Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Avr 2019 | L'Info
 

II y en a qui croient fermement dans l’avenir du métier de buralistes. Parce qu’il s’agit de son dernier projet professionnel, Lionel Parenti est prêt à tout dans le but de reprendre le tabac-presse du quartier de la gare à Épinal.

Pour l’anecdote, il s’agit de l’établissement le plus proche du tabac Monop’Station qui avait largement défrayé la chronique syndicale des buralistes en son temps (voir Lmdt du 1er août 2016).

•• Le buraliste actuel part à la retraite. Mais son repreneur potentiel est encore à la recherche d’un financement complémentaire, malgré l’appui de sa banque. Il lui manque 30 000 euros afin de pouvoir racheter le fonds de commerce et les murs. Il vient donc d’ouvrir une cagnotte – intitulée « SOS quartier » – sur le site de cagnottes en ligne Leetchi.

•• « Les centres-villes des petites et moyennes villes crèvent, les petits commerces ne sont pas soutenus, je veux faire vivre ce quartier » a déclaré Lionel Parenti à Vosges-Matin. Annonce : 0,5 % du chiffre d’affaires mensuel sera réparti entre les donateurs. Engagement : si la cagnotte est un échec, les contributions seront reversées.

•• Ancien serveur dans la restauration puis vendeur dans le commerce, Lionel Parenti est accompagné par la CCI des Vosges. Et il a clairement son projet en tête : « en plus du tabac, j’aimerais aménager une petite épicerie et accueillir une borne PMU. » Et ouvrir en septembre.

21 Avr 2019 | Profession
 

La dernière hausse du paquet de cigarettes au 1er mars a provoqué une érosion de la demande, selon La Charente Libre (édition du 20 avril). L’un de ses journalistes a donné la parole aux buralistes charentais.

Marie-Claire Chaplain du tabac-presse « Le Victor-Hugo », à Angoulême, a fait les comptes. Et ils ne sont pas bons : en mars, ses ventes de tabac ont chuté de 15 % en valeur par rapport au mois de février. « On ne s’attendait vraiment pas à une telle baisse. C’est d’ailleurs la plus significative depuis les hausses successives du prix du paquet. »

•• « C’est d’autant plus inquiétant que la tendance s’accompagne d’une baisse de la fréquentation et donc des ventes impulsives de produits annexes, comme le pain ou une confiserie, par exemple », appuie Alain Lagarde, président des buralistes de Charente ( Président de la fédération des buralistes du Sud-Ouest et  administrateur de la Confédération ), qui tient avec son épouse le Café des Sports de Champniers ( bar-tabac-presse ).

•• Si les ventes en volume de tabac dans les bureaux ont baissé de 8,80 % dans le département, le marché parallèle s’est, lui, développé.

Depuis quelques mois, des vendeurs à la sauvette opèrent sur le marché Victor-Hugo d’Angoulême : « ils revendaient même devant l’entrée de mon magasin la semaine dernière », s’agace Marie-Claire Chaplain. De plus, « certains clients ne se gênent pas pour dire devant nous qu’ils préfèrent aller en Espagne ou en Andorre pour acheter leurs cigarettes plutôt qu’ici » ajoute-t-elle.

•• Alors, les buralistes charentais misent sur la diversification, toujours d’après La Charente Libre : relais-poste, relais-colis, dépôt et retrait d’argent, tous les moyens sont bons pour étoffer son offre.

Sans compter le tournant du vapotage. Dans un petit bureau de de la place des Halles, toujours à Angoulême, Yolande Avril a même réservé aux cigarettes électroniques une place de choix, à côté de son comptoir. Au Victor-Hugo, on a vu les choses en grand avec une vitrine entière. « On a la chance d’avoir la place pour le faire », reconnaît Marie-Claire Chaplain.

Mais de conclure sur une note mitigée : « les collègues qui ne peuvent pas se le permettre seront, en revanche, contraints à la fermeture. » Quatre bureaux de tabac ont fermé dans le département l’an dernier, apprend-t-on en fin d’article.

20 Avr 2019 | Profession
 

« On sortait à peine la tête de l’eau » 

•• Rhône. Un couple de buralistes de Villefranche-sur-Saône (à 30 kilomètres au nord de Lyon) était en train de déjeuner à l’arrière de leur établissement, quand un malfaiteur, arme blanche à la main, a pénétré dans le tabac presse, ce vendredi 19 avril vers 12 h 40.

Un client est présent, le malfaiteur le prend pour le buraliste et lui hurle dessus : « j’veux les sous, j’veux la caisse ! ». Le client se protège alors avec un tabouret en expliquant la méprise.

Le buraliste intervient et fonce vers l’agresseur, un flash-ball à la main. Il vise le délinquant, sans tirer : le jeune décampe aussitôt en prenant ses jambes à son cou. Le tout a duré à peine 15 secondes. En début d’après-midi la police a arrêté un suspect ainsi qu’un complice présumé. Lire la suite »

18 Avr 2019 | Profession
 

Chaque année, la chambre syndicale des buralistes de l’Aisne dresse le même constat. Les ventes baissent à mesure que le prix du paquet de cigarettes augmente. Au profit de la Belgique voisine. 

