Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Fév 2017 | Pression normative
 

Avec son grand article sur la proposition, issue d’un rapport parlementaire, d’un contrôle d’identité obligatoire pour tout acheteur de jeux (voir Lmdt du 18 février), Le Parisien / Aujourd’hui en France a publié déjà plusieurs réactions :

• Pascal Montredon (président de la Confédération des buralistes) : « c’est très délicat, on a le même problème avec la vente de tabac. C’est à l’appréciation du buraliste. Mais il faut arrêter de nous faire de mauvais procès. On est aussi des pères et mères de famille, on n’a pas envie de pousser des gamins à jouer ».

Il affirme n’être « ni favorable ni défavorable » au contrôle des papiers. « Ce qui nous inquiète le plus, c’est le supplément de travail. S’il y a un jour obligation d’identification, il faut que ce soit rapide et non une contrainte supplémentaire ».

• Xavier Hürstel (PDG du PMU) : « Quand je vois l’ensemble des jeux en France : casino, grattage, Loto, paris hippiques ou sportifs, le fait de demander à ces millions de Français qui y jouent une pièce d’identité me semble utopique »

En plus d’ être « peu envisageable », la mesure « aurait en plus un effet complètement dissuasif sur le jeu d’argent, auquel on joue avec une certaine discrétion. L’impact de cette mesure serait totalement néfaste pour l’ensemble de la filière hippique.

« Je soutiens en revanche le fait de pouvoir identifier les clients à condition de leur proposer des services. Le développement des jeux sur compte dans les points de vente permet aussi d’avoir plus de traçabilité pour lutter contre le jeu excessif, contre la fraude et le blanchiment. C’est pour cela que nous poussons au maximum nos clients à prendre une carte MyPMU (…) Fin 2016, 220 000 clients l’avaient adoptée ».

• Au Tabac de la Mairie à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).
• « Je suis contre. Si c’est le cas, plus personne n’aura envie de jouer après (…) Je ne vois pas pourquoi on rentrerait comme ça dans mon intimité » (un client).
• « Les clients tiennent à leur liberté. Ça va les emmerder. Et puis, tous n’ont pas leurs papiers sur eux » (le buraliste).
• « S’il faut le faire, je le ferai. Mais bon, on voit bien quand même que je suis majeure. Mais si le dispositif s’avère contraignant, eh bien, c’est très simple, je n’achèterai plus » (une cliente septuagénaire).

• Au bar-tabac La Renaissance (Paris – 18 ème).
• « Il y a trop de moralisateurs cravatés en France. Jouer, ce n’est pas un délit, pas un crime. Il y a bien d’autres choses prioritaires à régler dans le pays » (un client).

Par ailleurs, parmi les réactions reçues de lecteurs, nous détachons cette analyse laconique d’un buraliste de l’Indre :
« 1- Je me mets les politiques dans la poche avec le rapport parlementaire.
« 2- Je lance la polémique en culpabilisant le réseau physique.
« 3- Je fais des tests dans les points de vente FDJ  et récupère l’identité des joueurs majeurs.
« 4- J’achète un bon nombre de fichiers Internet.
« 5- Je croise toutes ces données informatiques.
« 6- J’envoie des offres dématérialisées sur les mobiles et mails.
« 7- Je propose le paiement par mobiles.
« 8- Le tour est joué, plus besoin du réseau des buralistes.

18 Fév 2017 | Pression normative
 

Dans l’article consacré par le Parisien / Aujourd’hui en France de ce samedi 18 février à l’éventualité – proposée par un rapport parlementaire (voir Lmdt du 9 février 2017) – d’une identification obligatoire de tout acheteur de jeux, il est évoqué d’emblée un test de la Française des Jeux que nous avons déjà annoncé ici même (voir Lmdt du 20 janvier 2017). Extraits de l’article :

• Dès le mois prochain, à l’occasion d’une expérimentation dans une centaine de points de vente FDJ dans l’Hexagone, les fans des scores devront présenter une pièce d’identité au détaillant s’ils veulent pouvoir ouvrir un compte joueur et bénéficier ainsi d’une offre de paris sportifs événementiels. « Cela ne concernera qu’un petit nombre limité de sports et de compétitions », précise-t-on au sein de l’entreprise publique.

