Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Juil 2019 | Observatoire
 

Le cancer, qui touche surtout les hommes, frappe de plus en plus les deux sexes, puisque l’écart se réduit en France au détriment des femmes, selon un vaste rapport, publié ce mardi 2 juillet par Santé publique France, et repris par l’AFP.

En 2018, on estime à 382 000 le nombre de nouveaux cas de cancers en métropole (204 583 chez l’homme, 177 400 chez la femme) et à 157 400, le nombre de décès par cancer (89 621 chez l’homme, 67 800 chez la femme), selon l’agence sanitaire. Mais l’incidence (nouveaux cas), tous cancers confondus, est stable chez l’homme (+0,1 % par an) alors qu’elle s’accroît chez la femme (+1,1% par an).

•• Rançon du tabagisme, en termes de taux, « l’incidence (+5,3 % par an) et la mortalité (+3,5 % par an) du cancer du poumon enregistre la plus forte progression chez la femme ». C’est l’évolution « la plus préoccupante », compte tenu du « pronostic sombre » de ce cancer.

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent et le plus mortel chez les femmes, avec près de 59 000 nouveaux cas et un peu plus de 12 000 décès annuels.

En regard, la mortalité par cancer du poumon (10 356 décès en 2018 pour plus de 15 000 cas diagnostiqués) montre son « impact » chez les femmes, remarque Gautier Defossez (réseau Francim), coordonnateur de la partie portant sur les cancers.

•• La réduction de l’écart entre les sexes peut en partie s’expliquer par les consommations excessives d’alcool et de tabac, ainsi que les changements de comportements alimentaires et la fréquence croissante de l’obésité.

En revanche, on relève des « signaux positifs » : des cancers, très fortement liés à l’alcool et au tabac, présentent chez l’homme les plus fortes variations à la baisse des taux de nouveaux cas et de mortalité (lèvre-bouche-pharynx, larynx, œsophage).