Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Juin 2018 | Associations
 

Pourquoi ne pas augmenter le prix de l’alcool au même titre que celui du tabac ? La Ligue contre le Cancer a commandité un sondage à OpinionWay sur la hausse du prix de l’alcool au nom de la santé publique. Et 54 % des sondés se disent « favorables » ou « très favorables » à « une augmentation du prix des produits contenant de l’alcool comme pour les produits du tabac ». 

•• 58% adhèrent à l’idée d’une « taxation sur les produits contenant de l’alcool pour compenser les dépenses de santé liées à la consommation d’alcool », contre 40 % qui y sont hostiles. Et ce sont les plus jeunes (18-24 ans) qui sont le plus favorables à la taxation des produits contenant de l’alcool (72 %).

« Le renforcement de la prévention chez les jeunes » fait presque l’unanimité (92 % favorables, 6 % défavorables). « Un étiquetage sur les boissons alcoolisées mentionnant les risques liés à la consommation d’alcool » est plébiscité par 81 % des sondés. Lire la suite »

13 Juin 2018 | International
 

Les Canadiens pourraient dépenser jusqu’à 7,17 milliards de dollars canadiens (4,6 milliards d’euros) en produits de cannabis, dès 2019, et augmenter leur consommation globale de 35 %, après la légalisation du cannabis à usage récréatif, comme cela est prévu pour cette année (voir Lmdt des 24 mai et 12 février). Ceci selon un rapport du cabinet d’audit et de conseils financiers Deloitte, publié le 5 juin.

•• L’étude précise que les ventes légales pourraient générer jusqu’à 4,34 milliards de dollars canadiens (2,8 milliards d’euros) et constituer plus de la moitié des ventes totales de cannabis.

Le rapport précise que les consommateurs actuels de cannabis seraient, à priori, susceptibles d’effectuer 63 % de leurs achats par la voie des canaux légaux, même s’ils s’attendent à payer un prix au gramme jusqu’à 10 % plus élevé après la légalisation. Ces consommateurs seraient prêts à délaisser entièrement leurs fournisseurs illicites si l’offre du marché légal combinait la qualité, le prix et la sécurité qui leur conviennent. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Canada : première estimation des dépenses de cannabis post-légalisation  ,
12 Juin 2018 | Observatoire
 

Selon le rapport 2018 de l’Observatoire européen des Drogues et Toxicomanies (EMCDDA) présenté à Bruxelles ce jeudi 7 juin (voir Lmdt du 4 juin 2015), le cannabis continue d’être la drogue la plus courante en Europe …

et la France est en tête : 40,1 % des Français de 15 à 64 ans déclarent en avoir consommé au moins une fois, contre 26,3 % pour la moyenne européenne (voir Lmdt des 24 janvier 2018, 22 décembre 2017).

•• L’analyse de l’agence européenne confirme que le marché de la cocaïne est en plein essor sur le vieux continent. Environ 2,3 millions de jeunes des pays de l’Union européenne entre 15 et 34 ans en ont consommé l’an dernier. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Cannabis : la France toujours en tête de la consommation en Europe  ,
11 Juin 2018 | Observatoire
 

« De la condamnation à l’ouverture » : les Français se montrent de plus en plus favorables à une autorisation du cannabis, à condition qu’elle soit strictement régulée par l’État, affirme, ce lundi 11 juin, une enquête* de l’Ifop pour Terra Nova et Echo Citoyen, relayée par l’AFP.

Plus de la moitié des Français (51 %) seraient ainsi favorables à « une régulation et un encadrement du cannabis », à condition que la puissance publique fixe « des règles concernant sa production, sa distribution et sa consommation tout en maintenant son interdiction dans certains cas » (au volant, dans les lieux publics et pour les mineurs). Mais 40 % y restent toutefois opposés.

