » de Marc Lomazzi, rédacteur en chef adjoint au Parisien/ Aujourd’hui en France  (voir Lmdt des 6, 8, 12, 13, 19 mai), pourrait valoir à son auteur quelques déconvenues.

« Les fabricants de tabac, vilipendés par l’auteur, rechercheraient actuellement les nombreuses invitations, parfois luxueuses, dont le journaliste a bénéficié (matchs en loge à Roland-Garros et au Stade de France, par exemple), notamment de la part de British American Tobacco ».

 Commentaires fermés sur « Comment la mafia du tabac nous manipule » : effet boomerang ?   , ,
19 Mai 2015 | Observatoire
 

Marc LomazziEn pleine promotion de son livre «  Comment la mafia du tabac nous manipule » (voir Lmdt des 6, 12 et 13 mai), Marc Lomazzi – rédacteur en chef adjoint économique du Parisien Libéré – en a encore rajouté plusieurs couches sur LCI, ce lundi 18 mai, dans « News Room » avec pour bandeau d’annonce : « Tabac : dessous fumeux ».

Rappelons que ce livre est essentiellement inspiré de celui publié, il y a quelques mois, par son collègue du JDD Matthieu Pechberty (« L’État accro au tabac ») : mêmes faits ; mêmes déductions ; même conclusion à charge contre la filière tabac (voir Lmdt du 8 mai). Il n’y a de comique que de répétition …

•• « Les réglementations que l’Etat essait de mettre en place sont contrecarrées systématiquement par le lobby du tabac qui, dans les dix dernières années, a bafoué quasiment toutes les lois. Un exemple : quand vous mettez en place l’interdiction de fumer dans les lieux publics, on a vu que l’interdiction a été contournée en mettant des systèmes très simples, comme les terrasses dans les cafés. Il n’y a eu quasiment aucune amende qui a été dressée. Si on remonte un tout petit peu en arrière, la loi Evin a été tout de suite bafouée … ».
Par rapport à ce raccourci de Marc Lomazzi, on se permettra de faire remarquer que les terrasses (avec certaines conditions, certes) sont parfaitement autorisées dans le cadre de la réglementation sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics.

•• Sur les « cadeaux accordés aux buralistes », le présentateur n’a visiblement pas été totalement convaincu par la démonstration du journaliste, en lui demandant  : « Un bakchich en échange de quoi ? C’est quoi le deal ? ».
Réponse embrouillée : « Le deal c’est le mur de cigarettes…donc il faut mettre mes marques en valeur. Vous commandez, je vous commissionne. Vous vendez gros, je vous commissionne. Deuxièmement, ces commissions sont d’autant plus importantes que les bureaux de tabac sont situés près des collèges et des lycées. Vous avez même un système de barème pour les zones proches des lycées et des facs ».

•• « Mais, c’est interdit de vendre aux mineurs de moins de 18 ans ! »  rétorque le présentateur, un peu étonné par cet aplomb de son interlocuteur.
Marc Lomazzi : « il y a très peu de buralistes qui refusent de vendre aux mineurs … pour certains, parce qu’ils sont rémunérés pour cela ».

Boum ! Tout cela en quelques mots ; sans preuves, ni chiffres précis avancés à l’antenne. Tous les buralistes mis dans le même sac. Une véritable agression contre la profession.

On remarquera qu’aucun média accueillant ainsi Marc Lomazzi n’a proposé à la Confédération ou à un représentant des buralistes de répondre. 

13 Mai 2015 | Observatoire
 

Marc LomazziPas vraiment de surprise à la lecture du livre « Comment la mafia du tabac nous manipule », de Marc Lomazzi, édité par Flammarion et mis en vente à partir d’aujourd’hui.

L’argument essentiel du livre est bien conforme à ce que nous en révélions hier (voir Lmdt du 12 mai) : une vision partisane – fondée essentiellement sur de complaisants « témoignages anonymes » de « repentis » – et qui cherche avant tout à jeter la suspicion sur toute la filière tabac.

