Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Avr 2020 | E-cigarette, International
 

La Federal Trade Commission – gendarme américain de la concurrence – a engagé une procédure contre le rapprochement, engagé depuis un an, entre le fabricant d’e-cigarette Juul et Altria (fabricant de Marlboro aux États-Unis) annonce une dépêche AFP reprenant un communiqué de la FTC (voir 20 décembre 2018). 

« Pendant plusieurs années, Altria et Juul se faisaient concurrence sur le marché assez fermé des e-cigarettes » a rappelé Ian Conner, responsable des services de la concurrence à la FTC.

Altria a, fin 2018, « orchestré sa sortie du marché de l’e-cigarette avant de devenir le plus important investisseur dans Juul » a souligné Iann Conner. La FTC prévoit de tenir une audience sur le sujet en …janvier 2021. L’autorité souhaiterait qu’Altria se défasse de son investissement.

Dans un communiqué, Altria déclare vouloir « défendre vigoureusement » sa prise de participation. « Nous pensons que notre investissement dans Juul ne porte pas atteinte à la compétition et que la FTC a méjugé les faits » justifie Murray Garnick, responsable juridique du groupe.

 

Pour la deuxième année consécutive, France Vapotage apporte son soutien à la campagne d’information VApril 2020 lancée au Royaume-Uni (voir 4 avril 2019).

Ceci, travers un communiqué, daté de ce jour, que nous reproduisons.

Depuis 2018, UKVIA (UK Vaping Industry Association), qui regroupe des fabricants et des vape shops opérant au Royaume-Uni, conçoit et anime une grande campagne nationale d’un mois pour informer et encourager les fumeurs à passer à la cigarette électronique afin de diminuer ou arrêter le tabac.

•• Depuis 2019, cette initiative associe à cette démarche les autres associations et fédérations européennes du secteur professionnel du vapotage. France Vapotage est fière d’être à nouveau partenaire de cette édition, qui s’inscrit dans sa volonté de promouvoir une #vaperesponsable en France. Lire la suite »

29 Mar 2020 | Associations, E-cigarette
 

Prompte réaction de l’association Sovape au communiqué du CNCT (Comité national contre le Tabagisme) assurant que le vapotage pourrait être un vecteur de contamination du Covid-19. Et demandant aux fumeurs et vapoteurs de sortir seuls ainsi qu’ à distance minimale de 10 mètres de toute personne et de toute habitation (voir ci-dessous).

« Stigmatisante, cette communication pourrait donner à croire que traiter vapoteurs et fumeurs comme des pestiférés limiterait la propagation du virus au risque de relâcher les autres mesures de précaution » estime Sovape (voir 27 janvier).

« Dans un contexte angoissant, cette communication, sans assise scientifique pertinente, d’une organisation œuvrant dans le champ de la santé publique va à l’encontre du besoin général de sérénité, solidarité et bienveillance ». Lire la suite »

29 Mar 2020 | Associations
 

Après un premier message sur un facteur aggravant du tabagisme quant aux risques liés au Covid-19 (voir 17 mars), le Comité nationale contre le Tabagisme rappelle dans un communiqué, du 26 mars, sa mise en garde et l’étend au vapotage. 

« (…) Concernant les vapoteurs, même si les conséquences respiratoires de cette dépendance sont moins importantes que celles liées au tabagisme, il existe des données scientifiques qui prouvent son retentissement sur la fonction respiratoire des vapoteurs. Il est trop tôt pour dire s’ils sont plus souvent atteints et/ou présentent des formes plus sévères que les non-fumeurs non-vapoteurs.

•• « En revanche, ce qui est certain, c’est que les particules présentes dans la vapeur exhalée par les vapoteurs infectés par le coronavirus sont potentiellement porteuses du virus et peuvent être à l’origine de contaminations par vapotages passif et ultra-passif au même titre que pour le tabagisme. Lire la suite »

27 Mar 2020 | E-cigarette, International
 

Considérés comme « non essentiels », les magasins spécialisés dans les produits du vapotage sont restés fermés depuis ce 18 mars.

Dans un premier temps, le SPF Santé Publique (l’administration de la santé belge) a pensé autoriser la vente à ligne, avant de se raviser.

En Belgique, « tous les magasins de vape sont fermés, il y a même la police qui vient voir si les volets sont bien fermés. C’est impossible de fournir qui que ce soit ou de se faire approvisionner », a confirmé, à RTL Info, Patrick, cofondateur de l’Union Belge pour la Vape (UBV-BDB). Il a tenté d’interpeller Maggie De Block, la ministre de la Santé, sur les réseaux sociaux, pour obtenir la réouverture de ces magasins. Mais sans obtenir de réponse

Les librairies / bureaux de tabac sont en fait les seules à pouvoir vendre des e-liquides.

Alors que les vapoteurs ne peuvent pas se tourner vers le e-commerce pour acheter leur matériel. L’arrêté royal du 28 octobre 2016 interdit clairement la vente en ligne de toutes les cigarettes électroniques et des flacons de recharge avec nicotine.

23 Mar 2020 | E-cigarette
 

Lips, société spécialisée dans la fabrication d’e-liquides et basée à Saint-Julien-de-Concelles (dans le vignoble nantais), a décidé de se mettre à la production de gel hydroalcoolique, en conformité avec la recette donnée par l’OMS, signale France 3 Pays-de-Loire.

Depuis une semaine , les chaînes de production de cette PME de 30 salariés y sont consacrées. « On avait toutes les capacités, à la fois chimiques et techniques » y explique Jonathan Harvey, responsable marketing, « au stade 2, il y a environ deux semaines, nous avons décidé de produire de la solution hydroalcoolisée. Vu qu’on était en capacité de la faire, on s’est dit : go, on y va ».

