Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Nov 2020 | Récents, Trafic
 

Revenons sur notre information, publiée ce vendredi 27 novembre, concernant la contrefaçon sur le marché des cigarettes (communiqué Seita / voir 27 novembre). Et selon laquelle, à la sortie du premier confinement, plus d’une cigarette sur dix consommées par les fumeurs français était de la contrefaçon.

Ce qui met en valeur le phénomène nouveau et préoccupant de ces cigarettes, non pas détournées d’une façon ou d’une autre du circuit officiel à des fins de vente illégale, mais sciemment fabriquées dans des conditions clandestines (voir 25 et 26 juillet ainsi que 27 et 29 juin).

Voici le classement par région de là où nous en sommes dans le développement de la contrefaçon, telle qu’elle a été évaluée grâce à une enquête « ramasse-paquets vides dans la rue » (étude Empty Pack Survey), menée pendant le second trimestre 2020 (période comprenant la fin du premier confinement avec sa fermeture des frontières) ; il s’agit du poids relatif des « cigarettes issues de la contrefaçon et des marques clandestines » dans le marché total. Lire la suite »

27 Nov 2020 | Récents, Trafic
 

À la sortie du premier confinement, plus d’une cigarette sur dix consommées sur le marché français était de contrefaçon …

C’est ce qui ressort de récentes enquêtes « ramasse-paquets » dont Seita livre les résultats dans un communiqué que nous reproduisons ci-dessous. (Voir aussi 25 et 26 juillet ainsi que des 27 et 29 juin).

« L’étude Empty Pack Survey, menée les 2ème et 4ème trimestre de chaque année, permet de définir l’origine des cigarettes consommées par les fumeurs français. Lire la suite »

23 Nov 2020 | International
 

Retour sur des statistiques au long cours.

En 2019, les États-Unis comptaient 14 % de fumeurs de tabac au sein de la population adulte. Contre 13,7 % l’année précédente. C’est ce qui apparait dans un nouveau rapport des Centers for Disease Control and Prevention (CDC / voir 25 janvier 2020).

En comparaison, les vapoteurs en étaient, toujours l’année dernière, à 4,5 %. Contre 3,2 % en 2018. Sachant que pratiquement un quart des vapoteurs déclarent ne jamais avoir fumé. Lire la suite »

21 Nov 2020 | Observatoire
 

Porter un patch de nicotine peut-il empêcher d’attraper le Covid-19? Pour tenter de le savoir, l’AP-HP (Hôpitaux de Paris) va lancer une étude nationale portant sur plus de 1 600 personnes, annonce l’AFP (voir 29 mai, 27 et 23 avril).

Certaines de ces personnes porteront des patchs de nicotine pendant 4 à 5 mois et d’autres des patchs de placebo, pour comparer et vérifier si la nicotine a un effet préventif contre le Covid-19. Lire la suite »

12 Nov 2020 | Observatoire
 

Les adolescents européens consomment de moins en moins de tabac et d’alcool, mais sont plus attirés par le cannabis, tandis que se développent de « nouvelles conduites addictives » en ligne, alerte une étude européenne publiée ce jeudi, annonce l’AFP.

Le Projet européen d’enquête en milieu scolaire sur l’alcool et les autres drogues (ESPAD), mené depuis 1995 en collaboration avec l’Union européenne, a interrogé en 2019 près de 100.000 jeunes âgés de 15 à 16 ans et dans 35 pays du continent européen.

•• TABAC

À partir de la classe de seconde, l’usage quotidien de la cigarette concerne 10 % des jeunes de 15 à 16 ans en Europe, soit deux fois moins qu’il y a 25 ans.

Mais les variables sont considérables d’un pays sondé à un autre: moins de 2 % de jeunes fumeurs quotidiens en Islande, contre un quart des lycéens en Bulgarie, tandis que 22 % des adolescents français ont fumé au moins une cigarette au cours du mois écoulé.

