Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Le fabricant Altria, qui produit et commercialise notamment Marlboro et Philip Morris aux États-Unis (voir Lmdt des 26 octobre 2018 et 23 décembre 2016), achète 45 % du groupe canadien Cronos, spécialisé dans le cannabis. Pour 1,8 milliard de dollars.

Cet investissement « représente une nouvelle opportunité de croissance excitante pour Altria », a commenté le PDG de l’entreprise, Howard Willard, dans un communiqué diffusé vendredi 7 décembre et annonçant l’opération.

Il donne à Altria la possibilité de participer à un « secteur émergent au niveau mondial » qui « devrait connaître une croissance rapide au cours de la prochaine décennie », selon le document. Lire la suite »

6 Déc 2018 | Trafic
 

Suite à la publication d’un communiqué du sénateur Xavier Iacovelli, après l’organisation de sa table-ronde sur le « commerce parallèle du tabac » (voir Lmdt du 25 novembre 1 et 2), Philip Morris France nous a fait parvenir la réaction suivante.

« Ce communiqué comporte des erreurs et des inexactitudes que nous avons bien sûr fait remonter au sénateur lui-même en lui demandant un droit de réponse. Ci-dessous nos positions :

•• Sur les origines du trafic

Ce qui est dit dans le communiqué : « Les fabricants de tabac présents ont reconnu pour la première fois que l’immense part du commerce parallèle de tabac est composé de leurs cigarettes. Ils n’ont pas nié les chiffres de 98 à 99% du commerce parallèle composé de leurs propres cigarettes sortant de leurs usines. Il s’agit d’un élément nouveau ». Lire la suite »

29 Nov 2018 | E-cigarette, International
 

Altria – qui produit et commercialise Marlboro et Philip Morris aux États-Unis (voir Lmdt du 26 octobre) – serait en discussion pour prendre une participation dans Juul Laabs, a annoncé le Wall Street Journal dans son édition du 28 novembre.

Une telle alliance « marquerait une réorganisation significative de l’industrie du tabac, qui est secouée par les innovations technologiques et la réglementation », commente le Wall Street Journal.

•• Juul, qui est née à San Francisco il y a trois ans et où la jeune pousse est toujours basée, a connu un succès phénoménal avec ses vaporettes en forme de clés USB et ses recharges de nicotine aromatisées. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur États-Unis : Altria en discussion pour une prise de participation dans Juul ?  ,
28 Nov 2018 | Observatoire
 

• 65 % des Français pensent que c’est le rôle des entreprises d’innover pour développer des produits visant à améliorer la santé publique.

• 92 % des Français estiment que les fumeurs adultes doivent être informés sur des produits potentiellement moins risqués que la cigarette.

• 86% des Français estiment qu’encourager les fumeurs à adopter des produits moins risqués que la cigarette peut être un complément aux politiques de prévention et de cessation.

C’est ce qu’annonce Philip Morris France dans un communiqué que nous reproduisons ci-dessous. 

« Une enquête IPSOS menée dans 31 pays dont la France révèle que 83 % des Français pensent que l’innovation et la technologie ont un rôle à jouer en matière de santé publique et que le gouvernement devrait mieux informer les citoyens et davantage les orienter vers des alternatives à risques réduits. C’est particulièrement vrai en matière de tabagisme, 92 % des Français estimant que les fumeurs adultes doivent être informés sur des produits potentiellement moins risqués que la cigarette. Lire la suite »

27 Nov 2018 | L'essentiel, Profession
 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il s’est agi de la première radio en direct de toute sa carrière pour Jeanne Pollès, Présidente de Philips Morris France (voir Lmdt du 28 juin). C’était ce lundi 26 novembre, sur Radio Classique, dans le cadre de « L’invité de l’économie ».

Le journaliste Dimitri Pavlenko démarrant les sept minutes d’interview sur « l’industrie du tabac, la grande muette de l’économie … ». 

« … C’est moins le cas aujourd’hui, parce que nous portons une vision qui est un monde sans fumée, parce que des solutions existent à la problématique de la cigarette. Chacun s’accorde à dire que les méfaits du tabac viennent principalement du fait qu’il y a combustion. Les innovations d’aujourd’hui, ce sont des produits avec du tabac qu’on chauffe et aussi des produits avec de la nicotine, les cigarettes électroniques … ».

•• Sur l’IQOS

« C’est un virage stratégique et c’est parce que depuis des décennies, et surtout les dix dernières années, on a investi pour plus de 4,5 milliards de dollars pour le développement de produits basés sur la science et l’innovation. La technologie d’aujourd’hui nous permet d’arriver à mettre ces produits à disposition des fumeurs adultes qui continuent et continueront à fumer.

