Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Juin 2020 | International
 

Même si l’épidémie de coronavirus a fait bondir les ventes de cannabis au Canada (voir 29 juin et 20 mars 2020), elle risque de couper les ailes à un secteur en pleine recomposition moins de deux ans après la légalisation, estiment des experts s’exprimant dans une dépêche AFP

Par crainte de pénuries ou pour gérer leur stress, les Canadiens se sont rués pendant le confinement vers les magasins et les sites de cannabis. Les ventes ont augmenté de près de 20 % en mars et en avril, selon Statistique Canada.

« La Covid-19 a eu un effet positif sur le marché légal. On a vu un certain transfert du marché noir vers le marché légal » explique à l’AFP Bradley Poulos, un expert du secteur qui enseigne à l’université Ryerson de Toronto.

•• Le coronavirus est pourtant survenu au pire moment pour cette jeune industrie déjà confrontée à « son lot de défis », notamment des problèmes de rentabilité, un an et demi après que le Canada est devenu le deuxième pays après l’Uruguay à le légaliser, ajoute-t-il (voir 2 janvier).

La décision avait fait naître une toute nouvelle économie. Pionniers, les Canadiens s’y sont imposés parmi les leaders, se développant à l’étranger, notamment en Europe, vue comme un futur grand marché du cannabis médical. Le monde de la finance leur a aussi ouvert les bras et de nombreuses sociétés se sont cotées sur les Bourses de Toronto et New York.

•• Mais l’euphorie est vite retombée. Entre les projections trop optimistes, des problèmes de gestion et les ratés dans la commercialisation, le secteur s’est retrouvé en surcapacité tandis que les sociétés ont accumulé les pertes et ont vu leur valorisation boursière dégringoler (voir 13 juillet et 12 avril 2019).

« La capacité du marché légal à concurrencer le marché noir a été entravée par un certain nombre de règles gouvernementales » analyse Richard Carleton, PDG de la Canadian Securities Exchange, la bourse qui cote environ 175 sociétés de cannabis canadiennes et américaines. Les restrictions en termes de publicités et le très lent déploiement des boutiques physiques ont notamment pesé sur les performances de l’industrie, dit-il. Lire la suite »

29 Juin 2020 | International, Observatoire
 

Les produits de vapotage, les topiques (huiles, lotions, boules), les concentrés et les produits comestibles de cannabis – y compris les bonbons en gélatine et les chocolats – ne sont vendus dans les magasins de la Société ontarienne du Cannabis (SOC) que depuis janvier. Et les boissons ne le sont que depuis mars. 

Malgré tout, les ventes de ces produits totalisaient environ 19,3 millions de dollars en Ontario (province la plus peuplée du Canada, 13,5 millions d’habitants) à la fin mars 2020, indique La Presse canadienne. Lire la suite »

28 Juin 2020 | Trafic
 

Prise en chasse par les gendarmes, en décembre 2019 dans le pays de Bray, la voiture d’un suspect avait conduit les enquêteurs à un trafic de cigarettes et de cannabis. qu’ils suspectaient déjà (voir 21 décembre 2019). Épilogue. Les deux prévenus sont passés devant le Tribunal de Dieppe ce 15 juin.

Dans le véhicule pris en chasse, les gendarmes avaient déniché 50 cartouches de Marlboro.

Puis, les perquisitions avaient permis de mettre la main sur 2 kilos de résine de cannabis et tout l’attirail du dealer (balance de précision, sachets de conditionnement), mais aussi un peu plus de 6 000 euros en petites coupures. Lire la suite »

25 Juin 2020 | Trafic
 

Décidément le quartier de Fontbarlettes à Valence (voir 7 juin) …

Décidément le mix trafic de cigarettes de cannabis (voir 16 janvier) …

Dimanche 21 juin, les policiers de la Brigade anti-Criminalité  (Bac) contrôlent trois individus circulant à bord d’un véhicule quittant le quartier de Fontbarlettes, à Valence.

Dans la sacoche d’un occupant de la voiture, les policiers vont découvrir 300 grammes de résine de cannabis. Poursuivant leurs vérifications, ils vont encore retrouver 80 paquets de cigarettes dans la voiture.

Interpellés, les trois occupants du véhicule, domiciliés à Romans-sur-Isère et Bourg-en-Bresse, auraient reconnu les faits lors de leur garde à vue. Laissés libres, ils font l’objet d’une Comparaison sur Reconnaissance préalable de Culpabilité (CRPC) – le « plaider coupable » – devant le Tribunal au mois d’octobre.

21 Juin 2020 | Observatoire
 

« Après la crise du Covid-19, il faut légaliser le cannabis, vite ! », réclament une vingtaine d’élus de tous bords, dont quelques députés LREM ainsi que des médecins, dans une tribune diffusée jeudi sur le site de L’Obs

Ce texte fait suite à une proposition de loi déposée l’été dernier par le député François-Michel Lambert (Libertés et territoires) et soutenue par quelques « marcheurs » comme Caroline Janvier, aux côtés de membres de LFI ou de socialistes (voir 7 juillet 2019). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Cannabis : des élus remontent au créneau sur la légalisation … pour des motifs économiques  
17 Juin 2020 | Observatoire
 

Les consommateurs de stupéfiants à Reims, Rennes, Créteil et Boissy-Saint-Léger sont punis, depuis ce mardi 15 juin, d’une amende forfaitaire de 200 euros.

