Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Mar 2020 | Profession
 

Le Losange de mars arrive chez les buralistes (voir 11 mars) accompagné d’un petit guide pratique et d’une affiche, conçus par l’atelier Vape de la Confédération.

Soit un résumé des informations à faire passer auprès des clients sur l’arrêt de la vente des cigarettes et du tabac à rouler, à menthol, à partir du 20 mai en France et en Europe (voir 2, 20 et 30 janvier). Sachant que les cigarillos ne sont pas concernés.

•• Dans ce document, on apprend que le menthol représente :

8 % des ventes en volume de cigarettes en 2019
 soit 4,4 milliards d’unités livrées dans le réseau des buralistes en 2019
1 million de consommateurs/fumeurs adultes concernés.

De quoi mesurer l’importance du sujet.

•• D’autant que le « double enjeu » représenté par la fin du menthol y est décrit :

côté « approvisionnement » du point de vente, il n’y aura pas de reprise des références menthol non vendues, le 20 mai
il faudra que le buraliste soit capable de répondre aux sollicitations des consommateurs/fumeurs adultes qui poseront des questions sur des alternatives de moindre nocivité : vape, tabac à chauffer.

Sur ce point, ce guide-supplément au Losange apporte les réponses nécessaires.

20 Jan 2020 | L'essentiel, Profession
 

Le 20 mai 2020, un million de fumeurs en France seront concernés par le « menthol ban » sur les cigarettes (voir 2 janvier).

S’il est difficile de prévoir avec précision leur comportement, des buralistes engagés dans la vape, interrogés dans Le Losange de janvier (voir 6 janvier), assurent que les alternatives ne manquent pas.

•• « Les buralistes qui n’ont pas encore franchi le cap de la vape doivent absolument se tenir informés des prochaines évolutions du marché s’ils veulent convertir leurs fumeurs « mentholés ». Nous avons la chance unique de pouvoir orienter nos clients et les conserver dans nos établissements, sachons la saisir » assure Didier Gonin à Villeurbanne.

•• « Le premier conseil que je donnerai, c’est qu’il est primordial de préparer les clients dès maintenant à la fin du menthol. Il s’agit de leur donner l’information, d’engager la discussion vers les produits de substitution qui existent notamment en vape » complète Zed le buraliste (Paris 4ème et animateur d’un blog).

•• Oui mais conseiller quoi ? « Je procéderai selon la méthodologie que j’applique à tous mes clients : un rendez-vous personnalisé de 45 minutes afin de mesurer le seuil nicotinique du client, tester le matériel puis les différents e-liquides mentholés » précise Didier qui pense aussi que les systèmes fermés ou semi-ouverts et ceux proposés par les cigarettiers vont fortement mieux s’implanter sur le marché à partir de mai.

« De plus, c’est une vente plus rapide, facile … qui va correspondre à des fumeurs de menthol qui ne veulent pas « se prendre la tête » avec la vape ».

•• « Je vendrai indistinctement des systèmes ouverts et fermés en fonction du client, de son mode de vie et de son besoin nicotinique … » estime Zed.

« Du côté des saveurs à privilégier, il faudra naturellement avoir de la menthe verte plus subtile et de la menthe glaciale plus puissante … Il faudra aussi travailler sur les références qui combinent fruits et menthe … Ces dernières fonctionnent très bien dans le cadre d’un arrêt complet du tabac ».

 

Comme sur le Continent, le Royaume-Uni veut bannir les cigarettes et le tabac à rouler au menthol à partir du 20 mai (voir 2 janvier).

Mais ces derniers jours, le célèbre tabloïd The Sun (diffusé environ à 1,5 million d’exemplaires) a annoncé qu’Imperial Tobacco avait lancé sur le marché britannique des « cartes de saveur » destinées à aromatiser des cigarettes non-mentholées : Rizla Flavour Infusion cards.

Ces cartes (vendues l’équivalent d’une trentaine de centimes d’euro) sont appelées à être glissées dans les paquets de cigarettes ou les blagues de tabac et sont censées parfumer le tabac en une petite heure. Lire la suite »

3 Jan 2020 | E-cigarette, International
 

On savait bien qu’une décision politique et réglementaire majeure allait être prise sous le double effet de la crise sanitaire – pour mauvais usage de la cigarette électronique – connue par les États-Unis, l’automne dernier (voir 23 décembre 2019) et du phénomène préoccupant d’un nombre significatif d’ados vapoteurs.

Déjà, il y a eu cette généralisation à tout le pays de l’interdiction de la vente de tabac et de produits du vapotage aux moins de 21 ans (voir 20 décembre 2019).

•• Et c’est hier soir qu’a été annoncé ce qui filtrait déjà dans les médias (voir 2 janvier). Soit l’interdiction, à partir de février, d’un certain nombre d’arômes mais uniquement pour les systèmes fermés, avec cartouches scellées, de type pod : à l’exception des arômes tabac et menthol qui restent autorisés sur pods.

On notera donc que la FDA (Food and Drug Administration) accepte toujours les arômes de toute nature sur les systèmes ouverts.

•• Nous reviendrons sur les réactions suscitées déjà par cette décision, dans le contexte particulier des usages de consommation et de la politique aux USA, mais on relèvera que le leader Juul avait déjà anticipé cette évolution : en stoppant la vente de ses « pods » fruits, crème, concombre, etc. l’automne dernier.

