Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Août 2017 | Trafic
 

Décidément, Creil, dans l’Oise, est la ville du trafic de chicha : de toute nature et de toutes quantités (voir Lmdt des 2 mai et 7 mars 2017 ainsi que du 2 février 2016). Une nouvelle affaire l’illustre.

•• En mars, les policiers s’intéressent à un curieux magasin « Smoke + » : une laverie où l’on vend aussi des appareils à chicha. Et bien sûr, on y teste les modèles … d’où une conséquente présence de tabac à chicha. Alors que le propriétaire de la boutique n’a pas le statut de revendeur. Encore moins de buraliste. Magnanimes, les forces de l’ordre laissent un avertissement.

•• Mais les policiers reviennent deux mois après. Le propriétaire est parti à Tanger pour des raisons familiales. Mais il a laissé dans son point de vente, où rien n’a changé, 22 kilos de tabac à narguilé. Cela fait beaucoup. Saisie.

•• Le 27 juillet, le tribunal correctionnel de Creil juge en comparution immédiate le commerçant, arrêté à son retour en France : six mois d’emprisonnement et 3 000 euros d’amende douanière.

5 Août 2017 | Trafic
 

TripAdvisor : le plus grand site de voyages au monde avec 500 millions d’avis de voyageurs …

Ce site américain dispose également d’un forum où l’on peut s’échanger des astuces ou des bons plans. Dont le tabac fait partie, malgré les déclarations des gestionnaires. 

Ainsi, ce lancement de discussion publié le vendredi 4 août à 02h04 sur la destination de Dubaï : « Bonjour ! Quelqu’un connaîtrait quelques boutiques à Dubaï pour commander du tabac à chicha ? J’aimerai en commander quelques kilos. Si quelqu’un compte y aller, je lui passerai bien une ptite commande. Merci ».

Et visiblement le rédacteur n’habite pas à l’autre bout de la planète …

(voir aussi Lmdt des 23 avril 2017 et 20 novembre 2016).

31 Juil 2017 | Pression normative
 

Le maire (LR) Thibault Humbert d’Éragny (Val-d’Oise) a pris deux arrêtés pour lutter contre le tapage nocturne et les dégradations dans les espaces publics.

Du 1er juillet au 30 septembre, il est interdit de consommer, sur le domaine public, de l’alcool et jusqu’à novembre, la chicha.

•• Ce sont les regroupements d’individus qui sont visés par ces décisions. Les soirées arrosées seraient fréquentes dans les « plateaux d’évolution », ces zones de sport implantées près des écoles et ouvertes hors périodes scolaires. Et les équipes de nettoyage passent une demi-journée entière à ramasser les petits bouts de verre éparpillés.

•• Concernant le narguilé, Thibault Humbert estime qu’il s’agit aussi d’un problème de santé publique : « les jeunes fument de plus en plus jeunes, c’est de notre devoir d’agir. En plus, on ne sait pas toujours si ce ne sont pas des stupéfiants qui sont consommés. Et la chicha est souvent associée à de la prise d’alcool ».

Le maire veut aussi protéger ses équipements : « il y a des gens qui fument sur le terrain de foot synthétique … Le moindre incident au moment de changer le charbon, et le sol va être détérioré ! » Les contrevenants risquent désormais 68 euros d’amende. Mais la ville promet de faire, dans un premier temps, de la pédagogie.

27 Juil 2017 | Trafic
 

Quarante douaniers travaillent au sein de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Et en cette période estivale, avec l’accroissement des charters en provenance de l’étranger, la vigilance est de mise.

•• « Nous sélectionnons les vols puis les personnes que nous allons contrôler. Les bagages sont passés au rayon X pour voir si les masses sont différentes, mais on essaye de respecter au maximum l’intimité des personnes », explique Hervé Geffroy, le directeur des services douaniers, dans La Dépêche du Midi de ce 26 juillet.

• Leur but : trouver les marchandises prohibées, des objets contrefaits ou insolites, aux stupéfiants, en passant par les cigarettes ou le tabac à chicha. Cette dernière « marchandise » étant en pleine expansion, selon le douanier qui rappelle la saisie de 187 kilos dernièrement (voir Lmdt du 21 juillet).

