Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Mar 2019 | Profession
 

Laury Massèdre, présidente de la chambre syndicale des buralistes de Dordogne, vient de souffler ses trente-quatre bougies.

À cette occasion, La Dordogne Libre (édition du 11 mars) lui a posé une question-vérité : que peut-on lui offrir pour son anniversaire ? « Je dirais que tout aille pour le mieux pour mes collègues ! ».

« L’augmentation n’est pas une surprise pour nous. Bien entendu, nous ne sommes pas contre le plan de santé publique mais pour les buralistes, cela devient très compliqué. Ils sont obligés de se diversifier de plus en plus.

« L’État a alloué une enveloppe de 80 millions d’euros aux buralistes pour les aider à transformer leurs magasins. Il faut que l’on devienne des drugstores à l’américaine, où on ne trouve pas seulement du tabac.  Lire la suite »

13 Mar 2019 | Profession
 

Gros plan sur la transformation des buralistes dans L’Est Républicain (édition de Bar-Le-Duc) ce mardi 11 mars. Le quotidien y consacre sa « une » et deux pages intérieures suite à l’assemblée générale de la chambre syndicale des buralistes de la Meuse, samedi dernier à Maulan.

Comme le rappelle Philippe Tétard, ancien président, il y a comme une urgence. 73 buralistes aujourd’hui contre 150 avant 2002. « Cela devient très compliqué de trouver des repreneurs en milieu rural. Lorsqu’ils comptabilisent le temps passé au travail et le salaire, ils s’enfuient … en courant ».

•• Cependant, le nouveau président, François Mercier (photo), se montre plus optimiste, malgré une situation locale incontournable : « dans la Meuse, nous souffrons de la concurrence des pays frontaliers (…) et les ventes baissent également en raison du vieillissement des habitants et du non-renouvellement des populations ». Lire la suite »

12 Mar 2019 | Profession
 

Un tout premier point d’étape du plan de Transformation a été dressé, dimanche 10 mars à La Rochelle, par Sophie Lejeune, secrétaire général de la Confédération, dans le cadre de l’assemblée générale de la Chambre syndicale des buralistes de Charente-Maritime (voir Lmdt du 11 mars). Sud-Ouest en parle.

Depuis novembre dernier plus de 600 buralistes de France se sont montrés intéressés par la démarche de transformation (voir Lmdt du 19 décembre 2018).

L’objectif de « conversion » souhaité par la Confédération est fixé à 2 000 par an, chiffre correspondant au nombre annuel des transactions de fonds de commerce.

•• La porte d’entrée dans le dispositif est une plateforme téléphonique (voir Lmdt du 12 février). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Transformation des buralistes : « il ne s’agit pas simplement de changer les étagères » (Sophie Lejeune)   
11 Mar 2019 | L'essentiel, Profession
 

L’an passé, les « Journées de la Transformation #buralistes2021 » avaient réuni plus de 2 000 buralistes pour « un grand débat » – avant l’heure et entre collègues – au fil de 23 étapes ayant amené Philippe Coy et Sophie Lejeune à sillonner la France (voir Lmdt des 16 mai et 24 juin 2018).

Un nouveau cycle démarre, dès ce mardi 12 mars à Lyon.

•• Avec comme point d’orgue une réunion ouverte à tous les buralistes, mais exclusivement des buralistes (contact : cs [dot] rhone [at] buralistes [dot] fr). Mais aussi des visites de points de vente, des rencontres avec des élus politiques et des médias. Des rendez-vous avec les responsables de CCI locales, aussi.

Ce programme se renouvelant et s’adaptant au fur et à mesure des 11 étapes prévues pour le moment. Lire la suite »

11 Mar 2019 | Profession
 

La diversification, via le fond de Transformation, aura été au cœur du débat de l’assemblée générale de la chambre syndicale des buralistes de Charente-Maritime (318 buralistes mais une fermeture par an) ce dimanche 10 mars.

Au micro de France Bleu La Rochelle, Jacky Révillé (président de la chambre syndicale départementale et administrateur de la Confédération) en a illustré des aspects.

