Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Oct 2017 | Pression normative
 

Les députés ont voté, hier soir, une modulation de la « taxe soda » en fonction du taux de sucre, pour mieux lutter contre l’obésité, lors de l’examen en commission du projet de budget de la Sécurité sociale (voir Lmdt des 12 et 17 octobre).

•• La commission des Affaires sociales a adopté un amendement en ce sens au projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, présenté par le rapporteur général Olivier Véran (LREM, ex-PS), rapporte l’AFP.

L’ensemble des boissons contenant une quantité – même minime – de sucres ajoutés sont taxées depuis 2013.

•• « L’objectif n’est pas d’avoir de l’argent en plus, mais d’avoir un dispositif plus intelligent » et d’« inciter les industriels à réduire le taux de sucre », a exposé M. Véran, médecin de profession déjà engagé sous le précédent quinquennat sur ces questions. Lire la suite »

12 Oct 2017 | Pression normative
 

Selon Les Échos, la ministre de la Santé pourrait pousser à un alourdissement de la fiscalité sur les boissons alcoolisées de plus de 15 degrés, dans le cadre du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2018).

•• Les vins et bières ne seraient pas concernés. En revanche, pineaux ou autres muscats fabriqués en France pourraient l’être, souligne le quotidien. Cet alourdissement de la fiscalité sur les boissons alcoolisées pourrait rapporter à l’État 150 millions d’euros.

Une mesure qui pourrait figurer dans le plan de prévention de l’alcoolisme – deuxième cause de mortalité « évitable » après le tabac – qui sera prochainement présenté par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui a fait, pour l’heure, de la lutte contre le tabagisme sa priorité. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur PLFSS 2018 : vers une taxation plus forte des alcools forts et des sodas ?  , ,
10 Mai 2017 | International
 

Le 1er mai, la région de la Catalogne a mis en œuvre la première étape d’une recommandation de l’Organisation mondiale de la Santé dans la lutte contre l’obésité : taxer de 20 % les boissons à haut contenu en sucres. Ce n’est qu’une première étape annonce-t-on sur place, puisque le gouvernement régional envisage déjà d’étendre cette fiscalité à d’autres aliments trop riches en sucre ou en graisse.

•• La mesure fiscale prescrit une taxe de 0,08 euro par litre pour les produits contenant entre 5 et 8 grammes de sucres par 100 millilitres. Elle passe à 0,12 euro par litre pour les produits dépassant les huit grammes de sucres par 100 millilitres. Ainsi, une cannette de Coca-Cola dans une boutique de quartier voit ses prix augmenter de 7 %. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Espagne : la Catalogne taxe les boissons sucrées … avant certains produits alimentaires  ,
29 Juin 2016 | International
 

Taxe soda PhiladelphieAlors que le débat sur une « taxe soda » a repointé le bout de son nez en France (voir Lmdt du 22 juin), la ville de Philadelphie a pris l’initiative. Le 17 juin, la municipalité a voté une taxe de de 0,51 dollar (0,45 euro) par litre de soda et autres boissons sucrées, y compris les basses en calories, à l’exception de celles composées d’au moins 50 % de lait ou de fruits frais. Applicable au 1er janvier 2017, cette taxe concerne revendeurs, commerces et restaurants

L’idée d’une telle taxe y avait été rejetée deux fois dans le passé et une quarantaine de villes s’étaient aventurées sans succès sur ce terrain, dont New York (voir Lmdt du 4 août 2013). Cette fois, la disposition a été adoptée par 13 voix à 4 par le conseil municipal. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur États-Unis : Philadelphie, première grande ville américaine à taxer sensiblement le soda  ,
22 Juin 2016 | Observatoire
 

taxe-sodaUn rapport parlementaire, présenté aujourd’hui à l’Assemblée nationale, préconise de supprimer certaines taxes sur les produits alimentaires et d’augmenter celle sur les boissons et certains produits sucrés. Rédigé par une mission d’information de la commission des Finances, ce document – co-signé par Véronique Louwagie (Orne, LR) et Razzy Hammadi (Seine-Saint-Denis, PS) – vise à simplifier le maquis des taxes sur les produits agroalimentaires qui rapporte à l’État 4,7 milliards d’euros par an.

• Entre la suppression d’une foule de micro-taxes qui pénalisent les filières agricoles françaises et le passage de 20 % à 5,5 % de TVA frappant toute une série de produits (margarine, chocolat, etc.), le manque à gagner pour l’État s’élèverait à 600 millions d’euros par an.

Pour compenser, les députés proposent de jouer sur la « taxe soda », instaurée en 2012 sous Nicolas Sarkozy en la faisant passer de 2,51 à 3,60 centimes par canette de 33 cl. A elle seule, cette mesure rapporterait déjà 590 millions d’euros par an. Lire la suite »

16 Mar 2016 | Profession
 

WhiskyLes Français s’imposent comme les plus gros buveurs de whisky (par habitant) dans le monde, selon une infographie dynamique mise en ligne à l’occasion de la Saint-Patrick – ce jeudi 17 mars – par Bonial, portail d’information et guide d’achat pour le grand public (lien). 

