Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Nov 2017 | Profession
 

L’article 12 du Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2018) instituant la programmation d’un calendrier de hausses de la fiscalité de tous les produits du tabac sur trois ans – de sorte à arriver notamment au paquet de cigarettes à 10 euros (voir Lmdt du 14 novembre) – a été adopté ce matin par le Sénat en séance plénière.

•• Un seul amendement a eu un vote favorable et va se trouver intégré dans le projet gouvernemental initial.

Il s’agit d’un amendement venant du Gouvernement lui-même visant à atténuer relativement la hausse sur la fiscalité des cigares et cigarillos (voir Lmdt des 19 octobre et 15 novembre). Son objet est formulé comme suit : « Conformément à l’engagement pris par le ministre auprès de la Confédération des Buralistes, le présent amendement ajuste la fiscalité applicable aux cigares et cigarillos pour prendre en compte les spécificités de cette catégorie fiscale. Lire la suite »

15 Nov 2017 | Profession
 

« Les buralistes ont obtenu que la trajectoire de hausse de la fiscalité des cigares et des cigarillos soit légèrement corrigée » croit annoncer le quotidien, ce matin. Alors que l’article 12 du Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale n’a pas encore été discuté en séance (voir Lmdt du 14 novembre).

•• « Le Gouvernement a déposé un amendement visant à revoir la trajectoire de hausse de la fiscalité des cigares et cigarillos » révèle en fait Les Échos. Il est vrai que le texte faisait ressortir que le segment était particulièrement frappé : la boite de 20 cigarillos à 10 euros dès mars prochain … Certains ont même cru à une erreur de ses rédacteurs (voir Lmdt du 19 octobre).

•• « L’augmentation globale de la fiscalité est très légèrement atténuée, tout en respectant l’objectif de convergence des prix souhaité par le Gouvernement » précise l’amendement gouvernemental.

•• De son côté, la Fédération des Fabricants de Cigares jugeait « incompréhensible » cette trajectoire. Ses représentants avaient pointé le risque que les fumeurs abandonnent les cigarillos pour revenir à la cigarette.

17 Oct 2017 | Profession
 

Sous la signature de Gérard Bohélay, son vice-président coordinateur en charge des fédérations professionnelles (et ancien président de la fédération Ile-de-France des buralistes), la Confédération des PME a adressé, dans la soirée du lundi 16 octobre, un message aux membres des commissions des Affaires sociales et des Finances de l’Assemblée nationale. Nous le reproduisons intégralement.

« En tant que Vice-Président et représentant la profession des buralistes à la CPME (Confédération des Petites et Moyennes entreprises), je souhaite attirer votre attention sur les dispositions de l’article 12 du PLFSS pour 2018 qui programme un véritable choc fiscal pour les buralistes en visant un objectif du paquet de cigarettes à 10 euros en novembre 2020.

« Si nous avions, par un communiqué (voir Lmdt du 3 octobre), regretté qu’une telle mesure prise à la hâte ne s’inscrive pas dans un cadre général incluant la lutte contre la contrebande et le soutien à la profession, nous avons découvert avec stupéfaction à la lecture de l’étude d’impact du PLFSS pour 2018 que le Gouvernement avait inscrit l’augmentation de la boite de cigarillos à 10 euros dès mars 2018 et non comme pour les cigarettes en novembre 2020.

« Cette distorsion de traitement va entrainer une baisse drastique des volumes vendus par les buralistes, la quasi disparition d’une branche complète de leur activité, un phénomène important de substitution du cigarillo vers la cigarette et, enfin, la naissance d’un commerce transfrontalier jusqu’à présent quasi inexistant.

« Nous ne comprenons pas que le Gouvernement inscrive une nouvelle recette de 40 millions d’euros supplémentaires pour la catégorie fiscale des cigares et cigarillos soit une augmentation des recettes du droit de consommation de plus de 27 % lorsque, dans le même temps, le Gouvernement inscrit une nouvelle recette de 350 millions d’euros supplémentaires pour la catégorie fiscale des cigarettes, soit une augmentation de 3,68 %.

•• « L’équilibre de gestion des buralistes prend en compte le fait qu’à ce jour les cigarillos ont des prix d’environ 0,20 à 0,30 euro supérieur à celui de la cigarette la plus vendue (Marlboro). Cet écart de prix devrait être conservé par rapport au nouveau prix de la cigarette afin de poursuivre la réduction constatée de la consommation de cigarillos-cigares (-7,7 % % du volume en 2016 versus 2015) sans pour autant générer les effets négatifs ci-dessus.

•• « Les consommateurs de cigarillos s’organiseront en achetant à nos frontières leurs cartouches de cigarillos ou se déporteront vers la cigarette, en augmentant en une seule fois de 25 % les prix du cigarillo par rapport à la cigarette qui augmente de 1 euro, soit 14 % d’augmentation.

« La fin des ventes de produits de cigarillos, chez les buralistes, accélérera la disparition de nombreux d’entre ceux qui ont beaucoup investi dans la présentation et la préservation de ces produits dans leur linéaire. »

8 Oct 2017 | Profession
 

Ce mercredi 4 octobre, dans le cadre prestigieux et intime du studio Harcourt à Paris, des amateurs, un certain nombre de professionnels et des journalistes ont pu découvrir la nouvelle gamme permanente « Quai d’Orsay » (voir Lmdt du 22 novembre 2015 et du 5 janvier 2014), signifiant le renouveau de la marque.

Ceci, à l’invitation d’Antoine Bathie (directeur de Seita Cigares), d’Inocente Nuñez Blanco et de Luis Sanchez-Harguindery (co-présidents de Habanos SA).

