Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Jan 2020 | Profession
 

« Les temps sont durs pour les industriels de la cigarette » et Le Figaro Économie de ce 21 janvier y consacre une pleine page. Extraits de l’analyse signée Keren Lentschner.

En résumé, les cours des Big Tobacco sont désormais au plus bas, proches du niveau atteint il y a vingt ans, à l’époque des procès historiques contre le secteur …

Depuis deux ans, les mesures antitabac sont plus fortes partout dans le monde, même dans les pays émergents (exemples : paquet neutre en France, interdiction prochaine de publicité en Allemagne, réduction du taux de nicotine aux États-Unis, …) Conséquence : ces mesures contribuent à faire chuter les ventes mondiales de cigarettes de 2,5 % par an.

•• Le recul est certes modeste et compensé, pour le moment, par les hausses de prix permettant de maintenir les profits à des niveaux élevés. Mais il est inexorable, et pourrait s’accélérer, poursuit Le Figaro (…) Pour rebondir, les rois du tabac se sont diversifiés dans des produits alternatifs à la cigarette, moins nocifs pour la santé : e-cigarette, tabac oral, tabac à chauffer. Lire la suite »

20 Jan 2020 | Profession, Récents
 

C’est une réunion plus professionnelle que strictement syndicale qui a été proposée, hier après-midi, par Laurent Simon (président des buralistes du Val-de-Marne) et Philippe Alauze (secrétaire général des buralistes d’Ile-de-France) à leurs collègues du département.

Et le succès a été au rendez-vous. Sous le signe de la Transformation.

•• Le lieu ? « Le Petit Caporal », l’établissement quasi-mythique de Philippe Alauze à Maisons-Alfort : quartier-général de la manifestation du 7 octobre 2017 (avec des buralistes sur le périphérique contre le paquet à 10 euros …) mais aussi 1er point d’implantation du Compte Nickel.

Ce dimanche, le lieu avait été aménagé par Armelle et Philippe Alauze, ainsi que toute leur équipe, afin d’accueillir collègues et partenaires pour ce « forum des buralistes du Val-de-Marne » : plus de 120 personnes ont répondu au rendez-vous. Entre la réunion-débat et l’apéritif pris entre les mini-stands des sociétés présentes, le temps est passé très vite. Lire la suite »

15 Jan 2020 | Profession
 

Ouest-France met en lumière, actuellement, les bistrots qui font vivre les communes.

Cap, ce 14 janvier, sur le « Bar à Thym » devenu un lieu incontournable de la petite commune de Verchers-sur-Layon de 929 habitants (à 25 kilomètres de Saumur, Maine-et-Loire). Son nom de baptême est hérité de la passion de Thierry Sionneau, 53 ans, Titi d’après les intimes, pour les plantes aromatiques.

•• À son ouverture en août 2017, l’établissement était simplement un bar-tabac. Deux ans plus tard, après un investissement de 200 000 euros réalisé par la municipalité qui est propriétaire des murs, il s’est mué aussi en restaurant. Lire la suite »

14 Jan 2020 | Profession
 

Après avoir passé vingt ans dans l’usine Electrolux à Revin (Ardennes), Delphine Ronsin a repris en 2014 (dès l’annonce de la fermeture du site) un débit de tabac dans le centre de Rocroi.

Elle a su en diversifier l’activité et attirer une clientèle considérable, jusqu’à 400 certains jours. Ceci dans une ville de 2 350 habitants, à quelques kilomètres de la frontière belge …

« Un jour, c’était un vendredi, ils sont descendus dans l’atelier et nous ont dit qu’il fallait se lancer dans des projets, qu’on serait aidé. Le samedi, je suis venue voir la buraliste de Rocroi. Elle m’a dit qu’elle voulait vendre et le lundi suivant j’étais dans le bureau de la direction pour négocier mon départ » relate Delphine Ronsin dans L’Ardennais (édition 8 janvier). Lire la suite »

11 Jan 2020 | Profession
 

La Loire fait partie des 18 départements qui, à partir du 20 février prochain, vont expérimenter le paiement de certains impôts et factures administratives chez les buralistes (voir 23 et 29 juillet 2019 et 4 janvier 2020 ). 

Une petite centaine de buralistes seraient concernés selon France Bleu Loire.

•• « On vend encore des cigarettes et ça reste notre cœur de métier » explique Gilles Grangier, président de la chambre syndicale des buralistes du département, « mais on ne peut plus miser que là-dessus pour continuer à vivre de nos activités ». Lire la suite »

10 Jan 2020 | Profession
 

Les buralistes passent à la vitesse supérieure … soutenus par le Fonds de Transformation annoncent dans leur édition papier Libération Champagne et L’Est Éclair.

« C’est une très bonne chose » confirme Pascal Brie président de la chambre syndicale des buralistes de l’Aube. « On sent une reprise et un état d’esprit plus positif qu’il y a deux ou trois ans dans la profession ».