« L’Iqos, c’est un appareil électronique qui permet d’insérer des recharges de tabac et qui le chauffe. Ça peut paraître simple, mais toute innovation simple est un peu compliquée. Le tabac est chauffé de manière constante sans jamais dépasser les 350 degrés. Ce qui permet de dégager de la vapeur de tabac qui porte la nicotine.

« Et aujourd’hui, les études montrent que les niveaux des émissions toxiques sont réduits à hauteur de 95 %. Je tiens à préciser que ça ne veut pas dire que ces produits soient sans risques » (voir Lmdt des 29 et 22 octobre).

•• Sur le prix du tabac

« La France est le pays où la prévalence tabagique reste la plus élevée, malgré la réglementation qui est une des plus extrêmes au monde, malgré les niveaux de prix, et bientôt la trajectoire vers le paquet à 10 euros. Cela aide certaines personnes à arrêter de fumer la cigarette traditionnelle, c’est très bien, c’est ce qu’il y a de mieux. Mais, il reste 12 millions de fumeurs. »

•• Sur la transparence 

« C’est bien qu’il y ait des controverses sur l’Iqos. Mais je trouve tout de même qu’on manque de confiance de la part du monde extérieur. Il est normal qu’existe un certain scepticisme et voilà pourquoi on se doit d’être encore plus transparent. Et aujourd’hui, nous mettons à disposition toutes nos études scientifiques. Car il s’agit d’innovations technologiques et de science. Qu’il y ait controverse c’est logique, mais ce qui est intéressant c’est qu’il y ait débat.

« Il y a une vingtaine d’études indépendantes qui vont dans la même direction (ndlr : en faveur de lqos) ».

« Soit on regarde vers le passé et on reste focalisé sur l’industrie du tabac, soit on se dit : mais que fait-on face au 1,1 milliard de fumeurs annoncé en 2025 par l’OMS ? ».

•• Sur le droit à l’information

« Nous avons mené une étude dans 31 pays, dont la France. Un peu plus de 31 000 citoyens ont été questionnés. Ils disent que les entreprises ont toute légitimité pour développer des innovations, basées sur la science et la technologie, qui permettent de répondre à une problématique de santé publique.

« Ils disent aussi que le Gouvernement a un rôle important à jouer, notamment dans l’accès à l’information. Si je prends l’exemple du tabac, il faut que les fumeurs puissent comprendre qu’il existe de meilleures alternatives.

« Ils disent encore que dans une politique de santé publique, la « cessation / prévention » ne suffit pas. C’est peut-être là que les alternatives au tabac brûlé ont un rôle à jouer. »

•• Sur le lobbying 

« Vous parlez beaucoup de lobbying avec une connotation un peu négative. Moi, je crois que le lobbying est une manière d’échanger entre gens qui prennent des décisions : le Gouvernement et des industriels qui maîtrisent certains sujets et savent de quoi ils parlent. C’est de l’échange d’informations.

« Aujourd’hui, on est très transparent, très ouvert. On a des sites Internet, des publications qui sont revue par des pairs. Et donc, on ouvre le débat. Philip Morris se met à parler parce qu’on a des solutions à la problématique de la cigarette. Et on doit pouvoir créer un monde sans fumée ».

26 Nov 2018 | E-cigarette
 

Dans la dernière livraison du Losange (voir Lmdt du 23 novembre), Nathalie Eyrolles (directrice Produits à Risque réduit chez JTI France) revient sur les évolutions récentes du marché du vapotage en France. Sujet d’actualité chez les buralistes, s’il en est.

•• Sur les évolutions actuelles du marché

« Je retiens deux points qui m’apparaissent prépondérants sur l’ensemble de l’évolution : la métamorphose de la distribution avec certains côtés inquiétants et le rapprochement des acteurs.