Plus de 8 sondés sur 10 (82%) se déclarent aussi favorables à l’autorisation du cannabis à usage médical encadré, sur ordonnance. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Cannabis : les Français de plus en plus favorables à une autorisation régulée (IFOP)  ,
8 Juin 2018 | Observatoire
 

Tabac, alcool, cannabis, cocaïne, porno, jeux vidéo et utilisation des écrans : les niveaux de consommation sont « inquiétants » parmi les jeunes de 14 à 24 ans, selon une vaste enquête sur les addictions conduite auprès d’un millier d’entre eux, publiée vendredi dans Le Parisien.

Quelque 340 000 (3 %) des jeunes de 14-17 ans auraient ainsi déjà consommé de la cocaïne, de l’ecstasy ou du GHB, et 255 000 (5 %) des 18-24 ans en consommeraient toutes les semaines.

« L’enquête confirme l’importance de la consommation de produits licites et illicites, mais l’augmentation de la consommation des drogues festives (ecstasy, cocaïne…) qui apparaît d’un peu plus du double que dans les enquêtes habituelles, suscite une inquiétude particulière », estime le président du Fonds Actions Addictions, Michel Reynaud.

•• Le Fonds, la Fondation Gabriel-Péri (de gauche) et la Fondation pour l’innovation politique (libérale) sont commanditaires de l’enquête, qui a également permis d’interroger les parents et un échantillon représentatif de la population adulte. Elle paraît alors que le Plan national de mobilisation contre les addictions du gouvernement est attendu.

•• « Les parents sous-évaluent les consommations de leurs enfants en matière d’alcool, de tabac, de jeux d’argent et de pornographie » mais « ils sont demandeurs de solutions (contrôle d’identité, identification bancaire …) », remarque le Pr Reynaud. Aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités, tout d’abord en faisant appliquer la loi sur l’interdiction de vente d’alcool et de tabac aux mineurs, estime-t-il. Lire la suite »

7 Juin 2018 | Observatoire
 

À la demande de Clopinette, Harris Interactive a invité un échantillon représentatif de Français (1 011 personnes dont 278 fumeurs réguliers et 145 vapoteurs réguliers) à se prononcer, notamment, sur leur perception de la cigarette électronique et sur son usage dans le cadre du sevrage tabagique.

À travers cette enquête, réalisée en ligne du 10 au 12 avril, soit juste après la première vague de hausse des prix en mars, il s’agissait de mieux comprendre le regard des Français sur le tabac, la cigarette électronique, la lutte contre le tabac, etc. À comparer avec d’autres sondages (voir Lmdt du 2 juin).

•• Invités à se prononcer de façon ouverte à propos du tabac, les Français l’associent spontanément à ses conséquences sur la santé : « cancer », « maladie », « poumons », « mauvais » ou encore « nocif », etc. Sans surprise, les fumeurs citent, plus que la moyenne, le prix du tabac qu’ils trouvent particulièrement « cher ». Concernant la cigarette électronique, l’ensemble des Français n’écartent pas une potentielle dangerosité (« nocif », « dangereux ») de ce « substitut » au tabac. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Quelle place pour la cigarette électronique dans le sevrage tabagique ? (sondage Harris Interactive)  , , ,
2 Juin 2018 | L'essentiel, Observatoire
 

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting (réalisé pour Le Figaro et France Info auprès de 1 030 personnes par Internet les 30 et 31 mai), le « vapotage est un facteur bien plus important que toutes les autres dimensions des politiques de santé publique contre le tabac ».

•• Plus des deux tiers des sondés estiment ainsi que le développement de l’e-cigarette a joué un rôle majeur dans la baisse du nombre de fumeurs.

Également convaincus (à 80 %) que la hausse des prix est une mesure efficace pour faire diminuer le nombre de fumeurs, les Français sont logiquement favorables à sa poursuite : près des deux tiers des sondés plébiscitent le paquet à 10 euros.

