Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Déc 2017 | Profession
 

Salle comble pour l’assemblée générale des buralistes de l’Aude, organisée hier soir, à Montredon-les-Corbières : une bonne cinquantaine de débits réellement représentés.

Il est vrai que le président départemental, Frédéric Martin, est connu pour son goût de l’organisation : il est en train de monter un salon professionnel des buralistes de l’Occitanie pour le premier week-end de février, avec notamment des producteurs locaux (le fameux circuit court).

•• Particulièrement révélateurs, ces questions ou commentaires suite à l’intervention de Philippe Coy (accompagné de Sophie Lejeune, secrétaire générale, et de Gérard Vidal, vice-président). Deux exemples, pris sur le vif et représentatifs.

• « Mais que fait la Confé ? Il est évident qu’une partie de notre clientèle fumeurs va se poser des questions avec cette augmentation d’un euro au mois de mars … C’est à nous, buralistes, de leur proposer une alternative à travers la cigarette électronique : avec une offre crédible et bien mise en valeur. On attend de notre organisation professionnelle qu’elle nous accompagne et nous conseille … (deux jeunes frères, installés en zone rurale, mais bien placés sur un axe de circulation / 600 clients jours / en quête de diversification).

• « C’est l’État qui est responsable de tout : du paquet à 10 euros mais aussi de la survie de notre réseau de buralistes … 60 % de mon activité correspond au tabac, l’État doit donc nous compenser pour sa responsabilité dans ce qui va nous arriver : ni plus, ni moins » (une buraliste rurale, plutôt remontée).

•• Deux facettes d’une même réalité que le président de la Confé s’est efforcé de dépasser par un compte-rendu des négociations actuelles avec le Gouvernement (« je ne suis pas naïf, mais j’ai confiance dans la qualité des échanges que nous avons ces jours-ci ») et un vibrant appel à la « transformation réelle de notre réseau de proximité pour lui donner ce qui sera le retour de tous nos efforts : plus de valeur. C’est bien pour cela que notre démarche entrepreneuriale doit être prioritaire …

« Et puis, en hommage à un grand Monsieur, particulièrement cher à tous les Français en ce jour : j’ai simplement envie de vous donner envie … »

8 Déc 2017 | Profession
 

C’est la deuxième annonce d’une activité de diversification, de proximité et hors-jeux, sur le terminal FDJ des détaillants.

Après son accord avec Western Union (voir Lmdt des 5 et 6 décembre), FDJ vient de confirmer un test – dans plus de 2 000 points de vente de la région parisienne, à partir de ce jeudi 7 décembre – portant sur une activité de co-voiturage : Zify.

•• Zify est une startup indienne créée en 2015 et installée en France depuis mai dernier. Son produit : « une application instantanée et dynamique de co-voiturage pour les courtes et moyennes distances ».

La FDJ précisant dans un communiqué qu’elle « testera avec Zify la possibilité de faire de son réseau de points de vente des points de rencontre pour les co-voituriers. »

•• L’idée est de fournir des lieux de rendez-vous « identifiés et facilement accessibles aux covoiturés », ceci en intégrant « les points de vente dans les trajets quotidiens d’une clientèle jeune et urbaine. »

•• À cette occasion, Anurag Rathor, CEO et fondateur de Zify fait savoir : « le réseau point de vente FDJ représente un réel levier de croissance en France pour Zify, c’est pourquoi nous sommes très enthousiastes à l’idée de collaborer avec le premier réseau de proximité français et pourquoi pas étendre cette collaboration en France. »

6 Déc 2017 | L'essentiel, Profession
 

Nous publions, ci-dessous, le communiqué officiel publié par la Française des Jeux pour annoncer son accord avec Western Union (voir Lmdt du 5 décembre).

À remarquer que dans sa communication avec la presse, à cette occasion, la FDJ se présente comme la 4ème loterie mondiale.

Mais on notera surtout que le communiqué n’aborde pas un sujet crucial : la rémunération du détaillant FDJ sur cette prestation de transfert d’argent.

De même, il sera intéressant de connaitre au plus vite le mode opératoire exact prévu sachant qu’il reposera sur une combinaison entre utilisation de l’application mobile Western Union et validation/ opération sur le terminal FDJ.  Ce dernier étant donc utilisé, pour la première fois, dans un autre usage que les transactions jeux.

Il serait étonnant que d’autres services n’apparaissent pas rapidement sur ce même terminal. Des esprits chagrins pouvant ajouter que cela entre en concurrence directe avec d’autres prestations dématérialisées que l’on trouve dans les réseaux buralistes et presse.

