Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Oct 2020 | E-cigarette, Récents
 

Après son départ de la France et de certains autres marchés (voir 6 mai, 5 août et 3 septembre), il se disait que Juul Labs resterait implanté sans certains pays, l’Allemagne par exemple.

En fait, Juul aura quitté aussi le marché allemand à la fin de l’année. Alors que la filiale autrichienne a fermé cet été. Et cela ne devrait pas tarder pour l’implantation suisse.

Juul Labs déclare se recentrer prioritairement sur les marchés où il peut investir en R&D pour les produits du futur. En clair : les États-Unis.

En fait, les différences réglementaires – sur les taux de nicotine, notamment – de part et d’autre de l’Atlantique ont dû peser pour beaucoup dans ce retrait général de la société américaine qui débarquait en Europe … il y a 3 ans seulement.

 

Japan Tobacco lance une nouvelle « Ploom Tech+ », sur ce marché privilégié pour le tabac chauffé que représente le Japon. Ce nouveau produit sera disponible dans les Ploom shops et auprès d’une sélection de boutiques de tabac, à Tokyo, dès novembre.

La « Ploom Tech+ » se présente avec un device plus compact, plus pratique à porter et à utiliser. Il se recharge plus vite que les éditions précédentes. Il se veut particulièrement adapté aux usages des consommateurs de tabac chauffé d’aujourd’hui.

Rappelons que Japan Tobacco a mis en place toute une gamme de vaporisateurs Ploom à tabac chauffé, Ploom Tech, Ploom Tech+ (basse température / voir 31 juillet 2019) et Ploom S (haute température / voir 20 août 2019), de sorte à explorer toutes les possibilités de ce nouveau marché.

Il y a quatre mois, une nouvelle déclinaison de la Ploom S a également été mise sur le marché nippon : la S 2.0 (voir 12 juin 2020).

13 Oct 2020 | Profession
 

Seita a été condamné par le conseil des prud’hommes de Riom (Puy-de-Dôme) pour avoir licencié « sans cause sérieuse et réelle » 71 salariés de l’usine de Riom fermée en 2017, ont indiqué, vendredi 9 octobre, leurs avocats (voir 7 octobre 2017 et 29 novembre 2016).

« Tout au long de la procédure d’information-consultation du comité (d’entreprise) nous avons crié et démontré que le motif économique n’était pas avéré, alors que le groupe avait distribué et augmenté ses dividendes », a déclaré l’avocat des salariés Jean-Louis Borie, assisté de Me Sonia Signoret.

« Le licenciement pour motif économique prononcé par la Seita est dépourvu de cause réelle et sérieuse », selon le jugement rendu mercredi et dont l’AFP a obtenu une copie.

•• La société, détenue par Imperial Tobacco, « n’a pas fourni au comité d’entreprise, à son expert ou au conseil des documents permettant de constater la menace sur la compétitivité justifiant la nécessaire réorganisation », précise-t-il. Par ailleurs, « la Seita n’a pas procédé à des recherches sérieuses de reclassement »: les postes proposés « étaient essentiellement situés sur le site du Havre », rappelle-t-il.

Enfin, l’entreprise « ne fait pas la démonstration d’actions de formation permettant d’entretenir l’employabilité des salariés », soulignent les prud’hommes, qui accèdent aux demandes des salariés en condamnant la Seita à verser plusieurs dizaines de milliers d’euros d’indemnités à chacun d’entre eux.

•• « C’est la première manche, nous avons bon espoir que cela soit confirmé en appel », a estimé M. Borie. Contacté par l’AFP, l’avocat de la société n’était pas joignable.

•• Imperial Tobacco avait fermé en 2017 la Seita, dernière fabrique de cigarettes en France, située à Riom, ce qui avait entraîné la suppression de 239 emplois.

 Commentaires fermés sur Riom : Seita condamnée par le conseil des prud’hommes  ,
12 Oct 2020 | L'essentiel, Profession
 

Suite à la récente publication des prix du tabac au 1er novembre (voir 11 octobre et ce jour), Philip Morris France a publié un communiqué, repris ci-après intégralement.

Philip Morris France SAS augmente le prix de ses références de cigarettes, de tabac à rouler et à tuber et de sa marque de cigarillos dans la liste de prix publiée au Journal Officiel ce jour et qui entrera en vigueur au 1er novembre 2020 :

• Les paquets de 20 cigarettes augmentent de 40 à 50 centimes suivant les différentes marques du groupe. Le prix d’un paquet de la marque la plus vendue passe ainsi à 10,40 euros.

