Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Juin 2017 | International
 

De tels résultats sont obtenus sans paquet neutre – et avec des prix différenciés d’un état à l’autre -, faut-il le rappeler ? 

•• Comme pour la consommation de tabac, l’utilisation de cigarettes électroniques a nettement diminué parmi les collégiens et lycéens américains en 2016, et ce après plusieurs années de forte progression du vapotage (voir Lmdt du 17 décembre 2016).

Selon le rapport des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et de l’Agence des produits alimentaires et des médicaments (FDA), publiée le 15 juin, 3,9 millions des jeunes adolescents fumaient des cigarettes ou vapotaient en 2016 contre … 4,7 millions, l’année précédente.

Cette baisse a surtout résulté d’une chute de 26,6 % de l’utilisation des cigarettes électroniques chez les collégiens et lycéens : 2,2 millions vapotaient en 2016 contre 3 millions en 2015, précise le rapport des CDC et de la FDA. Lire la suite »

15 Juin 2017 | L'essentiel, Profession
 

Dix ans après l’entrée en vigueur de l’interdiction de la vente de jeu d’argent et de hasard aux mineurs, une étude Opinion Way – commanditée par la FDJ et publiée à l’occasion de la « Journée du jeu récréatif » (voir Lmdt du 13 juin) – révèle que si cette loi est plutôt connue par une grande majorité des Français, des pratiques de jeu en famille perdurent. 

•• Le fait qu’il existe un âge légal avant lequel on ne peut acheter des jeux d’argent et de hasard est un acquis pour 84 %.

Les mineurs s’avèrent encore mieux renseignés que les adultes : 89 % des jeunes adolescents de 15 à 17 ans estiment que l’âge légal pour jouer à des jeux d’argent et de hasard est de 18 ans. Seuls 11 % se trompent sur l’âge légal (6 %) ou estiment qu’il n’y a pas d’âge légal (5 %).

Cependant, tous les jeux ne sont pas soumis aux mêmes exigences dans l’esprit des Français : paris (85 %) et jeux d’argent en ligne (85 %) seraient davantage soumis à un âge minimum légal que les jeux de tirage (78 %) ou les tickets à gratter (70 %). Lire la suite »

14 Juin 2017 | Observatoire
 

En l’attente des résultats complets de son enquête annuelle sur la prévalence tabagique des collégiens et lycéens de la capitale (voir Lmdt des 9 mai 2016, 29 mai 2015 et 19 mai 2014), « Paris sans Tabac » du professeur Dautzenberg a publié sur Twitter les enseignements d’une question complémentaire sur l’opération « Moi(s) sans tabac » (voir Lmdt du 1er décembre 2016).

•• Globalement, 45,3 % des élèves et des collégiens ayant répondu disent en avoir entendu parler.

•• Cependant, en y regardant de plus près, ce sont les (déjà) jeunes ex-fumeurs qui déclarent avoir le plus participé concrètement au « Moi(s) sans tabac » (à hauteur de 11 %). Contre 8 % pour les jeunes fumeurs occasionnels et 6 % pour les jeunes fumeurs quotidiens. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Moi(s) sans tabac » : bilan mitigé pour les ados parisiens … et premières estimations-choc du professeur Dautzenberg   , ,
8 Juin 2017 | E-cigarette, Observatoire
 

Depuis 2014, la proportion de ceux qui ont au moins essayé la cigarette électronique dans les 28 pays de l’Union européenne a augmenté (15% contre 12% en 2014).

Cependant, la proportion d’utilisateurs réguliers (2%) est restée stable. Ceci, dans une Union où la perception de la cigarette électronique reste contrastée. 

Suite du décryptage de l’Eurobaromètre 2017 de la Commission européenne publiée à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac (voir Lmdt des 7 juin et 30 mai).

•• La majorité (61%) de ceux qui ont commencé à utiliser des cigarettes électroniques l’ont fait afin de freiner leur consommation de tabac, 31 % parce qu’ils considéraient que les cigarettes électroniques étaient plus saines ou 25 % pour des raisons économiques.

