Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Avr 2020 | Profession
 

Dans un contexte où les entreprises publient des avertissements sur leur bénéfice et se gardent bien d’annoncer des prévisions, les majors de la cigarette sortent du rang, selon une analyse de Challenges.fr. Extraits

« Mardi 31 mars, Imperial Brands a annoncé que, pour le moment, la pandémie virale n’avait pas eu d’impact sur ses performances commerciales et que ses ventes restaient conformes à ses attentes. Trois jours plus tard, le titre affiche une hausse de plus de 15 %. 

« Tandis que British American Tobacco, qui disait deux semaines auparavant viser « une nouvelle année de croissance », a vu son titre monter de 12 % sur les cinq derniers jours ( voir le 30 mars ). 

•• « Les experts avancent plusieurs explications. D’abord, le stress lié à la pandémie pousse les accros à la nicotine à consommer plus. Ce d’autant plus que les marchands de tabac sont toujours ouverts – dans la majorité des pays – malgré le confinement. Ensuite, faire une pause cigarette en télétravail est peut-être plus facile que de sortir pour fumer lorsque l’on est à son bureau.

« Cette bonne tenue de la demande n’est peut-être qu’un feu de paille provoqué par la réaction des différents acteurs économiques face à l’épidémie. Ainsi, Imperial Brands a déclaré que sa société de distribution qui dessert la France, l’Italie et l’Espagne, avait constitué des stocks conséquents pour être en mesure d’assurer l’approvisionnement des détaillants pendant le confinement.

« De même qu’il est possible que les fumeurs aient eux-mêmes constitué des stocks de précautions, comme certains consommateurs l’on fait pour les pâtes ou le PQ, poussés par la crainte de voir les bureaux de tabac fermer en cas de durcissement des mesures d’isolement.

•• (…) « Alors qu’il y a encore quelque mois, les experts s’interrogeaient sur le déclin accéléré du tabagisme traditionnel au profit du vapotage, voire de la consommation de cannabis, la pandémie de Covid-19 offre un répit à cette industrie qui pourra assurer le versement de juteux dividendes en 2020, contrairement à la majorité des autres business. »

3 Avr 2020 | E-cigarette, International
 

La Federal Trade Commission – gendarme américain de la concurrence – a engagé une procédure contre le rapprochement, engagé depuis un an, entre le fabricant d’e-cigarette Juul et Altria (fabricant de Marlboro aux États-Unis) annonce une dépêche AFP reprenant un communiqué de la FTC (voir 20 décembre 2018). 

« Pendant plusieurs années, Altria et Juul se faisaient concurrence sur le marché assez fermé des e-cigarettes » a rappelé Ian Conner, responsable des services de la concurrence à la FTC.

Altria a, fin 2018, « orchestré sa sortie du marché de l’e-cigarette avant de devenir le plus important investisseur dans Juul » a souligné Iann Conner. La FTC prévoit de tenir une audience sur le sujet en …janvier 2021. L’autorité souhaiterait qu’Altria se défasse de son investissement.

Dans un communiqué, Altria déclare vouloir « défendre vigoureusement » sa prise de participation. « Nous pensons que notre investissement dans Juul ne porte pas atteinte à la compétition et que la FTC a méjugé les faits » justifie Murray Garnick, responsable juridique du groupe.

 

Une filiale américaine de BAT – Kentucky BioProcessing (KBP) connue pour ses recherches dans le domaine – développe un vaccin potentiel contre le COVID-19, lequel se trouve actuellement en tests précliniques : c’est ce qu’annonce un communiqué de ce jour, publié par le groupe.

Si les tests s’avèrent prometteurs, BAT a bon espoir, avec le soutien des agences gouvernementales et l’appui de partenaires, de pouvoir produire entre 1 et 3 millions de doses du vaccin par semaine, à̀ partir de juin. Lire la suite »

30 Mar 2020 | L'essentiel, Profession
 

Lors d’une journée « investisseurs », qui s’est tenue le 18 mars, Jack Bowles (Directeur général de British American Tobacco / voir 4 mars 2019) et les membres de l’équipe de direction ont présenté les priorités mondiales du groupe. Nous reproduisons le communiqué diffusé en cette circonstance. 

BAT s’engage à construire « A Better Tomorrow » (« Un Avenir Meilleur ») en réduisant l’impact de ses activités sur la santé à travers un plus large choix de produits agréables et moins risqués.

