Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Mar 2017 | Pression normative
 

On sait que Marisol Touraine a annoncé le lancement de son opération « Ma terrasse sans tabac ». Initiative qui a été immédiatement rebaptisée dans les milieux professionnels sous le nom de « Ma terrasse sans clients » (voir Lmdt du 22 mars).

À ce propos, l’UMIH tient à faire savoir que contrairement à ce qu’affirme le ministère de la Santé (« les représentants des professionnels de l’hôtellerie, de la restauration et des débits de boissons ont été étroitement associés à ce dispositif »), elle n’a pas été associée à cette opération. En fait.

« L’UMIH avait été informée en 2013 de cette initiative, sans participation depuis cette date. L’UMIH défend plutôt la liberté du chef d’entreprise, dans une démarche volontaire, de proposer s’il le souhaite des terrasses non-fumeurs ».

24 Mar 2017 | International
 

Et si, en matière de lutte contre le tabagisme, l’exemple à suivre était la Grande-Bretagne ? En tout cas, les résultats obtenus outre-Manche – 17 % d’adultes fumeurs contre environ 30 % en France – font pâlir d’envie nombre de tabacologues français, selon une enquête de La Croix du mercredi 22 mars.

Outre la politique d’augmentation des prix (200 % entre 1992 et 2011), mais la recette du succès britannique se trouve surtout dans une politique globale associant répression, prévention et aide à l’arrêt.

•• Comme en France, l’interdiction de fumer dans les lieux publics a été instaurée en 2007. Elle concerne pratiquement tous les espaces fermés et les lieux de travail, y compris les pubs, les moyens de transport publics et les véhicules utilisés par plus d’une personne. Les sanctions peuvent aller de 200 livres pour le contrevenant à 2 500 livres pour le responsable du site où l’infraction a été commise. Lire la suite »

23 Mar 2017 | Pression normative
 

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a lancé, ce mercredi 23 mai, l’opération « Ma terrasse sans tabac » qui va permettre de savoir quels sont les cafés et restaurants disposant de terrasses, totalement ou partiellement, sans tabac.

Ce « dispositif inédit, auquel les représentants des professionnels de l’hôtellerie, de la restauration et des débits de boissons ont été étroitement associés, doit permettre aux Français d’identifier les terrasses qui proposent des espaces totalement ou partiellement libérés de la fumée », précise son ministère dans un communiqué repris par l’AFP.

• L’opération s’appuie sur une charte signée par les cafetiers et restaurateurs. Les établissements signataires sont référencés gratuitement sur le site materrassesanstabac.com et sur l’application mobile disponible sur Apple Store et à partir du 23 mars sur Google Play. Lire la suite »

22 Mar 2017 | Pression normative
 

Le parc Olry avait été choisi l’an passé pour expérimenter une première zone sans tabac (voir Lmdt du 16 mars 2016).

Ce dispositif est étendu, depuis ce mardi 21 mars, dans deux autres parcs de la ville : plus de 6 300 mètres carrés à « Sainte Marie », autour de l’aire de jeu et du terrain de sport, ainsi que l’ensemble de « Charles III ».

Les contrevenants pourront être verbalisés, annonce la municipalité. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Il n’y a pas de mégots sans fumeurs » : Nancy développe les zones sans tabac  ,
 

Dans une dépêche du 10 mars, l’AFP revient sur l’adaptation de la réglementation anti-tabac à la perspective des JO de 2020 (voir Lmdt du 11 février), même si l’actualité nippone est surtout consacrée, en réalité, au sixième anniversaire de la catastrophe nucléaire de Fukushima, aux nombreuses stigmates. Extraits.

Dans les rues de Tokyo, peu se hasardent à en griller une en pleine rue. En revanche, la ville grouille de restaurants enfumés, faisant du Japon un des pays développés les plus à la traîne en la matière. Mais à l’approche des jeux Olympiques de 2020, le gouvernement veut durcir la législation.

•• Le ministère de la Santé prévoit de soumettre au Parlement d’ici juin un texte instaurant l’interdiction de fumer dans les établissements publics (hôpitaux, universités, écoles…) et les restaurants, avec une amende conséquente en cas de non-respect (300 000 yens, ou 2 460 euros). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Japon : les JO comme levier de la politique anti-tabac ?  ,
23 Fév 2017 | Associations
 

La Cour de cassation a annulé, ce mardi 21 février, la condamnation de la chaîne de télévision Paris Première pour publicité illicite en faveur du tabac, selon une décision consultée mercredi par l’AFP (voir Lmdt du 23 novembre 2015).

• Dans « Rive droite », programme diffusé en seconde partie de soirée, une brochette d’invités dînaient dans l’appartement de Guillaume Durand et devisaient sur l’actualité.

Autour de la table dans l’émission du 9 novembre 2011, plusieurs invités, dont l’actrice Virginie Efira, le chanteur Benjamin Biolay ou le journaliste Philippe Tesson, fument.

• L’association Droits des non-fumeurs (DNF) avait attaqué en justice. Déboutée en première instance, DNF avait gagné en appel : fin novembre 2015, Paris Première, M6 Web et Métropole télévision ont été condamnés solidairement à verser à l’association 10 000 euros de dommages et intérêts.