•• 14% des sondés déclare avoir totalement stoppé la consommation de tabac en ayant recours à la cigarette électronique. 10% pensent qu’ils recommenceront à fumer et 17% sont parvenus à réduire leur consommation de tabac sans pour autant arrêter de fumer. Les autres consommateurs ne se prononcent pas encore. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Eurobaromètre 2017 : et l’e-cigarette …  ,
7 Juin 2017 | Observatoire
 

Si la prévalence tabagique des 28 pays de l’Union européenne a baissé de 6 points depuis 2006, elle reste stable – à hauteur de 26 % – depuis 2014, selon le baromètre 2017 de la Commission européenne, publié à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac (voir Lmdt du 30 mai). Et donc avant la mise en œuvre de la nouvelle directive Tabac européenne.

Plus de la moitié des enquêtés n’ont jamais fumé et 20 % sont d’anciens fumeurs. L’enquête ayant été réalisée entre le 18 et 27 mars derniers sur un échantillon de 27 901 personnes. Les grandes tendances :

•• Il existe d’importantes différences de consommation dans l’UE : avec des taux de tabagisme plus élevés en Europe du Sud que du Nord.

Les pays où l’on fume (au moins une fois de temps en temps) le plus sont la Grèce (37 %), la Bulgarie (36 %), la France (36 %) et la Croatie (35 %). Alors que la proportion de fumeurs n’atteint que 7 % en Suède et 17 % au Royaume-Uni.

•• Les hommes (30% sur toute l’Union) sont plus susceptibles de fumer que les femmes (22 %), de même que les jeunes de 15 à 24 ans (29 %) par rapport aux personnes âgées de 55 ans ou plus (18 %). La consommation des jeunes enregistre une hausse de 4 points depuis 2014. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Eurobaromètre 2017 : tour d’Europe de la consommation de tabac  ,
3 Juin 2017 | Observatoire
 

Taxes comportementales, stigmatisation des consommateurs, restriction des possibilités de choix, interdiction de publicité … Cela vous dit quelque chose ? 

L’Institut économique Molinari (IEM) dresse dans une étude, analysée dans L’Opinion de ce vendredi 2 juin et déjà remarquée par le site « Nous sommes 13 millions de fumeurs adultes et responsables » (lien), le classement inédit des « pays moralisateurs ».

La France arrive sixième sur vingt-huit.

•• L’étude a été réalisée sous la responsabilité de Christopher Snowden – directeur de la division économie des modes de vie à l’Institute of Economic Affairs de Londres – en partenariat avec le réseau européen de think tanks Epicenter, dont l’IEM fait partie. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Du tabac aux boissons sucrées : la France, sixième au classement des pays européens les plus « moralisateurs » (Institut économique Molinari)  , ,
2 Juin 2017 | Observatoire
 

Des chercheurs ont découvert comment le tabagisme agit sur une variante génétique protectrice des artères contre l’accumulation de plaques et accroît ainsi le risque de maladie cardiovasculaire, ce qui pourrait permettre de développer de nouveaux traitements, selon l’AFP.

Un grand nombre de personnes ont ce gène (ADAMTS7) qui réduit le niveau d’une enzyme impliquée dans l’athérosclérose, responsable des maladies coronariennes. Mais le fait de fumer annihile cette protection, ont découvert ces scientifiques dont les travaux étaient publiés récemment dans la revue Circulation.

•• « Notre découverte suggère que des traitements pour neutraliser cette enzyme pourraient être particulièrement bénéfiques pour les fumeurs et également pour toutes les personnes avec un risque accru de maladies cardiovasculaires », estime le Dr Muredach Reilly, professeur de cardiologie à la faculté de médecine de l’Université. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Le tabac affaiblit un gène protégeant les artères  , ,
30 Mai 2017 | Observatoire
 

Le tabagisme quotidien a diminué parmi les hommes de 25-34 ans et les jeunes femmes de 15-24 ans entre 2010 et 2016 en France, selon l’enquête Baromètre Santé 2016, qui constate cependant une tabagie globale toujours élevée … et en hausse chez les moins favorisés.

L’enquête, réalisée auprès de plus de 15 000 personnes de France métropolitaine âgées de 15 à 75 ans, est publiée, ce mardi 30 mai, dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’agence sanitaire Santé publique France (voir Lmdt des 7 et 8 octobre 2016 pour le précédent Baromètre).

•• « En France, en 2016, 34,5 % des 15-75 ans fumaient du tabac, 28,7 % quotidiennement. Des chiffres qui sont stables depuis 2010, après la hausse observée entre 2005 et 2010 », selon le BEH, qui déplore cependant le maintien d’un tel niveau.

