Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Déc 2019 | Profession
 

Pour la première fois en six ans, le marché de la bière en France devrait marquer le pas cette année. « Les volumes de ventes seront stables » prévoit dans Les Échos (édition 6 décembre), Pascal Sabrié, président d’Heineken France, « après avoir augmenté de + 3 % par an depuis 2012-2013 ».

En valeur, les ventes de canettes, de bouteilles et de fûts devraient néanmoins encore progresser de 3 à 4 % … surtout en grandes surfaces. « Nous avons toutes les raisons d’être optimistes pour 2020 en raison notamment de l’Euro de football » explique le patron du leader sur le marché hexagonal.

•• Il s’estime même en position de gagner des points sur le segment haut de gamme grâce à des marques comme Affligem ou Desperados. Le groupe estime entre 8 et 9 % la progression de Desperados en volume et de 13 à 14 % en valeur. « Nous vendons la marque Affligem 20 % voire 25 % plus cher que le marché » précise-t-il. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : volume de ventes stable pour Heineken … entre « craft » et « zéro zéro »   
30 Nov 2019 | Observatoire
 

Les ventes des opérations promotionnelles de la rentrée sont mauvaises dans les grandes surfaces. Les professionnels accusent la réglementation et la limitation des promotions. Certains évoquent un changement plus global du comportement des consommateurs, notamment des jeunes.

En tout cas, c’est peut-être une opportunité pour les buralistes accueillant dans leur point de vente une offre de proximité et de qualité : comme celle des « Partisans du Vin » (voir 21 août et 22 mars).

Le millésime 2019 des Foires aux vins a été mauvais. Nielsen annonce des ventes globalement en baisse de 10 % pour les vins en grandes surfaces pendant les huit semaines du 2 septembre au 27 octobre, selon Les Échos. Les foires représentant environ 15 % des ventes de vins des enseignes. Les champagnes plongent de 34 %. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tendance boisson : la gueule de bois des Foires aux vins, le regain des petits cavistes  
3 Oct 2019 | Profession
 

Le numéro deux mondial des vins et spiritueux se restructure pour retrouver de la croissance dans l’Hexagone, où les ventes de pastis sont en berne. Le groupe annonce des lancements de nouveaux alcools, un plan de reconquête des marchés du rhum et du gin, ainsi que la cession du mousseux Café de Paris.

•• « Nous avons vendu 700 000 litres de moins de Pastis 51 et de Ricard au cours des deux mois d’été. C’est énorme » a indiqué le groupe ce 1er octobre.

« Le marché est en pleine mutation. Les consommateurs veulent du bio, de l’artisanal, du haut de gamme. Les circuits de distribution sont chamboulés par le développement du e-commerce et la multiplication des points de vente de proximité » poursuit Olivier Cavil, porte-parole du groupe, dans Les Échos.

•• Résultat, la décision a été prise de fusionner les deux équipes de commerciaux – concurrentes jusqu’à maintenant – au sein d’une nouvelle filiale Pernod Ricard France. Un guichet de départs volontaires est ouvert avec, à la clef, 280 suppressions de postes dans les fonctions marketing et commerciales, soit 10 % des effectifs totaux en France. À l’inverse, 90 nouveaux postes seront créés.

Ricard quittera ses locaux historiques à Marseille, pour s’installer dans le quartier branché des docks, au milieu des bars et des restaurants. Une « maison de l’anis » ouvrira par ailleurs ses portes, pour expliquer les origines et les vertus de la plante.

•• Un vaste programme de relance, qui doit entrer en vigueur en juillet 2020, a pour objectif d’« adapter les moyens du groupe, qui veut se concentrer sur certains segments de marché ».

Pernod Ricard estime avoir mal négocié les virages du rhum et du gin, deux alcools portés par l’engouement pour les cocktails. La Martiniquaise a pris les premières places sur le marché du rhum devant Pernod Ricard. Côté gin, le groupe accuse également un gros retard. Il vient en quatrième place derrière La Martiniquaise et son Gibson, Diageo avec son Gordon ou encore Bacardi avec son Bombay.

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : Pernod Ricard se réorganise pour relancer ses ventes en France  ,
1 Oct 2019 | Pression normative
 

C’est « un attentat contre la santé des jeunes » … Le président de la Ligue contre le cancer, Axel Kahn, demande de durcir la réglementation sur les bières à très forte teneur en alcool, ce lundi 30 septembre, dans Le Parisien/Aujourd’hui en France.

« Alors que la plupart sont à 4-5 voire 6-7 % d’alcool, on voit émerger des gammes à 14 %, et même à 16 ou presque 17 % ! » s’alarme Axel Kahn, repris par l’AFP. « Elles sont vendues dans des canettes de 500 ml. Une fois ouvertes, on ne peut plus les refermer, il faut boire jusqu’à la lie. Un jeune a alors consommé l’équivalent d’une bouteille de vin ! » poursuit-il.

Selon les calculs du journal, boire 50 cl de bière à 16,8 % revient à boire les deux tiers d’une bouteille de porto ou la quasi-totalité d’une bouteille de vin à 12,5 %.

•• Ces bières ultra-fortes « ont fleuri dans les supermarchés, dans les supérettes, à un prix modique. Ses acheteurs sont le peuple de la rue et les jeunes » assure M. Kahn, qui « demande aux autorités d’étudier la question et de légiférer ».

Deux stratégies sont possibles selon lui.

La première serait d’« interdire » ou au moins « retirer l’appellation bière » aux boissons qui « n’utilisent pas les procédés traditionnels de fabrication », car « des sucres et des levures » y sont ajoutés « afin d’augmenter leurs effets ».

