Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Juil 2020 | Observatoire
 

Comment financer l’idée d’une cinquième branche de la Sécurité sociale, liée à la dépendance ?

À l’occasion d’une tribune dans L’Opinion du 3 juillet, Emmanuel Combet (Docteur en économie et ingénieur agronome travaillant pour l’Ademe – Agence de la Transition écologique) démonte le recours à une nouvelle fiscalité sur le tabac … qui pourrait apparaître au nom d’une « certaine » politique de santé publique.

•• « (…) Parmi les pistes de financement possibles, outre une seconde journée de solidarité, certains sont tentés de pencher du côté des impôts sur la dépense et autres droits d’accise.

L’exemple de la fiscalité du tabac est à cet égard instructif : avec 83 % de taxes, la cigarette rapporte chaque année pas moins de 16 milliards d’euros à l’État.

•• L’objectif de santé publique affiché au départ – diminuer fortement la consommation en la taxant – semble avoir été relégué au second plan depuis longtemps, au profit d’un objectif plus inavoué mais constant : s’assurer une manne financière stable, en misant sur l’inélasticité de la demande au prix.  Depuis plusieurs années, l’État n’a donc pas hésité à augmenter fortement les taxes sur le tabac.

•• « Mais cette politique de manne fiscale qui cache son nom pourrait bien avoir atteint sa limite. Non pas à cause d’une forte diminution de la consommation de tabac, mais parce que les consommateurs, confrontés à la hausse du prix, adoptent des comportements d’arbitrage.

« Le premier arbitrage a lieu entre le canal légal du buraliste et les sources d’approvisionnement illégales, que ce soit la contrefaçon, la contrebande ou la revente de stocks par des réseaux criminels. Selon KPMG, les seules cigarettes contrefaites et de contrebande représenteraient en France près de 14 % de la consommation en 2019 et un manque à gagner en recettes fiscales de près de 3 milliards d’euros (voir 18 juin).  Lire la suite »

25 Juin 2020 | International
 

Dans le cadre du plan de relance de son économie, l’Allemagne devrait procéder (quand le Bundesrat aura donné son accord) à une baisse de la TVA sur ses produits de grande consommation : de 19 % à 16 %.

Provisoirement : du 1er juillet à la fin de l’année.

•• Le tabac est concerné : cigarettes, tabac à rouler, cigares-cigarillos.

Mais presque … Car, d’une part, il y a eu débat. Et cette réduction ne devrait s’appliquer que sur une partie du prix. Pour éviter une guerre des prix, justement. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Allemagne : réduction du taux de TVA pour tous les produits … y compris pour le tabac  ,
24 Juin 2020 | L'essentiel, Profession
 

Philippe Coy l’a annoncé hier soir, par un message à tous les présidents départementaux des buralistes : une mission d’information parlementaire va étudier les chiffres atypiques du tabac de ces tous derniers mois.

Car il s’agissait d’un souhait de la Confédération (voir 20 mai et 1er juin) : amener le Parlement à s’intéresser aux chiffres du marché du tabac pendant la période de confinement et de fermeture des frontières.

Ces chiffres qui sont la preuve concrète de l’importance des achats de tabac à l’étranger, en temps ordinaire (voir 21 juin et 25 mai). La décision a été prise par l’importante Commission des Finances de l’Assemblée nationale, présidée par Éric Woerth. Lire la suite »

12 Juin 2020 | Profession
 

« Rien ne se perd, rien ne se crée … tout s’explique » pourrait-on dire en s’inspirant de la formule de Lavoisier.

Cela vaut la peine de revenir sur les records de vente de tabac, enregistrés par les buralistes frontaliers sur les mois d’avril et mai, alors que se confirme la grande réouverture des frontières pour le 15 juin (un peu plus tard pour l’Espagne, alors que c’est déjà fait pour Andorre et l’Italie).

•• Nous vous avions déjà présenté les chiffres (globaux avec tous les segments du tabac) sur avril (voir 25 mai). Les revoici sur 2 mois : avril et mai. Soit une comparaison en volume par rapport à 2019. Et le meilleur indicateur des pertes enregistrées,  pour les buralistes et la fiscalité française, en temps ordinaire. Tous les mois. Lire la suite »

12 Juin 2020 | Profession
 

La fermeture de la frontière n’a donc pas été un obstacle à la hausse des ventes de tabac en Andorre, comme l’a souligné une communication Seita (voir 11 juin).

Entre le 11 mai, premier jour officiel du déconfinement en France, et le 31 mai, les ventes de produits de tabac ont augmenté de près de 50 % dans la principauté. Contre-enquête de La Dépêche.

•• « Les fumeurs ont pu se rendre en Andorre avant l’ouverture de la frontière » assure Basile Vezin, porte-parole de Seita, « les contrôles ont été faibles. La perméabilité de la frontière n’était pas aussi forte que ce qu’on imagine ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Fiscalité du tabac : « l’Andorre ne doit plus être un Eldorado » (Philippe Coy)  ,
11 Juin 2020 | Profession
 

Seita Imperial Tobacco a publié, ce mercredi 10 juin, un communiqué que nous reprenons dans son intégralité.

