Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Nov 2019 | International
 

L’Organisation internationale du Travail (OIT) a décidé de ne pas renouveler ses partenariats controversés avec les fabricants de tabac pour ses programmes d’aide, mais a laissé la porte ouverte à d’autres coopérations sur des projets futurs, annonce l’AFP.

Le Conseil d’administration de cette agence de l’ONU chargée d’établir des normes internationales du travail est parvenu à ce compromis la semaine dernière, afin de mettre un terme à plusieurs années de débats houleux sur cette question (voir 9 mai 2018 et 30 octobre 2017).

•• L’OIT a été critiquée à de multiples reprises pour ses partenariats avec les plus gros fabricants de tabac, qui ont expiré l’an dernier. Elle se justifiait jusqu’ici en expliquant que l’argent du tabac lui donnait les moyens d’aider à améliorer les conditions de travail de quelque 60 millions de personnes employées dans la culture du tabac et la production de cigarettes dans le monde.

Mais elle devait également faire face aux critiques lui reprochant de compromettre les efforts en vue de réguler l’usage du tabac et de réduire ses impacts négatifs sur la santé.

•• Elle a reçu depuis 2011 plus de 15 millions de dollars de Japan Tobacco International et de groupes liés à quelques-uns des plus grands fabricants de tabac pour « des partenariats de bienfaisance » destinés à réduire le travail des enfants dans les champs de tabac de quatre pays africains.

•• Jeudi 31 octobre, l’OIT a déclaré que son Conseil d’administration avait approuvé un vaste programme de trois ans visant à étudier les conditions de travail dans l’industrie du tabac et notamment le recours aux enfants en Tanzanie, Zambie, Ouganda et au Malawi.

L’OIT a indiqué que le programme allait coûter un total de 1,67 million de dollars par pays, qu’il faudra financer par des « contributions volontaires » de diverses sources. Mais elle a reconnu qu’elle n’avait pas encore reçu de promesses concrètes de dons.

•• La décision, adoptée jeudi soir par consensus, n’a cependant pas exclu explicitement toute future coopération avec l’industrie du tabac, ce qui donne lieu à diverses interprétations.

Pour Corporate Accountability, une association de la société civile basée aux États-Unis, l’OIT « a fermé le dernier canal d’influence de l’industrie du tabac au sein du système de l’ONU ». De son côté, Nicholas McCoy, chargé de programmes de partenariat à la Fondation ECLT, financés par British-American Tobacco et Philip Morris International, s’est félicité que l’OIT n’ait pas « spécifiquement suspendu » toute aide future des cigarettiers.

 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Fédération internationale de Football Association (FIFA) ont conclu, le 4 octobre, un accord de collaboration pour une durée de quatre ans en vue de promouvoir des  » modes de vie sains  » sur toute la planète, par le biais du football.

Un mémorandum d’accord a été signé à Genève, au siège de l’OMS, par le Directeur général de l’OMS, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, et par le Président de la FIFA, Gianni Infantino. Pas moins.

•• La collaboration portera sur quatre domaines : Lire la suite »

 

L’interdiction de vente des cigarettes au moins de 18 ans n’est pas appliquée en France, selon une enquête du Comité national contre le Tabagisme (CNCT) qui a évalué, à la demande du ministère de la Santé, l’effectivité de la mesure dix ans après son entrée en vigueur. 

Les résultats ont été publiés ce matin sur Le Figaro.fr et repris depuis par divers médias.

•• Administrée par l’institut BVA auprès d’un échantillon représentatif de 527 débits de tabac, l’enquête menée en avril et mai montre que les cigarettes restent largement accessibles aux mineurs. Lire la suite »

28 Sep 2019 | Institutions
 

La mort de l’ancien Président de la République nous renvoie – au-delà du respect pour ses deux mandats de chef d’État – à une certaine image devenue désuète des acteurs politiques et à l’échec patent d’une politique anti-tabac aussi ambitieuse que déséquilibrée. 

