Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Mai 2019 | Observatoire
 

Pour la cinquième année consécutive, les Français ont accru leur consommation de bière et, selon Brasseurs de France, le chiffre d’affaires du secteur a atteint 3,9 milliards d’euros (contre 3,5 en 2017). Et le nombre de brasserie va crescendo en France (1 600 contre 1 100 en 2017).

Or, les « indépendants », largement responsables de ce regain d’activité, aspirent franchir une nouvelle étape en matière de distribution.

•• « Les bières artisanales connaissent une croissance phénoménale, puisqu’elles représentent désormais 7 à 8 % du marché. Un brasseur ouvre tous les deux jours et c’est une grande satisfaction car nous nous sommes battus pour libérer l’accès à la profession. Maintenant, il faut les aider à grandir, et cela passe forcément par une meilleure distribution » explique, dans Les Échos, Jean-François Drouin, le président du Syndicat national des Brasseurs indépendants (SNBI), qui regroupe plus de 400 brasseurs.

Selon Brasseurs de France, 65% des entreprises n’atteignent pas encore leur seuil de rentabilité (300 hectolitres par an).

•• Fin avril, le SNBI a jeté un pavé dans la mare en accusant les grands brasseurs de verrouiller le marché des CHR par le jeu des « contrats brasseurs ». Et selon le SNBI, ces volumes seraient tels qu’ils rendraient impossible tout approvisionnement parallèle chez un producteur indépendant. Or près de 80 % des cafés seraient concernés.

« Il est très difficile de convaincre les brasseries qui ont un contrat brasseur » reconnaît Laurent Boiteau, qui fabrique la bière vendéenne Mélusine. Cet ancien de la distribution, en très forte croissance (3 millions d’euros de chiffre d’affaires), tire son épingle du jeu grâce à son propre réseau, mais il juge néanmoins le système « anticoncurrentiel ». Le SNBI aspire à casser ces contrats, comme l’ont fait d’autres pays d’Europe. Lire la suite »

13 Mai 2019 | Observatoire
 

La tendance de cette dernière décennie se confirme, le vin blanc bénéficie d’un engouement accru auprès des Français. 

Entre 2010 et 2018, par exemple, la grande distribution a vendu 108 millions de litres de vin rouge de moins, mais 51 millions de litres de rosé et 7,2 millions de litres de blanc de plus, selon le cabinet IRI.

•• À quoi tient cette évolution ?

De plus en plus, les repas prennent l’allure d’« apéros prolongés », répond Miren de Lorgeril, présidente de l’interprofession du Languedoc Roussillon (CIVL), dans Les Échos, « … ce qui profite beaucoup à la consommation du blanc, qui bénéficie d’une fausse image de légèreté, alors qu’il a le même degré d’alcool que les autres couleurs. »

Le phénomène touche plusieurs générations : « on a pensé pendant un temps que le blanc et le rosé étaient la manière des jeunes d’aborder la consommation de vin. On constate que l’habitude perdure et que ce n’est pas une question d’âge. Les femmes privilégient le blanc » ajoute la présidente de CIVL.

•• Tout cela a un impact.

En Bourgogne, la région des grands blancs, « le vignoble continue de blanchir », dit Christian Vanier, directeur général du Bureau interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB). « Au point que les blancs font leur apparition en Côtes de nuit, tout un symbole ». Le blanc pèse désormais les deux tiers de la production de la région.

Les rouges disparaissent du Mâconnais, où ils ne représentent plus que 300 hectares sur 8 000.

•• Autre facteur expliquant la montée en puissance du blanc : « c’est moins un vin de garde que le rouge. Il correspond mieux aux envies de consommation immédiates actuelles. »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac/ tendances boissons : le vin blanc reste toujours une valeur sûre   
25 Avr 2019 | Observatoire
 

Le café est la deuxième boisson la plus consommée en France après l’eau en bouteille. Avec une hausse de +3,6 %, les ventes ont totalisé 2,9 milliards d’euros en 2018, selon Nielsen.

Et le marché des dosettes augmente deux fois plus vite que le marché global pour en peser près de 50 % (1,4 milliard d’euros).

En effet, la fin du brevet de Nestlé a ouvert ce marché en 2016 à tous les acteurs du café, dont les ventes ont explosé éclipsant celles du café en grains et moulu (-16 % entre 2013 et 2018) et du soluble (-12 % sur cinq ans).

•• Le « gâteau des dosettes » se répartit en trois tiers : 33 % du marché pour les dosettes destinées aux machines multi-boissons, 37 % pour les souples type Senseo et 30 % pour les compatibles Nespresso. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tendances café : les dosettes « pour la maison » représentent désormais la moitié du marché du café  
6 Avr 2019 | Observatoire
 

Un décès sur cinq dans le monde en 2017, soit 11 millions, était lié à une mauvaise alimentation, avec une surconsommation de sel, de sucre ou de viande et des apports insuffisants en céréales complètes et en fruits, selon une étude parue jeudi 4 avril, relayée par l’AFP et reprise par Le Monde avec ce titre qui va en choquer plus d’un. 

« Mal manger tue. En 2017, un total de 11 millions de décès dans le monde, soit un sur cinq, étaient attribuables à un mauvais régime alimentaire. C’est plus que le tabac (8 millions de morts chaque année) », ainsi débute l’article du Monde, daté du 5 avril.

•• La quasi-totalité de ces décès a été provoquée par des maladies cardiovasculaires, et le reste par des cancers et le diabète de type 2, souvent associé à l’obésité et aux modes de vie (sédentarité, alimentation déséquilibrée), selon cette étude initialement publiée, en fait, dans The Lancet. Lire la suite »

31 Mar 2019 | Observatoire
 

Coca poursuit sa diversification (voir Lmdt des 20 mars 2019 et 26 février 2018) avec la mise sur le marché en Europe de Coca-Cola Energy.

