Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Août 2020 | Pression normative
 

Pleine page sur les mégots, dans Le Parisien / Aujourd’hui en France de ce mardi 11 août, axé principalement sur les messages et les données de la Mission Mégots, nouvellement mise en place (voir 3 août).

« Nous allons faire une étude de terrain pour voir ce qui fonctionne le mieux. Il faut d’urgence s’occuper de ce problème sociétal », commente Cyril Lalo, directeur des affaires publiques de Seita France, au nom de la Mission mégots.

•• Sur les plages de Biscarrosse,  Lacanau (Landes) ou Le Porge (Gironde), sont expérimentées depuis quelques jours de nouvelles manières de récupérer les mégots. La Mission mégots a lancé des essais similaires à Lyon, le mois dernier, dans les transports en commun. Lire la suite »

9 Août 2020 | Profession, Récents
 

Cela vaut toujours la peine de consulter l’opinion de Maya Selva qui a relevé ce défi, incroyable et risqué quand il a été entrepris il y a 25 ans, d’installer à son aise le cigare roulé main du Honduras et du Nicaragua sur un certain nombre de marchés, la France en premier.

Maya Selva s’exprime dans la livraison estivale de la revue Boutique. Extraits.

• Question : En France, vous avez été l’une des premières à développer les terroirs du Honduras et ensuite du Nicaragua dans un pays dominé par les Habanos …

•• Maya Selva : Nous avons répondu à une tendance de fond des amateurs de cigares : fumer moins, mais mieux, avec une dégustation consciente et curieuse. Lire la suite »

 

Ce mercredi 5 août, British American Tobacco South Africa (BATSA) a qualifié devant la justice sud-africaine « d’anticonstitutionnelle et de dépourvue de tout fondement scientifique » l’interdiction controversée des ventes de tabac imposée par le gouvernement dans le cadre de ses mesures contre le nouveau coronavirus (voir 30 juillet).

•• L’interdiction de la vente des cigarettes est entrée en vigueur le 27 mars en même temps que le strict confinement imposé aux 57 millions de Sud-Africains pour enrayer la propagation du Covid-19 (voir 29 mars). Cette décision a aussitôt suscité la fronde des fumeurs, des industriels et des commerçants du secteur, qui ont vainement négocié la reprise de leurs activités.

En assouplissant les mesures de confinement, le président Cyril Ramaphosa a levé le 1er juin l’interdiction de la vente d’alcool, mais maintenu celle des cigarettes « en raison des risques sanitaires liés au tabagisme » (voir 29 mai).

•• Numéro 1 du marché sud-africain, la filiale locale de BAT a porté l’affaire devant la Haute Cour du Cap (voir 30 mai). Son avocat, Alfred Cockrell, a affirmé que l’interdiction des ventes de tabac était « anticonstitutionnelle » et « dénuée de tout fondement scientifique », et qu’elle avait « dévasté » l’industrie du tabac et coûté quelques 2,2 millions de dollars par jour à l’État en taxes non perçues, dans un pays qui a plongé dans la récession fin 2019.

L’audience doit reprendre ce jeudi.

•• BATSA détient 78 % du marché sud-africain de la cigarette et a contribué, à travers les taxes, à hauteur de 13 milliards de rands (670 millions d’euros) au budget de l’État.

Le recours du groupe a reçu le soutien d’autres producteurs, de vendeurs et d’associations de fumeurs, qui affirment que l’interdiction nourrit un juteux trafic de produits de contrebande. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Afrique du Sud : BAT dénonce une interdiction « anticonstitutionnelle » des ventes de tabac  , ,
4 Août 2020 | International, Profession
 

Lors de la présentation de ses résultats pour ce second trimestre 2030, ce vendredi 31 juillet, British American Tobacco a déclaré que ses ventes de cigarettes ont reculé, en volume, de -6,3 % (par rapport au second trimestre 2019) sur l’ensemble de ses marchés dans le monde.

