Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Nov 2019 | Profession
 

Affluence en ce jour de marché à Millau (Aveyron), le vendredi 1er novembre … Affluence aussi chez les buralistes interviewés par Le Midi Libre, sur la hausse de 50 centimes du paquet (voir 31 octobre). Et là, avis contrastés. 

•• Jean-Luc Servier, situé au cœur du marché, ne cache pas son scepticisme tout en scannant ses articles : « en tant que buraliste-fumeur, je peux vous garantir que ça ne fera pas arrêter les gens. Ils se sacrifieront sur autre chose : la nourriture, par exemple. Quand on voit l’alcool et ses conséquences sur la santé, la sécurité routière et même sur les violences conjugales, je me dis que c’est injuste de toujours taper sur les fumeurs. »

Le tabac représente 40 % de son chiffre d’affaires annuel … Pour autant, le Montpelliérain d’origine ne craint pas pour son business. Même s’il craint néanmoins que les consommateurs n’aillent en Espagne ou en Andorre : « nous ne sommes qu’à trois heures de la frontière. »

•• Alors que d’autres confrères, un père et son fils, installés place du Mandarous, disent ne pas s’inquiéter pour leur chiffre d’affaires : « à Millau, ça va encore. Pour aller en Espagne, il faut prendre la voiture, payer l’essence, le péage. Pas sûr que ce soit si rentable. Des paquets étrangers, on en voit, mais pas tellement ».

Un autre buraliste, boulevard de La Capelle, est plus inquiet : « bien sûr que les ventes et que mon chiffre d’affaires baisseront. Ça fera aussi augmenter le marché parallèle. Les gens ne vont pas arrêter de fumer. Ils iront acheter ailleurs. »

5 Nov 2019 | Profession
 

On fume plus dans les régions frontalières que dans le reste de l’Hexagone (voir 29 janvier) et – singulièrement dans les Hauts-de-France – un fumeur sur deux a effectué son dernier achat dans un pays limitrophe (voir 16 juillet). Alors, comment cela se passe un jour de hausse de prix du paquet de cigarettes de 50 centimes, côté français ?

Réponse, en trois temps, du 19/20 de France 3 Nord-Pas-de-Calais du 1er novembre.

•• À Quiévrain, en Belgique, dans un supermarché du tabac, où la clientèle est française à 80 %, c’est l’affluence comme un autre week-end. « On ne peut pas se rendre compte. Les linéaires sont pleins comme chaque début de mois. Ça va y aller fort pendant quinze jours. Comme d’habitude » estime une employée.

•• Ambiance plus calme, côté français, à Anzin (à 3 kilomètres de Valenciennes) où est installé Joël Delbove (président de la Délégation Valenciennes de la chambre syndicale des buralistes du Nord et administrateur de la Confédération). Dans la zone, trois buralistes ont fermé ces deux dernières années.

« Quand on a que la vente de tabac, on est appelé à disparaître » déclare-t-il. « Le mot d’ordre de notre Confédération est de se diversifier et de se transformer » : le multi-service et le service public de proximité comme voie de salut des buralistes.

•• Et l’harmonisation européenne des prix ? « Je pense que ce sera difficile parce qu’il n’y a pas de pays qui veulent mettre le prix du tabac au niveau français. Hormis les Anglais, nous sommes les plus chers » constate Joël Delbove.

4 Nov 2019 | Trafic
 

Les journalistes de L’Aisne et du Courrier Picard se sont posés à Macquenoise-Montmignies – point de frontière entre le département de l’Aisne et la Belgique, à 70 kilomètres de Saint-Quentin – au lendemain de la hausse de 50 centimes du prix des paquets de cigarettes (voir Lmdt du 31 octobre). Les clients français y sont nombreux, sans surprise. Extraits

« En général, la différence avec la France tourne autour de trois euros. Pour les cartouches, la différence varie entre 20 et 30 euros. Avec la nouvelle hausse, nous sommes encore plus proches des 30 euros moins chers, et l’écart sera encore plus large avec les nouvelles augmentations prévues en France » annonce le patron d’un bar-tabac belge.

•• « Avant nous allions acheter le tabac au Luxembourg, mais c’est vraiment trop loin. Macquenoise n’est qu’à une heure de route de Saint-Quentin, c’est plus pratique et plus rentable » confie un couple de Saint-Quentin.

« À chaque fois, j’achète un seau de tabac à 75 euros qu’on ne trouve pas en France » ajoute la femme. « Avec ça, je tiens plus d’un mois, et ça me revient moins cher que d’acheter les pots à 15 euros chez les buralistes français. Et les nouvelles hausses de prix ne vont pas nous changer nos habitudes. »

•• « Nous venons de Château-Thierry » précisent trois autres clients. « Depuis le sud de l’Aisne, il faut presque deux heures de route pour venir jusque Macquenoise, mais ça vaut clairement le coup. »

Ils font escale à la frontière une fois par mois en moyenne. « Sur ce que nous consommons comme tabac par mois, nous gagnons environ 150 euros en l’achetant en Belgique. C’est énorme ! Mais même pour seulement 50 euros d’économie, nous ferions le même trajet. Et beaucoup de connaissances font pareil que nous ».

