Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Juil 2020 | Profession
 

À l’occasion de l’évolution de certains prix du tabac ce 1er juillet, France 3 Bourgogne a mis le cap sur la Transformation du réseau des buralistes en Côte-d’Or.

•• Direction Belleneuve (1 600 habitants, 20 kilomètres de Dijon) où le buraliste a déjà commencé la diversification de son offre (papeterie, montres, …). Mais pour pérenniser son tabac-presse où le CA tabac frise les 50 %, il va investir pour se réorganiser totalement  : « l’idée est d’amener les gens vers des produits différents du tabac et nous … sortir de cette dépendance ». Lire la suite »

10 Juin 2020 | Profession
 

Hier après-midi, le président de CCI France, Pierre Goguet (voir 31 mars et 21 novembre 2019), a été auditionné par la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale.

Il y a proposé la création d’un « fonds pour la transformation des commerces indépendants ». L’essentiel de son propos :

« … Il s’agirait d’une transformation sur 3 axes : digitale évidemment, modernisation des points de vente et démarche RSE. Lire la suite »

8 Juin 2020 | Profession
 

Épisode numéro 25 de notre revue de presse des témoignages de buralistes à travers les régions (voir 7 et 5 juin). 

•• Le patron du bar-tabac-presse d’Arcisses (2 200 habitants, près de Nogent-le-Rotrou) était ravi de reprendre une activité normale, mardi dernier, en rouvrant son bar et retrouvant ainsi ses fidèles clients ainsi que ses employés qui étaient en chômage partiel pendant le confinement.

D’autant plus heureux qu’il a modernisé la partie tabac-presse. « J’ai décidé de changer, de tout transformer. J’ai opté pour un concept lancé par un fournisseur … avec du nouveau mobilier, des nouvelles couleurs et intégrer un côté snacking ainsi qu’un frigo pour des boissons fraîches ». Lire la suite »

24 Mai 2020 | Profession
 

Le président de la Confédération répond aux questions de la Revue des Tabacs (numéro de mai), réalisée en pleine période de confinement. Extraits.

•• Sur les buralistes et le confinement

« On a observé dès le début de la crise qu’environ 80 % des buralistes ont pu rester ouverts, mais avec des horaires aménagés pour une majorité d’entre eux (…) À mi-avril, il y avait environ 90 % de débits ouverts (…)

« C’est un réseau de distribution qui a le mieux résisté à cette crise sanitaire. Indéniablement, les buralistes font preuve d’une grande résilience. Parmi ceux qui ont dû fermer leurs établissements, on constate une forte proportion de cafés-tabacs qui disposaient d’un espace de restauration. Rappelons que 60 % des buralistes sont CHR et qu’un certain nombre d’entre eux enregistraient plus de chiffre d’affaires en restauration qu’en tabac (…) »

•• Sur l’importance du marché parallèle du tabac (révélé par la brusque hausse des achats chez les buralistes avec la fermeture des frontières). Lire la suite »

20 Mai 2020 | Profession
 

C’est parti pour la deuxième phase de test (voir 22 et 18 février) : « L’Aveyron sera le seul département d’Occitanie à participer à cette deuxième phase de test » explique Pascale Ampe, directrice départementale des Finances publiques, dans La Dépêche du Midi

Chez les 38 buralistes concernés, il sera ainsi possible de payer ses impôts, mais aussi les factures émanant des collectivités locales : crèche, cantine, factures d’eau ou d’ordures ménagères, amendes diverses…

Seules sont admises les factures dotées d’un QR code, déjà en place sur une bonne partie des documents de ce type.

9 Mai 2020 | Profession
 

Toujours au cœur de l’actualité des buralistes.

Les buralistes abonnés ont reçu un e-mail leur permettant d’accéder directement au numéro de mai du magazine édité par la Confédération. Cette édition en ligne est également disponible sur lelosange.fr 

La version imprimée arrivera, dans les points de vente, à partir de la fin de la semaine prochaine.

•• Dans ce numéro, une synthèse complète de l’actualité du Coronavirus à la Confédération et sur le terrain : dans les départements et chez les buralistes. Avec un rappel des aides disponibles.

Et aussi une interview de Peter Schweinschwaller (président de la Confédération européenne des Détaillants de Tabac / CEDT) sur la crise sanitaire vécue par les cousins européens des buralistes.

Cette longue séquence Coronavirus étant ouverte par l’éditorial de Philippe Coy : « nous sommes aux rendez-vous ».