• Les références de tabac à rouler et à tuber augmentent de 40 à 80 centimes aux 30 grammes selon les références

• Les cigarillos augmentent de 20 centimes par paquet de 10.

« Au mois de mars dernier, le paquet de la marque la plus vendue était passé à 10 euros, devançant la volonté affichée du gouvernement de voir le prix des cigarettes atteindre cette barre avant la fin de l’année. Au mois de novembre l’ensemble des marques du groupe se vendra à 10 euros et plus, ce qui répond aux attentes du gouvernement.

« Cependant je souhaite rappeler ici que la hausse des taxes ne peut être le seul vecteur de lutte contre le tabagisme. Aujourd’hui il existe des alternatives que ce soit des cigarettes électroniques ou du tabac à chauffer qui représentent un bien meilleur choix pour les fumeurs qui continuent et continueront de fumer. Voilà pourquoi ces alternatives à la cigarette doivent s’inscrire pleinement dans les stratégies de lutte contre la cigarette. » a déclaré Jeanne Pollès, présidente de Philip Morris France SAS.

 Commentaires fermés sur « Hausse des taxes, pas le seul vecteur » (PMF)  ,
 

Dans le cadre de sa mission de préfiguration d’une future filière REP (Responsabilité élargie du Producteur) appliquée aux produits du tabac et en vue de la création imminente d’un éco-organisme spécialement chargé d’en coordonner le déploiement, la Mission Mégots a entamé toute une série d’actions allant de la mise en place d’expérimentations pilotes à des échanges avec tous les partenaires concernés (voir 3, 17 et 24 août).

Elle vient aussi de se doter d’un outil d’information pédagogique en ouvrant le site (lien) : missionmegots.fr

•• Dans l’esprit des responsables de la Mission Mégots, il s’agit de mettre à disposition de toutes les personnes concernées le site le plus pédagogique et informatif possible. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots : la Mission Mégots se dote d’un site  ,
5 Oct 2020 | International
 

Condamnées en 2019 à verser 15 milliards de dollars à 100 000 victimes du tabagisme au Québec, Imperial Tobacco Canada (groupe BAT au Canada), JTI-Macdonald et Rothmans Benson & Hedges (groupe Philip Morris International au Canada) ont obtenu, ce mardi 30 septembre, un nouveau sursis.

La Cour supérieure de l’Ontario leur accorde un délai jusqu’au 31 mars (voir 23 février 2020).

•• Les trois entreprises se sont placées sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. Leurs avocats ont expliqué mardi matin, au juge Thomas McEwen, de la Cour supérieure de l’Ontario, qu’elles agissaient de bonne foi et qu’elles avaient besoin de plus de temps pour mener à bien leur processus de restructuration. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Canada : nouveau report dans la procédure visant trois fabricants de tabac  ,
3 Oct 2020 | Associations
 

Des associations attaquent en justice Philip Morris et British American Tobacco, estimant qu’ils ont enfreint la loi interdisant la publicité pour le tabac et le vapotage en faisant la promotion des produits « IQOS » et « Vype », a-t-on appris vendredi. C’est ainsi que débute une dépêche AFP.

•• En 2017, Philip Morris a lancé en France un appareil baptisé « IQOS » à base de tabac « chauffé » et non brûlé comme dans une cigarette classique.

Estimant qu’il s’agit bien d’un produit du tabac, dont la promotion est interdite en France, le Comité national contre le tabagisme (CNCT) et l’association Les Droits des Non-Fumeurs (DNF) ont cité à comparaître en justice le plus grand fabricant de cigarettes au monde. Lire la suite »

1 Oct 2020 | E-cigarette, L'essentiel
 

Republic Technologies International et So Good viennent de diffuser un communiqué commun que nous reprenons intégralement.

Avec l’acquisition de Innovative / So Good, Republic Technologies International entend renforcer sa présence dans le segment des cigarettes électroniques et devenir un acteur incontournable des e-liquides premium certifiés Origine France Garantie.

Republic Technologies, basé à Perpignan dans le sud de la France, annonce aujourd’hui le rachat de la société Innovative / So Good, basée à Angoulême, fabricant de e-liquides et distributeur de matériel exclusivement dans le réseau buraliste.

