Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Sep 2020 | Trafic
 

Depuis ce mercredi 16 septembre, le Nord et le Pas-de-Calais sont aussi classés « rouge » par la Belgique.

Les voyages non essentiels y sont désormais proscrits. Quid, alors, des achats de tabac frontaliers ? Pour le moment, c’est l’imbroglio. 

Au micro de RTL Info, Philippe Goffin, ministre belge des affaires étrangères, a tenté d’expliciter : « vous allez travailler au-delà de la frontière, vous allez étudier de l’autre côté de la frontière ou allez faire une visite médicale : pas de problème … »

•• Mais le même a aussi précisé : « vous avez des achats de proximité à effectuer ? Pas de souci non plus. Si vous avez une librairie de l’autre côté de la frontière, une station-service, vous pouvez y aller. Par contre, les voyages touristiques y sont interdits. »

Précision : on trouve du tabac dans les « librairies » et « stations-services » en question.

•• Contacté par La Voix du Nord, le ministère belge affirme, cependant, que cette autorisation s’applique uniquement aux habitants des villes transfrontalières, mais sans indiquer quelles communes ou périmètres sont concernés.

•• 20 Minutes croit savoir que ces restrictions « ne s’appliquent pas pour les personnes qui vont faire leurs courses en Belgique dans la mesure où elles ne dépassent pas la zone frontalière, soit une zone de 20 kilomètres après la frontière ».

À suivre.

18 Sep 2020 | Observatoire
 

L’e-commerce a profité du confinement … Mais au total, les achats en ligne ont moins progressé qu’en 2019. Les chaînes de magasins « en dur » en auraient néanmoins profité pour dépasser les purs spécialistes Internet, selon Les Échos.

Selon le bilan de la Fevad (syndicat du e-commerce), publié ce mercredi, les ventes en ligne ont progressé de 5,3 % pour un chiffre d’affaires de 26 milliards d’euros au cours du deuxième trimestre. Mais en 2019, pendant la même période, les cyberachats avaient grimpé de 12 %.

Pendant la crise, la croissance du e-commerce a été réduite de moitié. « Au mois d’avril, au plus fort de la crise sanitaire, l’e-commerce n’a progressé que de +0,8 % par rapport à avril 2019 », souligne la Fevad.

•• Autre indicateur : le nombre de transactions sur la Toile a diminué de 1,5 %, à 408 millions. Il avait progressé de 19 % au deuxième trimestre 2019. En termes de chiffre d’affaires, la hausse du panier moyen a compensé. Pour les produits, il est passé de 55 à 71 euros.

Les ventes de biens matériels au grand public ont explosé de 45 %, pendant que les ventes de services baissaient de 36 %. Les voyages, en particulier, ont chuté de 75 % en raison de la fermeture des frontières.

•• La grande leçon de la période est que les gagnants de la crise, en matière d’e-commerce, ont été les chaînes de magasins « en dur » qui ont compensé – en partie – la fermeture de leurs points de vente, par leurs sites Internet marchand. Si l’on exclut les supermarchés alimentaires qui sont restés ouverts, les cyberachats effectués auprès des enseignes ont crû de 83 % au deuxième trimestre.

La Fevad estime que pour les produits, la part de marché du canal Web passera à la fin de l’année à 13 %, contre 10 % en 2019.

•• L’exemple du textile illustre ce qui s’est passé pendant la crise. Les ventes des magasins ont chuté de 26 % au total sur les sept premiers mois de 2020, a calculé l’Institut français de la Mode. Les achats sur Internet ont, en parallèle, augmenté de 11 %. Le problème pour les enseignes du secteur est que leurs ventes en ligne pèsent moins lourd que leurs ventes en boutiques. Aussi, au total, le marché a plongé de 20 %.

Dans ce contexte, l’IFM estime qu’à la fin de l’année, les ventes d’habillement en ligne représenteront 22 % du marché, contre 15 % en 2019. « L’e-commerce a gagné plusieurs années de développement pendant le confinement », résume Frédéric Valette, expert chez Kantar, qui a recensé 2,6 millions de nouveaux acheteurs de vêtements sur le Toile. Lire la suite »

15 Sep 2020 | Observatoire
 

Il n’y a pas de profond désamour des Français pour le « magasin physique », mais la crise sanitaire a provoqué des ajustements dans les pratiques d’achat et dans l’accueil attendu.

Selon un sondage LSA/YouGov mené du 21 au 23 août, près de 60 % des Français assurent avoir modifié leurs comportements d’achats dans les points de vente depuis le déconfinement.

Parmi les évolutions, 45 % des consommateurs indiquent se rendre encore en point de vente mais à une fréquence moindre et 25 % ciblent davantage les enseignes de proximité. La vente en ligne attire 15 % des sondés.

•• Si les Français n’ont pas complètement ­déserté les magasins, c’est en partie parce qu’ils ont été rassurés par les mesures des enseignes.

L’ajout de Plexiglas en caisse est devenu un incontournable dans presque toutes les boutiques. Cet équipement est d’ailleurs, d’après le sondage, la quatrième mesure qui rassure le plus les Français lors de leur venue en magasin. On retrouve, dans le top 3, le port du masque obligatoire, la distribution de gel hydroalcoolique et le nettoyage systématique des caisses.

Et ces quatre points font écho aux principales inquiétudes que les clients ressentent en boutique : à savoir la cohabitation avec les autres, la désinfection et la propreté des équipements ainsi que la manipulation des produits.