•• L’image désuète est celle de l’homme public s’affichant ouvertement comme le grand fumeur qu’il a été, sans complexe, une bonne partie de sa vie. Comme l’attestent de nombreuses photos : en conférences de presse, lors de scènes de travail au bureau, sur les podiums de meetings, etc.

La période n’est pas si lointaine. De quoi mesurer à quel point le tabac et son usage ont désormais totalement disparu de la scène publique.

•• Autre désuétude : cette façon particulière de traiter certains sujets à la hussarde et à la légère.

« Ah ! mes chers buralistes sont là ! » s’était exclamé le président Chirac en accueillant, à l’Élysée, tous les membres du Conseil d’administration de la Confédération lors d’une cérémonie officielle de remerciements aux « acteurs de l’Euro », en janvier 2003. Avec force accolades, échanges d’anecdotes et tapes dans le dos.

Au même moment, était ouvert sur un bureau de l’Élysee le dossier du premier Plan Cancer où la simple idée de chercher à prévoir ses conséquences pour les « débitants de tabac » n’était même pas effleurée.

•• L’ échec patent correspond, donc, à ce premier Plan Cancer – inspiré non par le ministre de la Santé Mattei mais par le professeur Khayat, ami personnel du président – se traduisant par une brusque hausse des prix du tabac (près de 40 % entre octobre 2003 et début 2004), la production de chiffes spectaculaires concernant la baisse de consommation de tabac acheté en France … mais aussi par l’implantation progressive, certaine et durable d’un marché parallèle du tabac -bondissant d’un coup de 5 à 15 % -et contribuant, parmi autres facteurs, à la fermeture de 4 000 points de vente en cinq ans.

Ce manque d’anticipation, cet aveuglement devant les phénomènes des achats frontaliers et de la contrebande ont forcé le Premier ministre de l’époque, Jean-Pierre Raffarin, à négocier et conclure en catastrophe, sous la pression des manifestations, le premier « Contrat d’avenir des buralistes » avec le président René Le Pape.

•• Ce premier plan Cancer prétendait amorcer une baisse durable de la consommation du tabac au prix d’une secousse sur les prix. La secousse s’est transformée en une baisse provisoire et illusoire du nombre des fumeurs – en 2009 on avait retrouvé le niveau de 2000 – et par une implantation durable du marché parallèle, qui reste une caractéristique majeure du marché français.

Cet échec rappelle qu’il faut plus – beaucoup plus – que l’outil des prix pour faire baisser durablement le tabagisme.

19 Sep 2019 | E-cigarette
 

E-cigarette vapoteurDans un entretien-vidéo publié sur le site du Point ce 16 septembre, Gérard Dubois, professeur de santé publique et coauteur du rapport sur la cigarette électronique de 2015 (voir Lmdt des 30 juillet 2019 et 22 mars 2016), remet les pendules à l’heure.

Au regard du « grand procès » fait à la cigarette électronique outre-Atlantique (voir Lmdt des 17, 14 et 11 septembre) et à la proposition de l’euro-députée Michèle Rivasi (voir Lmdt du 15 septembre). Extraits.

•• « Nous sommes aujourd’hui dans la confusion la plus totale. Il faut bien comprendre le contexte et ne pas tout mélanger. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Vapotage : « ne pas se laisser aller à de fausses idées dans le contexte médiatique actuel » (Gérard Dubois … qui remet les pendules à l’heure)  ,
11 Sep 2019 | E-cigarette, International
 

Le milliardaire et ex-maire de New York, Michael Bloomberg, a annoncé, ce mardi 10 septembre, une campagne dotée de 160 millions de dollars pour faire interdire les cigarettes électroniques aromatisées aux États-Unis, s’inscrivant dans le cadre de l’émoi suscité, tout récemment, par les décès dus à de mauvais usage de cigarettes électroniques (voir Lmdt du 9 septembre).

« C’est une crise sanitaire urgente, et les fabricants de tabac en sont la cause », a affirmé ce militant anti-tabac de longue date, sans nuances, qui avait fait adopter une série d’interdiction de fumer et de vente à New York (voir Lmdt des 5 novembre et 14 octobre 2013).