• L’initiative vise à lutter contre le jeu des mineurs friands de pronostics, mais aussi contre le blanchiment d’argent en repérant mieux les transactions suspectes. Et à alerter les accros sombrant dans le « jeu pathologique ». En la matière, les paris sportifs FDJ, en croissance de 11 % en 2016 et séduisant 3,5 millions de fidèles, sont les produits « les plus sensibles », avec une mise moyenne hebdomadaire par client de 14 euros. Lire la suite »

18 Fév 2017 | Pression normative
 

En Une et sur deux grandes pages, Le Parisien / Aujourd’hui en France de ce samedi 18 février revient sur le rapport de deux parlementaires demandant l’identification obligatoire de tout acheteur de jeux (voir Lmdt du 9 février).

Vaste sujet … mais dans l’air du temps. Et qui devrait faire l’objet de pas mal de reprises dans d’autres médias.

Nous allons revenir tant sur l’article que sur les réactions qu’il ne va pas manquer de susciter.

Et sur les réflexions qu’il suggère.

À suivre.

18 Fév 2017 | Profession
 

À Chaumont (Haute-Marne), ils sont onze buralistes (tabac-presse-jeux) à voir, sans cesse, leur profession malmenée. Mais ils font face et parviennent à préserver leur activité.

« Nous avançons dans le métier mais je ne sais pas à combien et comment nous serons demain », déclare Patrick Laumont (président de la chambre syndicale des buralistes de Haute-Marne) dans Le Journal de la Haute-Marne, à quelques jours de la hausse du prix du tabac à rouler (voir Lmdt des 2 février et 31 janvier).

La seule certitude dans cette ville de 23 000 habitants : un seul bureau de tabac a fermé dans les dix ans qui viennent de s’écouler. « Sans attendre des compensations de l’État, les professionnels ont su trouver des diversifications comme les cigarettes électroniques, la fabrication de clés ou même la maroquinerie. Et surtout, Chaumont, en tant que ville moyenne, possède un nombre « raisonnable » de bureaux de tabac » assure le quotidien. Lire la suite »

16 Fév 2017 | Profession
 

Une importante réunion s’est tenue, ce mercredi 15 février, entre Stéphane Pallez (PDG de la Française des Jeux), Pascal Montredon (président de la Confédération), Daniel Panetto (président de l’UNDP / diffuseurs de presse) et leurs équipes respectives.

Comme annoncé par Christian Eckert à l’Assemblée nationale (voir Lmdt du 15 février).

Il en ressort, notamment, qu’une nouvelle procédure va être adoptée pour le fonctionnement des comités tripartites locaux chargés d’examiner les nouvelles implantations jeux.

Avec le principe de deux réunions par an, la mise en place d’un ordre du jour préalable, un allongement des délais pour permettre d’examiner les éventualités de transferts et créations ainsi qu’un mode de reporting normalisé.

Le fonctionnement de ces comités avait posé problèmes, ces derniers temps (voir Lmdt des 15 et 18 janvier).

15 Fév 2017 | Profession
 

Lors de la séance des questions au Gouvernement de ce mercredi 15 février, le député Yves Albarello (LR, Seine-et-Marne) a relayé les fortes inquiétudes des buralistes suite au rapport annuel de la Cour des comptes mettant en cause le monopole de la vente du tabac (voir Lmdt du 8 février).

•• Yves Albarello : « … Monsieur le Premier Ministre, ma question est double : pouvez-vous confirmer devant la représentation nationale qu’il n’est pas dans les intentions de votre Gouvernement de revenir sur le Protocole d’accord signé le 15 novembre ? 

Ma deuxième question, pouvez-vous aussi nous confirmer qu’il n’est pas envisagé de modifier l’équilibre des relations entre l’administration et le réseau des buralistes dont l’existence même apporte à l’État les meilleures garanties pour la distribution règlementée d’un produit aussi sensible qu’est le tabac ? ». 

•• Réponse de Christian Eckert : « C’est bizarre l’interprétation qui peut être faite différemment sur vos bancs des conclusions de la Cour des comptes … Ma réponse sera double.

« Premièrement, est-ce que l’État a l’intention de remettre en cause le Protocole que j’ai signé avec Pascal Montredon, il y a quelques mois ? Bien sûr que non. Vous l’avez dit vous-même, ce Protocole a, bien avant le rapport de la Cour des comptes et grâce à une relation constructive que nous avons pu avoir, par avance répondu aux critiques de la Cour en ciblant mieux les aides sur les secteurs en difficulté, en insistant sur une nécessaire modernisation des installations et en accompagnant les mutations nécessaires dans cette profession. Les décrets … Je vais vous faire une confidence, j’ai vu le président Montredon lundi soir et nous avons encore travaillé un tout petit peu sur quelques détails. Les décrets d’application vont sortir dans les prochains jours.