En tout cas, cette initiative permet à la FDJ d’afficher son soutien à « l’activité de son réseau de proximité ».

Ci-dessous, le communiqué. Lire la suite »

3 Déc 2017 | Profession
 

L’exercice n’est pas évident en pleine période de négociation, délicate, avec le Gouvernement sur les mesures d’accompagnement des buralistes – à cause du paquet à 10 euros, ainsi que pour la transformation du réseau -, mais Philippe Coy tient à multiplier les déplacements sur le terrain. En variant les interlocuteurs afin d’enrichir son analyse d’un contexte forcément compliqué. Ce vendredi 1er décembre, le président de la Confédération était à Toulouse.

•• Quitte à essuyer des contretemps : Olivier Arsac, l’adjoint à la sécurité et à … la tranquillité de la ville, ayant décommandé, à la dernière heure, un rendez-vous annoncé dans la presse locale (voir Lmdt du 30 novembre). Crainte d’avoir à répondre à des questions précises sur l’implication de la police municipale pour empêcher les ventes de cigarettes sur les trottoirs du quartier Arnaud Bernard, en plein centre-ville (voir Lmdt du 15 novembre) ?

Ou refus de voir la Ville Rose propulsée médiatiquement au rang de plate-forme publique de la revente de tabac de contrebande, ce qui n’est guère reluisant pour l’image d’une ville qui continue à se transformer, avec force travaux, et accueille 15 000 nouveaux habitants par an ? Lire la suite »

2 Déc 2017 | Profession
 

« La profession est un peu en déprime … », confiait Didier, buraliste dans le centre-ville de Fontainebleau, à La République de Seine-et Marne, plus d’une semaine après la hausse du 13 novembre.  

« Les gens n’aiment pas les augmentations et recherchent les cigarettes les moins chères ou se portent sur le tabac à rouler ».

•• Parmi les coups de blues de ce buraliste et de ses collègues :

• Plus le prix des cigarettes augmente, moins ils font du volume et plus c’est dur au regard de la faible marge sur le paquet vendu.

• La contrebande qui augmente de plus en plus : « « je retrouve même des paquets de cigarettes étrangers dans la poubelle de mon tabac » constate Didier. Lire la suite »

19 Nov 2017 | L'essentiel, Profession
 

Hier soir, ce 18 novembre, lors de l’Assemblée Générale de la chambre syndicale de l’Yonne (présidée par Martine Richard, vice-présidente de la Confédération) à Auxerre … ou lors de sa propre AG de Pyrénées-Atlantiques / Béarn-Soule, ce dimanche, Philippe Coy consulte la base des buralistes. Avec beaucoup d’échanges.

Il s’agit de rendre compte des négociations entamées avec Bercy, par l’intermédiaire de la Direction générale de la Douane, pour permettre au réseau d’amortir le choc du paquet à 10 euros, en trois ans, et de rebondir pendant ce laps de temps.

Des discussions engagées dès après le dernier Congrès des buralistes (voir Lmdt du 26 octobre) et dont un temps fort aura été la table-ronde de dimanche dernier entre Gérald Darmanin et une délégation de buralistes à Foix (voir Lmdt du 12 novembre). Lire la suite »

12 Nov 2017 | L'Info
 

Les participants à la réunion ont été accueillis par Marie Lajus (préfète de l’Ariège), après que Gérald Darmanin ait déclaré : « je vous avais promis à votre Congrès de venir en Ariège. En ce moment, j’ai quatre textes en discussion au Parlement, je n’ai pu libérer que ce dimanche ».

La table-ronde organisée ce matin à la préfecture de Foix entre le ministre de l’Action et des Comptes publics et une délégation de frontaliers (voir Lmdt de ce jour) a donné lieu à un échange complet sur la vie quotidienne des buralistes et leurs attentes à la veille de l’augmentation des prix.

Tous les sujets ont été abordés : du marché parallèle bien sûr, jusqu’aux difficultés de l’activité presse en passant par les jeux, la cigarette électronique et les obstacles à la modernisation. En fonction des questions du Ministre, les échanges ont été extrêmement précis et les témoignages des buralistes ruraux se sont croisés avec celui d’un collègue du centre de Toulouse.

En introduction, Philippe Coy a précisé : « nous ne voulons pas que la profession soit sous transfusion, mais nous demandons de programmer avec vous une véritable transformation du métier de buraliste ». Le Ministre et le président de la Confédération sont convenus du fait que la négociation devait continuer et s’approfondir sur certains points, notamment les jeux.