« Depuis le début de notre aventure, la distribution ne cesse d’évoluer (…) Aujourd’hui, les ventes en ligne et chez les buralistes s’amplifient (voir Lmdt du 23 novembre). Les consommateurs ont de plus en plus de recours à Internet pour des pratiques d’achat que je qualifierai d’atomisées. Ils vont chercher des ingrédients pour constituer leurs propres liquides, le plus souvent à partir de recettes elles-mêmes trouvées en ligne. Cette nouvelle consommation « do it yourself » pourrait ne pas être sans risque pour l’apprenti-concepteur. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Vapotage : « garantir une meilleure qualité et une plus grande sécurité » (Nathalie Eyrolles / JTI)  ,
19 Nov 2018 | Profession
 

Les restrictions sur l’e-cigarette et la prochaine interdiction du menthol aux États-Unis (voir Lmdt des 16 et 15 novembre) annoncent de nouvelles difficultés pour l’industrie du tabac, analyse Marie-Josée Cougard dans Les Échos de ce jour. D’autant que ces derniers mois, les grands cigarettiers ont vu leur capitalisation boursière chuter. Extraits. 

•• La limitation de la vente d’e-cigarettes aux magasins spécialisés et l’interdiction du menthol dans le tabac aux États-Unis portent « deux coups durs » à l’industrie du tabac.

Les fabricants avaient largement investi les réseaux sociaux sur la cigarette électronique. Mais la progression de l’usage de l’e-cigarette chez les collégiens américains – + 78 % entre les printemps 2017 et le printemps 2018 – a alerté la FDA.

Quant au menthol, il représente un tiers des cigarettes vendues sur le marché américain. « Pour un groupe comme BAT, l’impact risque d’être considérable … il a beaucoup misé sur le menthol et s’est encore renforcé dans ce domaine en prenant le contrôle à 100 % de JR Reynolds » précise le quotidien. Lire la suite »

15 Nov 2018 | Profession
 

Dans le numéro d’octobre de la Revue des Tabacs, Didier Ellena, le nouveau président de JTI France (voir Lmdt des 7 septembre et 8 août) fait partager son analyse du marché français du tabac.

Sur la situation du marché du tabac

« La baisse du marché officiel est déjà de 10 % en moyenne pour 2018 et cache une situation très disparate en fonction des départements …  Il est fort probable que la situation se détériore encore plus nettement avec les augmentations de taxes à venir, sans aucune garantie sur la baisse de consommation réelle.

« À ce sujet, je note que le Protocole d’Accord sur la transformation du réseau des buralistes (voir Lmdt du 4 février) prévoit une clause de revoyure si la situation venait à se dégrader. Toute la filière doit rester vigilante.

« Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, s’est engagé à œuvrer à l’harmonisation de la fiscalité avec nos voisins européens. En cas d’absence de résultats concrets, tant sur la baisse de la prévalence que sur la convergence fiscale, une mobilisation de la filière en 2019 me paraîtrait indispensable, au vu des enjeux, pour obtenir un moratoire sur la hausse des taxes. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Marché du tabac : « la nécessité de mesurer les effets de la politique fiscale » (Didier Ellena / JTI)  , ,
 

Tout comme le gouvernement de la région Bruxelles Capitale, qui entend demander une compensation financière à l’industrie du tabac pour la gestion des mégots jetés dans la rue (voir Lmdt des 9 et 7 octobre), la Wallonie est elle aussi en discussions avec les cigarettiers dans le même objectif.  

Une réunion, en vue d’aboutir à un accord sur les montants à réclamer et sur les actions prioritaires à entreprendre, a eu lieu vendredi 9 novembre, a indiqué le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio.

« En Wallonie, nous avons la volonté d’impliquer tous les secteurs dans le maintien de la propreté publique. Nous sommes donc en discussions avec les cigarettiers et nous souhaitons parvenir à un accord », a affirmé le ministre, interrogé en séance plénière du Parlement de Wallonie. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Belgique : où en sommes-nous sur le dossier des mégots ?   ,
11 Nov 2018 | International
 

L’Organisation internationale du travail (OIT) a annoncé, ce jeudi 8 novembre, qu’elle ne renouvellerait pas ses partenariats controversés avec les fabricants de tabac pour les programmes en cours, mais n’a pas dit clairement qu’elle allait couper les liens avec cette industrie, annonce une dépêche AFP dont la formulation entretient le doute.

Dans un communiqué, l’agence de l’ONU chargée d’établir des normes internationales du travail a indiqué que son Conseil d’administration s’était mis d’accord sur « une stratégie intégrée » au sujet de l’avenir de ses relations avec les cigarettiers, mais a reconnu que cette stratégie « nécessite de plus amples développements » (voir Lmdt des 5 novembre et 9 mai).

•• L’OIT n’a pas expliqué comment elle comptait financer la poursuite de ces programmes. Le communiqué fait allusion à « diverses sources de financement du public et du privé avec des mesures de sauvegarde appropriées ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur L’OIT ne renouvelle pas ses partenariats avec l’industrie du tabac  ,