En gros, si la lutte contre le tabagisme est un échec en France depuis 10 ans, c’est parce que les fabricants ont acheté, de mille et une manières, les politiques et parce que les buralistes sont soudoyés pour vendre du tabac aux mineurs (c’est ce qu’a encore clairement laissé entendre Marc Lomazzi, au micro de Jean-Marc Morandini, hier sur Europe 1). Un peu court et simpliste comme explication, mais ça peut tenir sur tout un bouquin.

L’auteur aurait pu revenir sur bien d’autres causes de cet échec et donc donner plus d’ampleur à son analyse. C’est le travail que l’on aurait pu attendre, du moins, d’un rédacteur en chef économique du Parisien / Aujourd’ hui en France. Exemples.

• Et l’absence flagrante de moyens et de volonté gouvernementale pour une vraie politique de prévention ? : contradictions politiques ; gaspillage de deniers publics ; tabacologues laissés à l’abandon ; échecs des substituts nicotiniques ; jeux obscurs des laboratoires pharmaceutiques. Il y aurait tellement de choses à dire …

• Et les échecs patents de l’éducation nationale en terme de lutte contre les addictions ? : messages confus ; démission du corps enseignant ; nullité des investissements ; terrain laissé libre à tous les trafics. Il y aurait tellement de choses à dire…

• Et le « foutage de gueule » des pouvoirs publics (sous tous les gouvernements) dans leur politique prétendant aider les buralistes à se diversifier : promesses non tenues ; priorité à la Poste ; court-circuitage avec la vente de timbres passeport sur Internet. Il y aurait tellement de choses à dire …

À suivre.

8 Mai 2015 | Observatoire
 

Le Parisien Livre Matthieu Pechberty, l’auteur de « L’État accro au tabac » (voir Lmdt des 15 et 16 octobre 2014) a un petit frère. C’est Marc Lomazzi, dont l’éditeur Flammarion fait paraître, le 13 mai prochain, le livre : « Comment la mafia du tabac nous manipule » (voir Lmdt du 6 mai) .

À en croire les « bonnes feuilles », parues dans le supplément magazine du Parisien / Aujourd’hui en France de ce vendredi 8 mai, le second raconte les mêmes histoires (confidences de salariés « repentis » à l’appui) que le premier :
. le lobbying mis en place par les fabricants pour influer certaines décisions concernant l’homologation des prix ;
. les méthodes « d’incentive » dont usent les fabricants pour stimuler leurs ventes auprès des buralistes.

Oui, toujours les mêmes histoires. Les mêmes que l’on retrouve dans tous les secteurs où l’État joue un rôle régulateur : de la pharmacie à l’énergie.

Reste qu’après la course aux anecdotes, le lecteur ne manquera pas de se poser les questions fondamentales :

• En définitive – dans l’hypothèse où il n’y aurait pas eu, du tout, les interventions prêtées aux lobbyistes caricaturés dans le livre – le niveau et la structure des prix du tabac seraient-ils si différents qu’ils le sont actuellement ? La réalité du marché (notamment par rapport à la concurrence du marché parallèle) est plus forte que toutes les influences.

• « Incentive » ou pas, les buralistes sont-ils tant « sur-rémunérés » que cela ? Eu égard à leurs horaires de travail, leurs responsabilités et les investissements que représentent leurs points de vente. Sans compter un harcèlement moral incessant. Le scandale, c’est plutôt dans l’insuffisance de rémunération qu’il réside.

On en saura peut-être plus à la parution effective du livre.

6 Mai 2015 | Observatoire
 

Livre Marc Lomazzi« Quatre anciens cadres de l’industrie du tabac brisent la loi du silence et dévoilent anonymement les pratiques occultes des multinationales pour empêcher ou contourner les réglementations anti-tabac » … Le suspens est créé et il faudra attendre le 13 mai prochain pour découvrir les révélations du livre « Comment la mafia du tabac nous manipule … Des cadres repentis brisent l’omerta », édité par  Flammarion Enquête.