Sauf les fumeurs : près des deux tiers y sont opposés … Lire la suite »

1 Juin 2018 | Observatoire
 

En 2018, les Parisiens de moins de 15 ans sont seulement 5 % à fumer, selon la dernière étude de « Paris sans tabac » (voir Lmdt du 14 juin 2017). C’est plus de deux fois moins de fumeurs quotidiens chez les élèves parisiens de 14 à 16 ans, en cinq ans.

De 2013 à 2018, le taux de fumeurs est passé de 4 à 1 % chez les 14 ans, de 11 à 4 % à 15 ans et de 18 à 8 % à 16 ans.

•• « À ce rythme, les fumeurs, les bureaux de tabac et les terrasses enfumées ne seront bientôt qu’un lointain souvenir. L’évolution actuelle rend très optimiste sur l’extinction du tabagisme. La France va très certainement aboutir à une génération de non-fumeurs avant 2034 », n’a pas manqué de commenter le pneumologue Bertrand Dautzenberg, président de « Paris sans tabac ».

•• Autre enseignement de l’enquête, la classe de quatrième (14-15 ans) apparaît comme un moment clé. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Étude « Paris sans tabac » : deux fois moins de fumeurs chez les ados en cinq ans  , ,
31 Mai 2018 | E-cigarette, Profession
 

En cette « Journée mondiale sans tabac », British American Tobacco France a adressé aux médias une tribune que nous reproduisons intégralement. 

« En marge de la Journée mondiale sans Tabac, le ministère de la Santé se réjouit d’une baisse du nombre de fumeurs en 2017, à grand renfort de communication. 1 millions de fumeurs en moins. La magie du chiffre rond.

Mais derrière toute magie se cache souvent une illusion, et les incohérences interpellent. Il y a deux mois, les chiffres officiels des Douanes montraient une quasi stabilité des ventes de tabac (-2,2%) et, subitement, il est évoqué une chute de -10%. Par ailleurs, comment un matraquage fiscal engagé en 2018 peut-il faire baisser un nombre de consommateurs …en 2017 ?

•• Hormis ces « détails », il est une absence plus grave encore. Les chiffres du Ministère indiquent que la moitié des fumeurs ayant tenté d’arrêter avec une aide le font avec le vapotage, l’alternative la plus efficace qui, pourtant, n’a pas été encouragée par le Gouvernement et qui n’a rien coûté à la Sécurité Sociale. L’Etat passe donc à côté de cette révolution ! Cette révolution, l’industrie du tabac la mène. Face à l’impact sanitaire du tabac, nous avons pris en marche le train de l’histoire et enclenché un changement de paradigme en investissant massivement en recherche et développement afin de mettre au point des produits du vapotage innovants. Lire la suite »

31 Mai 2018 | Pression normative
 

Le paquet de cigarettes neutre laisse relativement indifférents les fumeurs de 17 ans, affirme ce jeudi 31 mai l’Observatoire français des Drogues et Toxicomanies (OFDT / voir Lmdt des 20 et 26 mars), qui a sondé cette catégorie d’âge particulièrement ciblée par l’industrie du tabac, annonce l’AFP.

•• L’OFDT a interrogé 7 299 Français de cet âge entre novembre 2016 et février 2017, l’époque où le paquet neutre s’est imposé, puisqu’il est obligatoire depuis le 1er janvier 2017.

L’un des résultats frappants est que les fumeurs sont beaucoup moins nombreux à trouver une efficacité au paquet neutre que les non-fumeurs. « La divergence parfois marquée des perceptions entre fumeurs et non-fumeurs laisse entendre que cette mesure pourrait, chez les adolescents, contribuer davantage à prévenir l’initiation au tabagisme qu’à favoriser l’abandon du tabac », a estimé l’OFDT.

•• Interrogés pour savoir si ce paquet neutre peut « aider les plus jeunes à ne pas fumer », les ados dans leur ensemble sont 49,4 % à répondre « certainement pas » ou « probablement pas », contre 40,8 % « c’est possible » ou « très certainement ». Lire la suite »