Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Déc 2020 | Profession
 

Philippe Cassegrain, le président de la prestigieuse marque Longchamp, est décédé à 83 ans des suites du Covid-19.

On se souviendra que la saga de la célèbre marque, à l’emblématique « sac pliage », a démarré dans une civette, le Sultan, boulevard Poissonnière dans le cœur de Paris.

•• Là où Jean Cassegrain, le père de Philippe, se retrouve avec un stock de pipes après-guerre. D’où l’initiative de gainer ces pipes pour séduire une clientèle de soldats américains déambulant sur les Grands Boulevards. L’idée d’une diversification dans la maroquinerie, à partir d’articles pour fumeurs, fait son chemin (voir 28 décembre 2014). Lire la suite »

30 Nov 2020 | Profession
 

Épisode numéro 15 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes (voir 12 et 26 novembre). 

•• Dix ans après sa reprise, un tabac-presse de Castres (41 000 habitants, Tarn) vient de connaître sa transformation totale s’habillant de belles couleurs. « Il fallait rénover, remettre un coup de fraîcheur », souligne le buraliste, « la boutique est aujourd’hui plus fonctionnelle, plus claire, plus moderne et chaleureuse ». Lire la suite »

26 Nov 2020 | Profession
 

Comment les buralistes du Pays Basque vivent ce second confinement ? Sud-Ouest a interrogé la présidente de la Fédération départementale qui met l’accent sur leur rôle de proximité durant cette période. Extraits.

•• « Lors de ce second confinement, la frontière n’est plus fermée mais comme le Pays basque espagnol empêche les entrées et sorties dans ses communes, les ventas restent difficiles d’accès. Les retombées sont toutefois différentes lors de ce second confinement, même si nos chiffres sont bons

« On s’aperçoit surtout que c’est en milieu rural que les buralistes tirent leur épingle du jeu. La situation est différente dans une ville comme Biarritz, avec beaucoup de résidences secondaires ».

•• « Une grande proximité avec la frontière explique pourquoi les buralistes sont en avance sur d’autres, en matière de diversification.

Nous vendons des timbres, des baguettes, des produits de drugstore et des chargeurs de portables, nous avons ouvert les comptes bancaires Nickel, nous sommes relais colis et, depuis la fin du mois de juillet, les clients peuvent payer leurs taxes locales chez nous, comme la cantine ou les PV post-stationnement. Les tabacs sont souvent ouverts sept jours sur sept, presque 70 heures par semaine : venir chez nous est souvent plus simple que de se rendre aux impôts.

•• « En 2003, nous comptions 169 buralistes au Pays basque. Désormais, nous sommes 95. Pour continuer, il fallait avoir la foi. Nous sommes des passionnés.

« D’ailleurs, il y a actuellement 24 dossiers en cours au Pays basque, pour profiter du Plan de Transformation. Cela montre que nous tenons à notre profession et que nous avons le désir de progresser. Lire la suite »

25 Nov 2020 | Profession
 

La Région Ile-de-France, présidée par Valérie Pécresse, et la fédération des buralistes de la région Ile-de-France, présidée par Bernard Gasq, ont publié, le 23 novembre, un communiqué que nous reprenons intégralement.

Il s’agit de la signature d’une convention baptisée « Contrat d’avenir régional ».

« La Région Île-de-France et la Chambre syndicale des buralistes d’Ile-de-France signent ensemble un contrat d’avenir régional pour souligner l’importance de leur partenariat stratégique. 

•• Avec 2 700 établissements en Ile-de-France, les buralistes sont un acteur incontournable du commerce de proximité et de la vie locale sur le territoire francilien, souvent situés dans les centres villes ou centres-bourgs où l’offre de service public est en déclin. Lire la suite »

24 Nov 2020 | Profession
 

Présent à l’assemblée générale des buralistes du Loiret, ce dimanche 22 novembre, Philippe Coy a répondu aux questions de La République du Centre. En substance : la profession n’a qu’un mot à la bouche depuis plusieurs mois : « Transformation ».

•• « Ce programme intéresse 24 000 buralistes en France et déjà plus de 3 000 se sont d’ores et déjà engagés dans cette démarche dite de la transformation. Depuis le lancement de l’opération, en mars-avril 2019, plus de 2 000 diagnostics, première étape indispensable, ont été réalisés par les CCI. Le Loiret ne fait pas exception puisque 25 débitants y ont déjà bénéficié pour leurs travaux de l’ aide qui est plafonnée à 33 000 euros par chantier.

••« Ce Fonds de Transformation, initialement prévu jusqu’à fin décembre 2021, est prolongé d’une année. Si l’on a réussi à arracher une année supplémentaire au gouvernement, cela n’a rien à voir avec le confinement ou le fait qu’il y ait eu des longueurs au démarrage. Non, c’est simplement parce que cela fonctionne !

« Le 22 octobre dernier, lors de notre congrès national à Paris, le ministre Olivier Dussopt a officiellement annoncé cette rallonge de douze mois et de vingt millions d’euros, pour une enveloppe globale de 100 millions d’euros donc (voir 23 octobre).