En volume de consommation globale, l’Inde arrive en tête (1 548 millions de litres) suivie par les États-Unis (316 millions de litres) et la France (140 millions de litres … soit 45 piscines olympiques).

Mais la France reprend la plus haute marche du podium avec une consommation par habitant de 2,15 litres, soit l’équivalent de trois bouteilles consommées par Français. Juste derrière, l’Uruguay s’accapare la seconde place (1,77 l/h) et les Etats-Unis se positionnent en troisième (1,41 l/h, soit l’équivalent de deux bouteilles). Contrairement aux idées reçues, en Irlande et au Royaume-Uni, la consommation s’établit à 1,25 litre par habitant.

Le whisky est le plus consommé de tous les spiritueux (38,6 % du total) ; le scotch représentant 90 % des volumes vendus. 

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac : la France, numéro 1 mondial de la consommation de whisky par habitant  ,
6 Juin 2014 | International
 

SodaL’un entraîne l’autre. A l’issue d’un «  Sommet Soda », qui s’est tenu cette semaine à Washington, un groupe d’experts a lancé « la guerre contre les sodas », réclamant des avertissements sanitaires et des taxes, sur le modèle des mesures contre le tabagisme.

Plusieurs projets normatifs seraient déjà dans les tablettes, ont expliqué les intervenants au deuxième congrès organisé par le Center for Science in the Public Interest (CSPI). En Californie, un texte, voté fin mai par le Sénat, n’attend plus que la signature de son gouverneur. « Consommer des boissons avec des sucres ajoutés contribue à l’obésité, le diabète et les caries dentaires » pourrait-on bientôt lire sur les étiquettes dans cet État. « Les avertissements sur les paquets de cigarettes ont montré qu’ils étaient efficaces, et cela impulse un mouvement », selon un militant associatif anti-junk food californien (CCPHA).

La ville de New York continue, en appel, sa procédure pour pouvoir limiter à 47 centilitres les boissons sucrées individuelles disponibles  dans les restaurants ou les cinémas, (voir Lemondedutabac 4 août 2013). La Représentante démocrate Rosa DeLauro a affirmé qu’une taxe nationale sur ces boissons allait être proposée au Congrès.

La consommation de sodas est pourtant en train de baisser, après le pic de 1998. Ainsi, la consommation annuelle moyenne d’un Américain est passée de 208 litres à 166 litres sur la période, soit une diminution de 17%. « Nous gagnons la guerre grâce aux campagnes de sensibilisation et au mouvement de plus en plus fort pour que les sodas soient enlevés des écoles, des hôpitaux et des bureaux. Il faut aller plus loin », a renchéri un militant associatif californien.

19 Mar 2013 | International
 

Michael Bloomberg, maire de New York, a annoncé, ce lundi 18 mars – ce qui serait une première aux Etats-Unis – l’interdiction des linéaires tabac dans les magasins.

Le projet, qui va être proposé au conseil municipal, obligerait les vendeurs de tabac et de cigarettes à garder leurs produits « dans des tiroirs ou des placards, sous le comptoir, derrière un rideau ou dans n’importe quel endroit » loin de la vue des clients, notamment des jeunes. En présentant son projet, mis en scène dans un hôpital du Queens, le maire de New York a déclaré que même si « le taux de fumeurs a déjà baissé de façon spectaculaire à New York, un fumeur est un fumeur de trop, spécialement quand il s’agit d’un jeune ».

Depuis qu’il est maire, Michaël Bloomberg a transformé la lutte contre le tabac en fer de lance électoral. Avec beaucoup de retour médiatique et  plus ou moins de succès en termes d’efficacité réelle. Il est interdit de fumer dans les bars et restaurants de New York depuis 2003, et, relativement, sur les plages et dans les parcs depuis 2011 (voir Lemondedutabac du 5 juin 2012). La mesure n’a pas totalement encore abouti concernant les immeubles (voir Lemondedutabac des 19 avril 2012 et 14 février).

Cette politique, résolument ultra-antitabac de la ville (avec des taxes sur les paquets de cigarettes les plus élevées du pays, un paquet de cigarettes coûte ainsi plus de 12 dollars) aurait fait passer le taux de fumeurs de 21,5% des New-Yorkais en 2002 à 14,8% en 2011, selon la ville. Cependant, depuis 2007, le pourcentage des jeunes fumeurs resterait inchangé – à 8,5% – et le maire a reconnu, entre les lignes, qu’il faudrait agir autant contre la contrebande (voir Lemondedutabac du 14 février).

Important. La campagne médiatique survient quelques jours après le blocage d’une autre mesure préconisée par le maire de New York, destinée à limiter le volume des sodas, en vente à emporter, à 47 cl, pour lutter contre l’obésité. Un juge s’y est opposé.