Mais comme l’a assuré Jacques Héry (buraliste à Saint-Quentin et président départemental / photo à droite) – lors de l’assemblée générale de ce 15 avril, en présence de Sophie Lejeune – les buralistes ont les moyens de rebondir.

•• « Les professionnels de la vente de cigarettes et de produits dérivés doivent sans cesse s’adapter aux évolutions du marché » a commenté Jacques Héry. Lire la suite »

18 Avr 2019 | Profession
 

Courageux buralistes nantais 

• Loire-Atlantique. Le premier braquage s’est déroulé à la fermeture d’un tabac-presse de Nantes, ce mardi 16 avril. Le second a eu lieu, une demi-heure plus tard, à Saint-Herblain (qui appartient à la métropole nantaise). Aucun lien n’est établi entre les deux affaires. 

À 19 heures, le buraliste nantais venait de ranger un panneau d’affichage quand un malfaiteur, habillé en noir et porteur d’un masque, a surgi couteau à la main.

Des coups sont échangés. L’agresseur, comprenant qu’il ne repartirait pas avec la caisse, a essayé, sans y parvenir, de saisir quelques paquets de cigarettes. Dans la bagarre, le buraliste a réussi à actionner une sirène d’alarme et à arracher le masque de son agresseur qui s’enfuit … juste avant de revenir à la charge, sans doute pour récupérer le masque, porteur d’indices. Lire la suite »

17 Avr 2019 | Profession
 

L’annonce du projet de fermeture d’un bureau de poste (dans le quartier résidentiel de La Plaine), il y a trois ans, avait fortement mobilisé sur la commune de Cachan (Val-de-Marne).

Effective le 22 mars dernier, aucune solution n’est pour le moment acquise. 

Selon Le Parisien, il y a huit jours, la maire a envoyé une lettre « d’engueulade » à la direction départementale de la Poste. Et la municipalité confirme avoir appris récemment que le « point contact » – initialement prévu chez un buraliste – a finalement été abandonné par le commerçant, compte tenu de la charge de travail incompatible avec l’organisation de son point de vente. Depuis, aucune autre solution n’a été trouvée. Chez un buraliste ou un autre commerçant. Lire la suite »

17 Avr 2019 | Profession
 

Aujourd’hui, mercredi 17 avril, c’est Angers qui accueille une nouvelle Journée de la Transformation (voir Lmdt du 11 mars). Lors de l’étape précédente, Philippe Coy, Sophie Lejeune et Alain Sauvage avaient visité leurs collègues de l’Ile de Beauté.

À Ajaccio vendredi 10 avril, puis à Borgo, le lendemain, ils ont présenté aux buralistes insulaires le Fonds de Transformation et ses mécanismes. Un dispositif accueilli favorablement dans un contexte de double incertitude, selon Corse Matin (voir Lmdt des 5 mars et 5 février).

•• Sur l’obligation préalable d’un audit, les deux CCI locales ont jugé bon de donner un coup de pouce supplémentaire aux buralistes et se sont engagées, par la voix de leurs présidents, Jean Dominici et Paul Marcaggi, à ce que les audits soient réalisés gratuitement. Lire la suite »

16 Avr 2019 | Profession
 

« L’incendie qui a lourdement touché Notre-Dame de Paris laisse une vive émotion nationale dans le pays, palpable en chacun de nous ce matin » déclare Philippe Coy dans un message adressé à ses collègues présidents ce matin.

Ceux-ci sont actuellement consultés sur les modalités d’une initiative nationale « pour que la profession apporte sa pierre à l’édifice. »

Dès hier soir, des buralistes avaient fait état de leur souhait de mettre en place des collectes (voir Lmdt du 14 avril).

16 Avr 2019 | Profession
 

Cible privilégiée des malfaiteurs (1)

• Saône-et-Loire. Deux malfaiteurs encagoulés sont entrés par effraction dans un bar-tabac de Tournus vers 2 heures du matin, vendredi 13 avril.

Ils ont ouvert tous les tiroirs des caisses mais sans trouver d’argent. En revanche, ils ont fait main basse sur le tabac avant de repartir à bord d’une voiture. Celle-ci aurait été découverte incendiée plus tard dans la nuit à une vingtaine de kilomètres. Le commerce a déjà été à plusieurs reprises la cible de malfaiteurs (voir Lmdt des 24 août 2017 et 14 décembre 2015). Lire la suite »

15 Avr 2019 | Profession
 

Le spectacle poignant qui a bouleversé le pays ce soir nous rappelle que même les symboles les plus forts peuvent brusquement disparaître ou se détruire partiellement sous nos yeux.

Impliqués désormais dans la promotion du patrimoine, les buralistes ont partagé l’événement avec leur émotion et leur sens de la solidarité.

Dès lundi soir, certains se proposaient spontanément pour organiser des collectes auprès de leurs clients