Gérald Darmanin était accompagné de Rodolphe Gintz (Directeur général de la Douane) et Jérôme Fournel (Directeur de cabinet du Ministre).

Le Ministre a demandé à Philippe Coy de l’accompagner, cet après-midi, dans la visite du dispositif douanier mis en place dans le département.

7 Nov 2017 | Profession
 

Cela fait déjà quelque temps qu’un jeune couple, propriétaire d’un bar-tabac d’Outreau (Pas-de-Calais) joue la diversification. Les deux revendiquent d’ailleurs plus une âme d’animateurs de territoire que de commerçants pur jus.

Mais, avec la programmation annoncée du paquet à 10 euros, Yann Malet met le coup d’accélérateur : « Au lieu de perdre notre énergie à se battre contre le prix du tabac, on préfère consacrer cette énergie à proposer des choses différentes », annonce-t-il dans La Voix du Nord du 6 novembre.

Après avoir lancé un cycle de concerts mensuels avec des talents locaux, l’établissement développe … une gamme de bières exclusivement régionales : « on a la chance ici d’avoir de jeunes brasseurs qui cassent les codes ».

Grand amateur (aussi !) de vins, Yann a un autre atout dans sa manche : « J’ai la chance de compter parmi mes amis un ancien sommelier qui vole aujourd’hui de ses propres ailes. Et on veut livrer nos coups de cœur » Ce qui se traduit, en plus, par des dégustations de vins au verre et, depuis quelques jours, par l’ouverture d’un espace dédié où on peut acheter vins, spiritueux et autres boissons.

Et quand on lui parle de concurrence auprès des professionnels cavistes, Yann assure que … non : « au contraire. Nous ne suivons pas les produits que nous proposons à la vente, ils changeront constamment. Cela signifie que si les clients ont envie de retrouver les articles qu’ils ont achetés ici, ils auront peut-être l’idée de pousser la porte d’un caviste de Boulogne.

30 Oct 2017 | Profession
 

Dans la dynamique impulsée par les solutions de SAF Retail Services (concept store et corners), la diversification -signée Logista – c’est aussi toute une gamme de nouvelles offres « Télécoms @Business », particulièrement mise en valeur sur l’impressionnant « Lounge » du logisticien-grossiste, lors de ce Losangexpo 2017 (voir aussi Lmdt du 27 octobre).

•• Des services de paiement à la téléphonie mobile :

Quatre nouveautés à l’honneur pour l’activité « Télécoms @Business » :

Cashlib, une offre de coupon de paiement prépayé ; et Toneofirst, la carte de paiement de BD Multimédia.

Soshop.Club. À ce compte de paiement (avec carte Mastercard et RIB) est associé une offre de cashback et un programme de parrainage. Pour tout achat payé chez l’une des 2 500 enseignes partenaires (magasins et sites Internet), le porteur de la carte se voit re-crédité jusqu’à 40 % de la somme dépensée.

En complément de ce simple cashback, le client peut, grâce à un système de parrainage, créer sa communauté et percevoir une partie du gain cashback perçu par ses filleuls. L’offre est matérialisée par une carte de paiement prête à l’emploi et une application mobile de gestion du compte. Le compte est rechargé chez un commerçant de proximité, notamment par coupons proposés à la vente par Strator. Lire la suite »

27 Oct 2017 | Profession
 

Toujours surprenant le stand de Logista France au Losangexpo qui s’est tenu la semaine dernière (voir Lmdt des 21 et 22 octobre). Comme ce « Lounge » de 180 mètres carrés, représentatif d’une véritable vision du métier de buraliste et de sa capacité d’adaptation au marché.

Au cœur de cet espace, trois grandes thématiques : l’innovation portée par les nouveautés Strator ; la diversification impulsée par la SAF au travers de son concept store et de ses corners ; la digitalisation avec l’arrivée de l’appli 100 % buraliste (voir Lmdt du 6 octobre).

Premier focus : les dernières fonctionnalités Strator pour faciliter encore plus le rôle entrepreneurial et gestionnaire du buraliste.

•• Dynamisation du point de vente

Le « Happy Hour » ou comment choisir des tranches horaires durant lesquelles des produits seront vendus à des conditions tarifaires particulières ? Avec Strator, le buraliste peut cibler la sortie des écoles en proposant, de 16 à 17 heures, deux paquets de biscuit pour le prix d’un. Lire la suite »