Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Oct 2019 | Profession
 

À travers l’organisation d’un premier salon des buralistes en même temps que son assemblée générale, à Borgu ce dimanche 20 octobre, la chambre syndicale de Corse a entamé le grand virage de la Transformation.

Confrontés à un tassement des ventes (-4 % en volume depuis la fin de l’année), les buralistes locaux sont confrontés aussi – d’après Corse Matin – à la confirmation de la suppression progressive du dispositif fiscal dérogatoire octroyé à l’Île.

•• À partir du 1er janvier 2022, le prix d’un paquet de cigarettes vendu en Corse devra être « au moins égal » à 80 % du tarif pratiqué au plan national. L’augmentation devant se poursuivre par tranches de 5 % pour atteindre, en 2025, 95 % du prix établi dans l’Hexagone.

Les buralistes insulaires devraient toujours bénéficier d’un avantage de 5 %, après 2025. Pour autant, cet alignement progressif suppose une certaine remise en cause. « Soit on prend un virage, soit il va y avoir de la casse » a averti José Oliva, président de la chambre départementale.

•• Le « virage » a été détaillé par Philippe Coy, présent à Borgu, et repris par Corse Matin. « Un plan de Transformation est en cours de déploiement et doit nous permettre d’anticiper les évolutions de la filière (…) Ce plan fonctionne à merveille en Corse : à ce jour une trentaine de dossiers sont ouverts dans les chambres de commerce insulaires ».

« Par exemple, le vapotage entre dans notre cœur de métier et nous permet de rester le point de convergence de l’offre de nicotine (…)

« Les buralistes sont aussi des commerçants d’utilité locale. On vend des clés minutes, des photocopies, des timbres fiscaux, des timbres de poste, des jeux.

« Nous sommes des animateurs du territoire non délocalisables, notamment dans les zones éloignées des services publics. Je suis très fier que les buralistes aient pu récupérer le marché d’encaissement de la fiscalité (…) Le test démarrera d’ailleurs à Ajaccio en février et sera étendu à toute la Corse en juillet. »

21 Oct 2019 | Profession
 

Pas moins de 600 buralistes de la région vont pouvoir bénéficier d’un soutien du Crédit Agricole pour les accompagner dans leur démarche de Transformation.

Ceci, en complément des aides négociées par la Confédération et déjà apportées par le Fonds : soit, rappelons-le, 30 % des dépenses HT (40 % pour les buralistes percevant les compléments de remise) avec un plafond maximal de 33 000 euros (voir Lmdt du 19 décembre 2018).

•• Ce jeudi 17 octobre, la caisse régionale du Crédit Agricole Nord Midi-a donc signé une convention de partenariat avec les chambres syndicales des buralistes de l’Aveyron, du Lot, du Tarn et du Tarn-et-Garonne. Lire la suite »

21 Oct 2019 | Profession
 

Les cris du salut

• Saône-et-Loire. Sur le coup des 6 heures du matin ce samedi 19 octobre, la buraliste de Louhans (à 40 kilomètres de Chalon-sur-Saône) a vu débouler un malfaiteur, couteau à la main, qui s’est empressé de la menacer.

Sans lui laisser le temps de réclamer un quelconque butin, elle s’est mise à hurler fortement, bientôt accompagnée par son compagnon.

Les cris conjugués du couple ont fait détaler le braqueur. Lire la suite »

20 Oct 2019 | Profession
 

Coffre braqué 

• Val-d’Oise. Moins d’une heure avant la fermeture, un tabac-presse à Pontoise a été victime d’un braquage, ce vendredi 18 octobre. Plusieurs unités de police se sont rapidement rendues sur place.

Les malfaiteurs visaient l’argent liquide … les médias locaux ont constaté qu’  un coffre métallique éventré gisait devant l’établissement pendant que les victimes répondaient aux questions des enquêteurs.

Tracés par les tickets 

• Finistère. Dans la nuit du mercredi 9 au jeudi 10 octobre, le bar-tabac de Guilers (à 7 kilomètres de Brest) s’était fait rafler le fonds de caisse et ses tickets de la Française des Jeux. Dès le lendemain matin, les gendarmes ont été avisés qu’un surcroît de tickets de grattage était présenté dans plusieurs bars de la région brestoise. Lire la suite »

19 Oct 2019 | Trafic
 

Buralistes, magasins d’optique ou d’outillage, parfumeries, coffres-forts de supermarché, distributeurs bancaires …

De la Dordogne au Gers, du Lot aux Hautes-Pyrénées, toujours de nuit : une équipe, composée d’au moins quatre individus, a multiplié les tentatives et … réussi les casses de toute une série de points de vente, ces derniers mois.

Quatre individus ont été mis en examen, puis incarcérés, par la juridiction inter-régionale spécialisée de Bordeaux. Arrêtés par les gendarmes, ces Tarn-et-Garonnais sont officiellement accusés de 12 vols ou tentatives mais soupçonnés de plus de … 60 faits dans des commerces. Lire la suite »

19 Oct 2019 | Profession
 

Le rythme lancinant des incivilités  

Pyrénées-Orientales. Cible d’agressions verbales, de chapardages, de menaces et d’incivilités, un buraliste perpignanais (dans le quartier à « mixité sociale » du Moulin-à-vent) alerte de son désarroi. 