Pour atteindre cet objectif, BAT ambitionne notamment de réaliser 1,1 milliard d’euros de gains d’efficacité́ pour soutenir l’investissement dans les Nouvelles Catégories conformément à ses orientations financières.

Sur le volet environnemental, BAT se fixe de nouvelles ambitions dont : 50 millions de consommateurs de produits non-combustibles et une neutralité́ carbone d’ici 2030.

•• Le Directeur général de British American Tobacco (BAT), Jack Bowles, et les membres de l’équipe de direction, ont organisé́ une journée investisseurs par webcast le mercredi 18 mars. Cela a été́ l’occasion de faire le point sur les trois priorités de BAT :

tirer de la valeur des produits combustibles ;
améliorer la performance des Nouvelles Catégories de produits ;
simplifier le fonctionnement de l’entreprise.

•• En 2019, nous avons bien progressé sur ces priorités. Nous avons respecté́ nos orientations financières grâce à̀ de solides performances opérationnelles et à de fortes liquidités qui ont entraîné́ un désendettement du bilan. Nous avons atteint cet objectif tout en investissant des ressources supplémentaires importantes dans de Nouvelles Catégories afin de stimuler la croissance des recettes et renforcer les capacités nécessaires à la réussite sur le long terme.

En 2019, nous avons recruté́ plus de 300 nouveaux cadres, et les femmes représentent désormais 37 % de notre effectif. Cela a permis d’injecter de nouvelles capacités et des compétences diverses, notamment dans les domaines du digital, du développement de produits, des sciences et du design. Forts de ces bases solides, nous restons confiants dans notre capacité́ à tenir nos engagements.

•• Devenant jour après jour une organisation plus forte, plus simple et plus rapide, BAT annonce aujourd’hui :

une ambition de satisfaire les préférences changeantes des consommateurs, notamment de retrouver des moments de plaisir, à travers un portefeuille de produits qui correspondent à̀ une variété́ d’humeurs et de moments – en tirant parti de notre plateforme multi-catégories unique d’informations sur les consommateurs (PRISM) ;

un objectif d’1 milliard de livres sterlings de gains d’efficacité́ au cours des trois prochaines années grâce au projet Quantum – notre programme de simplification qui alimentera les investissements dans les Nouvelles Catégories ainsi que nos résultats, conformément aux orientations financières ;

la création d’équipes dédiées à l’innovation et au corporate venture pour évaluer, tester et finalement accélérer le développement de produits, y compris au-delà̀ de la nicotine, qui tirent parti de nos technologies.

Ces éléments soutiennent notre nouvel objectif d’entreprise : construire « A Better Tomorrow » Un Avenir Meilleur »).

•• Jack Bowles, Directeur général de British American Tobacco, a déclaré :

« Je suis heureux que notre organisation ait pleinement adhérée aux priorités définies au début de l’année 2019 et qu’elle ait commencé à les mettre en œuvre. Nous nous lançons maintenant un défi avec l’objectif clair de construire « A Better Tomorrow » en réduisant l’impact de notre activité́ sur la santé grâce à un choix plus large de produits agréables et moins risqués pour nos consommateurs.

Aujourd’hui, nous soulignons notre engagement en faveur de notre nouveau programme de développement durable en annonçant de nouveaux objectifs dans le domaine de l’ESG (Environment Social Governance). Notre ambition pour 2030 est de compter 50 millions de consommateurs de produits non-combustibles et d’atteindre la neutralité́ carbone. Nous avançons également à 2025 nos objectifs environnementaux initialement prévus pour 2030. L’importance de ces objectifs, et de la communication de nos progrès en la matière, se reflète dans notre nouvelle structure organisationnelle : les fonctions ESG et de Communication relèvent désormais de Kingsley Wheaton, Directeur Marketing.

Pour réaliser nos ambitions, nous devons faire preuve d’audace, de réactivité́, d’engagement, de responsabilité́ et de diversité́. En valorisant notre activité́ dans le domaine des combustibles et en générant des gains d’efficacité́ d’un milliard de livres sterling au cours des trois prochaines années grâce à notre programme de simplification d’activité́ « Quantum », nous pouvons accélérer la croissance des revenus de notre activité́ Nouvelles Catégories.