Pour la première fois, les chercheurs se sont également intéressés à l’utilisation de la cigarette électronique, très populaire chez les jeunes américains, et beaucoup moins en Europe. Curieusement, parmi les jeunes expliquant n’avoir jamais fumé de tabac, ils sont 14 % à reconnaitre avoir vapoté de la nicotine au moins une fois cours du mois écoulé. En France, 16 % des jeunes disent avoir utilisé cet appareil récemment, qui séduit bien plus les garçons que les filles.v Lire la suite »

5 Nov 2020 | Vapotage
 

Xerfi Precepta vient de publier une nouvelle étude sur le marché de la vape en France (voir 23 novembre 2018 et 8 juillet 2015), sous un titre bien long : « Les perspectives du marché de la cigarette électronique à l’horizon 2023 : offensive des buralistes et du Big Tobacco, menaces réglementaires et perspectives de croissance du marché ». Premières conclusions.

•• « Jusqu’ici tout va bien, ou du moins à peu près, pour le marché français de la cigarette électronique ». Si le scandale sanitaire aux États-Unis (voir 9 novembre et 23 décembre 2019) a marqué les esprits en 2019, et encore en 2020, les perspectives de croissance du marché de la cigarette électronique s’annoncent prometteuses dans l’Hexagone.

Le marché devrait en effet croître d’environ +5 % à +10 %, par an en valeur, d’ici 2023 pour atteindre quelque 1,3 milliard d’euros, selon les prévisions des experts de Xerfi Precepta. Pour 2020, ce taux de croissance est situé à + 8 %.

Ombre au tableau : que la révision de la TPD (Tobacco Products Directive) élargisse en 2021 les droits d’accises du tabac aux produits associés au tabac … comme la cigarette électronique (voir 2 et 10 juin, 2 novembre 2020).

•• Aujourd’hui, la France compte quelque 2 millions de vapoteurs (4,4 % des personnes âgées de 18 à 75 ans).

Mais le potentiel théorique du marché de la vape reste considérable. Si 45 % des fumeurs de l’Hexagone (sur un total de plus de 11 millions de personnes de 18 à 75 ans) passaient à la cigarette électronique, le marché avoisinerait les 2 milliards d’euros, soit le double du marché actuel.

Ce potentiel est toutefois très hypothétique et implique encore de lever une multitude de freins pour devenir réalité. Les pouvoirs publics se montrant toujours plutôt réservés sur la cigarette électronique, selon les auteurs de l’étude.

•• Cela n’empêche pas les géants du tabac de redoubler d’efforts pour tenter de convertir les Français aux pods (systèmes fermés) reprend Xerfi dans son analyse. Et ce, malgré l’échec de l’Américaine Juul sur le marché tricolore.

Ces pods séduisent en effet les vapoteurs débutants à la recherche de simplicité. Autre atout de taille : ces e-cigs « fermées » sont généralement très compactes.

Les pods présentent également de sérieux avantages pour leurs fabricants. Les capsules de-liquides de la marque génèrent de facto des revenus récurrents et dégagent des marges confortables. Dans ces conditions, les géants du tabac n’ont aucun intérêt à promouvoir un marché ouvert de la vape.

Pour préparer leur virage vers les « produits à risques réduits », les cigarettiers consolident leur réseau de commercialisation. Il s’agit des buralistes, dans plus de 15 000 points de vente.

•• La cigarette électronique est désormais l’un des principaux relais de croissance de ces buralistes. Certaines marques sont en effet presqu’exclusivement distribuées dans leur réseau, à l’image des françaises E-CG ou Nhoss. Ce qui leur permet aussi de se différencier des boutiques spécialisées.

S’ils continuent à élargir leur offre, les buralistes seront alors bien placés pour bénéficier de la conversion des fumeurs au vapotage ces prochaines années. Car ce sont bien ces clients qui tireront la croissance du marché à l’avenir.

