Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Mar 2017 | Associations
 

Le Comité national contre le tabagisme (CNCT), association de prévention du tabagisme, a dénoncé l’initiative de la Confédération des buralistes (voir Lmdt de ce jour) auprès de l’AFP.

La Confédération, « qui se taguait d’être avec ses membres un acteur de santé publique », « décide de produire directement avec un fabricant bulgare sa propre marque, c’est-à-dire au-delà de la vente contrôlée du produit, de concevoir un produit qui rend les gens gravement dépendants, les rend malades et tue la moitié de ses consommateurs », regrette le CNCT.

« De surcroît, l’objectif avec un prix annoncé aussi bas est clairement de cibler les jeunes et les populations les plus démunies », ajoute-t-il. « Cette annonce révèle que la Confédération n’est pas uniquement porte-voix de l’industrie du tabac, elle est actrice à part entière de l’industrie du tabac », poursuit l’association dans son communiqué.

On remarquera que le CNCT ne souffle le moindre mot sur la banalisation du marché parallèle, soit la cause principale de la démarche surprise de la Confédération.

20 Mar 2017 | Profession
 

Un article qui tombe à point nommé en cette période de débat électoral. Solveig Godeluk, en page 5 des Échos, s’appuie sur une étude attribuée à DNF (Droit des non-fumeurs) pour annoncer que « le mode de rémunération des débitants de tabac est contesté. Il pèserait à hauteur de 1,5 milliard d’euros sur l’État et la Sécurité sociale ».

Nous reproduisons ci-dessous l’intégralité de l’article que Les Échos publie sans avoir consulté les intéressés, ni même des spécialistes en matière d’économie du tabac.

« En janvier, les buralistes ont bénéficié d’un coup de pouce sur leur rémunération. Le montant de leur remise sur les ventes de tabac a augmenté de 0,5 point, passant à 9,44 % du prix facturé au client. L’opération permet de revaloriser un petit commerce qui pâtit de la lutte contre le tabagisme : les puissants cigarettiers doivent payer pour que les commerçants soient mieux rémunérés. Seulement, les choses ne sont pas aussi simples. Le contribuable sera le premier à mettre la main à la poche pour aider les buralistes, accuse l’association Droit des non-fumeurs (DNF). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « La coûteuse revalorisation des buralistes » (Les Échos)  ,
10 Mar 2017 | Profession
 

Un mois après une hausse de taxes et deux mois après la généralisation obligatoire du paquet neutre en France, le gouvernement a décidé d’augmenter la fiscalité sur les paquets de cigarettes et de tabac à rouler les moins chers, afin de pousser les fabricants à en relever les prix, reprend l’AFP dans une deuxième dépêche à propos de l’augmentation du minimum de perception, annoncée ce vendredi (voir Lmdt de ce jour 1, 2 et 3).

Extraits. 

•• Cette nouvelle action sur les prix « poursuit le même objectif de protection de la jeunesse. Des objectifs clairs ont été ainsi déterminés concernant la hausse des prix du tabac et, en particulier, celle des produits d’entrée de gamme, qui sont ceux que les jeunes privilégient », assure Marisol Touraine.

•• « En décidant de s’attaquer aux cigarettes d’entrée de gamme, le gouvernement se trompe à la fois de cible et d’outil : la hausse du minimum de perception est une mesure fiscale injuste puisqu’elle encourage les fumeurs adultes à se tourner vers le marché parallèle », c’est-à-dire les achats à l’étranger ou de contrebande, déplore auprès de l’AFP Seita, filiale française d’Imperial Brands. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Fiscalité du tabac : « le gouvernement se trompe de cible et d’outil » (Seita)   , ,
28 Fév 2017 | Associations
 

Tabac, alcool, obésité, médicaments, sécurité routière … Depuis 1988, un groupe de médecins emmené par Gérard Dubois (voir Lmdt des 22 mars 2016 et 22 décembre 2012) adresse aux candidats des présidentielles un questionnaire sur leurs intentions. 

Les réponses (par oui ou par non) sont ensuite publiées sur leur site (voir Lmdt du 18 avril 2012). Une vingtaine de questions sur l’ensemble des thématiques est prévue pour ce scrutin de 2017, sachant que la démarche est de dénoncer « les agissements de puissants lobbys, porteurs d’intérêts considérables (…) dictant encore sa politique en matière de santé ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Élection présidentielle : les candidats interrogés sur le paquet à 10 euros … et à 20 euros   ,
27 Fév 2017 | Profession
 

La semaine a démarré sur l’entrée en vigueur d’une nouvelle liste des prix du tabac avec, notamment, une hausse sensible du tabac à rouler, sachant que les fabricants n’ont pas répercuté toute la hausse de fiscalité sur toutes leurs références … en tout cas, ça tousse du côté des buralistes (voir Lmdt des 20 et 21 février).