Un résultat explicable essentiellement par les restrictions imposées aux voyages pour cause de pandémie (voir 2 août 2019).

•• Sinon, dans ces résultats , BAT met en avant surtout la croissance de ses activités « nouvelles catégories / NGP » : +14,7 %.
. soit +9,1 % dans la catégorie du tabac à chauffer ;
. soit +41 % dans les produits du vapotage ;
. soit +67 % dans la catégorie « modern oral » (nicotine en sachets). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur British American Tobacco : résultats trimestriels  ,
4 Août 2020 | International, Profession
 

Tous les points de vente de tabac du Royaume-Uni peuvent désormais consulter un site mis en ligne par JTI, dédié au marché illicite anglais, avec une géolocalisation de tous les faits de contrebande relevés dans leur zone de chalandise et ses environs.

Soit le recensement de toutes les saisies et procédures localisées près de chez eux depuis 2017. Avec une évaluation des volumes saisis et de leur valeur. Le site présente aussi des statistiques régionales sur les saisies de tabac illicite et leur comparaison par rapport aux moyennes nationales. Lire la suite »

 

Dans le cadre de la mission de préfiguration de la filière REP (Responsabilité élargie du producteur) appliquée aux mégots, la Mission Mégots amorce une nouvelle série de travaux afin d’alimenter des propositions d’actions concrètes que pourrait mener l’éco-organisme. 

Le but : participer à la résolution du problème des mégots jetés sur la voie publique.

C’est ce qu’annonce la Mission Mégots dans un communiqué que nous reprenons intégralement.

LA MISE EN PLACE D’EXPÉRIMENTATIONS PILOTES

Sur les 71 milliards de cigarettes consommées chaque année en France, 29 %, soit 21 milliards, sont jetés au sol de manière inappropriée. Afin d’apporter une réponse positive à cette problématique, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire permet d’anticiper dès janvier 2021 la création d’une filière REP mégots en France, prévue pour 2023 dans la directive européenne sur les plastiques à usage unique (SUP).

Dans cette perspective, la Mission Mégots organisera cet été des expérimentations pilotes afin d’explorer des initiatives de sensibilisation des fumeurs au bon geste relatif aux mégots. Cette étape devrait ainsi conditionner la conception et le déploiement efficace de la filière REP dédiée.

•• Menées conjointement avec un ensemble d’acteurs publics et privés, engagés dans la résolution d’une problématique commune, ces expérimentations se dérouleront dans des zones dites « hotspots », c’est-à-dire des lieux concentrant un flux important de mégots à cause du rassemblant de nombreux fumeurs (passage, statisme, contexte balnéaire). Concrètement, ces expérimentations permettront :

d’imaginer et concevoir des dispositifs innovants en termes de sensibilisation des fumeurs, en travaillant à la fois les messages et les modalités de les délivrer (affichages, nudges, signalétiques, etc.), et de matériel (corbeilles, éteignoirs, cendriers de poche, etc.) ;

de prototyper, tester et combiner ces différents dispositifs sur le terrain afin de mesurer leurs impacts avant et après leurs déploiements ;

d’observer l’ensemble des comportements des fumeurs ;

de faciliter les retours d’expérience.

•• À cet effet, trois zones d’expérimentation ont été retenues :

La gare Saint-Lazare, avec la fourniture de ressources matérielles par la SNCF et la collaboration d’agents de la gare ;

Des arrêts de transports en commun dans la ville de Lyon, du SYTRAL, autorité organisatrice des transports et Keolis Lyon, l’opérateur du réseau ;

Des plages du littoral atlantique, avec la participation des collectivités locales que sont Lacanau, Biscarrosse et Le Porge.

•• Concomitamment à ces opérations, la Mission Mégots prépare avec la Confédération des buralistes plusieurs expérimentations locales, afin d’associer les buralistes à la structuration de la filière REP dans laquelle ils auront toute leur place (voir 9 juillet 2020).