Pour l’avenir, nous assurerons la mise en œuvre de notre stratégie et le respect de nos orientations financières dans le cadre des trois priorités clairement établies. Nous sommes engagés dans une aventure et vivons des moments passionnants chez BAT. Je suis impatient de partager nos projets.”

•• Perspectives pour 2020

• Le Covid-19 se développe rapidement. Nous avons la chance que notre entreprise soit résiliente et qu’elle soit soutenue par une chaîne d’approvisionnement géographiquement diversifiée, tant du point de vue de la fabrication que de la distribution. Jusqu’à̀ présent, nous n’avons constaté́ aucun impact significatif sur notre activité́.

Comme indiqué précédemment, la croissance du chiffre d’affaires des Nouvelles Catégories au cours du premier semestre sera difficile et, bien que les chaînes d’approvisionnement en Chine se rétablissent, nous avons reporté certains lancements et nous constatons une certaine perturbation du niveau d’activation. Néanmoins, en 2020, nous prévoyons de réaliser de nouveaux progrès vers notre ambition d’atteindre les 5 milliards de livre sterlings (5,2 milliards d’euros) de chiffre d’affaires dans les Nouvelles Catégories sur la période 2023-2024.

Bien que nous ayons constaté jusqu’à̀ présent un impact limité sur la demande de cigarettes des consommateurs (en dehors du canal Duty Free, qui n’est pas significatif), nous continuons à̀ suivre la situation de près. À l’heure actuelle, nous maintenons nos prévisions d’une baisse d’environ 4 % des volumes mondiaux de cigarettes et de tabac à chauffer (THP) pour l’industrie. Bien que la contraction du volume de l’industrie aux États-Unis ait été́ jusqu’à̀ présent plus bénigne, d’environ 1% par rapport à̀ l’année dernière (cumul à ce jour jusqu’à̀ Février environ – 4%), nous maintenons notre prévision de baisse du volume de l’industrie aux États-Unis de -5 % environ pour l’année 2020 compte tenu de l’évolution rapide de l’environnement.

Dans l’ensemble, malgré́ l’incertitude au niveau mondial, l’activité́ se porte bien et nous avons déjà̀ atteint près de 60 % de la tarification que nous avions prévus pour 2020. À ce stade, nous maintenons nos prévisions de croissance du chiffre d’affaires ajusté à taux de change constant de 3 à 5 %, ainsi que de l’amélioration de la marge opérationnelle. Et nous sommes confiants à l’idée d’atteindre une nouvelle année de croissance à un chiffre élevé (entre 5 et 10 %) du bénéfice par action dilué ajusté à taux de change constant.

 

Selon le Patent Index 2019, Japan Tobacco International fait partie des 100 groupes déposant le plus de demandes auprès de l’Office européen des Brevets (OEB). 

Le classement confirme la place de leader du groupe Japan Tobacco dans le secteur de l’innovation – en particulier dans le domaine des produits à risque réduit – où les demandes de brevet ont plus que doublé par rapport à l’année précédente.

•• « Notre présence parmi les principaux demandeurs auprès de l’OEB témoigne non seulement de notre engagement en matière d’innovation mais aussi de travaux de recherche et de développement interne approfondis.

« Nous développons constamment de nouvelles technologies et de nouveaux produits, notamment pour nos gammes de vapotage Ploom et Logic, qui répondent mieux aux besoins de nos consommateurs » déclare Stéphane Hedarchet, vice-président de la propriété intellectuelle chez JTI (voir 20 août et 29 mars 2019).

•• À l’échelle mondiale, le groupe JT dispose d’un portefeuille de 4 200 brevets délivrés et de 2 800 demandes de brevet en cours, dont 355 demandes prioritaires déposées par le Groupe en 2019, qui couvre le développement de ses diverses gammes de produits.

« Depuis 2018, nous avons investi près d’un milliard de dollars pour développer et améliorer nos produits à risque réduit. Notre présence au sein du classement des principaux demandeurs auprès de l’OEB met en évidence l’une des nombreuses réalisations nécessaires à la mise en œuvre de notre stratégie de propriété intellectuelle et reflète nos ambitions dans le secteur du vapotage » précise encore Stéphane Hedarchet.

23 Mar 2020 | E-cigarette
 

Lips, société spécialisée dans la fabrication d’e-liquides et basée à Saint-Julien-de-Concelles (dans le vignoble nantais), a décidé de se mettre à la production de gel hydroalcoolique, en conformité avec la recette donnée par l’OMS, signale France 3 Pays-de-Loire.

