Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Jan 2020 | L'Info
 

En France, Segafredo Zanetti a réalisé 102 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et se pose, par exemple, en numéro 4 du café en GMS, avec 3,4 % de parts de marché en volume (avec les marques Segafredo et San Marco).

Mais le groupe familial entend bien se tailler une part plus grande du gâteau sur le marché du café … responsable. Tous les lancements de 2020 seront bio. Et, surtout, toute sa gamme de capsules Nespresso compatibles passera au 100 % bio. 

« Le café est en retard sur le bio. Le taux de pénétration n’est que de 16,2 %, quand d’autres secteurs comme les produits laitiers ultrafrais sont à 36 %. Mais il connaît une forte progression », explique, dans Le Journal du Dimanche, Nicolas Peyresblanques, PDG France et Benelux.

•• Le groupe avait déjà innové sur le marché en mai 2018. Il avait lancé la première capsule compostable industriellement et biodégradable, sous sa marque premium San Marco. Sans aluminium, les capsules fabriquées à Bologne sont vendues dans un emballage en carton labellisé FSC (qui garantit une bonne gestion des forêts), sans film plastique et imprimé avec des encres végétales.

« Le café bio a un coût d’achat supérieur entre 15 et 20 %. Mais nous avons fait le choix de nous positionner au même prix sur les capsules que nos principaux concurrents en café conventionnel ». La boîte de 10 capsules est proposée à 3 euros environ.

•• En matière d’emballage, l’industriel se distingue aussi. Sa gamme Natura Bio, lancée il y a quelques mois à destination des CHR, est revêtue de papier kraft pour remplacer le plastique. Dans la même logique, le groupe a supprimé les suremballages en plastique sur les palettes de la grande distribution.

•• Mais la concurrence n’entend pas se laisser faire. Carte Noire et Café Royal se sont lancés dans le bio, tandis que Legal et Lavazza proposent aussi des capsules biodégradables depuis quelques mois.

Et les capsules en aluminium, longtemps considérées comme une aberration écologique, voient leur recyclage progresser.

•• Pourtant, Segafredo espère bien tirer son épingle du jeu. « La loi marketing du premier entrant fait que si l’offre est bonne elle va bénéficier de la préférence des consommateurs » rappelle Jean-Paul Tréguer, fondateur de l’agence Big Success, qui conseille le torréfacteur dans sa stratégie de communication. Le groupe y croit. Il entend doubler sa part de marché dans l’Hexagone dans les trois ans.

10 Jan 2020 | Observatoire
 

Il y avait la bière sans alcool. Il y a désormais les spiritueux sans alcool.

Pernod Ricard lance dans dix pays – dont la France – « Ceder’s », un gin sans alcool. Les experts sont unanimes sur la réalité d’une tendance de fond.

Le « Ceder’s » a remporté un certain succès dans les bars et chez les cavistes au Royaume-Uni. Pernod Ricard a démarré la vente, également sur le marché britannique, de Celtic Soul, un whisky sans alcool. Et en Australie, le groupe français propose « Flight », un vin très faiblement alcoolisé (2°) de sa filiale Jacob’s Creek. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tendances boisson : l’alcool … sans alcool  
6 Jan 2020 | Profession
 

Un partenariat de trois ans visant à renforcer l’engagement d’Heineken pour une consommation responsable d’alcool vient d’être signé avec l’association Prévention Routière.

•• Ce partenariat vise à sensibiliser les collaborateurs Heineken et le grand public sur les risques de la consommation d’alcool au volant. Dans un premier temps, les bénévoles de l’association Prévention Routière pourront renforcer les actions de sécurité menées par l’entreprise. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Prévention : l’articulation du partenariat Heineken / Prévention routière   ,
22 Déc 2019 | Observatoire
 

Plus de 80 % des Français déclarent boire du vin, contre 72 % pour la bière et 70 % pour les spiritueux. Et si les jeunes de moins de 35 ans sont moins nombreux à en prendre, 76 % d’entre eux déclarent encore en consommer, dont un tiers toutes les semaines.