Ils avaient alors saisi la Cour de cassation, qui leur a donné gain de cause.

« Le seul fait de montrer des personnes dans une émission en train de fumer ne constitue pas une publicité en faveur du tabac », a jugé la Cour de cassation. La haute juridiction a donc purement et simplement annulé la condamnation, mettant un terme définitif à cette affaire devant la justice française.

 

On ne pourra utiliser le produit de nouvelle génération iQOS, de Philip Morris International, dans « tout lieu public couvert et fermé » du canton de Vaud.

Cette décision fait suite à l’interpellation de la députée suisse Fabienne Freymond Cantone s’inquiétant de la prochaine ouverture, dans un quartier branché de Lausanne, d’un « flagship store », sur trois étages, comprenant un grand espace de présentation et de vente de l’iQOS, un café-restaurant et un espace événementiel (voir Lmdt des 10 octobre 2016 et 10 février 2017). 

Le Conseil d’État du canton de Vaud (le gouvernement du canton) a tranché « par mesure de précaution et en l’absence d’une étude complète sur le dispositif de tabac chauffé ».

• En préambule à son annonce, le Conseil a quand même salué « toute stratégie du type de celle concernée par le projet iQOS visant à substituer la consommation de cigarettes par des produits dont la nocivité, si elle ne peut être exclue, est en tout cas notablement moindre ». Néanmoins, toujours selon le Conseil d’État, l’iQOS s’apparente à un produit du tabac, contrairement à la cigarette électronique, et il y a donc application de la loi sur le tabagisme passif. De plus, comme pour tout produit du tabac, aucune publicité de l’iQOS ne doit être présente sur le domaine public (ni dans le domaine privé dès lors qu’il est visible depuis l’espace public).

• Appelé à se prononcer sur la stratégie poursuivie par Philip Morris avec l’iQOS, le Conseil d’État a estimé que « dans la mesure où cette offre est conçue comme un produit de substitution à la cigarette, et que ce dernier a pour but de réduire la toxicité des produits consommés, il suit avec intérêt les développements de l’industrie dans ce domaine. Il en irait autrement s’il s’agissait essentiellement de capter de nouveaux consommateurs ».

13 Fév 2017 | Profession
 

Entre Cour des Comptes … et cendriers

• Nouvelle polémique sur les buralistes – avec, cette fois, une remise en cause de l’organisation du mode de distribution du tabac en France – suite à la sortie du rapport annuel de la Cour des Comptes (voir Lmdt du 8 février). Avec de vifs échanges par voie de presse (voir Lmdt du 10 février).

Autre polémique qui continue :  la suppression arbitraire de certaines marques. On devait apprendre ainsi que STG (Scandinavian Tobacco/Café Crème) faisait appel de la décision (voir Lmdt du 10 février).

Tout cela sur fond de divergences d’interprétation des chiffres du marché du tabac en janvier (voir Lmdt du 7 février). Lire la suite »

11 Fév 2017 | International
 

Nous sommes au Japon … Dans le cadre de la préparation des Jeux Olympiques et Paralympiques organisés en 2020 à Tokyo, le gouvernement devait renforcer sa législation sur l’interdiction de fumer dans les lieux accueillant du public.

Mais, le ministère de la Santé a décidé d’écouter les professionnels de la restauration et envisage de soumettre quelques modifications au projet de loi. Il en ressort quelques dérogations …

• L’une consisterait à permettre de fumer dans les bars et boîtes de nuit dans un espace dédié ne dépassant pas les 30 mètres carrés et ventilé (à condition qu’un panneau soit affiché à l’entrée précisant que fumer est autorisé à l’intérieur).

• L’autre serait d’autoriser de fumer à l’intérieur des petits restaurants servant de l’alcool. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Japon : tolérance relative pour les fumeurs  ,
10 Fév 2017 | Pression normative
 

On sait que la marque emblématique « Café Crème » est directement concernée par l’interdiction surprenante et arbitraire de certains noms des produits du tabac par le ministère de la Santé. En « sur-transposant » l’article 13 de la directive Tabac européenne (voir Lmdt des 3, 5 et 6 février). 

Et en créant, au passage, un nouvel avantage concurrentiel pour les pays frontaliers.

À cette occasion, François Sehpossian (Directeur général de STG / Scandinavian Tobacco Group en France) a adressé un message à ses clients et partenaires, les buralistes. Extraits :

« Les autorités françaises ont annoncé le jeudi 2 février l’interdiction de l’utilisation du nom Café Crème pour la vente de cigares en France à compter du 2 février 2018. Ainsi, la vente des produits Café Crème est autorisée pendant toute l’année 2017.

« STG trouve cette décision (d’interdiction / ndlr) injustifiée et disproportionnée et a par conséquent décidé de faire appel.

« L’interdiction ne concerne que le nom Café Crème. Les autres actifs connus de la marque comme le logo, le design, les couleurs, le type d’emballage, etc. ne sont pas concernés et peuvent encore être utilisés.

« STG reste totalement déterminé à continuer d’offrir l’essence de la marque Café Crème aux fumeurs adultes en France ».