« J’ai une quinzaine de contacts avec des buralistes et six audits ont déjà été réalisés » explique Gwenaël Cuisin, à la CCI de l’Aube. Lire la suite »

8 Jan 2020 | Profession
 

« On incite désormais le buraliste à se moderniser, à sortir de son bureau de tabac très classique, à devenir un commerçant d’utilité locale … C’est un véritable changement de logiciel et on le doit vraiment à Philippe ».

Ces propos de Jérôme Récapet, buraliste à Navarrenx et président de la chambre syndicale des Pyrénées-Atlantiques, servent d’introduction au portrait pleine page de Philippe Coy dans la section région de Sud-Ouest de ce dimanche 5 janvier. Extraits.

•• « Philippe Coy, 51 ans, est le président de la Confédération nationale des buralistes. Un métier qu’il tente de révolutionner avec un certain succès, afin de le sortir de l’ornière creusée par l’augmentation du prix du tabac. Il y a une logique à voir un buraliste d’un département frontalier prendre les rênes du métier. Lire la suite »

7 Jan 2020 | L'essentiel, Profession
 

Cette année verra une montée en puissance de la Transformation des buralistes à travers la multiplication de chantiers et projets dans toute la France.

Comme nous le rapportons, ici-même, à travers les reportages – de plus en plus fréquents – qu’en fait la presse régionale (voir 30, 22 et 19 décembre 2019). Des cas concrets.

Pour beaucoup de buralistes, c’est le moment de se lancer, l’exemple de collègues étant source d’inspiration et une sécurité.

•• Rappelons que cette Transformation est le fruit d’une négociation fondamentale qui s’est tenue entre la Confédération et Bercy, il y a deux ans, pour aboutir sur la signature du « Protocole d’accord sur la Transformation des buralistes », paraphé par Gérald Darmanin et Philippe Coy (voir 2 février 2018).

•• Rappelons aussi que la Transformation se traduit par une aide financière accessible à tous les buralistes, sans exception.

Il s’agit d’améliorer la performance commerciale du point de vente par des travaux partiels ou concernant la totalité de l’établissement :  avec une nouvelle conception de l’aspect extérieur et intérieur, en optimisant le parcours client et en développant de nouveaux services et produits, par exemple (voir 19 décembre 2018).

•• L’aide financière est significative. Elle peut aussi motiver des banques à la relayer. Soit la prise en charge de 30 % des dépenses HT (40 % pour les buralistes percevant le complément de remise) avec un plafond maximal de 33 000 euros.

Parmi les dépenses, figure un audit obligatoire. Il est pris en charge à 100 % dans le cadre de l’aide (50 % si le projet de travaux n’est pas réalisé).

•• Le parcours de transformation se décompose en 7 grandes étapes :

1• L’audit : pour définir la feuille de route de l’évolution de l’établissement (le réseau des CCI a, notamment, été mobilisé pour cela).

2• L’obtention des devis correspondant aux travaux et prestations éligibles à l’aide : soit un seul devis par dépense, service ou prestation (ceci, suite à une demande de la Confédération pour faciliter le processus / voir 4 décembre 2019).

3• L’envoi d’un dossier de prévalidation à la Douane (à une cellule spécialement mise en place).

4• La réalisation des travaux.

5• L’envoi du dossier de demande d’aide avec les factures acquittées.

6• La perception de l’aide financière.

7• La transmission d’un bilan dans les 6 mois.

•• Nous reviendrons sur le sujet. Mais une plate-forme d’accompagnement est à disposition : 01 44 69 28 81 www.transformation-buralistes.fr

6 Jan 2020 | L'essentiel, Profession
 

Le numéro du Losange de janvier commence à arriver chez les buralistes. Dans son éditorial de vœux, Philippe Coy revient, notamment, sur la nécessité d’une pause après la trajectoire fiscale actuelle que connaissent les produits du tabac. Extraits.

« Oui, l’avenir c’est plus de clients avec plus d’achats.

Voilà pourquoi la première raison de notre Transformation consiste à se donner les moyens de vendre plus et mieux à nos clients actuels et potentiels. Dont nous devons comprendre l’évolution des habitudes et des usages.

Voilà pourquoi nous avons veillé à simplifier et faciliter les critères donnant accès à la Transformation grâce à l’accompagnement et au bon travail des équipes de la Douane.

Voilà pourquoi aussi, en 2020, nous aurons besoin de sérénité et de stabilité concernant les prix du tabac. Pour réussir cette Transformation.

La trajectoire fiscale aura rempli son objectif. Une pause sera nécessaire. »

5 Jan 2020 | Profession
 

Court commentaire de Gérard Vidal (président de la fédération d’Occitanie et vice-président de la Confédération) dans les informations de Sud Radio, le 1er janvier, sur le paiement de certains impôts et factures chez les buralistes, dispositif qui sera généralisé en juillet après la phase de test dans 19 départements (voir 4 janvier 2020 et le 23 juillet 2019). 

« Le buraliste est en pleine transformation, il faut qu’il évolue au vu des écarts de prix du tabac avec les pays frontaliers, ce qui est un vrai scandale sanitaire.

« Le buraliste est le premier commerce de proximité qui existe dans le monde rural. Aujourd’hui, je crois que tous les services au public doivent passer par le buraliste, parce qu’on doit être le multiservices de demain ».