Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Avr 2019 | Pression normative
 

Dans Le Parisien / Aujourd’hui en France de ce 21 avril, Michèle Rivasi (député européenne Europe Écologie – Les Verts / deuxième de liste pour le scrutin du 26 mai) a publié une tribune que nous reproduisons (voir Lmdt du 29 janvier).

« Le thème de la campagne des européennes que veut imposer Emmanuel Macron entre « progressistes » et « populistes » est stérilisant. Ainsi, si on ne veut pas être taxé de populiste, on doit forcément être progressiste et il faut dès lors s’astreindre à ne pas critiquer l’Union européenne (UE) et son fonctionnement. Mais une campagne électorale, c’est le débat, pas une juxtaposition de discours béats !

•• « Nos concitoyens le sentent, l’UE ne fonctionne pas bien. Elle n’est ni démocratique ni transparente. Bruxelles cultive l’entre-soi, notamment entre gouvernements et hauts fonctionnaires. La Commission est aux mains des lobbys. Et le Parlement n’a pas les moyens de s’y opposer efficacement. Prenons l’exemple révélateur du tabac.

« Ainsi de la lutte contre les trafics de tabac qui se traduisent par près de 20 milliards d’euros de perte fiscale dans l’UE. Nous savons désormais que le commerce parallèle est composé à 98 % de cigarettes qui sortent des usines des cigarettiers. Pourtant, l’UE veut leur confier la mise en œuvre de la traçabilité, faisant des cigarettiers des contrôleurs contrôlés.

•• « Cette décision est non seulement ubuesque, mais contraire au droit international. Alors qu’Emmanuel Macron avait promis durant sa campagne « une vraie politique de prévention », son gouvernement a publié un décret le 9 mars allant dans le sens de « l’autocontrôle », preuve que le lobby du tabac est à l’œuvre. En ne mettant pas en place un organisme indépendant pour assurer la traçabilité des cigarettes, l’UE et le gouvernement français ne respectent pas la convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac qu’ils ont signée.

•• « Je saisirai, s’il le faut, la Cour de justice de l’Union européenne pour faire appliquer ce traité en force depuis le 25 septembre 2018. Ainsi du lobbying, la Commission refusant de publier ses rencontres avec l’industrie du tabac. J’exige la transparence totale pour les cigarettiers, mais également pour les lobbyistes externes et les cabinets d’avocats. Lire la suite »

21 Avr 2019 | Pression normative
 

Les « indiscrétions politiques » de la dernière livraison du Figaro Magazine amènent le docteur Philippe Juvin – député européen LR qui ne se représente pas – à revenir sur l’un de ses sujets de prédilection (voir Lmdt des 30 mai, 20 et 5 mars 2017). Nous reprenons la notule.

« En dix années au Parlement européen, Philippe Juvin a « vu l’intérêt et le danger des lobbys. Il faut avoir un esprit indépendant pour leur résister ». Médecin, Philippe Juvin s’est notamment attaqué à la vente du tabac illicite et s’est heurté au puissant lobby des fabricants de tabac.

« La France perd 2 milliards d’euros en taxes à cause de la vente de cigarettes illicites », dénonce le maire LR de La Garenne-Colombes, alors qu’en France le débat fait rage sur la baisse des impôts et des dépenses publiques. Pour lui, il faut appliquer aux cigarettiers le principe du pollueur-payeur.

« Nous devrions leur faire payer le coût induit des charges médicales ainsi que le ramassage des mégots », comme la secrétaire d’État Brune Poirson avait tenté de l’imposer. « Elle a eu du courage », constate Philippe Juvin qui va écrire à la ministre de la Santé Agnès Buzyn et proposer, en tant que « monsieur Santé » du « shadow cabinet » des Républicains, que son parti reprenne son idée. »

20 Avr 2019 | Profession
 

Portrait flatteur de Jeanne Pollès (président de Philip Morris France) dans la rubrique « Carnet » des Échos du 19 avril. Nous le reproduisons ci-dessous.

