Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Mai 2019 | Profession
 

Gros plan sur des buralistes en diversification et en transformation dans Le Progrès (édition Ain / Bourg-en-Bresse du 7 mai et repris dans Le Dauphiné du 8 mai), avec photo de Une légendée « Les buralistes … bientôt épiciers » – ce que l’on pourrait trouver un peu réducteur – mais aussi une pleine page de cas concrets. Extraits. 

Compte Nickel, presse, carterie, jeux, cigarettes électroniques, points relais colis et Western Union, borne Free, timbres fiscaux dématérialisés, supérette … La liste des services que propose un Tabac-presse-alimentation de Bourg-en-Bresse ressemble à un « inventaire à la Prévert », tel que qualifié par le journaliste. Mais il n’est pas le seul à s’être lancé sur la voie de la diversification dans l’Ain. Lire la suite »

7 Mai 2019 | Profession
 

Avec un paquet de cigarettes qui devrait atteindre les 10 euros en 2020, les buralistes frontaliers s’inquiètent. Comme en Moselle.

Réunis dernièrement en assemblée générale (voir Lmdt du 3 mai), la chambre syndicale des buralistes du département a fait une demande formelle : « nous demandons un moratoire car la situation l’exige », explique son président Antoine Palumbo.

Il en fourni les détails dans une interview à France Bleu Lorraine, ce lundi 6 mai. L’occasion aussi de remarquer : « on a une santé publique franco-française … il faut une politique de santé européenne ».

Lien

4 Mai 2019 | Profession
 

À Limoges, ce jeudi 2 mai, nouvelle étape des Journées de la Transformation. Le Populaire a retenu les déclarations-clés et interrogé des buralistes de Haute-Vienne.

•• Au quotidien régional, Philippe Coy a rappelé qu’il fallait replacer « le service au cœur du quotidien » et « devenir des relais de services au public, à la fois social, administratif et économique. »

Autre objectif du plan de Transformation : reconquérir l’image auprès des clients. « Il faut porter de nouveaux réflexes chez les consommateurs (…) nous devons faire connaître la diversification des services auprès des populations, qui associent bien trop souvent les buralistes à l’unique vente de tabac ». Le plan de Transformation étant « une opportunité donnée au réseau d’écrire son avenir. » Lire la suite »

4 Mai 2019 | Profession
 

L’établissement, situé à Fère-Champenoise (à 40 kilomètres de Châlons-en-Champagne), était un peu « vieillot » quand le couple Recroix l’a racheté en début d’année … Et, rapidement, la décision de le transformer est prise.

Après deux semaines de chantier seulement, le nouveau « drugstore » a ouvert ses portes, le 13 avril dernier. Une fois poussées les portes de l’établissement, l’intérieur ressemble plus à une boutique de station-service qu’à un bureau de tabac, estime L’Union (édition 2 mai) qui a réalisé un reportage pour l’occasion.

•• Une partie snacking avec un large choix de confiseries, de boissons, de biscuits … Un coin « Corner Coffee » pour se concocter des boissons chaudes. « C’est une filiale de Starbucks, qui se développe en France actuellement » précise David Recroix. Lire la suite »

3 Mai 2019 | Profession
 

S’ils sont prêts à devenir les « drugstores de demain », les buralistes de Moselle demandent à l’État de leur laisser le temps de se transformer.

Un message relayé par leur président Antoine Palumbo dans Le Républicain Lorrain (édition 2 mai).

•• « Il y a 25 ans, nous étions 550 buralistes en Moselle. Aujourd’hui, nous sommes 207. À Talange, nous étions quatre. Aujourd’hui, je suis seul … » démarre son appel. « Au vu des augmentations programmées par M. Macron, notre situation va s’aggraver (…) Nous n’avons pas encore les chiffres de fin avril, mais tant qu’il y aura un différentiel de prix entre la France et le Luxembourg, la situation s’aggravera. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Paroles de buralistes : « notre but à tous, c’est de devenir le drugstore de demain … mais encore faut-il nous laisser du temps » (Antoine Palumbo, Moselle)  ,
1 Mai 2019 | Profession
 

Buraliste à Mérignac et président de la chambre syndicale des buralistes de Gironde (qui tient son assemblée générale samedi prochain), Joaquim Rompante était « L’invité de l’actu » dans la matinale de Sud Radio, ce 29 avril. 

