Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Sep 2019 | Profession
 

Vendre uniquement la presse, les jeux de hasard et des cigarettes … oui, mais. Depuis un moment déjà, la survie des buralistes passe par autre chose : l’élargissement de l’offre et la Transformation. Exemples à l’appui en Haute-Loire dans Le Progrès (édition 23 août).

Le rôle des buralistes va s’étoffer un peu plus dans un avenir proche, avec le paiement de certains impôts et la vente de billets de train (voir Lmdt des 28 et 8 juillet). Mais déjà, beaucoup font office de points relais pour les livraisons de colis et certains tiennent aussi un rôle s’approchant du banquier.

Dans le département, dix-sept buralistes sont « Compte Nickel », offre qui a séduit 1 400 clients. Lire la suite »

2 Sep 2019 | Profession
 

Retour sur le dossier de deux pages et annoncé en Une – « Comment sauver les buralistes » – du Parisien / Aujourd’hui en France de vendredi dernier (voir Lmdt du 30 août).

Un dossier qui marque une inflexion par rapport à ce que l’on voit paraître généralement dans la presse concernant le réseau des buralistes : moins caricatural, plus nuancé et même optimiste. Extraits. 

•• Tout commence par une synthèse publiée dans l’édito du quotidien : « les chiffres sont considérables : plus d’un million et demi de Français ont abandonné la cigarette en trois ans (…) Les buralistes subissent de plein fouet ce bouleversement. Souvent, le bar-tabac est le dernier commerce dans bien des zones rurales. Une bonne raison pour les aider à se transformer tant ils incarnent le dernier lieu de vie dans certains bourgs. L’État l’a compris et leur confie désormais de nouvelles tâches. C’est indispensable. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Buralistes : « une bonne raison pour les aider à se transformer, tant ils incarnent le dernier lieu de vie dans certains bourgs » (Le Parisien / Aujourd’hui en France)  ,
1 Sep 2019 | Profession
 

Un sacré événement que cette Foire de Châlons-en-Champagne : 250 000 visiteurs qui se pressent pendant une semaine sur un vaste espace, en périphérie de la ville, où se côtoient de gigantesques engins agricoles et des stands d’équipements ménagers ou d’ameublement, de produits artisanaux ou de services aux particuliers comme aux entreprises …

Le tout prolongé par de conviviales rôtisseries, façon fête de la bière, et un spectaculaire espace de concerts à ciel ouvert, fréquenté par la foule tous les soirs. Dans une ambiance rieuse et pétillante comme des bulles de champagne.

•• Il se trouve que la Foire de Châlons est aussi devenue, ces dernières années, un temps fort de la rentrée politique. Lire la suite »

31 Août 2019 | Profession
 

Les buralistes voient leurs missions de proximité monter en puissance. Leur ambition ? Devenir des « commerçants d’utilité locale », selon la formule de Philippe Coy dans un entretien avec le média de référence des collectivités territoriales, La Gazette des Communes.

Cette dernière étant particulièrement consultée : tant dans les cabinets des maires que dans les services techniques. 

•• Quelles sont les nouvelles missions qui se sont ajoutées au cœur de métier initial des buralistes ?

Philippe CoyDeux axes majeurs :  Lire la suite »

30 Août 2019 | Profession
 

Dans le sillage de ce qui s’est passé dans d’autres départements (voir Lmdt des 18 juillet, 5 juin, 27 et 22 mai), la CCI et la chambre syndicale des buralistes des Alpes-de-Haute-Provence se sont rapprochées afin de conclure, mardi 20 août, une convention locale de partenariat.

Rappelons que cette convention habilite la CCI à réaliser des audits de buralistes, première étape de leur démarche de Transformation.

•• « Alors que l’État soutient les buralistes, il fallait que la CCI s’implique aussi dans cette démarche et les accompagne avec ses moyens. Les Alpes-de-Haute-Provence sont un territoire rural où le buraliste est parfois le seul commerce de proximité qu’il reste dans une commune » a rappelé Daniel Margot, président de la CCI. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Transformation des buralistes : « nous, ce n’est pas notre métier ; alors, il faut profiter de l’audit CCI » (Laurent Spinosa)  ,
29 Août 2019 | Profession
 

Habitué du plateau de Jean-Jacques Bourdin (sur BFM TV et RMC), Guillaume Pépy, président du Directoire de la SNCF (voir Lmdt du 26 février), s’est félicité, ce jeudi matin 29 août, des bons résultats commerciaux de l’été : + 7 % pour le TGV et + 5 % pour le RER.