Une manifestation sur la route d’Andorre est annoncée pour le 19 mars (voir Lmdt des 22 et 26 février).

Tabac cher, tabac de convoitise : cette semaine aura vu deux braquages de camions Logista (voir Lmdt des 22 et 24 février). Nous en sommes à dix attaques depuis le début de l’année …

Un article du Parisien / Aujourd’hui en France a relancé le débat, et donc la polémique, sur l’éventualité d’une identification obligatoire des joueurs de la FDJ et du PMU (voir Lmdt des 20 et 21 février). Mais d’ici là, les affaires vont continuer avec le lancement annoncé dans la presse du nouveau Loto (voir Lmdt des 23 et 25 février).

Les élus nationaux de la Confédération ont rencontré leurs homologues européens (voir Lmdt du 23 février) et les équipes d’Emmanuel Macron (voir Lmdt du 24 février).

La Cour de Cassation a cassé un jugement gagné par DNF contre Paris Première qui avait laissé des fumeurs fumer sur un plateau (voir Lmdt du 23 février).

23 Fév 2017 | Associations
 

La Cour de cassation a annulé, ce mardi 21 février, la condamnation de la chaîne de télévision Paris Première pour publicité illicite en faveur du tabac, selon une décision consultée mercredi par l’AFP (voir Lmdt du 23 novembre 2015).

• Dans « Rive droite », programme diffusé en seconde partie de soirée, une brochette d’invités dînaient dans l’appartement de Guillaume Durand et devisaient sur l’actualité.

Autour de la table dans l’émission du 9 novembre 2011, plusieurs invités, dont l’actrice Virginie Efira, le chanteur Benjamin Biolay ou le journaliste Philippe Tesson, fument.

• L’association Droits des non-fumeurs (DNF) avait attaqué en justice. Déboutée en première instance, DNF avait gagné en appel : fin novembre 2015, Paris Première, M6 Web et Métropole télévision ont été condamnés solidairement à verser à l’association 10 000 euros de dommages et intérêts.

Ils avaient alors saisi la Cour de cassation, qui leur a donné gain de cause.

« Le seul fait de montrer des personnes dans une émission en train de fumer ne constitue pas une publicité en faveur du tabac », a jugé la Cour de cassation. La haute juridiction a donc purement et simplement annulé la condamnation, mettant un terme définitif à cette affaire devant la justice française.

9 Fév 2017 | Pression normative
 

Selon un communiqué du Comité national contre le Tabagisme, « la Cour des comptes, dans son rapport public annuel, épingle à nouveau les dispositifs d‘aides publiques accordées aux débitants de tabac » (voir Lmdt du 8 février). Extraits.

•• « Le soutien à une profession pour qu’elle s’adapte à une nouvelle donne incontournable, celle de la diminution assumée de la consommation de tabac, ne constitue pas en soi un scandale. Ce qui en revanche l’est davantage, et se trouve une nouvelle fois pointé par la Cour des comptes, est le versement de sommes particulièrement conséquentes (près de 3,5 milliards d’euros en un peu plus de 10 ans) à des buralistes qui n’en ont pas besoin car les aides ne sont pas ciblées en direction de ceux, dont le nombre est limité, qui rencontrent des difficultés.

•• « Ce faisant la Cour des comptes met à mal l’argument des marchés parallèles systématiquement avancé par la profession pour « justifier » le maintien des aides publiques. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Cour des comptes : « un contrôle systématique de l’âge du client » (CNCT)  ,
2 Fév 2017 | Profession
 

L’AFP vient de diffuser une dépêche présentant un certain nombre de déclarations sur les prix des produits du tabac applicables à compter du 20 février (voir Lmdt de ce jour).

• Éric Sensi-Minautier, directeur des affaires publiques, juridiques et de la communication de British American Tobacco : « Nous n’avons pas répercuté la hausse de taxes sur le prix des cigarettes car pour le moment, cela n’est pas applicable ».

• Benoît Bas, directeur des affaires publiques de Japan Tobacco International : « Le gouvernement accuse les fabricants de ne pas augmenter le prix des cigarettes. Il a tout fait pour qu’il n’augmente pas. Il y a quelques mois l’outil principal de la baisse de consommation était le paquet neutre (…). S’il veut faire preuve de cohérence, le gouvernement peut, comme il l’a fait sur le tabac à rouler, augmenter le minimum de perception sur les cigarettes et les prix des cigarettes augmenteront automatiquement comme ils l’ont fait pour le tabac à rouler ».

