Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Sep 2018 | Profession
 

Cela s’est déroulé, il y a quelques jours, à la mairie de Paris.

À l’invitation d’Olivia Polski (adjointe, chargée du Commerce, de l’Artisanat et des Professions libérales et indépendantes), un certain nombre de responsables d’organisations professionnelles étaient conviés pour réfléchir ensemble sur les Jeux Olympiques 2024.

Parmi eux, Philippe Coy et Bernard Gasq (président de la fédération des buralistes d’Ile-de-France).

Nous étions le 11 septembre et cette réunion entrait, en fait, dans le cadre d’une grande concertation : « Concertation Héritage 2024 pour Paris ». Ou « comment accentuer l’attractivité de la capitale et favoriser sa transformation urbaine de façon durable et inclusive » en profitant de l’effet JO. Lire la suite »

22 Sep 2018 | Profession
 

Le président des buralistes est revenu largement sur leurs préoccupations lors de l’assemblée générale, ce jeudi 20 septembre, de la chambre syndicale des Hautes-Alpes, présidée par Dominique Arnaud (également vice-présidente de la Confédération).

•• « Il faut compenser la perte de nos clients tabac en en attirant d’autres grâce à ces nouveaux services. Et si l’on arrive à une hausse de fréquentation, c’est ensuite notre travail de commerçant que de fidéliser les clients pour leur vendre nos produits » a-t-il argumenté, selon Le Dauphiné avant d’ajouter que « l’objectif est que nous devenions les drugstores de France ».

•• Pour aider les buralistes sur cette voie, Philippe Coy a rappelé que l’État a débloqué près de 20 millions d’euros par an jusqu’en 2021, sous forme d’une aide à la transformation. « Cela permettra par exemple de faire un audit du point de vente pour savoir quels services mettre en place, selon ce qui manque dans la région ». Lire la suite »

19 Sep 2018 | Profession
 

Énergique et percutante la double page de L’Est Républicain (édition 18 septembre) sur la diversification des buralistes. Hausses des prix du tabac, paquet neutre, autres mesures de santé se traduisant par une pression normative … Contre toute attente, le président de la chambre syndicale des buralistes de Meurthe-et-Moselle, Hervé Garnier, annonce le renouveau de la profession, même dans une région frontalière. Extraits.

•• « Bien sûr, l’activité n’est pas aussi florissante que dans les années 80. Mais de nouveaux marchés sont apparus et d’autres vont émerger, il faut se positionner et s’adapter. Un buraliste est un commerçant comme un autre. Ceux qui ne bougent pas disparaîtront », affirme-t-il. « C’est comme les boulangers : il y a ceux qui font des pains spéciaux et marchent bien et il y a ceux qui n’ont pas changé leur façon de travailler et qui souffrent ». Lire la suite »

12 Sep 2018 | Profession
 

Séminaire de rentrée à la Confédération.

Séminaire très important, en fait, pour tous les présidents de chambres syndicales départementales de France qui se retrouvent, ce mercredi, au siège de la Confédération.

Philippe Coy et son équipe vont y faire un point complet sur les discussions estivales avec la Douane et Bercy concernant la mise en œuvre du plan de transformation des buralistes, axe principal du dernier Protocole d’Accord 2018- 2021 signé l’hiver dernier (voir Lmdt des 2 et 4 février).

Des précisions doivent y être données concernant le fonctionnement pratique du « Fonds de Transformation », prévu pour concrétiser ce qui s’annonce comme beaucoup plus qu’une simple « diversification » du réseau. Avec une dotation publique de 20 millions d’euros par an, pendant 4 ans (voir Lmdt du 2 juillet).

Ce séminaire préparera aussi le Congrès national, tout proche : les 18 et 19 octobre à Paris.

10 Sep 2018 | Profession
 

La période est propice pour que la presse régionale s’intéresse aussi à la rentrée des buralistes sur le terrain. Ainsi, dans le Loir-et-Cher.

•• Les quelques changements de prix du 20 août dernier (voir Lmdt du 18 août) ont été « indolores par rapport à l’augmentation opérée en mars dernier », précise Pascal Barraud, (président de la chambre syndicale des buralistes du Loir-et-Cher) dans La Nouvelle République (7 septembre).

En revanche, il assure que les ventes des paquets de cigarettes ont chuté de 10 à 15 %, depuis le mois de mars, dans son commerce de Fréteval. À cela s’ajoute une baisse de la fréquentation de 10 % de son établissement. Lire la suite »

8 Sep 2018 | Profession
 

La Chambre syndicale des buralistes du Gard, présidée par Ghislaine Mazoyer (voir Lmdt du 8 juin), a fait sa rentrée avec la tenue de son assemblée générale à Saint-Hilaire-de-Brethmas (à 7 kilomètres d’Alès), ce jeudi 6 septembre, en présence de Philippe Coy et de Sophie Lejeune (secrétaire général de la Confédération). 