« On connaît les méthodes des grands du tabac. Ce n’est pas la première fois. Ils ciblent les enfants, les mettant en grave danger » a ajouté Michael Bloomberg dans un éditorial publié dans le New York Times, et co-signé avec le responsable de la Campagne pour des Enfants sans Tabac, Matt Myers.

Dénonçant l’inaction qu’il prête à la Food and Drug Administration, il a indiqué que la campagne – dotée (rappelons-le) de 160 millions de dollars sur trois ans – aurait d’abord pour but de faire interdire – dans « au moins 20 villes et états américains » – les cigarettes électroniques aromatisées.

 Commentaires fermés sur États-Unis : Michael Bloomberg investit 160 millions de dollars contre le vapotage   ,
1 Sep 2019 | Pression normative
 

Dans un communiqué publié le 15 août, l’Organisation mondiale de la Santé a salué la décision du gouvernement suisse mettant fin au partenariat avec Philip Morris dans le cadre de l’Expo 2020 Dubaï (voir Lmdt des 24 juillet et 1er août) et réaffirmé sa position sur l’interdiction totale de publicité en faveur du tabac. Nous le reproduisons. 

« Aux termes de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, les gouvernements doivent instaurer une interdiction globale de la publicité en faveur du tabac, de la promotion et du parrainage (article 13) lors des expositions et conférences internationales, afin de garantir que le tabac est absent des manifestations et programmes et que ni les activités menées lors de ces événements, ni les participants, ne sont parrainés par des entreprises de l’industrie du tabac.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Expo Dubaï et PMI : l’OMS remet la pression   ,
30 Août 2019 | E-cigarette
 

Le célèbre hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié un article particulièrement documenté, la semaine dernière, mettant en lumière les dons du géant pharmaceutique Pfizer – fabricant de Champix – afin de financer la campagne de l’Alliance pour l’Action Antitabac allemande (ABNR).

Dès 2016, certains médias allemands avaient mis en évidence des liens entre le Centre allemand de Recherche sur le Cancer DKFZ) et le Groupe d’Action scientifique sur la Cessation du Tabac (WAT) avec l’industrie pharmaceutique (Novartis, GlaxoSmithKline, Johnson & Johnson). Lire la suite »

 

Après un premier refus devant le parlement helvétique en 2016, un nouveau projet de loi anti-tabac, retravaillé par le Conseil fédéral, est actuellement en lecture par la Commission de la santé de ce même parlement. 

La nouvelle mouture, éliminant les strictes restrictions de publicité incluses dans le premier projet, prévoit en principe d’interdire cette publicité que si elle s’adresse de manière ciblée aux mineurs (voir Lmdt du 13 décembre 2017). Mais la Commission a décidé d’aller plus loin sur le sujet.

•• Outre toute publicité dans la presse et sur Internet, la commission veut aussi proscrire la publicité basée sur des comparaisons de prix ou des promesses de cadeaux (encore permises par la réglementation). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Suisse : le retour d’un projet de loi anti-tabac nuancé et discuté   ,
19 Août 2019 | Pression normative
 

Au début de l’été, les élus de Rots (1 500 habitants, à 10 kilomètres à l’est de Caen) et Delphine Le Renard, vice-présidente du Comité du Calvados de la Ligue contre le Cancer, ont inauguré un « Espace sans tabac » devant une école.

Déjà, une quinzaine de panneaux offerts par la Ligue ont été positionnés à Rots aux endroits stratégiques. Une initiative pour sensibiliser la population sans répression, ni verbalisation.

•• Juste avant, c’est la commune d’Ifs (10 000 habitants, 5 kilomètres au sud de Caen) qui dévoilait un panneau « Espace sans tabac » initié par La Ligue et le Conseil municipal des enfants. Ce panneau est le premier d’une série de vingt-cinq qui seront installés dans d’autres aires de jeux. Lire la suite »