Et de préciser que l’activité « vente de billets de trains chez les buralistes » sera déjà effective dans 200 points de vente, répartis dans cinq régions, dès cet automne (voir Lmdt des 8 et 28 juillet).

28 Août 2019 | Profession
 

Président de la chambre syndicale des buralistes de Vendée et buraliste à La Roche-sur-Yon, Jacques Remaud (voir Lmdt du 25 juin) s’exprime dans une interview à Ouest-France. Extraits.

« Les buralistes sont des commerces d’utilité publique (…) Bien sûr, il faut aller dans cette direction pour essayer de défendre le commerce de proximité. 

•• « Il faut qu’on accepte de se diversifier. On fait déjà des cigarettes électroniques et le e-liquide, les amendes, le transfert d’argent, on vend du café et du pain, on fait même point pressing … On devient même banquier de substitution et on peut délivrer de l’argent. Lire la suite »

27 Août 2019 | Profession
 

Deux générations de buralistes du Nord au cœur d’un reportage du JT de 13 heures de France 2, diffusé ce lundi 26 août. Un reportage, quelque peu caricatural dans sa construction, sur une « profession qui se transforme ».

Et qui a tant à dire. 

•• 33 ans de travail et toujours derrière le comptoir. Liliane Lesage est la doyenne des buralistes de Maubeuge. Aujourd’hui, elle aimerait prendre sa retraite : son établissement, le seul du quartier, est en vente, mais ne trouve pas de repreneur.

« Baisser le rideau ? Non. J’irai jusqu’au bout. Je suis trop investie. C’est ma vie, c’est mon bébé » déclare-t-elle avec flamme. « Les banques ne font plus confiance dans notre métier et pourtant ici ce n’est pas seulement un café. C’est un café, tabac, loto … c’est une salle de jeu » poursuit-elle. Lire la suite »

26 Août 2019 | Profession
 

La disparition des buralistes n’est pas une fatalité. Le maire de Saint-Flovier (600 habitants, à une vingtaine de kilomètres de Loches, Indre-et-Loire) a pris le taureau par les cornes lorsque le buraliste, Dominique Charpentier, a décidé, après quarante-cinq années de bons et loyaux services, de quitter son établissement.

« On a racheté le bâtiment pour 65 000 euros, sachant qu’il n’y aurait jamais de retour sur investissement. On s’est aussi beaucoup battu pour que les banques accordent un prêt au repreneur » détaille-t-il dans La Nouvelle République (23 août)

•• En effet, la décision s’apparentait à une gageure. « Oui, mais on a bien une maison médicalisée installée dans l’ancien bureau de poste. Elle comprend plus de médecins généralistes que n’en dispose le chef-lieu de canton voisin de Châtillon-sur-Indre » réplique l’édile. Lire la suite »

24 Août 2019 | Profession
 

Avec le paquet de tabac à 10 euros, à l’horizon 2020, les buralistes du Nord et du Pas-de-Calais peuvent légitimement s’inquiéter pour leur clientèle qui pourrait encore davantage se laisser tenter par les tarifs belges.

Mais ils sont surtout prêts à se diversifier davantage et espèrent, par exemple, pouvoir prochainement accueillir ceux qui voudraient payer leurs impôts, leurs amendes ou encore acheter un billet de train. C’est ce qu’a ressenti La Voix du Nord (22 août).

•• « Le bureau de tabac, c’est un lieu de rencontres. Et quand on cherche quelque chose, on peut souvent le trouver ici » assure Chamack, un client voisin du « Pacha » à Armentières (à 23 kilomètres de Lille, sur la frontière belge). Régulièrement, il vient acheter ses cigarettes, boire son café et discuter avec ses voisins de comptoir en début d’après-midi. Si demain il pouvait également y acheter un billet de train, « ça serait plus simple, plus près ». Lire la suite »