Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Août 2020 | Profession
 

Ouest France revient sur le différend qui oppose actuellement des fabricants de tabac sur le thème du menthol, suite à la publication d’ un article du Parisien / Aujourd’hui en France (voir 21 août).

« Des marques proposent toujours des produits contenant du menthol, la substance n’étant pas interdite formellement. La Direction générale de la Santé (DGS) aurait décidé d’ouvrir une enquête. »

À la lecture de ces informations, il revient à l’esprit de l’observateur avisé qu’il est difficile d’imaginer, dans le contexte du marché français , que des produits puissent être commercialisés depuis plusieurs mois sans être en conformité avec la loi. Gros imbroglio juridique ou vrai différend commercial ?

 Commentaires fermés sur « Certains géants du tabac contourneraient l’interdiction du menthol » (Ouest France)  ,
21 Août 2020 | Profession
 

Le fabricant de Lucky Strike et Dunhill accuse Japan Tobacco International (Camel, Winston…) de vendre des cigarettes mentholées, interdites depuis mai. Une enquête est ouverte, annonce un article de Mathieu Pelloli dans Le Parisien / Aujourd’hui en France de ce vendredi 21 août. Nous le reproduisons intégralement.

Les industriels du tabac n’ont-ils pas joué le jeu ? Plusieurs cigarettiers ont-ils contourné l’interdiction, entrée en vigueur le 20 mai, de proposer à la vente des cigarettes mentholées ? C’est ce que suspectent les pouvoirs publics. Selon nos informations, une enquête a été lancée par la Direction générale de la santé (DGS). « Les autorités ont déclenché pour la première fois la procédure prévue par le Code de la santé publique, qui concerne plusieurs fabricants », confirme la DGS. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Le torchon brûle entre deux géants du tabac » (Le Parisien / Aujourd’hui en France)  ,
12 Juil 2020 | Profession
 

La vente de cigarettes et de tabac à rouler au menthol est désormais interdite dans l’Union européenne (voir 2 et 20 janvier).

Mais les amateurs de cet arôme ont accès à des parades … selon un reportage de LCI du 9 juillet qui n’en manque pas une dans le genre poncif : il s’agirait d’une « nouvelle ruse » des cigarettiers.

•• Ainsi, une fumeuse était prête à mettre une croix sur le menthol quand « on lui a montré un nouveau produit : des petits cartons, aromatisés à la menthe, qu’on glisse dans le paquet, et qui vont ainsi parfumer les cigarettes de leur odeur.  « Cela coûte moins d’un euro. J’ai commencé, et ça fait très bien l’affaire », raconte-t-elle. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Menthol : quand un média découvre … les cartes aromatiques   
 

YouGouv, société spécialisée dans les sondages sur Internet, avait réalisé – cela remonte en février – un sondage anticipant sur le nouveau comportement des fumeurs de menthol (voir 20 et 2 janvier).

41 % des fumeurs avaient indiqué souhaiter continuer à fumer et se reporter sur des cigarettes non mentholées ;

11 % déclaraient vouloir essayer de trouver encore du menthol sur le marché parallèle ;

 en même temps, 62 % des fumeurs de cigarettes mentholées affirmaient être intéressés par une alternative dans la vape mais 23 % n’avaient aucune idée du produit pour lequel ils pourraient opter.D’où un besoin d’accompagnement et d’explications. Lire la suite »

7 Mai 2020 | Pression normative
 

On sait que les produits du tabac au menthol (cigarettes et tabac à rouler) seront interdits à la vente, dans toute l’Union européenne, à partir de ce 20 mai (voir 31 janvier et 14 avril). Y compris … au Royaume-Uni.

Simon Clark, le responsable de l’association de défense des fumeurs Forest (voir 7 et 17 mai 2016, 9 juin 2018), est monté,  ces derniers jours, au créneau des médias britanniques pour s’inquiéter de l’application de cette mesure dans le contexte sanitaire actuel.

« La pandémie du Covid-19 perturbe suffisamment notre vie quotidienne pour que cela ne soit pas le moment d’interdire un produit qu’ apprécient certains fumeurs. Dans le contexte actuel, cette interdiction va les affecter particulièrement. D’autant que nous pensons que beaucoup de fumeurs ignorent encore la mesure.

« Le gouvernement se consacre actuellement à des sujets beaucoup plus importants, et nous le comprenons, mais il ne peut imposer une interdiction à autant de consommateurs sans une campagne d’information préalable. »

14 Avr 2020 | Pression normative
 

La Confédération européenne des Détaillants de Tabac (CEDT) – présidée par l’autrichien Peter Schweinschwaller et dont Philippe Coy est vice-président (voir 31 janvier) – vient d’adresser un courrier à la DG Santé de la Commission européenne. 

Son objet : une demande de prolongation du délai au 20 mai, fixé pour l’entrée en vigueur de l’interdiction de vente des cigarettes et du tabac à rouler mentholés sur toute l’Union européenne (voir 2 janvier).

« Les buralistes européens ne pourront pas vendre la totalité de leur stock de produits, ayant un arôme caractérisant particulier, d’ici au 20 mai 2020 en raison de la baisse significative des ventes suite à la mise en œuvre des mesures de confinement » fait ressortir le courrier.

12 Mar 2020 | Profession
 

Le Losange de mars arrive chez les buralistes (voir 11 mars) accompagné d’un petit guide pratique et d’une affiche, conçus par l’atelier Vape de la Confédération.