« Sur votre deuxième question, à savoir quelle est la relation avec les buralistes. Je viens de vous le dire, lundi soir nous avons évoqué les questions relatives à leur relation avec la Française des Jeux. Il ne vous a pas échappé que la Française des Jeux a pour actionnaire majoritaire l’Etat. Là encore, nous avons travaillé sur l’implantation des nouveaux réseaux de distribution de la Française des Jeux.

« Et je vais vous faire une seconde confidence. J’ai eu la présidente, Stéphane Pallez, à midi au téléphone et elle rencontre cet après-midi le président de la Confédération des buralistes.

« Donc, oui, les relations sont constructives. Elles sont exigeantes sur des sujets délicats. Mais crois que tout le monde reconnaît que le réseau évolue favorablement ».

14 Fév 2017 | Profession
 

« Nous ne serons pas victimes d’un plan d’éradication mis en place par une caste qui rejette toute forme de pluralisme … ». Cette déclaration de Jacky Révillé (président de la chambre syndicale des buralistes de Charente-Maritime et administrateur de la Confédération), qui tenait son assemblée générale ce dimanche 12 février, résume l’état d’esprit face à l’accumulation des contraintes : de la gestion compliquée du paquet neutre aux pressions sur le monopole des buralistes (voir Lmdt du 8 février). 

• À cette même assemblée générale, son collègue de Saintes et secrétaire général, José Savariego, a qualifié carrément « d’ayatollahs de la santé » tous ceux qui souhaitent « nous clouer au pilori » : certains élus, notamment, et les journalistes qui vantent le plan santé de la ministre Marisol Touraine également. Il fustige les bien-pensants alors que « les blondes de contrebande inondent le marché ». Lire la suite »

13 Fév 2017 | Profession
 

Avant le lancement de la nouvelle formule du Loto, début mars, la Française des Jeux propose, ce lundi 13 février, un Loto au Jackpot Boosté de 10 millions d’euros à l’occasion de la Saint-Valentin.

C’est le sixième Loto Jackpot Boosté édité pour la fête des amoureux, le précédent ayant été gagné le soir du tirage du 13 février 2016, à La Réunion (Le Tampon) avec 10 millions de gain. C’est également le second événement Loto de l’année : à l’occasion du vendredi 13 janvier, un ticket de Rozérieulles (Moselle) avait remporté 18 millions d’euros au bout du 6ème tirage.

Pour la Saint-Valentin, la FDJ propose également (depuis le 6 février), à 21 millions d’exemplaires, trois nouveaux tickets à gratter Banco sur des thèmes n’étant pas sans rappeler les relations entre les buralistes et leur opérateur de jeux : « Amour Vache », « Amour Piquant », « Amour Tendre » …

Le prochain Jackpot Boosté fêtera la nouvelle formule du Loto.

À suivre.

13 Fév 2017 | L'essentiel, Profession
 

Entre Cour des Comptes … et cendriers

• Nouvelle polémique sur les buralistes – avec, cette fois, une remise en cause de l’organisation du mode de distribution du tabac en France – suite à la sortie du rapport annuel de la Cour des Comptes (voir Lmdt du 8 février). Avec de vifs échanges par voie de presse (voir Lmdt du 10 février).

Autre polémique qui continue :  la suppression arbitraire de certaines marques. On devait apprendre ainsi que STG (Scandinavian Tobacco/Café Crème) faisait appel de la décision (voir Lmdt du 10 février).

Tout cela sur fond de divergences d’interprétation des chiffres du marché du tabac en janvier (voir Lmdt du 7 février). Lire la suite »

9 Fév 2017 | Profession
 

« Loto, PMU … vers la fin de l’anonymat des joueurs ? » titre Le Monde dans son édition datée du 9 février.

En effet, ce mercredi 8 février, le Comité d’évaluation et de contrôle de l’Assemblée nationale a auditionné les députés Régis Juanico (PS, Loire) et Jacques Myard (LR, Yvelines / voir Lmdt du 9 octobre 2015), co-auteurs d’un rapport d’évaluation de la régulation des jeux d’argent et de hasard.

À propos des questions de lutte contre le blanchiment, Régis Juanico a déclaré textuellement : « nous proposons de soumettre l’autorisation de gérer un point de vente de la FDJ aux résultats d’une enquête administrative, conformément à la procédure applicable pour les points de vente PMU.

« Sur le même sujet, il faut aussi mieux identifier les clients et nous proposons de soumettre les opérations de jeu à la lecture automatisée d’un document d’identité ».

À suivre (voir aussi Lmdt du 20 janvier 2017).

 Commentaires fermés sur FDJ / PMU : des parlementaires demandent l’identification systématique de tous les joueurs  ,