Autre enseignement de l’enquête réalisée pour la deuxième édition de « Wine Paris » du 10 au 12 février prochain : toutes les catégories d’âge estiment que le vin « est un fondamental de l’expérience au restaurant » et que « la qualité du vin joue un rôle majeur dans la réussite d’un repas à l’extérieur ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : « le vin reste la boisson alcoolisée la plus consommée par les Français » (Opinionway)   , ,
10 Déc 2019 | Profession
 

Pour la première fois en six ans, le marché de la bière en France devrait marquer le pas cette année. « Les volumes de ventes seront stables » prévoit dans Les Échos (édition 6 décembre), Pascal Sabrié, président d’Heineken France, « après avoir augmenté de + 3 % par an depuis 2012-2013 ».

En valeur, les ventes de canettes, de bouteilles et de fûts devraient néanmoins encore progresser de 3 à 4 % … surtout en grandes surfaces. « Nous avons toutes les raisons d’être optimistes pour 2020 en raison notamment de l’Euro de football » explique le patron du leader sur le marché hexagonal.

•• Il s’estime même en position de gagner des points sur le segment haut de gamme grâce à des marques comme Affligem ou Desperados. Le groupe estime entre 8 et 9 % la progression de Desperados en volume et de 13 à 14 % en valeur. « Nous vendons la marque Affligem 20 % voire 25 % plus cher que le marché » précise-t-il. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : volume de ventes stable pour Heineken … entre « craft » et « zéro zéro »   
30 Nov 2019 | Observatoire
 

Les ventes des opérations promotionnelles de la rentrée sont mauvaises dans les grandes surfaces. Les professionnels accusent la réglementation et la limitation des promotions. Certains évoquent un changement plus global du comportement des consommateurs, notamment des jeunes.

En tout cas, c’est peut-être une opportunité pour les buralistes accueillant dans leur point de vente une offre de proximité et de qualité : comme celle des « Partisans du Vin » (voir 21 août et 22 mars).

Le millésime 2019 des Foires aux vins a été mauvais. Nielsen annonce des ventes globalement en baisse de 10 % pour les vins en grandes surfaces pendant les huit semaines du 2 septembre au 27 octobre, selon Les Échos. Les foires représentant environ 15 % des ventes de vins des enseignes. Les champagnes plongent de 34 %. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tendance boisson : la gueule de bois des Foires aux vins, le regain des petits cavistes  
3 Oct 2019 | Profession
 

Le numéro deux mondial des vins et spiritueux se restructure pour retrouver de la croissance dans l’Hexagone, où les ventes de pastis sont en berne. Le groupe annonce des lancements de nouveaux alcools, un plan de reconquête des marchés du rhum et du gin, ainsi que la cession du mousseux Café de Paris.

•• « Nous avons vendu 700 000 litres de moins de Pastis 51 et de Ricard au cours des deux mois d’été. C’est énorme » a indiqué le groupe ce 1er octobre.

« Le marché est en pleine mutation. Les consommateurs veulent du bio, de l’artisanal, du haut de gamme. Les circuits de distribution sont chamboulés par le développement du e-commerce et la multiplication des points de vente de proximité » poursuit Olivier Cavil, porte-parole du groupe, dans Les Échos.

•• Résultat, la décision a été prise de fusionner les deux équipes de commerciaux – concurrentes jusqu’à maintenant – au sein d’une nouvelle filiale Pernod Ricard France. Un guichet de départs volontaires est ouvert avec, à la clef, 280 suppressions de postes dans les fonctions marketing et commerciales, soit 10 % des effectifs totaux en France. À l’inverse, 90 nouveaux postes seront créés.

Ricard quittera ses locaux historiques à Marseille, pour s’installer dans le quartier branché des docks, au milieu des bars et des restaurants. Une « maison de l’anis » ouvrira par ailleurs ses portes, pour expliquer les origines et les vertus de la plante.