Dans la même veine, des études complémentaires à celles réalisées ces derniers mois par la Mission Mégots vont être conduites et viendront affiner les différents résultats. L’une d’entre elle essaiera entre autres de déterminer les lieux de consommation des cigarettes, la proportion des cigarettes consommées dans chacun de ces lieux, notamment celles mal jetées, et les comportements des fumeurs.

Les données de cette étude devraient ainsi consolider les enseignements des expérimentations, qui serviront dans un premier temps à nourrir le dossier de demande d’agrément de l’éco-organisme, dont la validation par les pouvoirs publics devra intervenir avant le 31 décembre 2020. Ils faciliteront ensuite l’accompagnement de partenaires et acteurs de terrain de manière efficiente dans le cadre des missions qui seront conduites par l’éco-organisme.

UNE FILIÈRE ENGAGÉE QUI PLACE LA CONCERTATION AU CŒUR DE SA DÉMARCHE

Dans l’attente du décret instituant la filière et dans l’objectif de développer une coopération régulière entre les acteurs institutionnels concernés, la Mission Mégots a enclenché un nouveau cycle de discussions, traduit par la tenue au mois de mai d’un premier « Comité Institutionnel de Préfiguration ».

Rassemblant les membres de la Mission Mégots, des associations de collectivités, des associations et organismes liés à l’écosystème des mégots et des opérateurs (dont la Confédération des buralistes, ndlr), ce comité constitue une instance d’échanges permettant de préparer au mieux la REP mégots. Il aura notamment pour but d’organiser les modalités de déploiement de la future filière et de préparer des éventuels partenariats institutionnels nationaux/locaux une fois l’éco-organisme opérationnel.

Ce comité, qui s’est vu présenter les objectifs de la Mission Mégots et les différents travaux en cours (gisement, coûts et fonctionnement de la filière, organisation générale, etc.), se réunira à plusieurs reprises d’ici à la fin de l’année pour faire des points d’étapes sur les avancées de la filière. (Voir 17 février et 29 janvier 2020, 19 décembre 2019).

3 Août 2020 | International, Profession
 

« Bien que l’industrie du tabac n’ait pas été à l’abri de l’impact de la pandémie, nos résultats du premier semestre ont fait preuve de résilience » a résumé, ce 31 juillet, Masamichi Terrabatake, Président et CEO de Japan Tobacco, lors de la présentation des comptes trimestriels du groupe (voir 4 mai).

« Nous croyons que notre solide dynamisme commercial va continuer, même si les challenges posés par le Covid-19 restent prioritaires. La situation reste très volatile et exige d’être suivie au plus près. Nous continuerons de répondre aux évolutions des besoins des consommateurs ainsi qu’à leurs changements de comportements avec flexibilité et agilité. »

•• Les ventes totales du groupe en volumes, dans le monde, ont donc relativement reculé de -8,5 % par rapport au 2ème trimestre 2019 (à 107,8 milliards d’unités). Ce qui s’explique notamment par l’arrêt de l’activité duty-free dans les aéroports ou certaines restrictions aux frontières comme dans le cas du marché espagnol.

Concernant les marques-phares du groupe (Winston, Camel, Mevius, LD), on constatera que le recul n’est que de -4,4 %.

•• Ce qui se traduit par des évolutions contrastées par grands marchés (toujours en volumes) : -12,6 % au Japon, -13,7 % en Russie, + 20,9 % en France, +11,7 % en Allemagne, +19,5 % au Royaume-Uni, -7,6 % en Italie, -18,3 % en Espagne, -25,9 % en Turquie.

•• Dans la catégorie des produits à risques réduits (RRP / Reduced-Risk Products), on apprend, à l’occasion de la publication de ces résultats, que celle-ci représente, en volume, 25 % de l’ensemble du marché du tabac au Japon.