« Entre le 11 mai, jour officiel de déconfinement français et le 31 mai, la Principauté d’Andorre a vu bondir ses ventes de produits du tabac, avec une hausse de près de 50 % par rapport au mois d’avril, alors même que ses frontières avec la France n’étaient pas officiellement rouvertes.

•• Un phénomène directement lié à l’attractivité des prix pratiqués sur le territoire andorran, où le poids de la fiscalité sur les produits du tabac est pratiquement trois fois inférieur à celle de la France, amenant le prix moyen d’un paquet de 20 cigarettes à 3,75 euros, contre 9,7 euros sur le territoire français.  Lire la suite »

8 Juin 2020 | International
 

Ce sera le seul chef d’État à s’être exprimé à l’occasion de la dernière Journée mondiale sans Tabac (voir 26 mai) : le président turc Recep Tayyip Erdoğan a annoncé, non sans fracas, de nouvelles taxes sur les produits du tabac.

Elles sont de l’ordre de 87 %, actuellement, des prix aux consommateurs. 

•• « Nous aimons nos concitoyens qui fument (…) nous essayons de les décourager en augmentant le prix des cigarettes, mais pour une raison quelconque, ils ne s’arrêtent pas … Mais nous continuerons de leur faire payer les taxes sur les cigarettes » a-t-il déclaré.

•• Il en a profité pour accuser l’industrie du tabac d’avoir « un état d’esprit déformé qui s’efforce de s’enrichir au détriment de la vie, de la santé et de la paix » (sic).

•• Le président turc a aussi rappelé que pour empêcher le coronavirus de se propager dans le pays, le gouvernement avait pris une série de mesures pour protéger la santé publique et a ainsi fermé les endroits où les produits du tabac étaient largement vendus : salons de narguilé, cafés, centres de divertissement, discothèques et bars.

Voir aussi 22 octobre 2019 et 12 février 2016.

 Commentaires fermés sur Turquie : « l’industrie s’enrichit au détriment de … la paix » (Erdogan)   ,
24 Mai 2020 | Profession
 

Le président de la Confédération répond aux questions de la Revue des Tabacs (numéro de mai), réalisée en pleine période de confinement. Extraits.

•• Sur les buralistes et le confinement

« On a observé dès le début de la crise qu’environ 80 % des buralistes ont pu rester ouverts, mais avec des horaires aménagés pour une majorité d’entre eux (…) À mi-avril, il y avait environ 90 % de débits ouverts (…)

« C’est un réseau de distribution qui a le mieux résisté à cette crise sanitaire. Indéniablement, les buralistes font preuve d’une grande résilience. Parmi ceux qui ont dû fermer leurs établissements, on constate une forte proportion de cafés-tabacs qui disposaient d’un espace de restauration. Rappelons que 60 % des buralistes sont CHR et qu’un certain nombre d’entre eux enregistraient plus de chiffre d’affaires en restauration qu’en tabac (…) »

•• Sur l’importance du marché parallèle du tabac (révélé par la brusque hausse des achats chez les buralistes avec la fermeture des frontières). Lire la suite »

23 Mar 2020 | International
 

Effet indirect de cette crise sanitaire qui a son épicentre actuel en Europe …

Les autorités autrichiennes viennent de geler toute augmentation de fiscalité jusqu’au 30 septembre.

Effet direct de cette mesure : l’augmentation des prix du tabac, prévue le 1er avril, est suspendue. Alors qu’on s’attendait à une hausse moyenne de 20 centimes par paquet de cigarettes.

Rappelons que les buralistes autrichiens restent ouverts (voir 14 mars).

 Commentaires fermés sur Coronavirus / Autriche : report d’une hausse des prix du tabac  ,
20 Mar 2020 | International
 

Le nouveau Chancelier de l’Échiquier (ministre des Finances) de Boris Johnson, Rishi Sunak, vient de fixer la politique du gouvernement britannique en matière de fiscalité tabac.

Sa doctrine consiste à « recommander » que le prix du paquet de cigarettes connaisse une augmentation, chaque année, qui soit de 2 points supérieurs au taux de l’inflation. Sachant que ce taux a été de 1,8 %, l’année dernière, au Royaume-Uni.

Ainsi, selon les médias britanniques, le prix moyen du paquet « premium » comptant dans l’assortiment en cigarettes de la chaine de magasins Tesco passerait de 14,40 à 14,70 euros.

Selon l’Office of National Statistics, le Royaume-Uni connaît un taux de prévalence tabagique, parmi la population adulte, de 14,7 %. Soit 7,2 millions de fumeurs.

 Commentaires fermés sur Royaume-Uni : une trajectoire des prix du tabac à l’anglaise  ,