Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Mar 2020 | Profession
 

On sait qu’avec ce confinement, nombre de nos concitoyens ont décidé de « compenser » en multipliant les apéros 2.0 (appelés encore « CoronApéros » ou « WhatsApéros »).

Soit une excellente opportunité, au-delà des circonstances actuelles, pour les buralistes développant une activité « vin à emporter » (laquelle est parfaitement autorisée, dans le cadre des règles sanitaires en vigueur).

Ces derniers temps, ce type de diversification s’est particulièrement développé dans les points de vente (voir 22 mars 2019).

De même, pour les buralistes qui ont ouvert des corners « rhums et autres spiritueux » : comme cela a été le cas, tout récemment, pour des points de vente ayant réalisé leur Transformation (voir 11 février et 21 octobre 2019).  .

25 Fév 2020 | Pression normative
 

En 2019, la charte « Pour une offre plus responsable d’alcool » a été signée à la Mildeca par l’ensemble des acteurs de la distribution : la Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD) ainsi que le Groupement Les Mousquetaires et le Mouvement E. Leclerc et Épiciers de France.

Avec cet engagement, ce sont au total près de 20 000 points de vente accueillant environ 10 millions de clients par jour, qui se sont engagés aux côtés de la Mission interministérielle contre les Drogues et les Conduites addictives (Mildeca / voir 9 janvier 2020, 15 mai et 8 janvier 2019) pour mettre en œuvre l’une des priorités du Plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022 : « Mieux encadrer la vente des boissons alcooliques ».

•• Les travaux menés depuis plusieurs mois dans le cadre de la mise en œuvre de ces engagements prévoient notamment l’apposition en magasin et sur les supports commerciaux d’une signalétique rénovée visant à rappeler l’interdit de vente d’alcool aux mineurs ainsi qu’à mieux informer le grand public sur les nouveaux repères de consommation d’alcool à moindre risque.

•• Une charte graphique – élaborée par Santé publique France et validée par l’ensemble des représentants des enseignes – réunit différents formats au sein d’un kit complet de communication, jalonnant le parcours client tant en magasin que sur le web.

•• Résultat d’un engagement volontaire des enseignes intégré dans leur démarche de responsabilité sociale d’entreprise (RSE), l’utilisation cette signalétique ne revêt donc pas de caractère obligatoire ou réglementaire.

Par ailleurs, afin d’assurer le suivi conjoint des engagements pris dans le cadre de la charte d’avril 2019, les pouvoirs publics ont demandé aux enseignes signataires d’organiser en interne une remontée d’information afin de pouvoir en évaluer la diffusion effective.

 Commentaires fermés sur Interdiction de vente d’alcool aux mineurs : nouvelle signalétique Mildeca/ Distribution  , ,
27 Jan 2020 | Observatoire
 

Alors que le prix du paquet de cigarettes ne cesse d’augmenter, l’alcool connaît une situation plus favorable … Slate.fr cherché à comprendre cette différence de traitement alors que le « Dry January » n’a pas été validé par le ministère de la Santé (voir 30 décembre 2019) … Extraits.

« On met de véritables taxes sur le tabac, mais pas sur l’alcool parce que cette industrie est très puissante en France. Le lobby pèse lourd et nous n’avons jamais vraiment réussi à le contrer » constate Amine Benyamina (président de la Fédération française d’Addictologie / FFA).

•• « Cette puissance est fortement représentée à l’Assemblée nationale. Sur les 577 parlementaires, une majorité est issue de régions viticoles, elle doit défendre ses intérêts locaux ». Du pain béni pour les lobbyistes, surtout lorsqu’ils peuvent trouver un appui fidèle au sein des députés. Ainsi, l’Association nationale des Élus de la Vigne et du Vin (Anev) regroupe différents élus de l’Assemblée et du Sénat et des maires du pays. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Lobbies : l’alcool … quelques degrés au-dessus du tabac  ,
30 Déc 2019 | Associations
 

« Êtes-vous capable d’arrêter l’alcool, ou au moins de réduire votre consommation, pendant un mois ? C’est le « Défi de janvier » que propose à partir de mercredi une trentaine d’associations sur le modèle d’une opération anglaise, annonce l’AFP, dans une dépêche signée Paul Ricard.

« C’est une campagne mobilisatrice, ludique, pour s’essayer individuellement et collectivement à une pause pendant un mois, après la période des fêtes » explique Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération Addiction, l’une des associations organisatrices.

•• « Étape après étape, (il s’agit) d’arriver à l’interdiction de consommation, c’est ça qui est derrière » juge de son côté Bernard Farges, président de la CNAOC, confédération qui regroupe les 17 principales régions viticoles françaises à appellation, soit 70 % des viticulteurs du pays. Lire la suite »

22 Nov 2019 | Institutions
 

Le « Dry January » français ne se fera pas. L’opération portée par Santé publique France et qui devait être annoncée courant novembre a finalement été enterrée (voir 16 novembre).