Propos, sur le vif, recueillis par France Bleu Roussillon

•• Des professionnels qui n’ont pas toujours le moral : Ghislaine Mazoyer a rappelé l’inquiétude représentée par le paquet à dix euros à l’horizon 2020, dont certains buralistes demandent un report afin d’harmoniser les prix avec les pays voisins. Lire la suite »

31 Août 2018 | Profession
 

L’essentiel des déclarations du ministre de l’Action et des Comptes publics, hier, lors de la table-ronde organisée chez Philippe Coy à Lescar (voir Lmdt du 30 août).

Sur le paquet à 10 euros : « Je suis un ministre qui s’est engagé sur un programme gouvernemental. Le paquet à 10 euros est dans le programme, on le fera. Tout comme nous tenons au réseau de commerçants que vous constituez avec votre extraordinaire capacité de travail et le rôle de service public que vous jouez. C’est pour cela que nous traitons sérieusement le problème du trafic du tabac et la transformation de votre réseau. »

Sur le marché parallèle du tabac : « 25 % de la consommation d’après vos estimations ou un autre chiffre ? Je ne sais pas. En tout cas, le niveau est trop important. Lire la suite »

30 Août 2018 | Profession
 

Le ministre de l’Action et des Comptes publics était donc, ce jeudi matin, à Lescar (voir Lmdt des 29 et 30 août), dans l’établissement de Philippe Coy, où il a rencontré des buralistes des Pyrénées-Atlantiques et des Landes.

Plusieurs élus politiques ont participé à cette table-ronde dont les députés Modem Jean-Paul Mattéi et Josy Poueyto, le maire de Lescar Christian Laine et la conseillère départementale Modem Isabelle Lahore ainsi que le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Gilbert Payet. Le tout suivi par plusieurs journalistes. Dont La République des Pyrénées qui rapporte notamment certains éléments que nous reprenons.

•• En accueillant le Ministre, Philippe Coy a présenté l’historique de son établissement : « c’est l’histoire d’un quartier, d’un établissement, de transformations depuis 1900. C’est devenu un espace d’accueil et de convivialité avec une offre élargie : presse, hygiène, food, coin café. On va vers le drugstore de demain ». Lire la suite »

26 Août 2018 | Profession
 

Avec l’essor des nouvelles technologies et l’affirmation de la culture de l’instantané, tout porte à croire que les cartes postales ou autres correspondances épistolaires tomberaient dans le dépassé, l’obsolète, l’archaïques. Il n’en est rien. Durant la période estivale, la carte postale règne en reine dans les villes touristiques. Et donc chez les buralistes en proposant à leurs clientèles. 

•• Exemple à Dieppe, en ce mois d’août (Paris Normandie, 9 août).

Lydia Picard, patronne du tabac « La Civette », affirme ainsi en avoir vendu environ 2 000 depuis le début de la saison : « ce sont les paysages et les monuments de Dieppe qui se vendent le mieux. Les vues normandes sont également très prisées. » Des incontournables bien alignés sur les présentoirs. Lire la suite »

23 Août 2018 | Profession
 

Un habitué est accoudé au zinc du bar-tabac-brasserie La Régence à Menton. Un verre de vin blanc devant lui, il gratte un ticket Cash et sort de sa poche un paquet de cigarettes : « je les achète en Italie. Ici, je ne viens que pour jouer et boire un verre ». Extrait d’un reportage de Nice Matin (édition du 22 août).

•• « On est obligé de se remettre en question continuellement pour attirer de la clientèle », souligne le buraliste Jean-Marc Coupery (…) Dans la salle, les tables sont dressées. Depuis deux ans et demi, La Régence se tourne de plus en plus vers la restauration.

Un changement qui déplaît à Jean-Marc Coupery. « Buraliste, c’est un métier en or, un métier de proximité que l’on ne nous donne pas les moyens d’exercer. Je ne trouve pas ça normal de devoir abandonner mon métier. »

•• Derrière son comptoir de la place Georges-Clemenceau, Guy Dubarry lâche net : « les buralistes sont en train de crever les uns après les autres. » Pour lui, la volonté de faire passer le prix du paquet à 10 euros en 2020 aura une conséquence simple : « on ne vendra plus de cigarettes. »

Depuis qu’il a ouvert, il y a deux ans, le buraliste ne mise plus sur la vente de tabac : « on vend tout ce qu’on peut, on essaie de trouver toutes les nouveautés qui peuvent marcher. » Il détaille : « cette année, c’était les ballons de la Coupe du monde. Et puis, comme tous les étés, les bouées et les masques de plongée. »

•• Près de la frontière, Le Narval est le dernier tabac avant le sol italien. Sur les étagères de la boutique se retrouvent des souvenirs et des produits de première nécessité.

Dans la salle attenante, les clients prennent un café, mangent un sandwich : « on n’attend pas le tabac pour travailler, c’est plus un outil pour le bar et le snack » confirme la patronne.

 Commentaires fermés sur Paroles de buralistes : « on est obligé de se remettre en question continuellement pour attirer de la clientèle » (Jean-Marc Coupery, Menton)  ,