 Commentaires fermés sur Prix du tabac : « deux heures de route pour gagner 150 euros sur sa consommation de tabac mensuelle » (Aisne)   
3 Nov 2019 | Profession
 

Un reportage de France 3 Grand Est se penche sur les réactions des buralistes confrontés à la hausse du prix (voir Lmdt du 31 octobre) et au démarrage du « Mois sans Tabac » … avec une question plutôt provocatrice : « Novembre va-t-il enterrer la cigarette ou les buralistes alsaciens ? ». Extraits : 

Le Grand Est a beau être la région française où l’on fume le plus (avec 30,1 % d’adultes qui fument quotidiennement, contre 25,4 % au niveau national), les livraisons chez les buralistes sont par contre en chute. Inversement proportionnel aux livraisons chez leurs homologues allemands. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Prix du tabac : « ce que nous demandons, c’est une harmonisation européenne » (Patrice Soihier, Bas-Rhin)  ,
2 Nov 2019 | Trafic
 

Voici une photo captée sur les lacets de la route menant à Andorre, hier, 1er novembre : jour de la Toussaint.

Sachant que ces automobilistes ne vont pas à Andorre que pour la visite de cimetières ou de musées. Pour le tabac aussi, paraît-il. Pour l’alcool et autres victuailles, également (voir Lmdt du 29 octobre). Un parcours client bien établi.

À signaler, aussi, qu’hier les équipes de la Douane étaient présentes sur les contreforts andorrans. Dans les deux sens. Ce qui a contribué à des bouchons de 10 kilomètres. Lire la suite »

31 Oct 2019 | Profession
 

« Plus les prix augmentent, plus les clients partent en Italie. On est juste à côté … » déplore Stéphane Haddad, buraliste à Menton, en entame d’un reportage du 12/13 de France 3 de ce 28 octobre, juste avant l’augmentation de 50 centimes du prix du paquet des cigarettes (voir Lmdt du 23 octobre). 

À quelques centaines de mètres, tous les week-ends c’est la ruée. « La cartouche, elle fait 57 euros, en France elle fait 80. Avec l’augmentation ça va faire plus. C’est pour ça que je viens en Italie » justifie une fumeuse. Lire la suite »

29 Oct 2019 | Trafic
 

Malgré le froid qui arrive et l’augmentation toute récente du prix du tabac andorran, de nombreux Français sont venus faire quelques emplettes dans la Principauté en cette période de vacances de la Toussaint, comme l’a constaté France 3 Midi-Pyrénées (reportage diffusé ce 25 octobre).

« L’augmentation des prix du tabac qu’il y a, ici, est tout à fait insignifiante … 5 euros par cartouche de cigarettes. Et puis il y a l’alcool et la lessive qui valent vraiment le coup. Incomparable avec la France » assure un retraité (voir Lmdt du 18 octobre). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Andorre : il n’y a pas que le tabac qui fait venir les acheteurs français …  
25 Oct 2019 | Profession
 

Jean-Jacques Bourdin avait invité Cyrille Geiger – ce buraliste parisien très impliqué dans l’avenir de sa profession (voir Lmdt des 2 septembre 2019 et 19 mai 2018) – sur le plateau de BFM/RMC, ce jeudi 24 octobre. Extraits.

•• Cyrille Geiger : Emmanuel Macron avait aussi annoncé « en même temps » on parlera de l’harmonisation européenne (des prix du tabac, ndlr). La vérité c’est qu’on commence tout juste à en parler sans avoir de visibilité. 

Nos voisins allemands n’ont pas fait d’augmentations parce que leurs propres voisins à l’Est ont un prix du tabac qui est trop bas. La France, et je parle pour mes collègues frontaliers, va devenir deux fois plus chère que ses voisins. À Strasbourg, un aller-retour en Allemagne et c’est 50 % de remise. Et ce, dès le 1er novembre, avant les dix euros (voir Lmdt du 23 octobre). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Prix du tabac : « plus on creuse le fossé des prix, plus les frontières se rapprochent » (Cyrille Geiger)  , ,
24 Oct 2019 | Trafic
 

Le nombre de particuliers verbalisés pour avoir acheté à l’étranger plus de cartouches de cigarettes qu’autorisé par la loi a doublé en deux ans, a annoncé, ce mercredi 21 octobre, Gérald Darmanin à l’occasion du bilan de la Loi contre la Fraude, promulguée il y a un an. 

Deux articles y clarifiaient les limites au transport de tabac par les particuliers – à 4 cartouches en revenant d’un pays de l’Union européenne, par exemple – et renforçaient les sanctions (voir Lmdt du 19 septembre 2018 et 20 juillet 2019).

•• Entre le 1er janvier et le 15 octobre 2019, la Douane a constaté 798 infractions portant sur des quantités comprises entre 5 et 25 cartouches (en provenance de l’Union européenne) : soit une hausse de 102 % par rapport aux 379 infractions constatées sur la même période en 2017. Lire la suite »

18 Oct 2019 | International
 

La principauté d’Andorre a fixé les nouveaux tarifs du tabac, censés limiter le trafic de cigarettes vers les pays voisins, a-t-on appris jeudi auprès du Gouvernement.

Le prix d’un paquet ne pourra être inférieur de plus de 30 % au paquet espagnol le moins cher, confirme l’AFP (voir Lmdt du 11 octobre).

•• Cette mesure, qui relève les tarifs du tabac vendu en Andorre, touche principalement les marques de cigarettes les moins chères dont la cartouche pourra coûter jusqu’à cinq à six euros de plus, selon la liste des prix publiée par le Bulletin officiel. Lire la suite »