« C’est un petit café parisien, avec ses tables en Formica, ses ardoises barbouillées à la craie, un coin tabac et un comptoir en zinc. C’est là que Jeanne Pollès, désormais présidente de Philip Morris France, a fait ses premiers pas professionnels. C’était il y a trente ans. Et pour le cigarettier, déjà. Son premier rôle ? Arpenter les tabacs des 9e et 2e arrondissements de Paris pour représenter les marques Marlboro, Chesterfield et Virginia Slims (voir Lmdt du 28 juin 2018).

•• « Un paquet de cigarettes coûte alors 5 francs, soit moins d’un euro, contre près de 9 euros aujourd’hui. « À l’époque, j’étais très timide » lâche dans un grand sourire cette femme fonceuse, chaleureuse, qui désormais, n’hésite pas à monter au créneau : « le gouvernement utilise l’arme du prix dans un pays qui compte 12 millions de fumeurs réguliers. C’est regarder les choses par le petit bout de la lorgnette ! ». Lire la suite »

19 Avr 2019 | International
 

Un tribunal ontarien a rejeté la requête des « 100 000 victimes québécoises du tabagisme » qui lui demandaient de retirer la protection accordée aux trois cigarretiers – JTI-Macdonald, Imperial Tobacco Canada (groupe BAT) et Rothmans Benson & Hedges (groupe Philip Morris International) – par rapport à leurs créanciers. 

Les associations de victimes souhaitant toucher les indemnités de 15 milliards de dollars, en vertu d’un jugement de la Cour d’appel du Québec (voir Lmdt des 24 mars et 4 mars). Lire la suite »

16 Avr 2019 | L'essentiel, Profession
 

« Unsmoke » : le problème avec ce néologisme anglo-saxon, c’est qu’il est difficile à traduire en français. « Non-tabac » ? « A-tabac » ?

Même chez Philip Morris France, la question reste ouverte.

•• On comprendra de quoi il s’agit à la teneur du message diffusé, depuis la semaine dernière, par Philip Morris International : soit l’initiative de « The Year of Unsmoke », accompagnée « d’une invitation pressante à agir adressée aux fumeurs, non-fumeurs, régulateurs et acteurs du changement de tous pays pour proposer de nouveaux horizons au 1,1 milliard de fumeurs dénombrés dans le monde ainsi qu’à leurs familles et leurs entourages. » Lire la suite »

15 Avr 2019 | Profession
 

La Vype sur McLaren et Mission Winnow sur Ferrari (voir Lmdt du 31 mars et 14 février) ont pris le départ du grand Prix de Chine de Formule 1, ce dimanche 14 avril.

Interrogés par Nextgen Auto à la veille de la course, deux pilotes de F1 tempèrent la polémique.

•• « Oh mon Dieu. Je vais ramer sur cette question » plaisante le français Romain Grosjean (Haas / 11ème hier). « Je suis le premier à dire à mes amis d’arrêter de fumer et je leur dis à plusieurs reprises et j’en suis très fier. Je pense que les e-cigarettes sont peut-être moins mauvaises. S’ils veulent sponsoriser la Formule 1, pourquoi pas ». Lire la suite »

15 Avr 2019 | L'essentiel, Profession
 

Dans le dernier numéro du Losange (voir Lmdt du 13 avril), Didier Ellena (Président de Japan Tobacco International France / voir Lmdt du 14 janvier) livre une interview sur divers points d’actualité (extraits).

Sur la fiscalité

« En 2018, le Gouvernement énonçait son souhait de faire passer le prix du paquet de cigarettes à 10 euros d’ici 2020 dans un souci de santé publique. Pour y parvenir, il a décidé d’augmenter fortement les droits d’accises afin d’arriver à une augmentation annuelle d’environ 1 euro pendant trois ans.