Depuis une semaine , les chaînes de production de cette PME de 30 salariés y sont consacrées. « On avait toutes les capacités, à la fois chimiques et techniques » y explique Jonathan Harvey, responsable marketing, « au stade 2, il y a environ deux semaines, nous avons décidé de produire de la solution hydroalcoolisée. Vu qu’on était en capacité de la faire, on s’est dit : go, on y va ».

•• Et désormais, le produit est lancé. Les machines tournent désormais à plein régime. Parmi les premiers clients : Nantes agglomération, La Poste, des particuliers. Certains appellent d’Italie et d’Espagne pour acheter le fameux produit tant recherché.

« On est entre 12 000 et 13 000 flacons par jour, on se demande même si on ne va pas passer en 2×8 très rapidement pour pouvoir palier à toutes les commandes » explique Bastien Dricard, directeur du site de production Lips France. Le produit est vendu au tarif instauré par le Gouvernement et limité à 6 flacons par personne pour les commandes de particuliers.

•• Selon notre confrère Vaping Post, trois fabricants ont également décidé d’utiliser leurs chaînes de fabrication d’e-liquide pour fabriquer du gel désinfectant : Le French Liquide, The Fuu et Revolute. Le French Liquide en vend au particulier au tarif fixé par le ministère.

Kapalina a donné gratuitement 10 000 fioles vides de 30 ml avec pipettes aux pharmacies, ainsi que de la glycérine végétale de catégorie pharmaceutique pour que les officines puissent préparer du gel hydroalcoolique pour leurs clients.

21 Mar 2020 | L'essentiel, Profession
 

Dans le cadre de l’effort de solidarité nationale, le groupe Republic Technologies – leader mondial du papier à rouler,  basé  à Perpignan (voir les 13 juillet 2018 et 6 juin 2016) – a répondu à l’appel des autorités en modifiant ses lignes de fabrication. 

Depuis lundi, ces chaînes de production ont été bouleversées pour participer à la fabrication express de lingettes humides, désinfectantes, bactéricides et fongicides, destinées à l’usage médical.

•• « En coordination avec la préfecture des Pyrénées-Orientales et l’Agence régionale de Santé, nous avons livré, ce vendredi 20 mars, 154 cartons de lingettes désinfectantes pour répondre à l’urgence des professionnels de santé » indique Olivier Partouche (Directeur général) à L’Indépendant.

Avec Santiago Sanchez (Président), il souligne également « la mobilisation exemplaire de tous les salariés de l’entreprise qui font face avec courage à une situation inédite ».

•• Au total, ce sont 600 000 lingettes – produites gratuitement par le fabricant de papier à rouler et de produits de vapotage – qui ont été livrées puis dispatchées par l’ARS et le centre hospitalier de Perpignan à l’ensemble des acteurs de santé mobilisés localement.

•• En parallèle à cette mobilisation d’urgence contre la propagation du Covid-19, le groupe Republic Technologies (OCB, JOB, Zig-Zag,e-CG) continue d’assurer l’approvisionnement de ses clients, tout en ayant mis en œuvre l’ensemble des mesures sanitaires pour préserver la santé de ses collaborateurs.

18 Mar 2020 | Profession
 

Seita / Imperial Tobacco a adressé un message aux buralistes – signé par Olivier De Neys (voir 11 mars) – dont nous reproduisons l’essentiel.

« Dans le cadre de l’épidémie de Covid-19 qui touche désormais massivement la France entière, Seita souhaite vous affirmer tout son soutien.

« Votre rôle central dans la vie du pays a été reconnu, au vu de la possibilité qui vous a été donné de rester ouverts au public. Nous savons que pour beaucoup d’entre vous cette situation est difficile. Vous êtes déjà nombreux à avoir parfaitement appliqué les recommandations sanitaires nécessaires dans vos établissements, les gestes barrières notamment. C’est grâce à cet état d’esprit que la vie normale reviendra le plus rapidement. Lire la suite »

11 Mar 2020 | Profession
 

Seita met en place une nouvelle organisation de sa force commerciale sur le terrain. Il s’agit d’une mutation spectaculaire.

Chaque buraliste recevra, désormais, la visite d’un interlocuteur unique Seita que cela soit pour les cigarettes / tabac à rouler, les cigares ou le vapotage.