Soit un résumé des informations à faire passer auprès des clients sur l’arrêt de la vente des cigarettes et du tabac à rouler, à menthol, à partir du 20 mai en France et en Europe (voir 2, 20 et 30 janvier). Sachant que les cigarillos ne sont pas concernés.

•• Dans ce document, on apprend que le menthol représente :

8 % des ventes en volume de cigarettes en 2019
 soit 4,4 milliards d’unités livrées dans le réseau des buralistes en 2019
1 million de consommateurs/fumeurs adultes concernés.

De quoi mesurer l’importance du sujet.

•• D’autant que le « double enjeu » représenté par la fin du menthol y est décrit :

côté « approvisionnement » du point de vente, il n’y aura pas de reprise des références menthol non vendues, le 20 mai
il faudra que le buraliste soit capable de répondre aux sollicitations des consommateurs/fumeurs adultes qui poseront des questions sur des alternatives de moindre nocivité : vape, tabac à chauffer.

Sur ce point, ce guide-supplément au Losange apporte les réponses nécessaires.

20 Jan 2020 | Profession
 

Le 20 mai 2020, un million de fumeurs en France seront concernés par le « menthol ban » sur les cigarettes (voir 2 janvier).

S’il est difficile de prévoir avec précision leur comportement, des buralistes engagés dans la vape, interrogés dans Le Losange de janvier (voir 6 janvier), assurent que les alternatives ne manquent pas.

•• « Les buralistes qui n’ont pas encore franchi le cap de la vape doivent absolument se tenir informés des prochaines évolutions du marché s’ils veulent convertir leurs fumeurs « mentholés ». Nous avons la chance unique de pouvoir orienter nos clients et les conserver dans nos établissements, sachons la saisir » assure Didier Gonin à Villeurbanne.

•• « Le premier conseil que je donnerai, c’est qu’il est primordial de préparer les clients dès maintenant à la fin du menthol. Il s’agit de leur donner l’information, d’engager la discussion vers les produits de substitution qui existent notamment en vape » complète Zed le buraliste (Paris 4ème et animateur d’un blog).

•• Oui mais conseiller quoi ? « Je procéderai selon la méthodologie que j’applique à tous mes clients : un rendez-vous personnalisé de 45 minutes afin de mesurer le seuil nicotinique du client, tester le matériel puis les différents e-liquides mentholés » précise Didier qui pense aussi que les systèmes fermés ou semi-ouverts et ceux proposés par les cigarettiers vont fortement mieux s’implanter sur le marché à partir de mai.

« De plus, c’est une vente plus rapide, facile … qui va correspondre à des fumeurs de menthol qui ne veulent pas « se prendre la tête » avec la vape ».

•• « Je vendrai indistinctement des systèmes ouverts et fermés en fonction du client, de son mode de vie et de son besoin nicotinique … » estime Zed.

« Du côté des saveurs à privilégier, il faudra naturellement avoir de la menthe verte plus subtile et de la menthe glaciale plus puissante … Il faudra aussi travailler sur les références qui combinent fruits et menthe … Ces dernières fonctionnent très bien dans le cadre d’un arrêt complet du tabac ».

 

Comme sur le Continent, le Royaume-Uni veut bannir les cigarettes et le tabac à rouler au menthol à partir du 20 mai (voir 2 janvier).

Mais ces derniers jours, le célèbre tabloïd The Sun (diffusé environ à 1,5 million d’exemplaires) a annoncé qu’Imperial Tobacco avait lancé sur le marché britannique des « cartes de saveur » destinées à aromatiser des cigarettes non-mentholées : Rizla Flavour Infusion cards.

Ces cartes (vendues l’équivalent d’une trentaine de centimes d’euro) sont appelées à être glissées dans les paquets de cigarettes ou les blagues de tabac et sont censées parfumer le tabac en une petite heure. Lire la suite »

3 Jan 2020 | International, Vapotage
 

On savait bien qu’une décision politique et réglementaire majeure allait être prise sous le double effet de la crise sanitaire – pour mauvais usage de la cigarette électronique – connue par les États-Unis, l’automne dernier (voir 23 décembre 2019) et du phénomène préoccupant d’un nombre significatif d’ados vapoteurs.

Déjà, il y a eu cette généralisation à tout le pays de l’interdiction de la vente de tabac et de produits du vapotage aux moins de 21 ans (voir 20 décembre 2019).

•• Et c’est hier soir qu’a été annoncé ce qui filtrait déjà dans les médias (voir 2 janvier). Soit l’interdiction, à partir de février, d’un certain nombre d’arômes mais uniquement pour les systèmes fermés, avec cartouches scellées, de type pod : à l’exception des arômes tabac et menthol qui restent autorisés sur pods.

On notera donc que la FDA (Food and Drug Administration) accepte toujours les arômes de toute nature sur les systèmes ouverts.

•• Nous reviendrons sur les réactions suscitées déjà par cette décision, dans le contexte particulier des usages de consommation et de la politique aux USA, mais on relèvera que le leader Juul avait déjà anticipé cette évolution : en stoppant la vente de ses « pods » fruits, crème, concombre, etc. l’automne dernier.

Et en ne maintenant que trois arômes : deux au tabac et un au menthol (voir 8 novembre 2019).