•• Un vaste programme de relance, qui doit entrer en vigueur en juillet 2020, a pour objectif d’« adapter les moyens du groupe, qui veut se concentrer sur certains segments de marché ».

Pernod Ricard estime avoir mal négocié les virages du rhum et du gin, deux alcools portés par l’engouement pour les cocktails. La Martiniquaise a pris les premières places sur le marché du rhum devant Pernod Ricard. Côté gin, le groupe accuse également un gros retard. Il vient en quatrième place derrière La Martiniquaise et son Gibson, Diageo avec son Gordon ou encore Bacardi avec son Bombay.

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : Pernod Ricard se réorganise pour relancer ses ventes en France  ,
1 Oct 2019 | Pression normative
 

C’est « un attentat contre la santé des jeunes » … Le président de la Ligue contre le cancer, Axel Kahn, demande de durcir la réglementation sur les bières à très forte teneur en alcool, ce lundi 30 septembre, dans Le Parisien/Aujourd’hui en France.

« Alors que la plupart sont à 4-5 voire 6-7 % d’alcool, on voit émerger des gammes à 14 %, et même à 16 ou presque 17 % ! » s’alarme Axel Kahn, repris par l’AFP. « Elles sont vendues dans des canettes de 500 ml. Une fois ouvertes, on ne peut plus les refermer, il faut boire jusqu’à la lie. Un jeune a alors consommé l’équivalent d’une bouteille de vin ! » poursuit-il.

Selon les calculs du journal, boire 50 cl de bière à 16,8 % revient à boire les deux tiers d’une bouteille de porto ou la quasi-totalité d’une bouteille de vin à 12,5 %.

•• Ces bières ultra-fortes « ont fleuri dans les supermarchés, dans les supérettes, à un prix modique. Ses acheteurs sont le peuple de la rue et les jeunes » assure M. Kahn, qui « demande aux autorités d’étudier la question et de légiférer ».

Deux stratégies sont possibles selon lui.

La première serait d’« interdire » ou au moins « retirer l’appellation bière » aux boissons qui « n’utilisent pas les procédés traditionnels de fabrication », car « des sucres et des levures » y sont ajoutés « afin d’augmenter leurs effets ».

Autre possibilité : « augmenter très fortement la taxe en fonction du grammage d’alcool : les plus fortes seraient vraiment plus chères ». « On l’a vu avec le tabac : c’est la sanction au portefeuille qui donne les meilleurs résultats » estime Axel Kahn.

•• Le quotidien souligne que ces bières ultra-fortes vendues en grande distribution ne sont pas fabriquées en France. Selon l’association Brasseurs de France, interrogée dans l’article, les bières qui dépassent 10 % d’alcool ne pèsent que 0,5 % du marché total de la bière.

 Commentaires fermés sur Boissons : la Ligue contre le Cancer en guerre contre les bières ultra-fortes  ,
26 Sep 2019 | Observatoire
 

La multinationale revendique en France une croissance de 10 % de ses ventes – sur un an à fin août – ainsi qu’une part de marché supérieure à 20 %, après plusieurs années difficiles.

Dans Les Échos (édition 16 septembre), François Gay-Bellile, président du groupe en France, croit toujours dans la réalité d’un potentiel de croissance dans l’Hexagone.

Les Français consomment chaque jour huit boissons sans alcool, thé et café inclus. Trois fois moins qu’en Suisse, et nettement moins qu’en Allemagne. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac : Coca-Cola veut réduire son addiction au Coca  ,
8 Sep 2019 | Profession
 

Heineken – le brasseur numéro deux mondial de la bière et numéro un dans l’Hexagone – va prendre une participation au capital de Gallia, brasserie artisanale implantée en région parisienne.

Du côté d’Heineken France, l’équation était simple. « Dans un marché de la bière en croissance depuis plus de cinq ans, le secteur qui dépasse les + 20 % c’est celui de la « craft » (la bière artisanale) », explique aux Échos (édition du 6 septembre) Pascal Sabrié, le président de la filiale française du brasseur. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : Heineken investit dans la bière artisanale … et commence par Paris