Avec un tiers de fumeurs, la fréquence du tabagisme en France reste d’ailleurs « nettement plus élevée que dans les pays voisins : l’Allemagne compte environ un quart de fumeurs, comme l’Espagne, la Belgique et les Pays-Bas ; l’Italie et la Grande-Bretagne en comptent environ un cinquième », note le Bulletin.

Les États-Unis et l’Australie ont un niveau de tabagisme nettement inférieur aux pays d’Europe occidentale, avec environ 15% de fumeurs parmi les adultes en 2014-2015. « Dans ces pays, aux contextes sociétaux et de politique de lutte anti-tabac variés, la tendance est, contrairement à la France, une baisse continue de la prévalence du tabagisme, plus ou moins forte selon les pays, depuis le début des années 2000 », ajoute le BEH.

•• Entre 2010 et 2016, la fréquence du tabagisme quotidien a diminué parmi les hommes de 25-34 ans (de 47,9 % à 41,4 %) et parmi les femmes de 15-24 ans (de 30 % à 25,2 %). Une diminution qualifiée de « résultat encourageant pour l’avenir » par les auteurs de l’étude.

À l’inverse, elle a augmenté parmi les 55-64 ans (de 15,5 % à 21,1 %) et parmi les 65-75 ans (de 5,7 % à 8,9 %).

•• Au cours de la même période, la fréquence du tabagisme quotidien a augmenté de 35,2 % à 37,5 % parmi les personnes aux revenus de la tranche la plus basse, alors qu’elle a diminué de 23,5 à 20,9 % parmi celles disposant des revenus de la tranche la plus haute.

« Les écarts selon le niveau de diplôme suivent une tendance similaire, témoignant ainsi d’une augmentation des inégalités sociales en matière de tabagisme », constatent les auteurs.

Ces résultats « incitent à poursuivre de façon affirmée la lutte contre le tabagisme, en veillant notamment à ce que les personnes vivant dans les conditions les plus défavorisées bénéficient de plus d’attention et d’aides spécifiques pour arrêter de fumer », résume le BEH.

•• Quant à l’e-cigarette, son usage a baissé en 2016 par rapport à 2014, avec 3,3 % d’utilisateurs chez les 15-75 ans (contre 5,9 % deux ans auparavant) et 2,5 % d’usagers quotidiens (contre 2,9 %).

27 Mai 2017 | Observatoire
 

Selon le rapport 2017 sur l’état de santé de la population – publié, en mai, par la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation, et des Statistiques (DREES) et l’Agence nationale Santé publique France – assure que « les Français sont globalement en bonne santé par rapport aux pays de niveau de richesse similaire ». 

•• Leur espérance de vie en 2015 était de 85 ans pour les femmes (soit parmi les plus élevées d’Europe) et 78,9 pour les hommes (dans la moyenne européenne). En dix ans, l’espérance de vie des femmes a progressé de 1,2 an et celle des hommes de 2,2 ans, même si cette évolution tend à se tasser.

En 2013, quelque 567 000 décès ont été enregistrés en France (métropole et outre-mer). Les cancers et les maladies cardiovasculaires en sont les causes les plus fréquentes (27,6 et 25,1 %). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur État de santé des Français : l’espérance de vie progresse malgré 30 % de décès prématurés  ,
26 Avr 2017 | International
 

Quatre adultes sur dix sont en surpoids et un sur sept obèse : la surcharge pondérale continue de progresser dans le monde. A tel point qu’elle est devenue la première cause de décès prématurés aux États-Unis, selon les travaux de l’équipe de l’Ecole de médecine de New York qui a présenté ses travaux au Congrès annuel de la Society of General Internal Medicine (du 19 au 22 avril à Washington).

•• Tabac, diabète, hypertension… Les facteurs qui écourtent l’espérance de vie sont nombreux. Mais l’obésité se retrouve au premier rang avec le tabagisme. Hypertension artérielle et hypercholestérolémie complètent le tableau.

Cela confirme que « les facteurs de risque comportementaux posent un problème sérieux sur la mortalité aux États-Unis », pour Glen Taksler, auteur des travaux. D’autant que, parmi les cinq principales causes de décès prématuré, trois sont aisément traitables. Diabète, hypertension et excès de cholestérol peuvent, en effet, être réduits grâce à des interventions sur le mode de vie ou des médicaments. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur États-Unis : l’obésité serait la première cause de décès prématuré  ,