•• « Comprenez bien qu’il ne s’agit pas simplement de donner un coup de rouleau à peinture, de changer une enseigne, mais bien d’accepter une autre façon de faire, avec la volonté de devenir de véritables commerçants d’intérêt local, notamment dans le secteur rural. Ainsi, depuis le 28 juillet, le public peut payer chez nous tout ce qui a trait à la fiscalité locale. Un succès, tant pour l’administration que pour le public.

•• « Pendant ce confinement, nos concitoyens ont apprécié le fait que nos établissements soient ouverts. Dans des territoires comme le Loiret, on peut proposer tout ce qui est circuits courts, en se rapprochant de producteurs de fruits et légumes notamment. Que les buralistes soient la market place. Je rencontre, mardi prochain, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, dans cet esprit. 

Notre ADN, c’est le tabac mais notre avenir, c’est la Transformation ! Comme tout métier, il nous faut nous adapter aux usages du consommateur. »

19 Nov 2020 | Profession
 

On sait que l’actuel ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance se préoccupe beaucoup de la réouverture des commerces de proximité.

Ce qui l’amène autant à superviser la réalisation de nouveaux protocoles sanitaires qu’à s’investir dans la préparation d’arbitrages prévus pour la semaine prochaine dans le cadre d’un premier allègement (voir 13 novembre).

Comme le temps passe. Il y a un peu plus de quatre ans … Bruno Le Maire se consacrait encore à la campagne des « Primaires de la Droite et du Centre » dont il était l’un des protagonistes en vue de l’élection présidentielle de 2017. Lire la suite »

16 Nov 2020 | L'essentiel, Profession
 

… Bien au contraire. Car malgré le confinement, il est impressionnant de voir les travaux qui s’effectuent un peu partout. Chez les particuliers, dans certains commerces : on réaménage, on rafraichit, on modernise, on rénove, on reconfigure … on transforme.

Pour certains la période procure un peu plus temps et pour tous c’est le moment de se projeter dans un avenir qu’ il faut anticiper de toutes façons.

•• Dans son tableau de bord, le dernier numéro du Losange (voir 8 novembre) présente les derniers chiffres de la Transformation des buralistes (chiffres à fin octobre).

Buralistes engagés dans la démarche : 3 222

 Buralistes ayant déjà réalisé leur audit : 1 859

Buralistes ayant leur dossier de prévalidation signé par la Douane: 1 190

 Montants prévalidés : 24 millions 161 000 euros

 Buralistes transformés et ayant déjà reçus leur aide : 639

•• Rappelons que toute démarche de Transformation suppose, au préalable, la réalisation d’un audit aidant le buraliste à définir ses travaux en fonction du développement potentiel de son point de vente. La signature de la prévalidation par la Douane – avant le début des travaux – permet au buraliste d’anticiper sur les montants qui lui seront remboursés.

•• Les dernières négociations de la Confédération ont permis de renforcer le fonds de Transformation (de 80 à 100 millions d’euros) et de prolonger son effet jusqu’ à fin 2022 (voir 23 octobre).

Plateforme de la Transformation : 01 44 69 28 81

12 Nov 2020 | Profession
 

Épisode numéro 14 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes.

Deux enfants du pays viennent de reprendre le tabac-presse de Boulogne-sur-Gesse (1 570 habitants, Haute-Garonne, commune jouxtant le Gers et les Hautes-Pyrénées) après l’avoir transformé « en commerce d’utilité locale ».

•• L’espace lumineux a été entièrement transformé avec un coin repos où l’on peut se rencontrer, échanger, boire un café, dans « un esprit bistrot », près de la machine à café. Lire la suite »

10 Nov 2020 | Profession
 

Dans le dernier numéro du Losange (voir 8 novembre), Alain Griset (ministre délégué chargé des PME) souligne, dans une interview, tout l’intérêt qu’il porte à la Transformation des buralistes.

•• « … Je vais vous faire une confidence. Mes fonctions m’amènent à rencontrer beaucoup de monde. Il m’est arrivé déjà, à deux reprises, de faire référence à la Transformation des buralistes auprès d’autres professions.

•• « Je considère comme exemplaire la façon dont la profession se mobilise pour se transformer en profondeur compte tenu des impératifs de la politique de santé publique. 

•• « Le fait que votre Transformation fonctionne bien démontre que c’est possible et j’y trouve un aspect rassurant même s’il faut être réaliste et se dire qu’il reste encore beaucoup d’entreprises à entraîner dans la démarche ».

27 Oct 2020 | Profession
 

Épisode numéro 13 de notre revue de presse des témoignages de buralistes sur la Transformation de leur établissement et leur développement commercial.

« Après sept années de tabac-presse, nous avions envie de franchir une étape supplémentaire tout en gardant une clientèle locale que nous apprécions. La fermeture d’un bar à deux pas, a été une opportunité », expliquent deux sœurs installées à Réguiny (1 960 habitants, près de Pontivy, Morbihan). Lire la suite »