Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Juin 2019 | L'Info
 

Onze interpellations ont eu lieu, mardi 18 juin, lors d’une vaste opération dans plusieurs campements de gens du voyage et logements de l’agglomération de Grenoble, en lien avec une vague de cambriolages dans des commerces, a annoncé le procureur de la République.

Les gendarmes, agissant sur commission rogatoire d’une juge d’instruction de Grenoble, à la suite d’une quinzaine de cambriolages de commerces, ont mené cette opération très tôt dans la matinée, notamment dans deux campements de la Tronche, annonce l’AFP.

Elle a été déclenchée « dans le cadre de nombreux vols avec armes, vols par effraction, vols de coffres forts, cambriolages de locaux industriels ou commerciaux (bureaux de tabacs, parfumerie…) perpétrés d’août 2018 à juin 2019 et commis en bande organisée par de nombreux malfaiteurs », a indiqué le procureur Éric Vaillant (photo) dans un communiqué.

Plus d’une quinzaine de faits sont en effet imputables selon lui « à cette équipe chevronnée et structurée au rayon d’action très large en Isère et en Savoie notamment ».

Les perquisitions ont permis de saisir des armes et munitions, des bouteilles d’alcool, de parfum, de l’argent, des tickets de la Française des jeux « et du matériel ayant pu servir à commettre les méfaits ».

19 Juin 2019 | Observatoire
 

Emmenés par François-Michel Lambert (Libertés et territoires / voir Lmdt du 3 juin)), des députés de quatre groupes politiques, dont des « marcheurs », prônent une « légalisation contrôlée » du cannabis, dans une proposition de loi transmise, ce mardi 18 juin, à la presse.

« La constitution d’un monopole pour la production et la vente du cannabis par la création d’une société nationale, la SECA (Société d’exploitation du Cannabis), permettra de réguler la production et la vente tout en contrôlant la consommation », estiment ces députés, parmi lesquels figurent cinq LREM, Delphine Bagarry, Annie Chapelier, Hubert Julien-Laferrière, Pierre-Alain Raphan et Cécile Rilhac.

« La politique de forte répression est un échec complet », juge M. Lambert, lui-même ex-LREM issu des rangs écologistes et porte-parole de l’UDE (Union des démocrates et des écologistes). Le cannabis « peut s’apparenter à de l’alcool ou du tabac sur les enjeux de toxicomanie », estime-t-il.

•• La vente, par les buralistes, serait interdite aux mineurs. Un arrêté du ministre de la Santé fixerait le taux autorisé de THC, principale substance psychoactive de la plante.

Et le produit des taxes sur le cannabis pourrait être pour partie « consacré aux politiques de prévention et de réduction des risques, notamment en direction des jeunes et des populations vulnérables ».

•• Les autres signataires de la proposition de loi, qui sera formellement déposée jeudi, sont Sylvia Pinel, Paul Molac, Jean-Michel Clément, Jeanine Dubié, Frédérique Dumas, François Pupponi (Libertés et territoires), Régis Juanico (app. PS), ainsi qu’Éric Coquerel, Loic Prud’homme (LFI) et Sébastien Nadot (non-inscrit).

•• Début avril, le Premier ministre Édouard Philippe avait estimé qu’il serait « absurde » de s’interdire d’étudier les possibilités du cannabis thérapeutique. Mais « il ne s’agit en aucun cas d’une légalisation de la vente de cannabis », avait précisé Matignon.

19 Juin 2019 | Profession
 

La Française des jeux a ouvert, le 4 avril dernier, un point de vente dans la galerie de l’hypermarché E.Leclerc à Avermes (Allier). Une décision qui suscite la colère de buralistes locaux. 

« Deux fois par an, on se réunit avec la FDJ pour parler des implantations. On tient compte du maillage territorial en place », explique Laurent Mazal (président de la fédération des buralistes Auvergne-Forez et administrateur de la Confédération) à La Montagne.