•• Certes, le protocole sanitaire imposé aux magasins s’est allégé aujourd’hui. Officiellement, il se résume au port obligatoire du masque avec le respect de la distanciation sociale.

C’est désormais l’exécution et la présentation des dispositifs dans les points de vente qui restent à améliorer. « Il y a eu beaucoup de bricolage pour être prêt le 11 mai, pour la réouverture des magasins, mais depuis rien n’a changé, voire il y a un retour un arrière », estime Frank Rosenthal, expert en retail. Lire la suite »

12 Sep 2020 | Profession
 

Les producteurs de tabac de Maine-et-Loire ne sont plus qu’une dizaine. Alors que l’heure est à la récolte, les acheteurs ne se bousculent pas. Comme en témoigne un reportage de France 3 Pays de La Loire.

Pascal Socheleau, installé à Chemillé-en-Anjou, est l’un d’entre eux.

•• Pour cet éleveur de vaches laitières, la culture du tabac est un joli complément de revenus. Avec un rendement de quatre tonnes et demi par hectare, le chiffre d’affaires avoisine 17 000 euros par hectare. « Avec 6 à 7 000 euros de charges, cela laisse une marge confortable », confirme l’agriculteur et vice-président de la coopérative Tabac Feuilles de France. Lire la suite »

11 Sep 2020 | Profession
 

Le groupe néerlandais – deuxième brasseur mondial avec près de 300 marques de bières – accuse un recul de près de 20 % de son chiffre d’affaires selon ses résultats semestriels publiés ce lundi 3 août. Comme cela pouvait être prévu (voir 5 août). 

Les « skypéro » et autres festivités de confinés n’auront donc pas suffi …

•• Selon le président du conseil d’administration et directeur général d’Heineken, Dolf Van den Brink, « l’impact de la pandémie s’est aggravé au deuxième trimestre », et s’est traduit par une baisse de volume de -19,4 %.

Après une forte baisse en avril, la production a commencé à se rétablir progressivement en juin, avec la levée du confinement et la reconstitution des stocks. Au total, sur six mois, la baisse est de -11,5 %. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac : effet Covid … Heineken accélère sur la numérisation et la bière à domicile    , ,
10 Sep 2020 | Profession
 

Avec la pandémie de la Covid-19, c’est l’ensemble des bars et cafés d’Alsace qui tente aujourd’hui de retrouver une activité normale.

Fort de son ancrage alsacien et bière populaire par tradition, Kronenbourg se mobilise et organise une tournée d’animation dans 9 établissements de la région en septembre.

Le 11 septembre, la camionnette « le Petit Bistrot Kronenbourg » (voir 8 juin 2019) démarre … À chaque « stop », elle s’arrêtera devant un établissement partenaire et fera office d’extension de terrasse. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac : une « Tournée Kronenbourg » de soutien à 9 établissements alsaciens  , ,
8 Sep 2020 | Profession
 

Depuis le mois de juin et suite aux décisions relatives au déconfinement, la Mudetaf offre une extension de garantie sur les aménagements et mobilier de terrasse (voir 23 juillet). 

Celle-ci est prolongée jusqu’à la fin de la crise sanitaire annonce la Mudetaf dans un communiqué.

•• Cette extension bénéficie aux sociétaires qui reçoivent déjà des clients en terrasse et aux sociétaires qui souhaitent aménager une terrasse provisoire pour augmenter leur chiffre d’affaires. Elle est automatique et gratuite. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mudetaf : prolongation de la garantie « aménagements et mobiliers de terrasses »  ,
3 Sep 2020 | E-cigarette
 

Il est coutumier, dans certains milieux de la vape, de souligner à l’envie la « crise profonde » des buralistes et leur « équilibre fragile ». C’est un point de vue.

On pourrait aussi se poser la question à propos des difficultés de certaines boutiques ne reposant pas, contrairement aux buralistes, sur un modèle solide dans le temps, déjà diversifié entre plusieurs activités bien identifiées, avec un flux de clientèle régulier et doté d’un projet de transformation.

Dans son édition du 3 septembre, Le Monde nous relate la situation de deux associés ayant investi dans des boutiques de vapotage et ayant recours à un PGE. Extraits : Lire la suite »

1 Sep 2020 | E-cigarette, International
 

Après l’annulation de l’édition parisienne (voir 15 juillet), c’est aujourd’hui le Vapexpo Madrid – qui devait se tenir le 21 et 22 novembre – qui est reporté aux 26 et 27 juin 2021.

Les conditions sanitaires n’étant pas optimales, l’équipe de Vapexpo déclare « avoir discuté avec les exposants et décidé de suivre leurs conseils et leur point de vue en annulant l’événement ».

Dans son communiqué, l’équipe dirigeante de Vapexpo précise à l’intention de ses partenaires et visiteurs : « malheureusement, nous vous informons du report définitif du Vapexpo Madrid 2020. Ne pas vous voir cette année nous rend très tristes, mais nous vous reverrons en 2021 à Madrid. Bonne vape et merci encore pour votre soutien sans faille qui nous est essentiel en ces temps difficiles. »

31 Août 2020 | International
 

Le confinement et – surtout – la fermeture des frontières auront impacté le marché des cigarettes espagnol. Faute de fréquentation touristique et de ventes à destination de la France (par les ventas situées à la frontière) et du Royaume-Uni (par les aéroports).

Les chiffres, publiés la semaine dernière, sont aussi officiels que significatifs puisqu’ ils émanent du Comisionado para el Mercado de Tabacos, l’autorité de tutelle du réseau des Estanqueros. Lire la suite »