Cette nouvelle organisation va permettre de visiter régulièrement plus de 17 000 buralistes (contre 14 000 auparavant).

Quatre raisons expliquent ce qui apparait comme une révolution par rapport aux organisations commerciales que l’on trouve traditionnellement dans le secteur.

• 1 • Seita est confronté à une évolution de son business qui s’accélère et se caractérise par le fait que le fort développement du segment du vapotage (grâce aux systèmes fermés, avec myblu) se déroule dans un contexte où le tabac est toujours au cœur du fonctionnement de l’entreprise : « on finance la mise en place de nos revenus de demain avec les revenus d’aujourd’hui » commente Olivier De Neys (Market manager de Seita / photo).

2 Les buralistes sont en Transformation dans leurs propres établissements et ont besoin, plus que jamais, d’un partenaire maîtrisant – à travers l’expérience reconnue de ses 150 commerciaux – les différents segments du marché fumeur/vapoteur pour les aider à adapter leur offre à leur zone de chalandise.

• 3 La volonté de densifier sa présence sur le terrain : ce sont 3 000 buralistes qui vont être visités … en plus. Ceux qui se plaignent, généralement, d’être délaissés par les grands réseaux commerciaux.

• 4  Le souci d’entretenir une relation plus simple avec chaque buraliste : soit un interlocuteur unique, spécialement formé pour répondre aux questions sur les cigarettes / tabac à rouler comme sur la vape ou les cigares.

En même temps, un « plan de formation » va continuer à être proposé aux buralistes.

« Nous nous engageons mutuellement dans une montée en compétences » remarque Olivier De Neys qui conclut : « nous avons repensé notre stratégie et notre organisation pour nous concentrer sur notre canal essentiel de distribution : le réseau des buralistes ».

 Commentaires fermés sur Seita : une force commerciale unique « multi-segments » pour plus de 17 000 buralistes  
2 Mar 2020 | E-cigarette
 

La quasi-totalité des dispositifs de cigarettes électroniques (devices), commercialisés sur le marché français, sont produits et assemblés en Chine.

Et même si la majorité des e-liquides viennent de France ou d’Europe, certaines références correspondent aussi à des liquides chinois.

C’est pour cela que beaucoup de regards sont rivés sur la Chine et la façon dont est gérée, dans les usines, la crise du Coronavirus.

•• « Concernant l’approvisionnement en matériel de vapotage , il y a eu déjà quelques soucis de délais. Mais nous pouvons toujours avoir le stock nécessaire et le garantir concernant les fournisseurs avec lesquels nous avons un partenariat étroit » nous indique une grossiste travaillant directement avec des acteurs industriels de la vape basés en Chine.

« Et nous savons que certains confrères sont déjà en ruptures sur les résistances les plus demandées. Il semblerait qu’il y a, aussi, des soucis d’approvisionnement avec des fournisseurs de e- liquides dépendant d’usines chinoises. »

•• Pour en revenir aux devices, « les couvertures de stock sont encore bonnes mais le risque est bien là si la situation actuelle perdure en Chine pendant encore plusieurs semaines » nous déclare le patron d’un acteur important de la vape chez les buralistes. « Or, d’après nos informations, les usines chinoises reprennent peu à peu le travail et nous en saurons plus à la fin de cette semaine. »

•• Il faut savoir que beaucoup de personnels de ces usines ont été surpris par l’épidémie au moment où ils séjournaient dans leurs villes ou villages de naissance à l’occasion du Nouvel an chinois. Et depuis, un certain nombre ne reviennent dans leurs usines (fermées dans un premier temps) que progressivement, en fonction des mesures prises dans les foyers les plus infectés.

Alors que le gouvernement chinois a demandé aux usines de ré-ouvrir à partir des 12 ou 17 février (en fonction de leur éloignement de la zone de départ de la propagation, c’est à dire la province de Hubei et sa capitale Wuhan), ces problèmes de personnel pèsent donc sur le redémarrage d’une production qui, par ailleurs, fait appel à une kyrielle de sous-traitants confrontés aux mêmes difficultés.

•• Conclusion de notre interlocutrice grossiste : « il ne reste pas moins que la situation se rétablit progressivement mais sûrement, alors que nous sommes dans la saison où les usines de vapotage tournaient à plein régime. « On espère un retour à la normale au plus tôt, sans doute au mois de mai. »