•• « Dans le cas de Leclerc, nous avons fait part de notre désaccord car c’est dangereux pour le réseau des buralistes qui vendent des jeux. On est de petits indépendants. Cette ouverture va appauvrir les buralistes qui travaillent autour de l’hypermarché ». Et cela arrive dans un contexte difficile pour le métier déplore Laurent Mazal : « on est en pleine crise. Beaucoup de commerces sont déjà à la peine. Là, la FDJ rajoute du mal au mal ».

En guise de protestation, certains buralistes ont scotché un bandeau noir sur les présentoirs de la FDJ ces dernières semaines. Certains ont aussi placardé une affiche en faveur de la sauvegarde du petit commerce.

•• Laurent Mazal va s’entretenir, cet été, du sujet avec Claude Riboulet, président du conseil départemental. « Le buraliste est souvent le dernier commerce dans les communes. L’implantation de la FDJ dans une grande surface va à l’encontre de ce que l’on veut mettre en place dans le département ».

•• De son côté, la FDJ avance qu’elle « a perdu du chiffre d’affaires dans l’Allier ». Cette ouverture dans la galerie de la grande surface d’Avermes répond à « deux fermetures de points de vente en 2018. Quand il y a des fermetures, on compense par des créations. On va vers des endroits où nous avons une opportunité ».

Elle rappelle que l’ouverture de ce nouveau point de vente à E.Leclerc a fait l’objet de « discussions préalables avec les points de vente alentours ».

18 Juin 2019 | Profession
 

L’édition de juin du Losange – le numéro 404 – arrive cette semaine chez les buralistes abonnés.

Avec, entre autres, un entretien avec Rodolphe Gintz (DG de la Douane consacré à la traçabilité. Et un grand dossier sur « Le réveil des centres-bourgs ».

On sait que l’une des qualités du magazine de la Confédération réside dans ses reportages sur le quotidien des buralistes : avec prises de paroles, retours d’expérience et indicateurs économiques qui parlent aux collègues.

Ce numéro lève le voile sur six cas concrets de buralistes qui expliquent simplement où ils en sont dans leur démarche de transformation.

Six instantanés. À différentes étapes. Une collègue en est à sa demande d’audit ; deux autres à l’audit, lui-même ; un autre est en phase de demande de devis ; deux ont envoyé leur dossier de pré-validation ; il y a même un cas de demande d’aide. Précis et exemplaires.

18 Juin 2019 | Profession
 

« Les buralistes en ont marre de râler. Aujourd’hui, ils veulent délivrer un message positif » assure La Nouvelle République du 17 juin, au lendemain de l’assemblée générale de la chambre syndicale des buralistes d’Indre-et-Loire présidée par Matthieu Meunier.

•• « Notre marge n’a pas été réduite dans les mêmes proportions (que la vente en volume de tabac, ndlr), dans la mesure où l’augmentation du prix a partiellement compensé la baisse du volume, mais cela a entraîné une diminution du nombre de clients susceptibles de nous acheter autre chose que du tabac » a cependant souligné Philippe Coy, présent à la réunion (voir Lmdt du 15 juin); Lire la suite »

18 Juin 2019 | Profession
 

Objectif : stock de cigarettes (1)

• Bouches-du-Rhône. Les malfaiteurs ont découpé le rideau de fer à la disqueuse, ce lundi 17 juin vers 3h30, afin de pénétrer chez un buraliste à Lavéra (à proximité de Martigues). 

Le stock de cartouches de cigarettes a disparu.

Bande organisée ?

• Ain. Trois casses ou tentatives ont eu lieu dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 juin, dans des commerces du Bugey (entre Lyon et Genève).vAux alentours de 1 heure, le bar-tabac de Briord a été (une nouvelle fois) victime d’une tentative de vol par effraction. Les malfaiteurs ont tenté de forcer le rideau de fer mais ont été mis en fuite par la vigilance des voisins. Lire la suite »

17 Juin 2019 | Profession, Récents
 

Ce vendredi 14 juin, se tenait l’assemblée générale des maires de l’Aube. Laquelle a été animée par le président national de l’Association des Maires de France, un certain François Baroin … maire de Troyes. Avec comme invité d’honneur, Hervé Morin, président des Régions de France.