La part des produits de Japan Tobacco sur ce nouveau marché est de 10 %. Avec une progression, en un an, passant de 400 millions à 1,8 milliard d’unités. (Voir 12 et 18 juin).

 Commentaires fermés sur Japan Tobacco : résilience et présentation des comptes trimestriels  ,
1 Août 2020 | Associations, International
 

Les cigarettiers réinvestissent la Formule 1 malgré plusieurs interdictions en vigueur, avec des dépenses publicitaires en hausse qui ont atteint le chiffre « inquiétant » de 85 millions d’euros l’an passé, selon un rapport publié ce 29 juillet et relayé par l’AFP.

Selon cette étude – co-écrite par le magazine spécialisé Formula Money et l’ONG anti-tabac « Stop » – les dépenses de Philip Morris International et British American Tobacco en faveur des écuries de F1 Ferrari et McLaren devraient atteindre 98 millions d’euros en 2020 (voir 15 et 18 février 2019). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Formule 1 : un rapport dénonce le retour des cigarettiers sur le circuit  , ,
29 Juil 2020 | Profession
 

Après la fermeture du site Seita de Nantes-Carquefou et l’important plan d’accompagnement social (voir 15 et 23 octobre 2014), certains des salariés ont continué les procédures devant les Prud’hommes qui avaient validé leur licenciement (voir 23 février 2017).

Mais la cour d’appel de Rennes vient de leur donner raison, annonce Ouest France. Selon les magistrats, qui ont examiné une dizaine de dossiers, ces anciens ouvriers ont été licenciés sans cause réelle et sérieuse et ils devront, à ce titre, être indemnisés. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Seita / Nantes : la cour d’appel de Rennes valide l’indemnisation de certains ex-salariés  ,
27 Juil 2020 | Profession
 

Philip Morris International annonce des résultats, pour ce deuxième trimestre 2020, « meilleurs que prévus » malgré la crise du coronavirus (voir 24 avril).

•• Ses ventes totales dans le monde (cigarettes et tabac chauffé) se montent à 170 milliards d’unités (-14,5 % par rapport au 2ème trimestre 2019).

Mais ce sont les cigarettes qui accusent le plus le coup : de 183,8 milliards d’unités, en 2019, à 151 milliards d’unités, cette année. Alors que les Heets de IQOS sont passés de 15,1 milliards d’unités à 18,7 milliards (+ 24,3 %). PMI annonce que sur l’ensemble des marchés où IQOS est présent (56), sa part de marché se consolide nettement : à 6,3 %.

•• À l’occasion de la publication de ces résultats, André Calantzopoulos (CEO de Philip Morris International) est revenu sur la récente décision de la Food and Drug Administration (FDA) américaine, favorable à l’innovation développée par le groupe (voir 10, 13 et 15 juillet) : « cette autorisation à présenter l’IQOS comme un produit du tabac à risque modifié nous satisfait pleinement. Elle marque une étape cruciale tant pour la santé publique que pour PMI. Elle reflète le fait que la FDA reconnaisse que IQOS est un produit fondamentalement différent de la cigarette et doit donc faire l’objet d’une réglementation distincte ».

•• Mais on retiendra de la publication de ces résultats trimestriels que l’IQOS représente désormais plus de 10 % des volumes mis sur le marché mondial par PMI. Chiffre encore plus significatif : la part des produits à risques réduits dans le chiffre d’affaires total de Philip Morris International est de 24 %.

•• Derrière les efforts de recherche et de développement commercial de PMI, se profilent de premiers résultats concrets en termes d’usage consommateur :

lors de ce 2ème trimestre, le nombre d’utilisateurs d’Iqos dans le monde se monte à 15,4 millions. En fait, l’augmentation est d’1 million par trimestre ;

parmi ces 15,4 millions d’utilisateurs, 11 millions (72 %) ont totalement abandonné la cigarette ;

l’Europe compte 4,3 millions d’utilisateurs de Iqos.