Autre possibilité : « augmenter très fortement la taxe en fonction du grammage d’alcool : les plus fortes seraient vraiment plus chères ». « On l’a vu avec le tabac : c’est la sanction au portefeuille qui donne les meilleurs résultats » estime Axel Kahn.

•• Le quotidien souligne que ces bières ultra-fortes vendues en grande distribution ne sont pas fabriquées en France. Selon l’association Brasseurs de France, interrogée dans l’article, les bières qui dépassent 10 % d’alcool ne pèsent que 0,5 % du marché total de la bière.

 Commentaires fermés sur Boissons : la Ligue contre le Cancer en guerre contre les bières ultra-fortes  ,
26 Sep 2019 | Observatoire
 

La multinationale revendique en France une croissance de 10 % de ses ventes – sur un an à fin août – ainsi qu’une part de marché supérieure à 20 %, après plusieurs années difficiles.

Dans Les Échos (édition 16 septembre), François Gay-Bellile, président du groupe en France, croit toujours dans la réalité d’un potentiel de croissance dans l’Hexagone.

Les Français consomment chaque jour huit boissons sans alcool, thé et café inclus. Trois fois moins qu’en Suisse, et nettement moins qu’en Allemagne. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac : Coca-Cola veut réduire son addiction au Coca  ,
8 Sep 2019 | Profession
 

Heineken – le brasseur numéro deux mondial de la bière et numéro un dans l’Hexagone – va prendre une participation au capital de Gallia, brasserie artisanale implantée en région parisienne.

Du côté d’Heineken France, l’équation était simple. « Dans un marché de la bière en croissance depuis plus de cinq ans, le secteur qui dépasse les + 20 % c’est celui de la « craft » (la bière artisanale) », explique aux Échos (édition du 6 septembre) Pascal Sabrié, le président de la filiale française du brasseur. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : Heineken investit dans la bière artisanale … et commence par Paris  
25 Juil 2019 | Observatoire
 

La forte hausse du mercure cette semaine, dont le pic devrait être atteint ce jeudi, doit en toute logique profiter à certains segments de marché selon une analyse publiée dans Les Échos. 

•• Glaces. Lors de la dernière canicule, survenue fin juin, les ventes du secteur de la glace ont explosé : plus 46,4 % en CA pour les glaces en bacs du 24 au 30 juin 2019 par rapport à la même période ; plus 33,6 % pour les glaces détente (selon le cabinet Nielsen). Viennent ensuite les glaces détente (cornets, bâtonnets…) avec une croissance de + 33,6 %.

Déjà en 2018, les marques Magnum, Ben & Jerry’s ou encore Häagen-Dazs avaient réalisé 80,7 % de leur chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros entre avril et septembre. Des ventes en progression de 8,4 % sur un an, déjà grâce à un épisode caniculaire. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Thermomètre et commerce de proximité :  quel impact sur la consommation ?  ,
14 Juil 2019 | Observatoire
 

Boire régulièrement un peu trop de boissons sucrées – soit plus d’un petit verre de soda ou de simple jus de fruits par jour – pourrait favoriser la survenue de cancers, suggère une vaste étude publiée ce 11 juillet, relayée par l’AFP.

La consommation de boissons sucrées a augmenté dans le monde au cours des dernières décennies et elles ont déjà été associées à un risque accru d’obésité, elle-même reconnue comme un facteur important de risque de cancers. Et des chercheurs en France ont voulu évaluer l’association, jusque-là moins étudiée, entre les boissons sucrées et le risque de cancer. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Autres addictions : boire des boissons sucrées accroît le risque de cancer (étude)  ,
8 Juin 2019 | Profession
 

Fière de son ancrage territorial, Kronenbourg a décidé́ d’aller à la rencontre des consommateurs et des patrons de bars avec la Tournée Kronenbourg qui sillonne la France du nord-est au sud-ouest, du 1er juin au 6 juillet.

Chaque jeudi, « le Truck » aux couleurs de la marque est mis à̀ disposition des commerciaux Kronenbourg qui prendront la route afin d’entretenir le lien qui unit la marque et ses distributeurs.

•• Les professionnels du CHR pourront ainsi découvrir la recette améliorée de Kronenbourg Original ainsi que Kronenbourg 1947. Cette bière de type Pils, typique des années 1940, est l’innovation 2019 de la marque au damier rouge et blanc. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac : une « Tournée Kronenbourg » au cœur des territoires   ,
24 Mai 2019 | Observatoire
 

Pour la cinquième année consécutive, les Français ont accru leur consommation de bière et, selon Brasseurs de France, le chiffre d’affaires du secteur a atteint 3,9 milliards d’euros (contre 3,5 en 2017). Et le nombre de brasserie va crescendo en France (1 600 contre 1 100 en 2017).

Or, les « indépendants », largement responsables de ce regain d’activité, aspirent franchir une nouvelle étape en matière de distribution.

•• « Les bières artisanales connaissent une croissance phénoménale, puisqu’elles représentent désormais 7 à 8 % du marché. Un brasseur ouvre tous les deux jours et c’est une grande satisfaction car nous nous sommes battus pour libérer l’accès à la profession. Maintenant, il faut les aider à grandir, et cela passe forcément par une meilleure distribution » explique, dans Les Échos, Jean-François Drouin, le président du Syndicat national des Brasseurs indépendants (SNBI), qui regroupe plus de 400 brasseurs. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : les fabricants de bières artisanales contre les contrats-brasseurs