•• Et désormais, le produit est lancé. Les machines tournent désormais à plein régime. Parmi les premiers clients : Nantes agglomération, La Poste, des particuliers. Certains appellent d’Italie et d’Espagne pour acheter le fameux produit tant recherché.

« On est entre 12 000 et 13 000 flacons par jour, on se demande même si on ne va pas passer en 2×8 très rapidement pour pouvoir palier à toutes les commandes » explique Bastien Dricard, directeur du site de production Lips France. Le produit est vendu au tarif instauré par le Gouvernement et limité à 6 flacons par personne pour les commandes de particuliers.

•• Selon notre confrère Vaping Post, trois fabricants ont également décidé d’utiliser leurs chaînes de fabrication d’e-liquide pour fabriquer du gel désinfectant : Le French Liquide, The Fuu et Revolute. Le French Liquide en vend au particulier au tarif fixé par le ministère.

Kapalina a donné gratuitement 10 000 fioles vides de 30 ml avec pipettes aux pharmacies, ainsi que de la glycérine végétale de catégorie pharmaceutique pour que les officines puissent préparer du gel hydroalcoolique pour leurs clients.

21 Mar 2020 | E-cigarette
 

Le Gouvernement a donné le feu vert à l’ouverture des vape-shops, parmi les commerces bénéficiant d’ une exception dans le cadre des mesures de confinement (voir 18 mars

La Fivape / Fédération interprofessionnelle de la Vape (voir 27 janvier) a communiqué, dès ce mercredi 18 mars, un rappel des règles sanitaires à respecter, tout en préconisant la vente « drive » à emporter.

•• « L’État Français, en statuant sur l’ouverture des commerces de vapotage, a reconnu notre intérêt public. Tout comme les autres commerces autorisés, il nous faut nous organiser pour respecter deux objectifs difficilement réconciliables : fournir et protéger. Lire la suite »

16 Mar 2020 | E-cigarette
 

Avec le passage au stade 3 et la fermeture de tous les commerces non indispensables, fermés les vape shops, ouverts les buralistes. Comment va réagir le secteur des boutiques spécialisées ?

Analyse de notre confrère Vaping Post (extraits).

•• Jean Moiroud, président de la Fivape (Fédération interprofessionnelle de la Vape / voir 27 janvier), , a annoncé avoir pu prendre contact avec le ministre de la Santé pour demander une

•• Le S2IV (Syndicat interprofessionnel des Indépendants de la Vape / voir 7 janvier) explique, sur sa page Facebook, mettre « tout en œuvre pour demander un élargissement de la liste des commerces pouvant continuer d’exercer leur activité » et s’être rapproché de la Fivape, de l’Aiduce et de Sovape afin de « mener une action commune en ce sens ».

•• Certains professionnels du vapotage ont déjà fait savoir qu’ils refuseraient de baisser le rideau, ce lundi, invoquant la Directive Tabac européenne ( TPD ) qui les a placés de force dans la liste des produits du tabac connexes. D’autres se refusent, d’ores et déjà, à faire courir à leurs employés le moindre risque face à l’épidémie, ou de s’exposer eux-mêmes à des poursuites judiciaires.

De nombreux professionnels du secteur – pour certains regroupés au sein de groupes de discussion – font part de leurs hésitations : fermer reviendrait à faire courir le risque à leurs clients de retomber dans le tabac, qui est, selon certains médecins, un facteur aggravant.

•• Des propriétaires de boutiques physiques annoncent assurer dès lundi un service de livraison pour leurs clients locaux, tout en maintenant fermé leur établissement au public.

12 Mar 2020 | Profession
 

Le Losange de mars arrive chez les buralistes (voir 11 mars) accompagné d’un petit guide pratique et d’une affiche, conçus par l’atelier Vape de la Confédération.

Soit un résumé des informations à faire passer auprès des clients sur l’arrêt de la vente des cigarettes et du tabac à rouler, à menthol, à partir du 20 mai en France et en Europe (voir 2, 20 et 30 janvier). Sachant que les cigarillos ne sont pas concernés.

•• Dans ce document, on apprend que le menthol représente :

8 % des ventes en volume de cigarettes en 2019
 soit 4,4 milliards d’unités livrées dans le réseau des buralistes en 2019
1 million de consommateurs/fumeurs adultes concernés.

De quoi mesurer l’importance du sujet.

•• D’autant que le « double enjeu » représenté par la fin du menthol y est décrit :

côté « approvisionnement » du point de vente, il n’y aura pas de reprise des références menthol non vendues, le 20 mai
il faudra que le buraliste soit capable de répondre aux sollicitations des consommateurs/fumeurs adultes qui poseront des questions sur des alternatives de moindre nocivité : vape, tabac à chauffer.

Sur ce point, ce guide-supplément au Losange apporte les réponses nécessaires.

9 Mar 2020 | Associations, E-cigarette
 

La sixième édition du rapport de Public Health England sur le vapotage – qui vient d’être publiée – montre en particulier qu’un nombre croissant de fumeurs au Royaume-Uni estime le vapotage plus nocif que le tabac.

Selon France Vapotage (voir 8 janvier 2020), dans un communiqué que nous publions ci-dessous, « c’est une opinion erronée, qui va à l’encontre des avis de nombreux experts qui concluent que l’utilisation de produits règlementés du vapotage à base de nicotine est incontestablement bien moins nocive que la consommation de tabac combustible ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Rapport de Public Health England : quelles leçons pour la France ? (France Vapotage)