Principale question : la vente de billets de train chez les buralistes … Et plus largement, les Maisons de Proximité annoncées par Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse du 26 avril.

•• Est-ce une bonne opportunité de recettes supplémentaires pour les buralistes ? « Oui … » estime-t-il, « … pour ceux qui sont éloignés des grandes villes, pour attirer un peu plus de clientèle chez eux. Alors que les ventes de tabac ne cessent de reculer, nous sommes partis sur la transformation, c’est-à-dire moins de tabac, d’autres produits, des tickets de bus, des cartes grises et, peut-être demain, l’eau, EDF et les petits services de proximité ».

« D’ailleurs, demain, on ne va plus dire que l’on va au tabac. Nous serons des commerces de proximité, des bureaux de service ».

•• « Quand Emmanuel Macron annonce des Maisons de services de proximité, ne devrait-il pas plutôt s’appuyer sur les commerces, dont les buralistes, qui ont du mal à tenir ? Les postes, dans les campagnes, il y en a de moins en moins.

« Ces Maisons de Proximité, il faudra y mettre quelqu’un … Or, une personne ne suffit pas pour la journée, alors que le buraliste est ouvert de 7h à 20h. L’argent dépensé pour ces maisons qui ne vont pas apporter grand-chose, ils feraient mieux de l’orienter vers le buraliste. C’est lui qui voit le plus de monde et qui est toujours au service des clients ».

30 Avr 2019 | Profession
 

Réaction de Philippe Coy sur France Bleu, à l’annonce du Pdg de la Sncf Guillaume Pépy d’une expérimentation de ventes de billets de train chez les buralistes, dès ce mois de juin (voir Lmdt du 28 avril).

« On voit bien que les points de vente vont être plus ou moins modifiés avec le réaménagement des gares. De toute façon, il y a de moins en moins de contact humain.

« Le réseau des buralistes a cette facilité de contact, complétée d’une large amplitude horaire et d’un fort maillage territorial. Il a la capacité de répondre et de compléter l’offre. Ce n’est pas pour remplacer mais pour étoffer ».

28 Avr 2019 | Profession
 

Les buralistes de quatre régions françaises vont vendre des billets de train à partir du mois de juin, dans le cadre d’une expérimentation, a annoncé Guillaume Pepy, président de la SNCF, dans le Journal du Dimanche (voir Lmdt des 3 avril, 18 mars et 7 mars).

« 95 % des voyageurs ont accès à une gare disposant d’une solution de vente. Notre défi est d’agir pour les 5 % restant », a-t-il expliqué dans une interview. « Nous allons dès le mois de juin expérimenter la vente de billets dans les bureaux de tabac dans quatre régions », indique-t-il.

Il avait déjà mentionné en février la possibilité que les bureaux de tabac puissent vendre des billets de TER, pour continuer à couvrir tout le territoire, malgré la fermeture progressive des boutiques SNCF, précise l’AFP. Lire la suite »

28 Avr 2019 | Profession
 

Grosse satisfaction pour Sandra Salgado et son équipe, hier soir, après la participation de sa chambre syndicale des buralistes au Salon des Maires du Loiret, ce 27 avril, à Gien.

Une première, sur le plan départemental, après la présence de la Confédération au Salon national des Maires, l’automne dernier (voir Lmdt du 22 novembre 2018).

•• Ce salon départemental ayant accueilli, hier, environ 200 maires et maires-adjoints « dont pratiquement 80 sont venus discuter sur notre stand … sans compter l’inauguration avec le préfet et tous les parlementaires du département » reprend Sandra Salgado. Lire la suite »

28 Avr 2019 | Profession
 

Dans l’esprit de la Convention-cadre nationale, signée en février à Paris entre CCI France et la Confédération des buralistes (voir Lmdt du 12 février), Var-Matin se fait l’écho d’un nouveau rapprochement sur le terrain avec la signature, le 25 avril, d’une convention-cadre départementale de partenariat entre la CCI du Var et la chambre syndicale des buralistes. 

Cette signature s’inscrit dans la suite de deux autres accords départementaux : dans l’Hérault (voir Lmdt du 18 mars) et l’Aude (voir Lmdt du 23 avril).

•• La signature, par Joël Potier (vice-président de la CCI) et Philippe Valentin (président des buralistes du Var et administrateur de la Confédération), aura été le temps fort de l’assemblée générale du syndicat départemental, tenue en présence de Philippe Coy qui en a assuré la conclusion. Lire la suite »