Elle a le goût du Coca. Vendue en canettes de 25 cl, avec ou sans sucre, la boisson a des vertus stimulantes, contient de la vitamine B et s’adresse à tous les consommateurs qui ressentent le besoin d’un petit coup de fouet. On la trouvera en France avant l’été.

•• Le marché des « Energy drinks » n’est pas entièrement étranger à Coca-Cola, qui détient une part minoritaire dans Monster (16,7 %), la marque éponyme de la société californienne Monster. Beverage qui l’a créée. En revanche, c’est la première fois que le groupe produira une boisson de ce type sous sa marque. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : Coca-Cola investit le marché des « energy drinks »  ,
22 Mar 2019 | Profession
 

Ce soir, lors de l’inauguration en présence de Philippe Coy du nouvel établissement, flambant neuf, de Laurent Spinosa (président des buralistes des Alpes-de-Haute-Provence) à La Brillanne (à une dizaine de kilomètres de Forcalquier), on pourra découvrir le premier présentoir d’une offre originale et adaptée : celle des « Partisans du Vin ».

Les « Partisans du Vin », c’est un projet exclusivement dédié à la diversification des buralistes : des vins de vignerons de toute la France, sélectionnés par des vignerons eux-mêmes.

Les « Partisans du Vin », c’est un présentoir modulable qui s’adapte en fonction de la place disponible chez les buralistes.

Les « Partisans du Vin », ce sont des outils d’aide à la vente, faciles à utiliser par les buralistes (par exemple, un classement des vins très pratique).

Les « Partisans du Vin », c’est le projet de Thomas Nicollet, ancien directeur du syndicat des vignerons de Bourgogne. Lire la suite »

21 Mar 2019 | Profession
 

Constatant que de plus en plus de consommateurs évitent les produits avec édulcorants, le groupe Orangina Suntory lance O’Verger, une nouvelle boisson positionnée « bien-être et naturalité » et revoit ses marques historiques.

Déclinaison de son produit phare Oasis, O’Verger se veut révolutionnaire et inédite.

•• C’est une eau fruitée, sans une trace d’ingrédient chimique : de l’eau, 40 % de fruit, zéro arôme, zéro édulcorant, zéro conservateur, zéro sucre rajouté (la teneur en sucre ne dépasse pas 4,4 grammes pour 1 000 ml). Trois recettes seront sur le marché en mai (Pomme-Poire, Pomme-Mûre-Cassis et Pomme-Fraise), la quatrième en septembre (Pêche-Pomme). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Boissons : Orangina mise sur la naturalité de sa gamme et lance « O’Verger »  ,
20 Mar 2019 | Profession
 

À l’heure où la consommation des boissons sans alcool tend à se porter vers des produits moins ou non sucrés, la marque revisite le nom et le positionnement du Coca-Cola Zéro Sucres pour en faire le pendant direct de sa version classique, annonce Les Échos (édition 15 mars).

Sachant que les versions avec des édulcorants représentent environ un quart des volumes dans l’Hexagone, contre la moitié aux États-Unis ou en Grande-Bretagne.

•• Le light, au goût plus léger, cultive toujours sa personnalité, à part, avec un look qui a été revisité à l’automne.

Coca-Cola Zéro Sucres perd la dénomination Zéro, se positionne en alternative directe de la version classique et utilise le même ton de communication. Sur sa canette, le soda adopte donc une identité visuelle similaire à celle de son aîné, axée sur le rouge emblématique ; seul un bandeau noir affichant la mention Sans sucres fait la différence. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Boissons : Coca-Cola France mise sur le sans sucres … pour des clients de plus en plus « mixeurs »  ,
16 Fév 2019 | Observatoire
 

Toutes variétés confondues, les ventes de Coca-Cola dans le monde sont toujours à la hausse, aussi bien en volume qu’en valeur.

Mais … dans la série « Le Grand Entretien » des Échos (voir Lmdt du 27 janvier), James Quincey (Pdg de Coca-Cola) analyse les nouveaux ressorts de la consommation et la façon de … se transformer pour s’y adapter : « Coca-Cola doit passer en mode agile ».

Il nous parle aussi de cannabis, d’obésité et de collecte de déchets.

•• Le consommateur a-t-il vraiment changé ?

« (…) La grande évolution est que nous sommes passés d’un monde qui souffrait globalement d’une forme de pénurie alimentaire à un monde de surplus. Le principal problème aujourd’hui, ce n’est pas de se nourrir. C’est de se nourrir bien.  L’autre nouveauté est qu’après des années placées sous le règne de la globalisation, le consommateur redécouvre le goût pour les produits locaux. Lire la suite »

14 Fév 2019 | Profession
 

À l’occasion de la publication de ses résultats 2018, le brasseur néerlandais a annoncé que la marque avait réalisé sa « meilleure performance depuis plus d’une décennie », notamment grâce au succès de sa gamme d’alcool faible et sans alcool. 

Au total, Heineken a enregistré une hausse de 4,2 % de ses volumes de bière, avec une croissance dans tous les pays. Le chiffre d’affaires du propriétaire d’Amstel et de Strongbow s’est ainsi établi à 26,8 milliards d’euros (+3,7 %).

•• « La marque Heineken a également connu une progression solide sur le marché européen, grâce à notre bière originale mais aussi grâce au succès croissant de notre bière sans alcool », précise le brasseur. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : « le succès croissant de la bière sans alcool » (Heineken)  ,