« Notre président national parle de drugstore … L’intérêt c’est de pouvoir permettre aux commerçants de proximité que sont les buralistes d’offrir tous les services que l’État voudra bien nous confier. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Dans de nombreuses communes ou dans certains quartiers … le buraliste reste le seul commerce ouvert » (Jacky Révillé, Charente-Maritime)  ,
7 Mar 2019 | Profession
 

Parmi les nombreux rebonds médiatiques suscités par l’annonce d’une première série de « tests » pour la vente de billets de train dans les bureaux de tabac (voir Lmdt de ce jour), on retiendra les reportages chez des buralistes déjà à la manœuvre, des réactions d’usagers et d’un représentant syndical de la Sncf.

•• France 3 19/20. À Champagnole, dans le Jura, les guichets de la gare SNCF ont fermé. Mais il est encore possible d’avoir affaire à un interlocuteur physique au tabac-presse du village : « ce n’est pas très compliqué, mais il y a des options à savoir quand même, les abonnements, les cartes. On a eu une petite formation puis on apprend sur le tas », explique la buraliste.

À Évron, en Mayenne, c’est au bar-tabac en face de la gare que l’on peut acheter son billet. « C’est toujours plus agréable d’avoir quelqu’un en face de nous pour nous conseiller plutôt qu’une machine où il n’y a pas toujours les trajets détaillés correctement », explique un client (photo). Lire la suite »

7 Mar 2019 | Profession
 

Le président de la Confédération des buralistes Philippe Coy a annoncé mercredi 6 mars « une première série de tests » pour la vente de billets de train dans les bureaux de tabac, qu’il ne considère pas comme une concurrence aux guichetiers de la SNCF, relate l’AFP.

« Les orientations sont actées. Maintenant, il nous reste à travailler sur le projet, sa mise en œuvre et comment cela peut se déployer », a expliqué M. Coy à Franceinfo, après une rencontre avec le patron de la SNCF Guillaume Pepy.

•• « Nous allons maintenant travailler avec les équipes pour déployer une première série de tests prochainement », a-t-il ajouté. « Les régions ont un souci de servir encore mieux les territoires, il est impératif aujourd’hui d’avoir des amplitudes horaires qui correspondent aux attentes des usagers », a-t-il indiqué. Lire la suite »

7 Mar 2019 | Profession
 

Dans un interview à DNA, Thierry Lefebvre, président de la fédération des buralistes d’Alsace-Lorraine, revendique de nouvelles missions de « service au public ». Extraits.

« On sait que le paquet sera à 10 euros dans deux ans. À mon avis, il sera même plus élevé, vu le jeu des cigarettiers. Donc nous sommes voués à subir ces hausses. Mais chez nous autres, frontaliers, le problème depuis 20 ans, c’est la différence de prix avec le voisin. 

« Quand vous avez 80 000 personnes qui traversent tous les jours la frontière pour aller travailler, ils en ramènent … Que ce soit d’Allemagne, de Suisse, du Luxembourg, de Belgique … Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Paroles de buralistes : « la vape, c’est ce qui me sauve aujourd’hui … c’est ma première source de revenus » (Thierry Lefebvre)  ,
6 Mar 2019 | Profession
 

À Barbechat (petit bourg de 1 400 habitants, à 25 kilomètres à l’est de Nantes), le commerce de proximité a enfin trouvé un repreneur et devient … tabac, jeux, multi-services.

Fabrice Le Bihan, un Parisien ancien cadre, a ouvert les portes le 14 février. Un moment très attendu par la population. Et pour l’animation du centre-bourg, clairement.

•• Dans un décor rafraîchi au look coloré, l’offre comprend épicerie générale, pâtisserie, boulangerie, crémerie, boucherie, presse, fruits et légumes … Mais, ce n’est pas tout : « les produits locaux ont bien sûr, déjà, leur place dans les rayons, alors que le tabac est prévu dans quelques jours ». Lire la suite »

5 Mar 2019 | Profession
 

La Corse n’a pas échappé à l’augmentation des prix du 1er mars, même si l’écart reste toujours de 25 % avec le continent.

À la tête du syndicat des buralistes de Corse, José Oliva ne cache pas ses inquiétudes dans Corse Matin entre le calendrier du paquet à 10 euros en 2020 et la fin de la dérogation insulaire au 31 décembre 2021. Extraits de l’interview.

•• « Si nous perdons la fiscalité qui nous est propre, sans harmonisation européenne, nous ne pourrons pas faire face à la concurrence du prix du paquet en Italie, à 5,20 euros. Le paquet en Corse est à 6,60 euros. Lire la suite »