•• Mais on y trouve également un aperçu d’une actualité de la profession qui ne demande qu’à reprendre: la Transformation (avec des réalisations), une nouvelle enquête sur ces collègues qui jouent déjà la carte des circuits courts (Buralistes … so local) et des changements ainsi que des nouveautés sur le marché de la chicha.

•• Et pour conclure un reportage, tout en sourire, sur Laurent Simon qui anime, tous les vendredi 13, son Tabac Val Vape de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) en se déguisant, lui et son équipe. Jubilatoire et sympathique en cette période où l’on commence à entrevoir le bout du tunnel.

21 Avr 2020 | Profession
 

Restriction des déplacements oblige, les consommateurs regroupent au maximum leurs achats, et c’est là que les buralistes tirent leur épingle du jeu …

Voilà ce qu’explique Marie-Pierre Ferrand, présidente des buralistes du Lot-et-Garonne, dans La Dépêche du Midi

« On offre une diversité de produits, nous avons les services postaux, la presse et pour certains tabacs l’activité épicerie » précise-t-elle. « Ces derniers se sont même récemment alliés à des producteurs locaux, se reconvertissant en point de retrait. D’autres se sont aussi mis à livrer à domicile ces derniers temps. Les buralistes implantés en zone rurale s’en sortent particulièrement bien ». Lire la suite »

15 Avr 2020 | Profession
 

Dans La Voix du nord (édition 14 avril), Patrick Falewée (président de la fédération Nord et vice-président de la Confédération) fait le point sur la situation du réseau dans la région.

•• Ouvertures  : « La plupart, environ 85%, sont restés ouverts. Ceux qui ont fermé, c’était par crainte de la maladie ou parce qu’ils travaillent dans des secteurs isolés, des quartiers difficiles. On a déjà alerté les autorités sur des points de vente qui étaient des proies faciles. »

•• Retour des clients : « Le confinement fait revenir une clientèle qui était partie en Belgique pour le tabac ou qui se faisait livrer par colis, parfois des produits de contrebande. Or les colis tournent au ralenti. Cette clientèle peut se montrer pressée, parfois agressive, il nous faut la gérer. Comme il nous faut gérer des clients qui ne viennent que pour les jeux, un motif de sortie non essentiel. On doit tous les responsabiliser … ».

•• Un « avant » et un « après » ? : « Ce sera difficile pour beaucoup. Certains sont tombés très bas, dans des secteurs, comme les rues piétonnes de centres urbains, où il n’y a plus personne. Ce qui est sûr, c’est que cette crise sanitaire va accélérer le processus de diversification de la profession, engagé depuis des années. Les activités de services bancaires, fiscaux, postaux, les points relais, photocopies, etc. … tout. ce qui fait de nous des commerçants d’utilité locale. »

•• Mais en attendant, il souligne le paradoxe : « Il y a un mois, je disais au président Philippe Coy que les buralistes frontaliers allaient encore perdre des clients avec la nouvelle hausse du prix du tabac et maintenant la demande explose … Si les prix étaient harmonisés en Europe, on n’aurait jamais eu cette fuite. ».

14 Mar 2020 | Profession
 

Direction Bayonne pour Philippe Coy et Sophie Lejeune, ce mercredi 11 mars : pour une nouvelle Journée de la Transformation.

Dans ce Pays Basque français où 17 buralistes vont (ou ont déjà) bénéficié de l’aide financière à la Transformation. 

Au micro de France Bleu Basque, Philippe Coy expliqué les objectifs du Fonds de Transformation doté de 80 millions d’euros : « c’est une négociation que nous avons eue avec le Gouvernement face à la trajectoire fiscale sur le tabac qu’on a combattu mais qui est aujourd’hui en place : le fameux paquet à 10 euros. Lire la suite »

13 Mar 2020 | Profession
 

Avec la proximité de l’Andorre qui vend le paquet à 3,50 euros, les buralistes ariégeois tentent de garder le cap pour continuer à attirer les clients. La Dépêche du Midi explique comment certains « contre-attaquent ».

•• À Foix, Daniel Hébert (photo) met toutes les chances de son côté en proposant divers services. « Depuis deux ans, j’ai agrandi le magasin qui fait désormais 180 mètres carrés, et j’ai fait une librairie magnifique avec un large choix d’ouvrages ». Plus récemment, il a « rentré la borne photo « ANTS » pour les documents officiels  ».

Bref, il reste positif en multipliant les tâches : de la banque avec le Compte Nickel au … cash back depuis une dizaine de jours. Chez lui, ce sont les jeux qui rapportent le plus devant le tabac. Lire la suite »