Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Selon Les Échos de ce jour, le régulateur américain a finalement frappé moins fort que prévu en officialisant une batterie de mesures pour restreindre les ventes de cigarettes électroniques aromatisées (voir Lmdt du 15 novembre). 

La FDA s’est, en revanche, montrée beaucoup plus ferme en annonçant qu’elle allait interdire purement et simplement les cigarettes et les cigarillos au menthol.

•• L’agence compte revoir ses lignes directrices afin que les e-cigarettes aromatisées aux fruits et autres parfums sucrés ne soient plus distribuées dans les épiceries de quartier, mais seulement dans des magasins spécialisés, censés être plus vigilants sur les contrôles d’identité, explique le quotidien. Lire la suite »

 

Comme nous l’avions annoncé (voir Lmdt du 13 novembre), les autorités américaines ont décidé d’encadrer plus nettement la vente de cigarettes électroniques afin de protéger les jeunes.

L’agence de santé américaine – la FDA – a donc annoncé, ce jeudi 15 novembre, qu’elle proposait d’interdire les ventes des e-cigarettes aromatisées sur internet. Celles-ci ne seraient donc disponibles qu’en points de vente physique.

Par ailleurs, la FDA entend également imposer une interdiction des ventes sur les cigarettes mentholées et les cigares aromatisés.

Ces propositions doivent être soumises à une période de consultation publique jusqu’en juin prochain.

13 Nov 2018 | International
 

Les actions des fabricants de cigarettes ont fortement baissé, ce lundi 12 novembre, à la Bourse, dans la crainte de voir s’imposer, dès cette semaine, de lourdes restrictions par l’agence de santé américaine (FDA) sur les cigarettes menthol et électroniques, annonce l’AFP.

Après avoir déjà chuté de 3 % vendredi, le fabricant américain Altria (voir Lmdt du 26 octobre) est descendu lundi jusqu’à -3,5 % dans les premiers échanges à Wall Street avant de se reprendre pour n’abandonner plus que 0,90 %. Philip Morris International perdait de son côté 1,35 %.

Ce recul suivait les plongeons des géants britanniques du tabac British American Tobacco (-10 %), et Imperial Brands (-2,25 %) à la Bourse de Londres lundi à la même heure.

•• Ces groupes étaient affaiblis par des informations de presse publiées en fin de semaine dernière et évoquant la possibilité que l’Agence de santé américaine (FDA) puisse annoncer dans les prochains jours l’interdiction de la vente des cigarettes menthol sur le territoire américain. Lire la suite »

 

Besoin de protagonisme médiatique ou souci de prendre rendez-vous … en perspective de prochaines échéances politiques ?

Toujours est-il que la pittoresque ministre de la santé belge, Maggie De Block (voir Lmdt du 17 janvier 2017 et du 9 novembre 2016), fait preuve d’un brusque et débordant activisme alors que les différentes composantes de la coalition du gouvernement de Charles Michel se montrent généralement en désaccord par rapport aux sujets tabac / addictions et, ont, surtout, d’autres chats à fouetter.

•• Ainsi, contre toute attente au vu de ce qui se passe en France et en Australie, Maggie de Block vient soudainement de relancer l’idée d’implanter le paquet neutre en Belgique : le projet a été remis sur le tapis, devant les professionnels concernés, il y a quelques jours seulement.

Au parlement, le sujet s’annonce, au dernier moment, à l’agenda de la commission des affaires sociales qui se réunit ce mardi 19 juin. Et on prête même à Maggie de Block l’intention de présenter le paquet neutre au conseil des ministres de vendredi prochain, le 22 juin. Lire la suite »

11 Fév 2018 | Associations
 

Suite à la plainte polémique du Comité national contre le Tabagisme (CNCT) contre les principaux fabricants pour tromperie sur les taux de nicotine et de goudron (voir Lmdt des 9 et 10 février), on a enfin réussi à trouver une réaction de la Direction générale de la Santé (DGS).

Elle apparait dans une déclaration au détour d’un article du Parisien / Aujourd’hui en France daté du 10 février.

•• En fait, la DGS réagit à l’absence de mentions informatives concernant les taux sur les paquets neutres : « l’objectif est de ne plus induire en erreur les consommateurs en leur faisant croire que certains produits affichant des taux moins élevés pourraient être moins nocifs » (sic). On savourera l’argument dans le contexte de la polémique actuelle.

•• Par ailleurs – et toujours selon Le Parisien – la DGS assure que « l’État soutient la démarche de l’association » et « sera très attentive aux conclusions du juge ». S’il y a un réel problème, que n’a-t-il agi avant ?