•• À ce jour, depuis le début de l’année, les douaniers de l’aéroport de Toulouse ont intercepté 10 000 euros de stupéfiants, 470 kilos de tabac à narguilé, 350 000 euros rentrés de façon illégale, et 15 000 articles contrefaits, parmi eux, la moitié sont des … hand spinners (voir Lmdt du 21 mai).

21 Juil 2017 | Trafic
 

Mercredi 12 juillet : les douaniers de l’aéroport de Toulouse-Blagnac ont contrôlé un homme revenant des pays du Golfe avec 187 kilos de tabac à chicha. « Il s’agit de la plus grande quantité de tabac jamais saisie à l’aéroport », précise Hervé Geffroy, directeur des services douaniers.

L’homme avait simplement placé la marchandise dans cinq cartons posés sur un chariot.

Le trafic de tabac à narguilé serait en pleine expansion selon les douaniers de l’aéroport, notamment depuis un an et demi. Celle-ci serait liée à la mode des bars à chicha, et à l’image positive véhiculée par certains sportifs (voir Lmdt des 6 juillet, 5 juin et 12 avril).

« Le tabac à narguilé coûte environ 10 euros dans certains pays, et se revend 10 fois plus cher en France auprès de particuliers ou dans des bars », indique Hervé Geffroy. Le voyageur a été déféré puis remis en liberté. Mais il devra répondre de ses actes devant la justice.

6 Juil 2017 | Trafic
 

Le 29 janvier dernier, trois hommes d’une vingtaine d’années, vivant en région parisienne chez leurs parents, étaient interpellés au péage de Monnaie (Indre-et-Loire) alors qu’ils rentraient de Madrid vers Paris en bus. 

Ils voyageaient avec seize valises à l’intérieur desquelles les douaniers avaient découvert 448 kilos de tabac à narguilé, achetés aux Émirats Arabes-Unis en toute illégalité. 

•• Jugés à Tours, les trois hommes étaient absents à l’audience. Un seul était représenté par un avocat. Aux douaniers, ils avaient expliqué que l’un d’eux était parti de Paris pour Abou Dabi en avion, s’était chargé d’acheter la marchandise au prix de 2,2 euros le kilo. Il en avait ensuite revendu un tiers à chacun de ses compères qui l’avaient rejoint pour ramener les valises vers Madrid, puis Paris.

Ils envisageaient de revendre le tabac 40 euros le kilo à un bar à chicha de la région parisienne, en espérant près de 17 000  euros de bénéfices. L’enquête n’a pas permis de déterminer l’existence d’un commanditaire.

•• La douane, ayant fait ses calculs, a réclamé une amende de 61 824 euros et rappelé que le délit était passible de trois ans de prison. Ce qui a provoqué la colère de l’avocat d’un des jeunes (absents) qui espère entamer une carrière à la SNCF : « c’est incroyable les pouvoirs donnés aux agents douaniers ! La messe est dite, la justice n’a plus aucun pouvoir », s’est-il emporté, dénonçant le calcul de l’indemnisation sur la valeur de vente légale et non sur le bénéfice escompté.

•• Les trois hommes ont finalement été condamnés à six mois de prison avec sursis, assortis de 24 mois de mise à l’épreuve pour celui qui acheté la marchandise et qui avait déjà été condamné dans une affaire de stupéfiants. Ils devront payer, ensemble, l’amende douanière réclamée.

•• Élément troublant … ou pas  : une femme a été jugée, il y a à peine un mois, par le tribunal de Tours, pour une affaire « avec les mêmes circonstances logistiques et matérielles. » Il était alors question de 229 kilos de tabac (voir Lmdt du 5 juin).

Décidément lucratif, ce trafic.

5 Juin 2017 | Trafic
 

Épilogue judiciaire pour une spectaculaire prise douanière, l’année dernière, au péage de Sorigny (Indre-et-Loire) sur l’autoroute A 10 : huit valises avec 229 kilos de tabac à chicha (voir Lmdt du 20 novembre 2016) dans un bus ralliant Paris depuis Barcelone.