• Yves Martinet, président du Comité national contre le tabagisme (CNCT) : « Pour les cigarettes, c’est une très mauvaise nouvelle. Ce qui est nécessaire et souhaité, c’est une hausse significative et répétée, c’est le seul moyen de casser la consommation ». Il se « félicite » par ailleurs de l’augmentation des prix du tabac à rouler.

• Bertrand Dautzenberg, pneumologue à La Pitié-Salpêtrière (Paris) explique le choix des fabricants de ne pas « toucher » aux prix des cigarettes : « l’arrivée des paquets neutres sur le marché français, le « Moi(s) sans tabac » en novembre et l’essor de la cigarette électronique sont des paramètres qui peuvent expliquer la baisse de vente des cigarettes, et donc la nécessité de maintenir les prix à leur niveau ».

• Pascal Montredon, président de la Confédération des buralistes : « On creuse encore un peu plus l’écart avec les pays voisins comme la Belgique ou le Luxembourg, où les prix ne bougent pas ». Il dit craindre « une hausse forte de la contrebande » sur ce type de tabac.

1 Fév 2017 | Pression normative
 

Suite des réactions aux déclarations de Marisol Touraine, sur les prix et la suppression de certaines marques (voir Lmdt du 31 janvier).

• Pascal Montredon dans une interview de près de cinq minutes à France Info : « On se préoccupe de marques qui existent depuis des années, alors que le problème, c’est au niveau des prix. Quand on peut trouver sur Internet, ou à proximité de nos frontières, du tabac deux fois moins cher, ce n’est pas le changement de nom d’une marque qui va faire baisser la consommation. Les marques visées, aucun jeune ne les consomme. Ce sont plutôt des adultes de 30-40 ans. Et quand un client ne va trouver sa marque en France, il va tenter par tous les moyens de sa la procurer ailleurs.

« Dans notre courrier à Bernard Cazeneuve (voir Lmdt du 30 janvier), nous lui avons demandé d’être prudent, entre l’augmentation du prix du tabac et l’arrivée du paquet neutre. Nous sommes déjà les plus chers sur l’Europe continentale, il ne faut pas rajouter de difficultés supplémentaires au réseau des buralistes. Nous avons toujours dit que nous étions pour une politique de santé politique, mais que nous serions amenés à réagir dès qu’une mesure ne pénaliserait que le réseau officiel. Ainsi, vous ne nous avez pas entendu durant l’opération « Moi(s) sans tabac ».

« Avec l’augmentation du prix du tabac à rouler, on va se retrouver avec des produits de 50 à 60 % moins cher en Espagne ou au Luxembourg. Comment voulez-vous faire baisser le tabagisme ? ».

• Gérard Audereau, président de Droit des Non-Fumeurs, estime sur BFMTV que la mesure est utile « pour celui ne fume pas encore et qui est attiré par une marque qui valorise quelque chose dont il a envie ».

• Dans un communiqué du 30 janvier, Yves Martinet, président du Comité national contre le tabagisme déclarait : « Cet engagement de fond est essentiel, car il permettra également de réduire la consommation de tabac par une réduction de l’offre qui ne cesse aujourd’hui de proliférer via la multiplication de marques tous azimuts, hyper-segmentées et dont l’objectif reste toujours le maintien et le développement des ventes de tabac ».

Dans 20 minutes.fr du 31 janvier, il insiste sur une autre forme de stratégie : le placement de publicité, notamment dans le cinéma : « les marques de tabac paient des réalisateurs pour que les acteurs fument, beaucoup dans les films destinés aux adolescents ».

1 Fév 2017 | Associations
 

« Une méthode originale et révolutionnaire : en finir avec le tabac, oui, mais sans stress et en y prenant du plaisir ! À 2,99 euros ». La dernière publication du pneumologue Bertrand Dautzenberg (Hôpital de La Pitié-Salpêtrière et président de « Paris sans Tabac ») est sortie le 26 janvier aux éditions First. 160 pages qui ne stigmatisent pas le fumeur mais vendent « Le plaisir de s’arrêter de fumer » (titre de l’opuscule).

Le pitch de l’éditeur : « … En plus de retrouver votre liberté, le but de la démarche est de vous faire prendre du plaisir à arrêter de fumer. Comment ? Grâce à une approche psychologique et comportementale qui vous aidera à comprendre pourquoi vous fumez et à décortiquer les mécanismes de la dépendance. 

Vous serez ensuite invité à choisir un substitut nicotinique qui vous convient, afin de diminuer le nombre de cigarettes fumées chaque jour. En choisissant une autre forme de nicotine, l’arrêt se fait alors dans le calme, sans prise de poids, sans insomnie ni irritabilité. Êtes-vous prêt à essayer ? ».

Un discours plus acceptable que la stigmatisation.

 Commentaires fermés sur Bertrand Dautzenberg lance sa méthode « douce » pour arrêter de fumer  , ,