La dernière agression verbale dont Sébastien Georges a été victime remonte à dimanche dernier, selon son témoignage dans L’Indépendant. Un inconnu a déboulé en caisse, casque sur la tête, ignorant ainsi l’avertissement sur la devanture qui rappelait clairement l’obligation d’être tête découverte dans les lieux recevant du public. L’acheteur d’un « Parions Sport » a refusé le rappel à l’ordre, s’est énervé, passant vite aux menaces du genre « je t’attends à la sortie ! ». Lire la suite »

17 Oct 2019 | Profession
 

Arnaque au « Parions Sport »

• Côte-d’Or. Trois buralistes, deux à Dijon et un à Ahuy (6 kilomètres au nord de Dijon), ont été victimes, ces derniers jours, de deux hommes ayant mis en place une arnaque bien ficelée avec le jeu « Parions sport ». 

Dimanche 13 octobre en fin d’après-midi, ces deux individus entrent dans le bar-tabac d’Ahuy. L’un d’eux prend avec son téléphone, plusieurs paris sportifs, puis passe ses pronostics au scanner du terminal FDJ.

C’est alors que le second arrive et tend au buraliste des tickets mal remplis. L’acolyte en profite pour passer plusieurs tickets à 43 euros chacun. Cette diversion avait pour objectif de scanner à la dernière minute, avant la clôture des paris. Ne pouvant plus les annuler, le buraliste réclame le règlement du total des mises. Réponse : l’argent est à l’hôtel.

Les deux hommes ont donc quitté l’établissement prétextant aller chercher l’argent … Ils ne sont jamais revenus, d’autant que les tickets n’étaient pas gagnants. L’arnaque a été renouvelée chez deux buralistes de Dijon.

Grâce à leur vigilance, la plaque d’immatriculation de la voiture de ces individus a été relevée. Il s’agirait d’un véhicule de location immatriculé dans les Bouches-du-Rhône. Une enquête a été ouverte. Lire la suite »

16 Oct 2019 | L'essentiel, Profession
 

Dans un communiqué, la Confédération présente la nouvelle signature du réseau ainsi que son identité visuelle, dévoilée lors du Congrès de la semaine dernière (voir Lmdt du 12 octobre).

Nous le reproduisons intégralement.

« La Confédération nationale des buralistes fait évoluer l’identité visuelle du réseau pour appuyer la stratégie de développement initiée en janvier 2018. Ce choix d’identité répond à l’évolution du métier, en repensant les points de vente et en déployant de nouvelles activités chez les buralistes, pour les adapter aux nouveaux usages de consommation et aux attentes de ses 10 millions de clients quotidien.

« La genèse de cette identité est née de la volonté des femmes et hommes du réseau de renforcer la notion d’utilité locale et affirmer ses ambitions tout en conservant son histoire liée à la vente du tabac.

•• « Fédérés autour de notre emblème historique, la carotte rouge de notre réseau se modernise pour la première fois de son histoire et se verra habillée d’un contour blanc puis ornée d’un liseré bleu.

« Au-delà de l’évolution visuelle, le réseau des Buralistes légitimise son rôle de commerçant avec sa nouvelle signature réseau : « commerçant d’utilité locale » et prend donc une nouvelle dimension, plus responsable et servicielle, dans son ancrage territorial.

•• « Ce maillage est un élément fondamental pour contribuer à la revitalisation des territoires. Les nombreux échanges depuis le lancement du plan de transformation ont également nourri les réflexions et le sentiment de proximité et de disponibilité des 24 500 buralistes en France.

« Cette nouvelle identité, orchestrée par la Confédération et accompagnée de l’agence Dragon Rouge, sera un outil supplémentaire et unique pour répondre aux attentes des buralistes. En effet, le fonds de transformation permettra aux buralistes de faire évoluer leur profession de « buraliste à commerçant d’utilité locale ».

•• Pour Philippe Coy, « nous avons oublié d’être commerçants alors que nous accueillons 10 millions de Français par jour. 41% des buralistes se situent dans des communes de moins de 3 500 habitants. Parfois, ils en sont le dernier commerce.

« Les 1 750 nouveaux repreneurs chaque année savent qu’il est nécessaire de miser sur la proximité, en proposant un commerce à la fois moderne et diversifié ».

 

Piqure de rappel de la matinale de LCI, ce lundi 14 octobre, sur la vente de tabac aux mineurs chez les buralistes (voir Lmdt des 3 et 4 octobre).

Après un micro-trottoir autour du lycée Claude-Bernard à Paris (à quelques encablures du siège de TF1) et une séquence caméra cachée sur un adolescent achetant des cigarettes … est mis en exergue un chiffre « parlant » : en Ile-de-France et dans les grandes villes, 92 % des buralistes vendent aux jeunes de 17 ans, selon une enquête BVA / CNCT. Lire la suite »

15 Oct 2019 | Profession
 

Norbert Chary avait passé le flambeau de la chambre syndicale des buralistes de Moselle l’an dernier (voir Lmdt du 15 avril 2018). Un engagement au service de la profession qui l’avait amené jusqu’au conseil d’administration de la Confédération.

Cette fois, il met fin à son activité de buraliste, après quarante-deux ans d’activité à Aumetz, tout proche du Luxembourg.  Ce qui lui vaut les honneurs du Républicain Lorrain.

•• « Que de changements depuis que j’ai repris ce commerce, c’était en 1977 ! » Norbert Chary se souvient de ses débuts, quand la différence du prix du tabac entre la France et le Luxembourg était minime voire nulle, que les douaniers viellaient constamment à la frontière et que la monnaie n’était pas la même. « Le tabac représentait 85 % du chiffre d’affaires, maintenant c’est 5 %. » En 1994, un rayon papeterie et presse est ajouté. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Moselle : Norbert Chary transmet son magasin frontalier après 42 ans d’adaptations