D’après les informations recueillies par 20 Minutes, c’est l’Élysée qui a demandé que la campagne soit stoppée. La semaine dernière, le président de la République, Emmanuel Macron, l’aurait promis à des vignerons du champagne. Lire la suite »

16 Nov 2019 | Pression normative
 

Y aura-t-il en France, comme chez nos voisins britanniques, un Dry January ?

Si Santé publique France s’apprêtait à annoncer le lancement officiel de ce mois de sensibilisation (voir 6 janvier) visant à faire réfléchir chacun sur sa consommation d’alcool, dés janvier 2020, le président de la République Emmanuel Macron aurait, quant à lui, déclaré qu’il n’y aura pas de « Janvier Sec ».

Dans un communiqué, paru ce vendredi 15 novembre, plusieurs associations de prévention déplorent l’influence des « lobbies » sur cette décision. Lire la suite »

18 Oct 2019 | Pression normative
 

Des députés LREM ont déposé des amendements au Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale pour augmenter les taxes sur les alcools mélangés à base de vin et les bières dépassant les 7 % par degré alcoométrique (voir Lmdt du 1er octobre).

Selon economiematin, la taxe pourrait être fixée à hauteur de 11 euros par degré alcoométrique sur les boissons visées. Un montant qui serait équivalent aux taxes déjà appliquées sur les boissons à base de vodka et de whisky.

Elle serait payée par « les fabricants nationaux, les importateurs et les personnes qui procèdent à l’acquisition intracommunautaire des boissons concentrées », précisent les députés.

Pour ces parlementaires, les bières « suralcoolisées » sont un « danger en matière de santé publique », connaissant leur popularité parmi les jeunes et les personnes vivant dans la rue.

 Commentaires fermés sur Boissons : amendements déposés pour taxer certaines catégories d’alcool  , ,
21 Août 2019 | Profession
 

Le numéro estival du Losange (voir Lmdt du 17 juillet) présente une interview de Thomas Nicollet, fondateur des « Partisans du Vin », jeune entreprise proposant en exclusivité des vins sélectionnés aux buralistes. Façon de leur permettre d’élargir leur offre en misant sur la qualité.

Sachant que Thomas Nicollet dispose d’une double expérience enracinée dans le secteur viticole mais également au sein de la filière tabac. Et que sa démarche entrepreneuriale est étayée par de solides études. Extraits de ses propos :

•• La démarche

« J’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreux buralistes désireux de proposer une offre de vins de qualité à leur clientèle afin de diversifier leur activité. Il est en effet urgent pour ce réseau de trouver des produits à forte valeur ajoutée pour compenser la baisse des ventes de paquets de cigarettes. J’ai donc fondé Partisans du Vin en début d’année (…) Mon but est de rapprocher deux univers : les buralistes et les vignerons. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Rapprocher deux univers : les buralistes et les vignerons » (Partisans du Vin)  , ,
16 Août 2019 | Pression normative
 

La Ligue contre le Cancer avait dénoncé, dès le 9 août, la proposition de loi visant à assouplir l’application de la loi Évin dans les stades et lors de manifestations sportives professionnelles (voir Lmdt des 9 et 10 août). Nous en publions ci-dessous des extraits.

« (…) L’article (de la proposition) s’il est voté, nuira considérablement à la Loi Évin tant dans son esprit que dans son application :

« Cet article part du principe que les municipalités peuvent, dans certaines conditions, accorder des dérogations pour la distribution d’alcool aux clubs amateurs. Cette disposition peut être utilisée par les clubs professionnels pour contourner via leurs clubs amateurs la loi Évin, pour faire bénéficier les clubs professionnels de l’application de la mesure. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Retour de l’alcool dans les stades et remise en cause de la Loi Évin (3) : « il pourrait permettre d’attaquer par d’autres groupes de pression la loi » (Ligue contre le Cancer)   , , ,
10 Août 2019 | Pression normative
 

Agnès Buzyn s’est opposée, ce vendredi 9 août dans la soirée, à l’hypothèse d’un retour (très encadré) de l’alcool dans les stades, souhaité par des députés LREM au grand dam des addictologues (voir Lmdt du 9 août).

« La ferveur n’a pas besoin d’alcool pour s’exprimer dans nos stades » a tranché la ministre de la Santé dans un message sur Twitter. « L’alcool tue 41 000 personnes chaque année dans notre pays. Chacun de ces décès est évitable. Ne laissons pas de nouvelles incitations à la consommation d’alcool se rendre complices de ce bilan » a-t-elle ajouté. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Retour de l’alcool dans les stades et remise en cause de la Loi Évin (2) : Agnès Buzyn siffle la fin du match  , ,