•• L’objectif de Republic Technologies est la création d’une entreprise fortement innovante et l’émergence d’un leader sur le marché des e-liquides et la distribution de matériel exclusivement chez les buralistes. Par cette alliance, elle montre ainsi une fois de plus son dynamisme et continue d’apporter sa contribution au tissu économique français.

L’opération annoncée aujourd’hui repose sur l’acquisition de 100 % du capital d’Innovative / So Good.

•• Pour Olivier Partouche, Directeur Général de Republic Technologies qui a piloté ce rapprochement : « So Good est une marque reconnue et appréciée pour la qualité de ses liquides. Grâce au travail de Cédric Lacouture et ses équipes, elle est devenue une marque Premium incontournable dans le réseau des buralistes. Pour nous, la complémentarité avec nos liquides E-CG était évidente et nous permettra d’étendre encore davantage notre offre et / d’accompagner les buralistes dans le développement de ce nouveau segment ».

•• Pour Cédric Lacouture, fondateur de Innovative / So Good, « l’alliance à Republic Technologies à travers la marque E-CG est une excellente nouvelle pour nos clients ! Ces derniers vont pouvoir bénéficier à court terme d’une offre complète en matière de e-liquides, de cigarettes électroniques et d’articles pour fumeurs. De toutes les propositions d’acquisitions reçues, c’est celle qui nous a convaincu sur l’avenir et le développement de So Good. La notoriété de Republic Technologies n’est plus à prouver. Alliée à E-CG, nous sommes certains que la marque que nous avons créée en 2013 aura de très belles années devant elle ! »

•• La complémentarité des deux marques fait évoluer un marché en pleine expansion et l’étendue des segments couverts redessine un portefeuille unique, complet et cohérent pour Republic Technologies. Elle renforce également la capacité de répondre aux attentes du marché et d’accompagner les buralistes dans la constitution d’une offre de e-liquides Premium au sein de leurs points de vente.

1 Oct 2020 | International, Profession
 

L’information en avait surpris plus d’un quand elle était tombée … la cession (attendue) de l’importante activité cigares premium d’Imperial Brands (dont les actifs partagés avec les Cubains) à des consortiums d’investisseurs internationaux. Gemstone Investment Holding et Allied Cigar Corporation (sur lesquels on sait peu de choses, à vrai dire).

Transaction annoncée à 1 milliard 225 millions d’euros, au moment le plus fort du confinement sur tous les continents (voir 28 avril).

Or, il semblerait que diverses conséquences de la crise sanitaire aient quelque peu retardé l’opération. Son dénouement a été repoussé au 29 octobre. Sachant que les acquéreurs ont déjà fait un dépôt de garantie non-remboursable de 91 millions d’euros à Imperial Brands. Et qu’ils doivent renouveler l’opération le 7 octobre pour 85 millions d’euros.

•• Rappelons qu’il est prévu le schéma suivant :

Gemstone Investment Holding (basé en Inde) récupère les activités cigares premium d’Imperial Brands aux États-Unis ;
 Allied Cigar Corporation (Hong-Kong) acquiert l’activité premium pour le reste du monde.

•• Le périmètre de l’opération porte, notamment, sur :

50 % des parts de Habanos SA (soit les cigares cubains) : le reste étant entre les mains de l’État cubain ;
 50 % d’Internacional Cubana de Tabaco qui organise la production cubaine ;
 des activités comme celles de Tabacalera en Espagne ou de Coprova en France ;
 des usines au Honduras et en République Dominicaine.

 Commentaires fermés sur Cigares : Imperial Brands va-t-il arriver à vendre son activité « cigares premium » ?  ,
30 Sep 2020 | Profession
 

Quatre fabricants de tabac ont été condamnés par l’autorité néerlandaise de la concurrence, l’ACM, à une amende de 82 millions d’euros, rapporte LeSoir.be. Motif : avoir faussé la concurrence en échangeant des informations sur les prix à venir des paquets de cigarettes. 

Les faits reprochés ont eu lieu entre juillet 2008 et juillet 2011. « Les fabricants recevaient des informations des grossistes sur les prix des paquets de cigarettes de leurs concurrents avant que ces tarifs n’entrent en vigueur. Ils pouvaient dès lors aligner leur prix sur ceux des concurrents », explique l’ACM. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Pays-Bas : 82 millions d’euros d’amendes aux fabricants de tabac pour entente sur les prix  ,