L’enquête est conduite par le rédacteur en chef Adjoint et chef du service économique du Parisien-Aujourd’hui en France, Marc Lomazzi. Les journalistes sont décidemment très inspirés par le sujet : « L’État accro au tabac » de Matthieu Pechberty (Journal du Dimanche / voir Lmdt des 15 et 16 octobre) et plus récemment « Arrêtez de nous enfumer » de Denis Boulard (du Canard Enchaîné / voir Lmdt du 2 mars).

La fiche de l’éditeur en rajoute donc dans le sensationnel et l’accrocheur (il n’est pas sûr que les ouvrages précités aient été des succès de librairie) : « alors que la France va découvrir en 2016 le paquet de cigarettes « neutre », sans couleur ni logo, quatre ex-cadres de l’industrie du tabac ont accepté de briser la loi du silence. Lobbyistes, financier, responsable marketing… ils nous dévoilent les pratiques occultes de ces multinationales pour contourner les réglementations antitabac. Bienvenue dans un univers où tous les coups sont permis. Où les 78 000 morts annuels de la nicotine et du goudron – 200 par jour – pèsent peu face aux bénéfices des industriels. Sans parler des 15 milliards d’euros de taxes qui tombent chaque année dans les caisses de l’État. Trafic d’influence, infiltration dans les plus hautes sphères de l’État, entente sur les prix, évasion fiscale, pots-de-vin, circuits parallèles de vente, ciblage des jeunes… ces repentis du tabac révèlent des méthodes aux marges de la légalité, quand elles ne sont pas hors-la-loi. Un récit édifiant sur les secrets de l’un des plus puissants lobbies de France ».

On peut se poser des questions sur la crédibilité de l’ouvrage (ou du moins, ce qu’il nous promet) au regard des dernières évolutions législatives …

Quoiqu’il en soit, la promotion du livre démarre dès ce vendredi 8 mai avec des bonnes feuilles publiées dans le supplément Le Parisien Mag sous le titre : « Dans les coulisses de la cigarette ».

 Commentaires fermés sur Encore un livre sur les dérives de l’industrie … la plus surveillée et réglementée en France  , ,
4 Mai 2015 | Observatoire
 

Didier RaoultDidier Raoult, « star de la microbiologie et des maladies infectieuses », ne manque pas une occasion d’être omniprésent dans les médias. Ces derniers jours, il a même fait la une du Point avec la parution de son livre : « Votre Santé, tous les mensonges qu’on vous raconte ». L’homme de science y décortique les fausses bonnes idées et les vraies erreurs de santé publique : paniques infondées face aux risques d’épidémie, marketing des industries agroalimentaire comme pharmaceutique …

Il fustige les slogans comme : « manger plus de légumes », alors que ces derniers sont infestés de virus ; « le lait protège contre l’ostéoporose », alors qu’exposition au soleil et vitamine D sont seules efficaces ;  etc. Il regrette que les laboratoires ne fassent pas plus de publicité pour des produits qui en vaudraient pourtant la peine mais s’annoncent  pas assez rentables. Il dénonce, entre autres, la surconsommation des antalgiques qui cherchent à soulager la douleur avant même que ne soit émis un diagnostic.

Dans une interview accordée, ce dimanche 3 mai, à la Provence (il a créé à Marseille l’Institut hospitalo-universitaire de recherches en maladies infectieuses), il se montre sceptique sur le rôle du Gouvernement et de la Santé quant aux dérives : « ce qui est assez complexe dans ce genre d’histoire, c’est qu’il y a toujours des intérêts multiples, avec beaucoup de choses à identifier.
« On peut prendre, pour exemple, l’industrie du tabac. On ne peut pas condamner les vendeurs de cigarettes qui ne font que leur travail. Les fumeurs, eux, savent que c’est dangereux pour la santé ». Didier Raoult estime néanmoins que « tabac, sucre et sel … font partie des vrais tueurs du 21ème siècle ».

 Commentaires fermés sur « On ne peut pas condamner les vendeurs de cigarettes qui ne font que leur travail »  ,