11 Fév 2018 | Associations
 

Preuves du scepticisme qui accueille l’annonce de la plainte du CNCT contre les fabricants sur cette histoire de trous dans les filtres (voir Lmdt des 9 et 10 février), ces interventions en direct entendues dans l’émission « Les auditeurs ont la parole » de Stéphane Carpentier sur RTL. Le 9 février :

•• Jean-Marie, buraliste à Quincy dans le Cher (extraits) : « je sais que le CNCT a besoin d’exister et ils ont leur raison pour porter plainte à propos de perforations qui existent dans les cigarettes depuis longtemps. Ne serait-ce que dans le papier pour éviter les risques d’incendie (…)

« Ils devraient s’intéresser également à cette récente étude américaine sur la cigarette électronique pour laquelle on a fait absorber de la nicotine à haute dose pendant 12 mois à des rongeurs, à l’insu de leur plein gré, je suppose. 

« En tant que buralistes, nous savons la nocivité du tabac, mais nous vendons un produit hyper-réglementé qui ramène 14 milliards d’euros à l’État. Et nous nous diversifions.» Lire la suite »

10 Fév 2018 | Associations
 

On a beau scruter la ronde folle des commentaires sur les réseaux sociaux et analyser le brouhaha des commentaires, mais la publication des motifs de la plainte du CNCT dans une ambiance à haute teneur de scandale médiatique (Le Monde relayé un peu partout) ne semble pas susciter, dans l’opinion publique, l’émoi attendu (voir Lmdt du 9 février et de ce jour).

•• À force de « diaboliser à mort » pendant des années une industrie, de l’accuser de tous les maléfices et de lui dénier la moindre légitimité dans ses démarches … « révéler » qu’elle tricherait pour fausser les données sur les taux de nicotine et de goudron, cela n’a pas de quoi émouvoir fondamentalement les foules.

Les scandales sanitaires, alimentaires, environnementaux, industriels, c’est tous les jours. Et dans ce cas, les pièces à convictions remontent aux années 80. Lire la suite »

10 Fév 2018 | Associations
 

« Notre objectif, c’est qu’on en parle et que les Français comprennent quel est le comportement de cette industrie », a déclaré vendredi à l’AFP le professeur Yves Martinet, président du CNCT. « Le but de cette industrie, c’est de rendre les gens accros à la nicotine pour qu’ils reviennent acheter leur drogue » (voir Lmdt du 9 février).

•• La plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui » vise les filiales françaises des quatre grands cigarettiers, Philip Morris, British American Tobacco, Japan Tobacco International et Imperial Brands (dont Seita est une filiale).

Elle a été déposée le 18 janvier auprès du parquet de Paris, a précisé à l’AFP l’avocat du CNCT, Pierre Kopp.

•• Objet de la plainte : « l’existence de minuscules trous » dans les filtres de cigarettes destinés à « falsifier les tests » en agissant comme un « système de ventilation invisible », selon la plainte consultée par l’AFP. Lire la suite »

9 Fév 2018 | Associations
 

Suite à l’article du Monde sur la plainte du CNCT contre les principaux fabricants pour « tricherie » sur les données concernant les teneurs en goudron et nicotine – ce que certains médias appellent déjà « Filtergate » (voir Lmdt de ce jour 1 et 2) – JT International France a publié la déclaration suivante :

« Nous avons été surpris d’apprendre dans la presse ce matin qu’une telle plainte a été déposée.

Nous opérons en France et dans tous les pays où nous commercialisons nos produits en toute conformité avec la loi, et nos produits font l’objet de contrôles réguliers par les autorités sanitaires.

En France, nous déclarons chaque année l’ensemble des ingrédients de nos produits auprès du Ministère de la Santé.

Les teneurs en goudron, nicotine et monoxyde de carbone sont analysées plusieurs fois par an par le Laboratoire National de Métrologie et d’Essais, agréé par le Ministère de la santé, afin de s’assurer de leur conformité à la réglementation en vigueur. »

9 Fév 2018 | Associations
 

Après la « révélation » par Le Monde de la plainte du Comité national contre le Tabagisme (CNCT) à l’encontre des principaux fabricants de tabac (voir Lmdt de ce jour), Yves Martinet s’en prend aussi dans les médias audiovisuels à … la Cigarette du Buraliste : la LCB. 

Coup de pub inespéré, pour un produit qui a soulevé un moment la polémique, mais dont on ne parlait guère ces derniers temps (voir Lmdt des 23 août, 1er juin et 26 avril 2017).

Ainsi, sur France Inter et CNews, il a expliqué que les « industriels font des petits trous au niveau du filtre, ce qui permet quand on mesure la toxicité avec une machine à fumer, d’avoir des taux inférieurs au taux réel que le fumeur se voit délivrer.

Avant de revenir sur le fait que « la Confédération des buralistes a lancé une cigarette, la Cigarette du Buraliste (LCB). La LCB a aussi des trous dans le filtre (…) elle a par exemple quatre lignes de petits trous. Il y en a d’autres qui ont une ligne de trous (…). Et tous les fabricants recourent à ce procédé de tromperie » (sic).