Et en ne maintenant que trois arômes : deux au tabac et un au menthol (voir 8 novembre 2019).

2 Jan 2020 | E-cigarette, International
 

Selon les informations du New York Times de ce 31 décembre, confirmées par celles du Wall Street Journal, l’administration de Trump devrait bientôt annoncer l’interdiction de vente des e-cigarettes (à système fermé) aux goûts fruités.

Ne seraient pas concernés les saveurs tabac et menthol ainsi que l’ensemble des e-liquides (utilisés pour les dispositifs à « système ouvert »).

L’interdiction des produits fruités provient à l’origine d’une volonté de réduire l’utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes. L’âge légal d’achat vient d’être fixé à 21 ans (voir 20 décembre). Lire la suite »

2 Jan 2020 | Pression normative
 

Ce sera l’un des enjeux majeurs d’une année 2020 qui verra, par ailleurs, l’arrivée du paquet à 10 euros : la disparition totale, dans les linéaires, des produits (cigarettes et tabac à rouler) dits « menthol ». À partir du mercredi 20 mai (veille du jeudi de l’Ascension).

Ceci, en vertu de la directive Tabac européenne de 2014 (celle correspondant à la taille actuelle des avertissements sanitaires / voir 3 juin 2015 et 5 mai 2016). Laquelle a interdit les « arômes caractérisants » dans les cigarettes et les tabacs à rouler, à cette époque, mais a accordé un délai jusqu’au 20 mai 2020 au menthol.

Cette interdiction du menthol va par conséquent s’appliquer à tous les pays de l’Union européenne. Et donc aux pays qui nous sont frontaliers, mais à l’exception de la Suisse et Andorre. Lire la suite »

 

Depuis août 2019, l’Arabie saoudite est le premier pays du Moyen-Orient à avoir adopté les paquets neutres pour les produits de tabac.

Or depuis … un certain nombre de consommateurs auraient observé des modifications de saveurs. Des réactions suffisamment fortes pour que les autorités se sentent obligées de réagir.

Selon Saudi Gazette, la Food and Drug Authority locale et le ministère du Commerce d’Arabie Saoudite ont donc demandé aux fabricants de livrer toute information sur d’éventuelles modifications de composants des cigarettes depuis la mise en place du paquet neutre. Lire la suite »

 

Dans le numéro de novembre du Losange, le directeur marketing de BAT France, Javier Alvarez Ballespin, revient sur la façon dont le fabricant envisage la fin de la commercialisation des menthols, dans toute l’Union européenne, au 20 mai 2020.

Sur le marché du menthol en France ?

Javier Alvarez Ballespin : « En France, le menthol représente environ 8 % du volume total des ventes. Chez BAT, la part que représente le menthol dans notre portefeuille est plus importante et s’élève à environ 27 % de nos ventes totales (…)

Sur l’interdiction de la commercialisation des cigarettes mentholées dans l’Union européenne au 20 mai 2020 ?

• J. A. B. : « J’entends bien qu’il y a de l’appréhension chez nos clients (…) Et certaines peurs sont réelles, car cette réglementation s’appliquera à l’Union européenne et non à toute l’Europe. L’Andorre ou la Suisse, par exemple, continueront donc à commercialiser des produits mentholés (…)

« Il y a la possibilité d’offrir des solutions aux consommateurs en leur proposant, par exemple, de basculer vers un produit à moindre risque comme la cigarette électronique arôme menthe.

Sur les retours du Canada, premier pays à bannir le menthol des linéaires, en 2017 ?

J. A. B. : « Les études réalisées dans d’autres marchés, par exemple le Canada, nous enseignent qu’il y a en réalité très peu de fumeurs qui se désengagent totalement du tabac. Il faut également remarquer, que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les fumeurs de menthols ne s’orientent pas davantage vers une alternative light ou extra-light.

« Mais en tant que buraliste, ce qu’il faut garder en tête, c’est qu’à partir du 20 mai 2020 ces consommateurs adultes vont chercher à expérimenter d’autres produits et alternatives. »

19 Nov 2019 | E-cigarette, International
 

Donald Trump a apparemment renoncé à interdire les e-cigarettes aromatisées comme il l’avait promis, craignant que cela ne lui coûte des voix, ont rapporté deux journaux américains, annonce l’AFP.

Des conseillers l’auraient persuadé, sondages à l’appui, qu’interdire les versions aromatisées des cigarettes électroniques (à la menthe, au menthol …) lui nuirait dans les États les plus disputés de la présidentielle de novembre 2020, selon les éditions dominicales du Washington Post et du New York Times. Lire la suite »

8 Nov 2019 | E-cigarette, International
 

Devançant une décision imminente des autorités sanitaires, le leader des cigarettes électroniques aux États-Unis a annoncé jeudi l’arrêt de la vente des recharges aromatisées à la menthe, après la publication d’une étude montrant que c’était le goût préféré des lycéens américains, selon l’AFP.

Juul ne vend dorénavant que trois arômes : deux au tabac et un au menthol, qui est différent de la menthe. La société a cessé le mois dernier de vendre ses « pods » mangue, crème (autrefois nommée crème brûlée), fruits et concombre (voir 18 octobre). La décision ne concerne que les États-Unis, où un durcissement réglementaire est attendu prochainement. Lire la suite »