Les nouveaux « Quai d’Orsay » avaient déjà été mis à l’honneur lors du dernier « Festival del Habano » à Cuba (voir Lmdt du 22 février 2017).

•• C’est donc un cigare historique à plus d’un titre qui connait une nouvelle vie. « Quai d’Orsay » étant le fruit de la demande d’un certain Valéry Giscard d’Estaing souhaitant « un grand cigare dans l’esprit français du goût et du raffinement. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Cigares : renouveau du « Quai d’Orsay » sur le marché mondial  
6 Oct 2017 | Profession
 

Nos dernières informations négatives sur le marché officiel du tabac se confirment (voir Lmdt du 27 septembre).

Pour septembre, nous avons (en volume) :

• cigarettes : -9,10 %
• tabac à rouler : -15,40 %
• cigares / cigarillos : -12,10 %

Certes, ces chiffres Logista (livraisons aux buralistes) sont non corrigés des variations saisonnières (21 jours en septembre dernier contre 22 jours en 2016) mais la tendance, accentuée depuis la fin de l’été, est bien là (voir Lmdt du 8 septembre).

5 Oct 2017 | Observatoire
 

Selon le numéro de cette semaine de L’Express qui s’intéresse à la vie nocturne du Président (réunions tardives à l’Élysée, communication à toute heure avec ses proches, cinq heures de sommeil par nuit) on y apprend qu’Emmanuel Macron est un fumeur régulier de cigares. L’Élysée a confirmé cette information auprès de l’hebdomadaire. 

Lequel a donc confirmé une rumeur qui courait dans le monde des aficionados parisiens depuis quelque temps.

Il aimerait rédiger certains textes, par lui-même, en cherchant l’inspiration à travers la dégustation d’un bon cigare.
La source ? En avril dernier, Emmanuel Macron a voulu solliciter un prêt pour financer la campagne présidentielle. Pour cela, il a dû légalement souscrire à une assurance décès. Et dans le formulaire de renseignements médicaux, il a répondu « oui » à la question « Êtes-vous fumeur ? ».

 Commentaires fermés sur Emmanuel Macron fume le cigare   ,
6 Août 2017 | International
 

Après sa récente légalisation en Californie et à Las Vegas, le marché du cannabis – potentiellement colossal – stimule plus que jamais l’imagination des entrepreneurs.

Ainsi, depuis 12 mois consécutifs, les ventes de marijuana dans le Colorado (le premier État à avoir permis sa vente contrôlée en 2014) rapportent chaque mois plus de 100 millions de dollars. On comprend mieux l’appétit de certains pour cette manne lucrative. L’un d’eux s’appelle Leira Cannagars et vise la niche des 1 % les plus riches du monde.

Sa gamme de cigares artisanaux à la weed (chanvre) – dont les prix varient entre 100 et 420 dollars l’unité – promet de transformer le cannabis en produit de luxe. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur États-Unis : jusqu’où va le business du cannabis !  ,
4 Août 2017 | Profession
 

À nombre de jours de livraison comparable (20 jours), le marché officiel du tabac en juillet présente un aspect différent de la tendance du premier semestre (voir Lmdt du 10 juillet) :

cigarettes : -3,40 %

tabac à rouler : -8,80 %

cigares/cigarillos : + 7,40 %

tabac à mâcher/à priser : + 7,20 %

(Sources : Douane / Logista )

17 Juil 2017 | International
 

C’est Xinhua – l’agence Chine nouvelle – qui l’annonce : avec 19 000 tonnes, les autorités cubaines s’attendent à enregistrer la plus grosse récolte de tabac de la décennie. Une bonne saison climatique y ayant contribué.

Pourtant, la célébrissime région de Pinar del Rio serait en retard de 4 000 tonnes sur les prévisions la concernant, à 13 000 tonnes.

En visite dans des plantations, le vice-président cubain, José Ramon Machado, a souhaité une augmentation des volumes pour l’année prochaine.

Il est vrai que cigare compte toujours parmi les toutes premières sources de revenus du pays à l’export. Avec, l’année dernière, un chiffre d’affaires de 450 millions de dollars (393 millions d’euros).

 Commentaires fermés sur Cuba : la meilleure récolte de la décennie ?  ,
30 Juin 2017 | Profession
 

Lancée lors du dernier « Festival Habanos » (voir Lmdt du 22 février 2017), l’édition régionale « Secreto Cubano » du cigare Quai d’Orsay connait un succès qui avait été soigneusement préparé par les équipes de Seita Cigares. 

C’est le magazine économique Challenges qui nous apprend qu’il a été vendu à 20 000 exemplaires en deux mois.

•• Il est vrai que le Quai d’Orsay (voir Lmdt du 22 novembre 2015 et du 5 janvier 2014) bénéficie toujours, parmi les aficionados, d’un rare privilège.

C’est un cigare « hecho en Cuba » commandé, au tout début des années 70, par le ministre français des Finances … Valéry Giscard d’Estaing. Dans une lettre à la Seita, il était demandé : « la France brille dans le monde entier par ses vins, sa haute couture et ses parfums, mais elle est absente dans le domaine du cigare, il serait souhaitable de remédier à cette lacune ».

La Seita, à l’époque, c’était le Service d’Exploitation Industriel du Tabac et des Allumettes, dont le prestigieux siège était sis au 53, quai d’Orsay sur les bords de Seine.

•• Depuis, chaque nouveauté « Quai d’Orsay » suscite l’intérêt des connaisseurs. Challenges annonce aussi la sortie de deux gros modules à l’automne.

 Commentaires fermés sur Un « Secreto Cubano » qui fait grand bruit