•• Pourtant, les quelque 3 000 boutiques spécialisées s’imposent encore comme le premier circuit de distribution avec 55 % à 65 % des parts du marché français, selon les estimations de Xerfi Precepta. Elles devancent ainsi les acteurs de la vente en ligne (20 % à 30 %) et les buralistes (10 % à 20 %). Si les indépendants sont légion, trois réseaux de franchisés (J-Well, Clopinette et Vapostore) fédèrent plus d’une centaine de points de vente.

Mais avec la crise actuelle, le report d’une partie de leur clientèle vers d’autres circuits, en particulier la vente en ligne et les buralistes,  pourrait entraîner la fermeture des boutiques les plus fragiles ces prochains mois.

Dans ce contexte, les pure players spécialisés (Le Petit Vapoteur ou Taklope, par exemple ) disposent d’une offre pléthorique et mènent des politiques tarifaires agressives.

À suivre.

 Commentaires fermés sur Vapotage : « le marché français devrait croître de +8 % en 2020 » et « les buralistes bien placés » (Xerfi)  ,
30 Oct 2020 | Associations, Vapotage
 

Suite à la publication d’un rapport de l’Anses (Agence nationale de Sécurité sanitaire), et de la communication dont il a fait l’objet (voir ce jour et 29 octobre), France Vapotage (voir 27, 22 et 8 octobre) vient d’émettre un communiqué que nous reproduisons intégralement.

« France Vapotage salue le rapport publié hier par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). L’initiative de l’Anses marque en effet l’intérêt des pouvoirs publics pour la filière du vapotage et pour les enjeux qui y sont associés. Les conclusions du document pointent d’abord le besoin de ce jeune secteur économique composé d’acteurs très divers de conduire un dialogue constructif avec les pouvoirs publics en vue de bâtir les bases solides d’une filière responsable. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Vapotage / Anses : «un pas important dans la bonne direction» (France Vapotage)  ,
30 Oct 2020 | Vapotage
 

Qu’est ce qui se cache derrière les « arômes mojito », « fruits rouges » ou « menthe » des liquides de e-cigarette? Une base de données publiée, ce mercredi 28 octobre, par l’Anses dresse le panorama de toutes les substances contenues dans les produits du tabac et du vapotage vendus en France, annonce l’AFP dans une dépêche signée Amélie Baubeau.

« On est la première agence européenne qui rend disponible l’intégralité de ces informations », qui doivent obligatoirement être déclarées depuis 2016, s’est félicité auprès de l’AFP Matthieu Schuller, directeur de l’évaluation des risques de l’Agence nationale de Sécurité sanitaire (Anses). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Qu’est-ce que je vape ? » : une enquête de l’Anses  ,
30 Oct 2020 | Trafic
 

Nous publions, ci-joint, une version en français du dernier rapport KPMG sur « la consommation de cigarettes illicites dans l’Union européenne, au Royaume-Uni, en Norvège et en Suisse » qui avait été publié il y a 4 mois (voir 18, 22, 23 et 27 juin).

C’est dans ce rapport que la part de la consommation de cigarettes issue du marché parallèle (tout ce qui n’a pas été acheté chez un buraliste), en France, est estimée à 30,1%.

Lien : KPMG Rapport 2019

 Commentaires fermés sur Marché parallèle du tabac : publication de la version en français du rapport KPMG 2019  ,
29 Oct 2020 | Institutions
 

À quelques jours de la cinquième édition de #MoisSansTabac, Santé publique France (SPF) a publié de « nouvelles » données sur le tabagisme en France, issues de son Baromètre … 2018.

Des données qualifiées d’essentielles en introduction du communiqué de presse : « pour mesurer les effets des actions menées par le gouvernement dans la lutte contre le tabagisme et mieux adapter les futures actions de prévention ».

•• Première analyse pour SPF : les augmentations des taxes sur le tabac « considérées comme justifiées par près de la moitié des Français ». Soit 48,3 % des Français en 2018. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mois sans Tabac : « les augmentations de taxes considérées comme justifiées par près de la moitié des Français » (Santé Publique France)  , ,