« Le total de ces augmentations équivaudrait à environ un Smic pour un fumeur régulier ! Dans le contexte social actuel, qui met en lumière la situation très délicate dans laquelle se trouvent bon nombre de Français qui ne peuvent plus affronter de nouvelles hausses de taxes, nous avons bon espoir que le pragmatisme prévaudra et que la fiscalité du tabac sera prise en compte dans la réflexion globale portant sur le pouvoir d’achat, au même titre que les taxes sur le carburant. Lire la suite »

4 Avr 2019 | Profession
 

Le Quotidien du Médecin a publié, ce jeudi, la réponse de Philip Morris France à la tribune « Le Tabac chauffé, cheval de Troie de l’industrie du tabac », signée de quatre responsables du Comité national contre le Tabagisme (voir Lmdt de ce jour) et parue dans ses colonnes.

« Nous tenons à marquer notre étonnement quant à la démarche dogmatique de cette tribune mettant en avant des arguments non vérifiés.

•• « Ses auteurs affirment ainsi que « toutes les recherches indépendantes de celles de l’industrie démontrent la production par le tabac chauffé de substances toxiques à des taux élevés ». Cette affirmation, qui n’est pas référencée, ne traduit pas le travail de la plupart des études qui ont comparé les émissions toxiques du tabac chauffé avec celles de la cigarette conventionnelle. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Ouverts à un dialogue qui s’appuie sur les données de la science et au débat constructif, et contradictoire, sur le sujet du tabac chauffé » (Philip Morris / Quotidien du Médecin)  ,
2 Avr 2019 | International, Profession
 

La semaine dernière, Reynolds (groupe BAT désormais, voir Lmdt du 24 juillet 2017) a donné le coup d’envoi de Revel : des pastilles à la nicotine (sans tabac, ni goudron) qui se dissolvent dans la bouche, vendues en quatre saveurs. 

C’est le premier nouveau produit lancé par l’entreprise, à une large échelle commerciale, depuis l’e-cigarette Vuse en 2013 (voir Lmdt du 7 janvier 2016).

•• « Nous ne positionnons pas cela comme un produit de cessation. C’est simplement un moyen simple pour les adultes de consommer la nicotine dans un format différent », a déclaré Shay Mustafa, vice-president consumer marketing de Reynold’s.

Les pastilles s’adressent exclusivement aux adultes qui fument déjà. Reynolds parie qu’un grand nombre de ces clients recherchent une manière plus simple et plus discrète d’utiliser la nicotine, en dehors des cigarettes traditionnelles et des e-cigarettes.

•• Afin anticiper toute critique d’« appel aux jeunes », les pastilles Revel sont vendues hors linéaire apparent et conditionnées dans des emballages protégés. Les ventes en ligne sont limitées à deux commandes par client, à la fois, et avec vérification de l’âge (21 ans) par un logiciel.

Reynolds demandera aux détaillants de participer à « We Card », un programme créé en 1996 pour réduire l’accès des mineurs au tabac. « Le marketing responsable est au cœur de la manière dont nous voulons rendre disponibles ces produits » a précisé Shay Mustafa.

 Commentaires fermés sur États-Unis : Reynolds lance des pastilles à la nicotine  ,
31 Mar 2019 | Profession
 

Cet après-midi, les McLaren participeront au grand prix de Formule 1 de Bahreïn avec le sigle de Vype, la cigarette électronique du groupe British American Tobacco.

C’est la première fois qu’un produit du vapotage apparait sur une formule 1.

On se rappelle la toute récente polémique provoquée par certains milieux anti-tabac hostiles à la présence, sur ces bolides hyper-médiatisés, de messages promouvant les démarches de Philip Morris International et de British American Tobacco pour la recherche et le développement de produits de nouvelle génération (voir Lmdt des 18 et 15 février). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Formule 1 : la Vype sur les McLaren du grand prix de Bahreïn  ,