•• Autre invité : Pascal Brie, président des buralistes de l’Aube. Pour la signature d’une convention entre l’association des maires et la chambre syndicale des buralistes du département.

Dans l’esprit de la convention nationale paraphée par François Baroin et Philippe Coy, l’automne dernier (voir Lmdt du 19 octobre 2018). Et qui commence à être déclinée dans les départements (voir Lmdt du 2 mars 2019). Lire la suite »

17 Juin 2019 | Profession, Récents
 

Dans le message adressé par Philippe Coy aux buralistes, vendredi dernier (voir Lmdt du 14 juin), il n’y a pas que l’annonce de la prolongation, jusqu’au 31 décembre 2020, du délai de J+2 pour le règlement en paiements bancaires des commandes tabac à Logista.

En effet, deux autres mesures – de facilité de gestion – ont été négociées, par la même occasion, et ont fait l’objet d’un accord entre Pascal Ageron (Directeur général de Logista France) et Philippe Coy.

•• La règle d’abattement pour le calcul du crédit de stock (applicable pour les buralistes ne pouvant respecter le cadencement) ne sera effective qu’à partir d’un non-respect des livraisons cadencées supérieur à 20 %.

Sont concernés par cette mesure d’assouplissement : 4 978 buralistes. Le montant total de crédit de stock supplémentaire ainsi accordé s’élève à 6,5 millions d’euros.

•• La confirmation, pour 2019, du nombre de sept dépannages livrés pour les buralistes pouvant respecter leur calendrier de livraisons cadencées.

 

17 Juin 2019 | Profession
 

En fait, les policiers ont mis fin à un trafic de drogue qui durait depuis environ deux ans. Deux hommes et deux femmes ont été arrêtés et un bar-tabac PMU a été perquisitionné et placé sous scellés, rapporte France Bleu Bourgogne.

Tout a débuté à partir de renseignements selon lesquels un trafic de stupéfiants se déroulait dans ce bar-tabac-PMU, situé dans le quartier des Blanches Fleurs à Beaune (Côte-d’Or). Une opération de police a eu lieu, au petit matin, mardi dernier : elle s’est déroulée dans le bar tabac et dans plusieurs appartements.

•• Lors des perquisitions, les forces de l’ordre ont découvert des stupéfiants, de l’argent et divers matériels :
. 1 kilo de produits réagissant aux tests héroïne ;
. 188 grammes de produits réagissant aux tests cocaïne ;
. 967 grammes de produits reconnus comme étant de la résine de cannabis ;
. une somme d’argent s’élevant à 17 175 euros ;
. un grand nombre de téléphones portables ayant pu servir au trafic ;
. plusieurs balances de précision.

•• « Une partie de l’argent du trafic était semble-t-il réinjectée dans le commerce, via notamment l’achat de jeux FDJ et PMU. Plus de 20 consommateurs ont déjà été entendus et reconnaissent les achats de stupéfiants », précise Éric Mathais, procureur de la République de Dijon.

Quant au bar-tabac PMU, il « a été saisi et placé sous scellés ». Finalement, quatre personnes (deux hommes et deux femmes demeurant à Beaune) ont été présentées à un juge vendredi 14 juin. Elles ont été mises en examen.

16 Juin 2019 | Profession
 

Qui en veut donc à ce buraliste ?

• Ain. Bis repetita. Jeudi 6 juin, le tabac-presse, situé au carrefour des Cinq passages à Oyonnax, a été la cible d’un vol à main armée (voir Lmdt du 11 juin).

Une semaine plus tard, ce jeudi 13 juin, le buraliste a été braqué, une nouvelle fois, par un individu portant une cagoule.

« Il a directement contourné le comptoir et il a pointé son arme sur mon ventre » raconte le buraliste dans Le Progrès : « il m’a menacé, me demandant de lui donner la caisse ». Lire la suite »