•• Acheté 8 euros le kilo, le tabac à chicha, qui devait être revendu aux alentours de 145 euros le kilo dans des bars parisiens, était acheminé par une Algérienne de 47 ans, habitant Oran, qui est revenue pour le procès le lundi 29 mai.

Pour expliquer que son « initiative personnelle », avait été prise en ignorant que tout cela pouvait relever d’un fait caractérisé de contrebande.

•• « À chaque fois qu’on interpelle un passeur, il y a des zones d’ombre … » : les témoins de l’audience, à Tours, ont pu entendre ce commentaire laconique du parquet qui a requis douze mois avec sursis.

Verdict : quatre mois avec sursis et 33 000 euros d’amende.

4 Mai 2017 | Trafic
 

Un contrôle du Comité opérationnel départemental anti-Fraude (CODAF) a permis de découvrir, ce jeudi 27 avril, un boa « présenté illégalement » dans un bar à chicha … clandestin. 

Effectivement, les enquêteurs ont découvert dans cet établissement clandestin – accueillant du public sans la moindre licence – un vivarium incrusté dans le sol avec un boa de 2,5 mètres à l’intérieur, présenté sans autorisation, non plus, à la vue du public. Un autre reptile de 1,60 mètres évoluait, quant à lui, en liberté … dans l’arrière cuisine du bar.

Les animaux ont donc été enlevés par des fonctionnaires de l’Office national de la Chasse et de la Faune sauvage, alors que les deux individus qui géraient le « bar » ont été placés en garde à vue. Finalement, l’un d’entre eux a reconnu l’intégralité des faits tandis que l’autre a été mis hors de cause. Le mobilier ainsi que le matériel du local ont été saisis.

Le plus surprenant : personne ne semble se soucier du lieu de provenance du tabac à chicha que l’on a du retrouver sur place.

2 Mai 2017 | Trafic
 

Déjà mis en examen dans le cadre de la saisie d’une tonne – pas moins – de tabac à chicha sur Creil (voir Lmdt du 7 mars), Jaouad Jaatit s’est retrouvé, ce vendredi 28 avril, devant le tribunal de Senlis pour trafic de la même marchandise … mais dans une autre affaire.

•• Interdit de séjour à Creil, l’homme de 39 ans s’y trouvait pourtant, en plein centre -ville, le 26 avril dernier. Posté à l’entrée d’une laverie qui fait également commerce … d’accessoires à chicha, il semblait « faire le guet », selon les enquêteurs de la brigade anti-criminalité, alors en repérage sur les lieux.

Un comportement qui pousse ces derniers à procéder à un contrôle.1 945 euros en liquide seront retrouvés sur Jaouad, 37 kilos de tabac à narguilé dans sa voiture et un stock de 170 kilos lors d’une perquisition à son domicile de Montataire. Lire la suite »

23 Avr 2017 | Trafic
 

Cinq ans de prison (dont un avec sursis) ont été requis, ce jeudi 20 avril, contre l’importateur présumé de 21 tonnes de tabac à chicha, interceptées en 2016 sur l’autoroute A13, puis saisies dans un entrepôt d’Aulnay-sous-Bois (voir Lmdt du 25 février 2016).

Pour le procureur de la chambre financière de Bobigny, la nuance entre trafic de tabac ou de stupéfiants est mince car l’enquête a caractérisé un trafic de deux ans en bande organisée.

•• Le filet s’est refermé dans une zone industrielle d’Aulnay-sous-Bois alors qu’étaient déchargés 1 830 colis (21 tonnes de tabac à chicha cachées au milieu de 5 tonnes de thé), partis du Havre.

Au procès, la gérante de l’entrepôt, placée en détention provisoire à l’époque, a nié toute implication : elle rendait service à un ami qui « travaillait avec la mairie et faisant dans le caritatif en envoyant des conteneurs en Afrique ». Elle ne s’est jamais douté que certaines palettes renfermaient aussi 607 cartouches de Marlboro de contrefaçon, apparemment. Lire la suite »