C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron … l’amende forfaitaire – à laquelle seules les personnes majeures seront soumises – a été votée par le Parlement (voir 24 novembre 2018) et s’ajoute à l’arsenal législatif existant.

•• Présentée comme l’un des outils du plan antidrogue lancé par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner en septembre 2019, elle entend plus spécifiquement en finir avec la « dépénalisation de fait » du cannabis et apporter « une réponse pénale plus rapide et plus ferme et plus systématique ».

•• Cette nouvelle procédure, qui s’applique à toutes les drogues – mais vise d’abord les usagers de cannabis – doit être étendue à Lille et Marseille à la mi-juillet avant de concerner progressivement toute la France métropolitaine.

L’amende, si elle est réglée sous quinze jours, est minorée à 150 euros. Au-delà de 45 jours, le contrevenant devra s’acquitter d’une majoration fixée à 450 euros. Voir aussi 2 mai 2020

 Commentaires fermés sur Cannabis : quatre villes mettent à l’essai l’amende à 200 euros  
17 Juin 2020 | Observatoire
 

L’Agence nationale de Sécurité du Médicament a indiqué que l’expérimentation du cannabis thérapeutique en France qui devait débuter en septembre (voir 24 janvier) est reportée « au plus tard en janvier », en raison de la pandémie de coronavirus.

En dépit de ce report, dû à la mobilisation requise par le Covid-19, les travaux pour sa prochaine mise en place se sont poursuivis, souligne-t-elle.

•• Ces derniers portent notamment : sur la conception du registre national électronique de suivi des patients inclus dans l’expérimentation; le cahier des charges pour la sélection des futurs fournisseurs et distributeurs des médicaments à base de cannabis qui seront utilisés ; l’élaboration de la plateforme de formation des professionnels de santé, qui doit être opérationnelle en décembre; et enfin sur la liste des centres experts volontaires qui incluront les patients.

•• L’expérimentation doit être menée dans plusieurs centres hospitaliers en France, en particulier des centres de référence pour les pathologies concernées.

14 Juin 2020 | Observatoire
 

Un père et ses deux fils avaient dû fermer leur boutique de produits à base de CBD, après deux perquisitions l’an dernier (voir 25 avril et 13 février 2019). Considérés comme coupables de « trafic de stupéfiants », ils comparaissaient devant le Tribunal judiciaire du Mans ce vendredi 12 juin.

Basée à Caen, leur société Sa-Tea-Va a créé des boutiques à Nantes, Lisieux, Angers et Le Mans. « Les seules où on a eu des problèmes, c’est Angers et Le Mans » s’est énervé à la barre le père, passablement échaudé par la politique pénale plus tranchée de ces parquets, un procès étant également prévu concernant la boutique angevine. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur CBD : « le débat, c’est que ces plantes sont commercialisées, alors que c’est interdit » (Procureure du Mans)  
14 Juin 2020 | International, Observatoire
 

Les Pays-Bas s’apprêtent à mener une expérience à grande échelle, visant à mesurer les effets de la culture du cannabis sur la criminalité, la sécurité, les troubles à l’ordre public et la santé.

À cette fin, des cultivateurs de cannabis pourront postuler, du 1er au 28 juillet, auprès du gouvernement pour approvisionner légalement les célèbres »coffee shops » du pays, a annoncé le ministère de la Santé. En 2018, dix municipalités avaient déjà été autorisées à cultiver légalement le cannabis.

•• Le Gouvernement hollandais prévoit environ six mois pour sélectionner dix producteurs selon des critères précis : le projet d’un candidat doit notamment prévoir la production d’au minimum 6 500 kilos de chanvre sec et un éventail de dix variétés différentes de chanvre ou de haschich.

•• Selon ce plan, qui a reçu l’aval du Conseil d’État, les municipalités concernées vont superviser sur plusieurs années la culture de cannabis et sa distribution aux « coffee shops » qui pourront le vendre aux clients.

•• Rappelons que le Pays-Bas ont décriminalisé la vente de petites quantités de cannabis – moins de cinq grammes – en 1976 et la loi autorise chaque citoyen à cultiver légalement cinq plants de cannabis pour son usage personnel. Mais la culture et la vente en gros de cannabis demeuraient interdites ; ce qui incitait les centaines de propriétaires des « coffee shops » à s’approvisionner auprès du crime organisé pour satisfaire la demande.

 Commentaires fermés sur Pays-Bas : l’État recrute des cultivateurs de cannabis   
11 Juin 2020 | Observatoire
 

Un ressortissant français a été convoqué devant le tribunal correctionnel d’Albertville vendredi 5 juin. Gérant d’une société italienne spécialisée dans la vente de produits à base de CBD, il était poursuivi pour « importation, de transport et de détention de stupéfiants ».

Le 4 janvier 2019, les équipes douanières, en opération de contrôle routier à la barrière de péage de Saint-Michel-de-Maurienne, interceptaient un véhicule provenant d’Italie.

À son bord, le chien renifleur des agents détectait rapidement une substance s’apparentant à de l’herbe de cannabis d’un poids de 622 grammes. Soumis pour analyse au laboratoire de la Douane, le produit suspect se révélait positif au THC. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur CBD : huit mois avec sursis pour « importation et vente de stupéfiants » … encore un jugement polémique  ,